mediacongo.net - Actualités - Après sa présentation hier mardi devant le parquet de Lubumbashi, Ngoy Mulunda transféré à la prison de la Kasapa



Retour Provinces

Après sa présentation hier mardi devant le parquet de Lubumbashi, Ngoy Mulunda transféré à la prison de la Kasapa

Après sa présentation hier mardi devant le parquet de Lubumbashi, Ngoy Mulunda transféré à la prison de la Kasapa 2021-01-20
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2021_actu/01-janvier/18-24/ngoy_mulunda_daniel_proces_21_0.jpg -

Pasteur Daniel Ngoy Mulunda

Entretemps, les élus du grand Katanga exigent la libération immédiate et sans condition de l'ancien président de la Ceni.

Arrêté par des éléments de l'Agence nationale des renseignements (ANR), le lundi 18 janvier dans sa résidence à Lubumbashi, le pasteur Daniel Ngoy Mulunda a été présenté dans la matinée d'hier mardi 19 janvier 2021 devant le Parquet de Lubumbashi, où il devrait être jugé en procédure de flagrance.

Selon des sources concordantes, l'ancien président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) serait, aux dernières nouvelles, transféré à la prison de la Kasapa, à Lubumbashi. Bien avant cela, ses partisans et fidèles de son Eglise ont envahi les abords du Parquet de Lubumbashi pour réclamer sa libération, souligne un magistrat de ce parquet, cité par Radio Okapi.

Entretemps, les raisons de cette arrestation n'ont pas encore été officiellement dévoilées. Néanmoins, certaines indiscrétions attestent que l'arrestation de Ngoy Mulunda aurait un lien avec son discours, tenu lors de sa prédication du dimanche dernier. On parle des propos séparatistes, teintés d'incitation à la haine tribale.

DES PASTEURS DESHABILLES!

Pour sa part, le député national Félix Kabange Numbi exige "la libération immédiate" de l'ancien président de la Ceni. Il a lancé cet appel le même lundi 18 janvier, aussitôt après l'interpellation du pasteur dans l'après-midi.

"En tant que député national, je condamne l'arrestation et j'exige la libération immédiate et sans conditions du pasteur Ngoy Mulunda Nyanga", a déclaré le député Félix Kabange Numbi. Dans sa relation des faits, ce dernier renseigne que Ngoy Mulunda a été interpellé dans sa résidence du Golf. Des policiers ont assiégé sa maison pendant plus d'une heure et tabassé deux de ses pasteurs avant de les déshabiller. Par ailleurs, Félix Kabange Numbi dénonce aussi les méthodes utilisées lors de l'arrestation de l'ancien président de la Centrale électorale: "Nous condamnons cet acte, parce que si un homme de Dieu n'est plus autorisé à dénoncer les méfaits de la société du haut de sa chaire, de surcroit, c'est une grande autorité de ce pays. La moindre des choses serait juste de lui poser la question et de l'inviter. Mais, ce qui s'est passé cet après-midi est inadmissible", hurle le député Félix Kabange. Par ailleurs, l'Association congolaise pour l'accès à la justice (Acaj) a également condamné la violence qui a caractérisé l'interpellation du pasteur Ngoy Mulunda, à Lubumbashi. "Sans préjuger sur le fond de ce qui lui serait reproché, l'Acaj rappelle que toute personne est présumée innocente jusqu'à l'établissement de sa culpabilité", a twitté le président de cette association, Georges Kapiamba.

UN SIT-IN DES FIDELES DEVANT LE PARQUET

Des fidèles de l'Eglise du pasteur Daniel Ngoyi Mulunda se sont soulevés dans la matinée d'hier mardi 19 janvier contre l'arrestation de leur berger. Les manifestants, pour la plupart des jeunes, ont organisé un sit-in devant le Parquet de grande instance de Lubumbashi et exigé "la libération de leur pasteur", alors que l'audience en flagrance de l'ancien président de la Ceni s'est déroulée à la prison centrale de la Kasapa.

Pendant ces manifestations contre l'arrestation de Daniel Ngoy Mulunda, certains jeunes non autrement identifiés s'en sont pris à certains biens privés, tel que le siège de l'association socio-culturelle Baluba Bukata, situé au croisement des avenues Tabora et Kasaï. Selon des témoins, ces actes de vandalisme seraient consécutifs à la réaction aux agressions subies par plusieurs passants aux abords de ce centre socio-culturel.

