mediacongo.net - Actualités - 15 ans de pouvoir d'Angela Merkel : Portrait d'une chancelière allemande peu commune



Retour Monde

15 ans de pouvoir d'Angela Merkel : Portrait d'une chancelière allemande peu commune

15 ans de pouvoir d'Angela Merkel : Portrait d'une chancelière allemande peu commune 2021-01-18
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2021_actu/01-janvier/18-24/merkel_angela_21_021451.png -

Angela Merkel

Angela Dorothea Kasner est née le 17 juillet 1954 à Hambourg, en Allemagne. Elle est l’aînée des trois enfants de Horst et Herlind Kasner et a un frère, Marcus, et une soeur, Irene.

Elle a grandi dans la petite ville de campagne de Templin, à environ 80 km au nord de Berlin, en République démocratique allemande (également connue sous le nom d’Allemagne de l’Est). Vivant en RDA, elle a fait partie du mouvement de la jeunesse allemande libre, dirigé par les socialistes. Par le biais de cette organisation, elle a montré ses compétences de leader dès son plus jeune âge en devenant représentante du conseil de district et secrétaire de l’Agitprop – la campagne d’agitation et de propagande du mouvement de jeunesse. Merkel n’a cependant pas « participé à la cérémonie laïque de passage à la majorité Jugendweihe » qui était très populaire en Allemagne de l’Est.

Sa famille, dirigée par son père qui était un pasteur luthérien, avait des vues « sympathiques » à l’égard du régime communiste de la RDA parce qu’on leur accordait des libertés généralement refusées aux pasteurs chrétiens – comme celle de traverser facilement de l’Allemagne de l’Ouest vers l’Allemagne de l’Est et de posséder deux voitures.

Après avoir fait ses études à Templin, Merkel a fréquenté l’université de Leipzig, où elle a étudié la physique de 1973 à 1978, obtenant son doctorat en 1978. Elle a ensuite travaillé à l’Institut central de chimie physique de l’Académie des sciences de Berlin-Adlershof de 1978 à 1990.

En 1977, Angela Kasner épouse le physicien Ulrich Merkel, mais le mariage se termine par un divorce en 1982. Merkel s’est remariée en 1998 avec Joachim Sauer, un professeur de chimie de Berlin, avec qui elle est mariée depuis.

Merkel est entrée pour la première fois dans le monde politique en 1989, après la chute du mur de Berlin. Elle a rejoint le nouveau parti démocratique d’Allemagne de l’Est, le Demokratischer Aufbruchfirst, et lors des premières et seules élections démocratiques organisées en Allemagne de l’Est, Merkel a été élue porte-parole adjoint du nouveau gouvernement dirigé par Lothar de Maizière.

Après l’unification de l’Allemagne de l’Est et de l’Ouest, son parti (Demokratischer Aufbruchfirst) a fusionné avec le parti de l’Union chrétienne-démocrate (CDU), et lors des premières élections démocratiques post-unification, Merkel a été élue au Bundestag (le parlement allemand). Peu après son élection, elle a été nommée par Helmut Kohl’s, alors chancelier et chef du parti CDU, à son cabinet en tant que ministre de la femme et de la jeunesse. En 1994, elle a été nommée ministre de l’environnement et de la sûreté des réacteurs, poste qui a servi de base à sa carrière politique.

Lorsque le gouvernement de M. Kohl a été défait aux élections de 1998, Mme Merkel est devenue secrétaire générale de la CDU. Après un scandale financier en 1999, elle a été élue première femme présidente de la CDU et a pris ses fonctions le 10 avril 2000.

Merkel a représenté un changement radical au sein du parti CDU qui, avant son élection, était principalement « un parti socialement conservateur, dominé par les hommes, avec de profondes racines catholiques et… des bastions dans l’ouest et le sud de l’Allemagne » . Merkel, d’autre part, était une femme protestante, qui avait une forte base d’électeurs en Allemagne du Nord. Pour ces raisons, elle était très populaire auprès de la population allemande et était considérée comme la favorite pour être la candidate à la Chancellerie de la CDU et de son parti frère, l’Union chrétienne-sociale bavaroise (CSU), aux élections générales de 2002.

