mediacongo.net - Actualités - Traitement raciste: elle meurt 2 semaines après avoir dénoncé un médecin



Retour Monde

Traitement raciste: elle meurt 2 semaines après avoir dénoncé un médecin

Traitement raciste: elle meurt 2 semaines après avoir dénoncé un médecin 2020-12-26
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/12-decembre/21-27/susan_moore_doctor_20_0.jpg -

Une docteure noire est morte des suites de la Covid-19 quelques semaines après avoir affirmé qu’un médecin blanc minimisait sa douleur et ses inquiétudes quant aux soins prodigués dans un hôpital de l'Indiana, aux États-Unis.

Dre Susan Moore est décédée dimanche dernier à la suite de complications du virus, a déclaré son fils au New York Times. La femme est décédée deux semaines après avoir partagé une vidéo dans laquelle elle a accusé un médecin d'ignorer ses plaintes de douleur et ses demandes de médicaments parce qu'elle était noire, même si elle était à la fois patiente et elle-même médecin.

Dans l’extrait publié plus tôt ce mois-ci, Moore s'est filmée depuis un lit de l'Hôpital universitaire Indiana Health North et a raconté son expérience. Elle a déclaré que son médecin avait balayé du revers ses symptômes, lui répondant: «Vous n'êtes même pas essoufflé».

«Oui, je le suis», a-t-elle rétorqué dans ladite vidéo, qu'elle a partagée sur Facebook le 4 décembre.

Elle a dû supplier pour recevoir du remdesivir, le médicament antiviral utilisé pour traiter les patients hospitalisés pour la Covid-19 et n'ayant pas besoin d'une ventilation mécanique.

Le médecin a dit à Dre Moore qu'il pourrait la renvoyer chez elle, selon ses dires, et qu’il ne se sentait pas à l'aise de lui donner plus de narcotiques.

«Il m'a donné l'impression d'être une toxicomane, a-t-elle réagi dans la vidéo. Et il savait que j'étais médecin.»

Admise dans un 2e hôpital

Dre Moore, qui était interniste, a déclaré que sa douleur n'avait été «correctement soignée» qu'après avoir soulevé des inquiétudes au sujet du traitement. Elle a ensuite obtenu son congé de l’hôpital, mais elle a été admise dans un autre centre hospitalier moins de 12 heures plus tard», a-t-elle écrit sur sa page Facebook.

«J’assure et je maintiens que si j'étais Blanche, je n'aurais pas à passer à travers ça», a-t-elle laissé entendre.

Un porte-parole d'IU North a confirmé à CNN que Moore a été une patiente à l'hôpital et qu'elle avait finalement obtenu son congé, mais a refusé d'en dire plus sur elle, invoquant la vie privée des patients.

«En tant qu'organisation engagée pour l'équité et la réduction des disparités raciales dans les soins de santé, nous prenons les accusations de discrimination très au sérieux et enquêtons sur chaque allégation", a déclaré le porte-parole.

Enquête externe

Dans une déclaration publiée jeudi, Dennis M. Murphy, président et chef de la direction de l’hôpital, a défendu les soins que Moore a reçus, tout en concédant «que nous n'avons peut-être pas montré le niveau de compassion et de respect que nous recherchons pour comprendre ce qui compte le plus pour les patients.»

Il a également exigé qu’une enquête externe soit menée dans cette affaire.

L'histoire de Moore cerne ce que les experts appellent le «biais racial implicite dans les soins de santé envers les patients noirs».

Des études ont démontré que les patients noirs se font prescrire moins d'analgésiques que les Blancs dans des situations semblables.

Un article récent du New England Journal of Medicine attribue en partie un traitement inégal à «des croyances et pratiques culturelles racistes persistantes».

L'article cite une étude de 2016 selon laquelle la moitié des étudiants en médecine et résidents blancs «avaient des croyances non fondées sur les différences biologiques intrinsèques entre les Noirs et les Blancs», croyant à tort que la douleur des patients noirs était moins sévère que celle des patients blancs.


TVA Nouvelles / MCP, via mediacongo.net
8320 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Fifa : sanction alourdie pour Platini et Blatter ?
left
ARTICLE Précédent : Climat : Le G7 s’engage pour décarboner son électricité et cesser les subventions aux énergies fossiles à l’étranger d’ici 2035
AUTOUR DU SUJET

Brésil : les entraîneurs noirs victimes de racisme ?

Sport ..,

Qatar 2022 : l'Égypte crie au "racisme" lors du match contre le Sénégal

Sport ..,

Un jury américain reconnaît la dimension raciste du meurtre du joggeur noir Ahmaud Arbery

Monde ..,

« Exterminez toutes ces brutes » : Raoul Peck retrace l’histoire de la conquête coloniale et...

Culture ..,