Portail, mobiliers de bureau, vitres des portes et des fenêtres cassées, matériels de bureau, dont ordinateurs et photocopieuses emportés par des inciviques sans pour autant que les éléments de la Police n'interviennent, affirme-t-on. Mais, la situation est revenue à la normale à Lubumbashi à la fin du sit-in, organisé par les fidèles de l'Eglise de Ngoy Mulunda devant le parquet de grande instance.

"Je donne le message à tous les autres et aux dirigeants de ce pays, si vous voulez que le Katanga continue à être dans la RDC pour toujours et que nous puissions tous partager ce que vous manquez chez vous, le lait et le miel..., vous n'avez qu'à laisser Joseph Kabila en paix...". Ces propos de Ngoy Mulunda, tenus le samedi 16 janvier au cours d'une prédication devant ses fidèles de l'église, n'ont pas été digérés par les services de sécurité ont jugés "incendiaires et séparatistes". Ce qui justifie l'interpellation du pasteur le lundi 18 janvier.

LIBERATION IMMEDIATE ET SANS CONDITION

Pour leur part,Les élus de l'espace grand Katanga exigent la libération immédiate et sans condition du pasteur Daniel Ngoy Mulunda, après avoir qualifié d'"enlèvement", l'arrestation intervenue en début de semaine dans la ville cuprifère.

A travers une déclaration officielle lue hier mardi 19 janvier au Palais du peuple, par la députée Liliane Ngoie, le regroupement des élus du grand Katanga estime que cet "enlèvement crée une frustration et désolation dans le chef des filles et fils de l'espace katangais, à savoir : le Haut Lomami, le Haut Katanga, le Lualaba et le Tanganyika".

Le Rassemblement des députés élus du Katanga pense que cette situation paralyse la liberté d'expression, garantie par la Constitution. Aussi, dénoncent-ils avec la dernière énergie ce qu'ils considèrent comme un "enlèvement du pasteur Ngoy Mulunda et exigent sa libération immédiate sans condition ". Ils ont dénoncé également les destructions méchantes au domicile de l'inculpé, avant d'exiger réparation.

Les élus du Katanga condamnent fermement ce qui se passe à Kasumbalesa où il est observé, selon eux, des actes de vandalisme, de viol, de tueries, de pillages ainsi que la chasse aux Katangais sur leur terre ancestrale.

Ils sollicitent à cet effet l'implication personnelle du chef de l'Etat, Félix Tshisekedi, dans le déroulement de ce dossier pour que justice soit rendue dans l'intérêt de l'émergence d'un véritable Etat de droit.

"Rappelons qu'en sa qualité de pasteur, l'intéressé a été enlevé en sa résidence pour quelques propos mal interprétés qu'il aurait prononcés dans sa prédication lors du culte d'action de grâce, du 20ème anniversaire de l'assassinat de Mzee Laurent Désiré Kabila, organisé le 16 janvier 2021 ", soutiennent les élus du Katanga. 

Molina & Rachidi Mabandu
Forum des As / MCP, via mediacongo.net
2987 suivent la conversation
2 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

Lambert | VCSSG8U - posté le 20.01.2021 à 08:27

Tous les observatoires de Droits de l'homme savent que la situation de droits de l'homme en RDC s'est améliorée. C'est la Kabilie qui veut ternir cette image pour rien. Mulunda que je connais bien était distrait. Il ne voit pas le signe de temps. A mwite YEMEYI.

Non 5
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
LE CONGOMANI | HPHMW34 - posté le 20.01.2021 à 07:30

Vungule oyeeeh. Oyeeh. Oko yoka eloko. kende nanu ko lia yango ya malili; bongo oyeba ndenge nini esalaka na libumu. Kuna na Kasapa oko lia ya version Katanga. Quand Kabila était au pouvoir tu ne parlais jamais de séparer le Katanga du congo. Maintenant qu'il est parti, tu veux nous montrer que tu es sur les traces de Moise Tshombe. Tu mérites la prison a cause de tes propos. Et tu oses comparer la situation de droits de l'homme entre l'époque de Kabila et celle Tshisekedi. Y a pas match. Honte a toi.

Non 9
Oui 14
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : 9ès Jeux de la Francophonie : le représentant du chef de l’État sollicite l’implication de Ngobila pour une « meilleure » organisation
AUTOUR DU SUJET

Ngoy Mulunda écope de 3 ans de prison ferme

Société ..,

Affaire Ngoy Mulunda : la défense exige la régularisation de la saisine

Société ..,

Arrestation dNgoy Mulunda : « Tout congolais qui pense que sa province ou son clan est au-dessus...

Politique ..,

Arrestation de Ngoy Mulunda : « C’est insulter Dieu quand on appelle pareil Monsieur Pasteur...

Société ..,