Ces élections se sont toutefois révélées moins que favorables. Merkel a perdu sa candidature principalement en raison du manque de soutien de son propre parti.  Elle a été politiquement minée par le leader du parti CSU, Edmund Stoiber, qui a remporté la candidature pour le ticket CDU/CSU, mais a perdu la Chancellerie au profit de Gerhard Schröder.

Après la défaite de Stoiber aux élections, en plus d’être la présidente de la CDU, Merkel est devenue la chef de l’opposition conservatrice à la chambre basse du…Bundestag.  Pendant son mandat de chef de l’opposition conservatrice, Merkel a plaidé pour de nombreux changements politiques concernant le système économique allemand (comme des politiques de déréglementation qui semblaient extrêmement favorables au marché, même pour son propre parti conservateur) et a soutenu une relation forte entre l’Allemagne et les États-Unis et a soutenu l’invasion de l’Irak par les États-Unis, même en dépit de l’opposition publique.

Bien que ses politiques aient parfois été mal accueillies par la population allemande, sa popularité n’a jamais diminué et lors des élections générales de 2005, non seulement Mme Merkel a remporté la candidature pour la liste CDU/CSU, mais elle a également battu l’ancien chancelier Gerhard Schröder, devenant ainsi la première femme chancelière d’Allemagne.

Depuis qu’elle a prêté serment en tant que chancelière le 22 novembre 2005, Merkel a dirigé une grande coalition composée de la CDU, de la CSU et du Parti social-démocrate d’Allemagne (SPD), tout en poursuivant son programme économique de libre marché et ses relations avec les États-Unis. Elle s’est également concentrée sur la refonte du système de santé allemand et sur la réforme fiscale.

Une femme hors-norme

Pour une femme qui est considérée dans le monde entier comme une disciplinaire, chargée de faire la leçon à ses partenaires européens sur les dangers de la noyade dans les dettes, le plus surprenant chez Angela Merkel est son irrépressible sens de l’humour. On ne s’attendrait pas à ce que la chancelière allemande vous accueille à la porte de son bureau avec une poignée de main professionnelle et vous conduise avec intelligence à une simple table de travail, ne se vantant que d’une simple cafetière pour servir ses invités.

L’ancienne scientifique, fille d’un pasteur protestant, élevée sous le régime communiste en Allemagne de l’Est, qui domine aujourd’hui non seulement la politique intérieure de sa patrie réunifiée, mais aussi la gestion des crises interminables de l’UE, est calme et maîtrisée. Elle réfléchit soigneusement avant de répondre aux questions et pèse toutes ses paroles.

Dans des pays du sud de l’Europe comme la Grèce, le Portugal et l’Espagne, où des mesures d’austérité drastiques sont imputées à la chancelière allemande, elle a été qualifiée de nazie bottée par des manifestants furieux. Pourtant, dans le nord de l’Europe, elle est respectée dans de nombreux pays – dont la France voisine – au-delà de leurs propres politiciens nationaux, selon un récent sondage.

Elle ne semble pas s’en apercevoir, ni dans un sens ni dans l’autre. En Allemagne, on l’appelle une Machtfrau – une femme de pouvoir – qui a réussi à se hisser au sommet en tant qu’outsider dans un monde dominé par les hommes, en éliminant tous ses rivaux potentiels en cours de route et en se réjouissant maintenant des cotes de popularité avant tout autre politicien du pays. Mais elle n’énonce pas de grandes visions, et elle ne fait pas de discours émotionnel.

Son expression préférée est « pas à pas« . « Il n’y a pas d’alternative » en est une autre. Et depuis trois ans, son slogan est « pas à pas » : « Si l’euro échoue, l’Europe échouera« . La résolution de la crise dans la zone euro est devenue la pierre de touche de toute sa carrière politique. Il s’agit d’un défi historique, mais elle l’aborde comme un problème scientifique fondamental à résoudre, avec entêtement et cohérence.

Récemment, le magazine de gauche Der Spiegel l’a décrite dans un profil – pas un grand admirateur des politiciens conservateurs – comme « implacable ». Cela convient à son image publique, toujours vêtue de la même combinaison de blazers et de pantalons de couleur boutonnés. Elle ne s’intéresse pas non plus à la mode.

Pourtant, les lignes de rire autour de ses yeux trahissent une tentation constante de voir le côté drôle de la vie.

Son humour peut être malicieux. Selon ceux qui la connaissent le mieux, c’est une brillante imitatrice, ravie de faire décoller (en privé) d’autres hommes politiques et dirigeants mondiaux qu’elle connaît, comme Nicolas Sarkozy, ancien président français, ou Barack Obama.

« Elle a un sens de l’humour très sec », déclare sa biographe Margaret Heckel. « En privé, elle peut être extrêmement drôle. Elle peut divertir toute une pièce toute seule« .

Merkel peut aussi utiliser son sens du ridicule pour faire des ravages. Un jour, lorsqu’on lui a demandé, lors d’une conférence de presse à Bruxelles, si elle « faisait confiance » à Silvio Berlusconi, alors Premier ministre italien, elle n’a rien dit, mais a simplement levé les yeux au plafond. Elle s’est tournée avec un sourire malicieux vers Sarkozy, à côté d’elle, qui a gloussé – puis elle a donné une réponse diplomatique prudente. Berlusconi a démissionné six jours plus tard.

Personne ne conteste sérieusement le fait que Merkel est aujourd’hui l’homme politique le plus puissant d’Europe. Il y a quelques années, le magazine Forbes l’avait déclarée deuxième personnalité la plus puissante au monde, après le président Obama. Elle s’auto-déprécie comme il se doit. En tant que chef de gouvernement de la plus grande économie d’Europe, cela donne naturellement un certain poids à ses décisions, dit-elle. Mais elle ne prend pas les sondages trop au sérieux. Ils ne sont pas pertinents pour son activité politique, dit-elle en souriant à nouveau.

Une femme qui a marqué l’histoire de l’Allemagne moderne

Angela Merkel, la femme la plus puissante du monde, prépare sa sortie de la politique, fidèle aux principes qui l’ont inspirée pendant 30 ans : réalisme, prudence, flexibilité, sobriété, ainsi qu’une connaissance approfondie des enjeux et un profond engagement moral en faveur de la dignité humaine. La chancelière met fin à une longue trajectoire de service public afin de faciliter le renouvellement de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) allemande.

Partout dans le monde, des hommes forts s’emparent du pouvoir en employant des slogans simplistes et en rejetant la faute sur des ennemis extérieurs. C’est leur réponse aux complexités de la mondialisation économique et au changement accéléré de la révolution numérique. À l’opposé, Merkel se retire en pensant à un bien supérieur à servir et en rejetant toute dépendance au pouvoir.

Pendant sa jeunesse en Allemagne de l’Est, elle a appris à vivre avec une extrême prudence et austérité. Son père était un pasteur luthérien qui, à contre-courant, avait émigré de Hambourg avec sa famille. Merkel a choisi de devenir scientifique, se concentrant sur la recherche jusqu’à l’année précédant l’unification, lorsqu’elle a fait le saut en politique. Helmut Kohl a été son mentor et l’a nommée ministre de la femme et de la jeunesse, le début d’une carrière imparable. À Berlin, elle est restée une étrangère, a vécu frugalement et est souvent passée inaperçue. Elle a transformé cette distance par rapport aux élites traditionnelles en un avantage, s’est entourée d’un petit cercle de loyalistes et a appliqué une approche scientifique et pragmatique à la résolution des problèmes.

Lorsque Kohl est tombé au pouvoir en raison du financement irrégulier de la CDU, Merkel a gagné la bataille pour la direction du parti. Beaucoup la considéraient comme une figure de transition. En 2005, elle a obtenu 1 % de voix de plus que les sociaux-démocrates et a pu lancer la première grande coalition dirigée par une femme. Ce fut le début d’un long parcours au pouvoir, qu’elle a revalidé à trois reprises. Merkel n’a jamais été séduite par de grandes visions stratégiques. S’il y a une caractéristique qui définit son leadership au cours de ses nombreuses années au pouvoir, c’est sa capacité à mener contre l’adversité. En l’absence d’un cycle politique favorable en Europe, elle a préféré écouter et négocier jusqu’au bout. Elle a élaboré des plans réalistes et nuancés pour aborder les questions du lendemain.

En même temps, elle a intégré dans le credo conservateur le souci de l’environnement et a constamment défendu les valeurs atlantiques. Dans une Union européenne où, comme le dit Sir Paul Lever, « nous parlons tous allemand maintenant« , la chancelière a courageusement fait face à une succession de convulsions qui ont remis en cause l’intégration elle-même. En 2008, face à la triple menace de la dette, des banques et de la croissance, seule Merkel est restée à la tête de l’UE. La tempête parfaite menaçait de faire tomber la monnaie commune. Face aux problèmes d’un euro sans architecture pour survivre aux périodes difficiles, elle a promu de nouvelles institutions, règles et mécanismes de financement.

La chancelière a confronté son gouvernement et le public allemand et a empêché la sortie abrupte de la Grèce, qui aurait pu démolir tout le bâtiment. Elle a proposé la solidarité financière – elle a dépensé pour les renflouements l’équivalent d’un budget annuel pour son pays – en échange du rétablissement de la crédibilité de la monnaie grâce à des réformes et des ajustements par les pays débiteurs de l’UE. L’autre héros de cette histoire est Mario Draghi. Entre les deux dirigeants, l’euro a été redessiné. Il reste encore beaucoup à faire, mais le couple germano-italien a laissé un chemin tracé pour parvenir à son irréversibilité.

La figure de Merkel est devenue synonyme de protection et d’attention pour ses électeurs qui, en 2013, ont mis le mot « mutti » (momie en allemand) sur des panneaux et des affiches. Mais le vent contraire n’a pas cessé de souffler. La chancelière a travaillé avec Barack Obama pour arrêter Vladimir Poutine. Elle a dû faire face à l’ouragan Brexit, décrit par Hugo Dixon comme la première manifestation de populisme dans l’UE. Elle est devenue un leader mondial après le choc de l’élection de Donald Trump, un président américain qui ne s’identifie pas aux valeurs des démocraties libérales.

La crise migratoire a été le dernier test de Merkel. Pour y faire face, elle a abandonné à un moment décisif son leadership progressif et son style transactionnel. En 2015, l’arrivée de plus d’un million de nouveaux arrivants en Europe a mis une pression énorme sur la libre circulation des personnes au sein de l’UE. Angela Merkel s’est attachée à défendre la dignité humaine des réfugiés, soumis à des attaques xénophobes, mais aussi à faire appliquer les normes internationales et les pactes européens en matière d’asile. Elle voulait éviter les problèmes auxquels l’Allemagne, avec son généreux système d’accueil, devrait faire face pour intégrer des centaines de milliers de migrants. Cette tension entre les deux objectifs a été brisée en septembre 2015, lorsqu’elle a déclaré de manière dramatique que si l’Allemagne n’était pas capable d’accueillir des réfugiés, ce n’était plus son pays. Elle a lancé un appel à la générosité et à la hauteur de la situation pour ne pas fermer la frontière et éviter une crise humanitaire. Son leadership moral a été reconnu par beaucoup, à l’intérieur et à l’extérieur de son pays, mais elle a dû faire face à l’opposition de son propre parti, qui a perdu des voix à mesure que les réfugiés arrivaient dans le pays. Au début de l’année, elle a conclu un accord pour préserver le gouvernement qui a essentiellement mis fin à cette politique de migration ouverte.

Angela Merkel et l’immigration

Lorsque la chancelière allemande Angela Merkel a annoncé qu’elle prendrait en charge jusqu’à 800 000 demandeurs d’asile cette année, beaucoup se sont demandés si la dame avait glissé dans la baignoire et s’était cognée la tête ou si elle était défoncée. Presque seule, elle a contribué à changer l’état d’esprit des réfugiés. Des citoyens ordinaires brandissaient des pancartes avec des « réfugiés bienvenus » et des policiers en uniforme distribuaient des bonbons et des jouets aux enfants qui arrivaient. Les parents demandeurs d’asile en Allemagne nommaient leurs enfants « Angela Merkel » et les Syriens bloqués en Hongrie scandaient « Allemagne, Allemagne, Allemagne« . Alors que beaucoup dans son pays la soutenaient, d’autres, et pas seulement les membres de Pegida, s’y opposaient.

Le pape avait déjà courageusement tendu la main aux réfugiés désespérés qui émergeaient des eaux mortelles de la Méditerranée et était perçu par eux comme François l’intrépide. La chancelière allemande se prélasse maintenant sous le nom de Merkel la Magnifique. En revanche, les autres dirigeants européens semblaient rapetissés et réduits. Le premier ministre britannique, avec son accueil avare, était perçu comme Cameron le Grincheux.

L’ampleur de la générosité de l’Allemagne est floue car lorsque le monde regarde quelque chose d’allemand, son regard se porte invariablement sur les horreurs du siècle dernier. Les commentateurs ont ainsi suggéré que l’Allemagne compensait la mort et la destruction qu’elle a infligées au monde pendant l’ère nazie. D’autres ont cherché des explications ailleurs, certains affirmant que l’Allemagne avait besoin d’une main-d’œuvre jeune, valide et formée pour combler le vide de sa population vieillissante et en déclin.

Il est ironique de constater que l’Allemagne qui avait entrepris d’exterminer un groupe de « Sémites », les Juifs, au siècle dernier, prépare aujourd’hui le terrain pour accueillir un autre groupe de Sémites, les Arabes – étant donné que la majorité des migrants sont originaires du Moyen-Orient – au cours de ce siècle.

La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré que l’Islam est devenu une partie intégrante de l’Allemagne et elle exhorte ses concitoyens à faire preuve de tolérance envers les musulmans. Elle a déclaré aux membres de son parti conservateur chrétien-démocrate en 2012 que la grande majorité des musulmans en Allemagne ont pris leurs distances par rapport aux violences lors des manifestations contre une vidéo anti-islamique.

Mme Merkel a déclaré à propos de l’islam que les Allemands « devraient être ouverts à ce sujet et dire « oui, il fait partie de nous«  ». Elle a ajouté que les chrétiens devraient peut-être recommencer à penser et à parler davantage de leur propre religion « plutôt que d’avoir peur de l’Islam« . On estime que l’Allemagne compte 4 millions de musulmans. Le commentaire de Merkel fait suite aux remarques de l’ancien président Christian Wulff qui en a surpris plus d’un en 2010 en déclarant que « l’Islam appartient maintenant aussi à l’Allemagne« .

Angela Merkel, entrant dans une zone floue

La carrière politique de la chancelière allemande Angela Merkel, la femme la plus puissante du monde depuis près d’une décennie, entre dans une zone floue en 2020, l’avant-dernière année avant la fin officielle de son quatrième et dernier mandat en 2021, alors même que Berlin est confrontée à des défis majeurs en matière de politique étrangère. Alors que la grande dame d’Allemagne espère terminer son mandat, les récents développements de la politique intérieure pourraient bien hâter son départ si elle ne joue pas bien ses cartes.

Alors que son partenaire de coalition junior, le SPD, a élu plus tôt en novembre un duo de dirigeants de gauche qui critiquait le fait de travailler dans l’ombre de Merkel, un effondrement soudain de son gouvernement en difficulté semblait imminent. Cela a été évité après qu’un congrès clé du SPD en décembre 2019 ait voté à une écrasante majorité en faveur d’un plan des co-dirigeants Norbert Walter-Borjans et Saskia Esken visant à ouvrir des « discussions » avec les conservateurs CDU/CSU de Merkel sur des exigences qui détermineront le sort de l’alliance.

Le fait que le couple, surnommé « Eskabo » par les médias locaux, n’ait pas fait pression pour faire tomber le gouvernement a apporté un soulagement momentané au leader allemand, mais les analystes affirment que la coalition reste fragile, de nombreux jeunes membres de gauche du SPD préférant des liens étroits avec l’ère Merkel.

Le porte-parole de Mme Merkel a déclaré que la chancelière chevronnée, au pouvoir depuis 2005, est « ouverte » aux discussions sur les revendications. Mais si la nouvelle direction du SPD ne voit pas de progrès suffisants dans les semaines et les mois à venir, elle pourrait encore choisir de se retirer – ce qui pourrait déclencher des élections éclair qui pourraient très bien voir la sortie prématurée de Mme Merkel.

Mme Merkel, qui aura 66 ans en juillet 2020, a donné des signaux ambigus quant au rôle qu’elle pourrait jouer dans la politique européenne et mondiale à la fin de son mandat. Son influence politique s’est peut-être estompée, mais elle exerce toujours son pouvoir sur la quatrième économie mondiale et le plus grand État membre de l’Union européenne (UE), ce qui fait d’elle le leader de facto du bloc.

Qualifiée de « reine de l’Europe » et de « leader du monde libre« , Mme Merkel a souvent évoqué sa « responsabilité » pour l’avenir de l’Europe, ce qui a suscité des spéculations sur son ouverture à un rôle actif dans la politique européenne. « Beaucoup de gens s’inquiètent pour l’Europe, y compris moi-même« , a-t-elle déclaré au quotidien allemand Süddeutsche Zeitung. « Cela me donne un sens encore plus grand de la responsabilité de m’occuper du sort de cette Europe qui est la nôtre, avec d’autres« . Toutefois, la dirigeante chevronnée a également proclamé qu’elle « ne sera plus disponible pour aucune fonction politique, où que ce soit, même en Europe » après son départ en 2021.

Quitter la politique pour entrer dans l’Histoire par la grande porte

Lors des élections de 2017, l’ultra-droite est devenue la troisième option la plus votée. La médiation du président Steinmeier a permis à Mme Merkel de constituer et de diriger son quatrième gouvernement en mars 2018. Bientôt, il est possible que la dernière chancelière allemande ouvertement pro-européenne quitte la scène.

Rares sont les fois dans l’histoire contemporaine où une personne a eu autant de responsabilités dans des circonstances aussi difficiles et les a affrontées avec autant d’intelligence et de sérieux. Contaminée par l’excès de réalisme qui régit la politique, Merkel n’incarne pas un idéal parfait. Mais il faut se souvenir de sa trajectoire et de son style de pouvoir. C’est une histoire de vertu publique pour le monde furieux dans lequel nous vivons.

Bientôt Angela Merkel quittera la politique pour entrer dans l’histoire de l’humanité par sa grande porte. C’est une dame d’une simplicité proverbiale, d’une bonté sans limites et beaucoup d’humilité et d’humanité, dans une ère ou beaucoup d’hommes politiques sont partis dans la disgrâce. Angela Merkel vaut vraiment son pesant d’or et mérite grandement un Prix Nobel de Bonté qu’il faut créer pour célébrer sa grandeur : Merkel la Magnifique.


article19/ MCP, via mediacongo.net
433 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Fifa : sanction alourdie pour Platini et Blatter ?
left
ARTICLE Précédent : Malgré les violences et la pandémie, le pape François entame une visite historique en Irak
AUTOUR DU SUJET

Berlin : un centre interreligieux pour accueillir trois religions sous le même toit

Religion ..,

En Allemagne, condamnation historique d’un ex-agent syrien pour « complicité de crimes contre...

Monde ..,

Nucléaire : la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne lancent un avertissement à l'Iran

Monde ..,

Allemagne : l’après-Merkel se dessine : Armin Laschet vient d'être élu président de la CDU

Monde ..,