mediacongo.net - Actualités - Le Premier Ministre fidèle à Kabila est renversé par une majorité volatile



Retour Politique

Le Premier Ministre fidèle à Kabila est renversé par une majorité volatile

Le Premier Ministre fidèle à Kabila est renversé par une majorité volatile 2021-01-29
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2021_actu/01-janvier/25-31/ilunga_sylvestre_21.jpg -

Sylvestre Ilunga Ilunkamba, Premier ministre

A la veille d’occuper le poste de président de l’Union africaine et d’être saisi des nombreux différends qui agitent le continent, le dernier en date opposant le Soudan et l’Ethiopie à propos du barrage de la Renaissance, le président Tshisekedi a réussi sa prise de contrôle de l’Assemblée nationale.

En effet, 367 députés se sont prononcés contre le premier ministre en poste Sylvestre Ilunga Ilunkamba. Ce dernier a désormais 24 heures pour présenter sa démission, même s’il récuse le « bureau d’âge » qui dirige les travaux, une structure provisoire opérant généralement en début de session parlementaire dans l’attente de l’élection du bureau définitif.

Avant d’être vaincu par les coups de boutoir d‘une majorité toute neuve, où des transfuges et des repentis issus en majorité du camp Kabila ont négocié leur ralliement à grands frais, le Premier Ministre Ilunga Ilunkamba s’était rendu à Lubumbashi pour y rencontrer l’ex chef de l’Etat. Un Kabila qui semble désormais avoir perdu la partie face à son ancien allié….

En deux ans, le principal bilan de M. Tshisekedi est d’avoir réussi à «déplumer » son partenaire, qui comptait naguère 350 députés à l’Assemblée nationale et se retrouve aujourd‘hui isolé dans son fief katangais, où son ex mentor, le pasteur Mulunda Ngoy, ancien patron de la Commission électorale indépendante, vient d’écoper de trois ans de prison ferme pour des propos incitant à la violence et au séparatisme.

Vieux routier de la politique, ancien professeur à l’Université de Lubumbashi, Ilunga Ilunkamba, à la veille du vote, avait adressé aux députés une épître répondant point par point aux critiques émises à son égard. Il y a d’abord souligné que le président Tshisekedi avait assisté à toutes les réunions du Conseil des Ministres et, non sans malice, il a rappelé les dérapages budgétaires datant des neuf mois qui avaient été nécessaires à la mise sur pied de l’équipe gouvernementale. Il a également contesté la légitimité du « bureau d’âge » de l’Assemblée, assurant qu’il ne pouvait être démis que par un « bureau définitif » qui doit encore être mis en place.

Son successeur éventuel devra gérer une nouvelle majorité pour le moins hétéroclite tandis que le professeur Bahati Lukwebo , qui dirigeait une importante composante de la mouvance kabiliste, l’AFDC, a été nommé formateur du futur gouvernement et rendra compte incessamment de ses contacts y compris avec les deux ténors de l’opposition, jusqu’ici circonspects ou gourmands, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba.

Un accord de gouvernement représentera la clé de voûte de la nouvelle architecture politique, dans laquelle le président Tshisekedi espère avoir les mains libres. Il aura ainsi réussi en moins de deux ans à mettre sur la touche son ancien allié Vital Kamerhe, qui dépérit toujours en prison après avoir été l’artisan de l’accord avec Kabila et dont le poste de directeur de cabinet du président est désormais occupé par un « fidèle », venu de Belgique, Guylain Nyembo. Quant à Joseph Kabila, à moins d’un rebondissement surprise, il s’est replié dans son fief de Lubumbashi face aux menaces qui s’accumulent sur sa fortune, ses propriétés sinon sa famille…

Tel est le véritable bilan de Félix Tshisekedi : ni la fin de la guerre à l’Est, ni le progrès social, (que le covid aurait de toutes manières hypothéqué) mais une « remontada » qui lui a permis en deux ans de récupérer l’essentiel du pouvoir en se servant essentiellement de l’outil judiciaire et de ruses politiques que le défunt Mobutu n’aurait pas désavoué. Mais le pouvoir au Congo, la présidence de l’Union africaine, les flatteries des transfuges, le silence approbateur des Occidentaux qui ne supportaient plus Kabila, ne sont pas l’essentiel : d’ici les prochaines élections de 2023 il lui reste à mettre en application son slogan de campagne «le peuple d’abord ». C’est à dire faire bénéficier la population d’un maigre budget de 8 milliards de dollars, dont les grandes manœuvres politiques ont déjà absorbé une bonne partie…


Carnet C. Braeckman / MCP, via mediacongo.net
8368 suivent la conversation
11 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

Mampuya | T6L7OKA - posté le 30.01.2021 à 14:35

Dans un pays sérieux,dans une démocratie, c'est après la chute de Ilunga Ikamba que Bahati pouvait entrer en action pour identifier une majorité. Nous nous avons fait le contraire en tout. Nous avons préferer supprimé les résultats électoraux, melangés de nouveau les cartes au cours de la législature, dans quel but? la tete de kabila ne plait pas à l'occident.

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 30.01.2021 à 13:16

Taty | JUCJQ3P - posté le 30.01.2021 à 07:15 Dans un parlement si mosaique, le gvt.meme du Président, il aura difficile à évoluer d'autant plus que cette majorité n'a pas son programme, seulement une idéé du Président. Dit, maintenant nous avons la preuve, ou nous aurons la preuve que l'identfication au début de la législature n'est pas comprise, parceque la compréhension actuelle c'est la suppression, disparition des partis politiques, or les partis politiques c'est la volonté d'une société pluriel.

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
avatar
Papa Fololo | VNWZBF1 - posté le 30.01.2021 à 08:33

Vous sentez de l'aigreur dans le chef de la rédactrice de cette feuille de chou. Ma Colette, mbongo lia na yo. Mais musala ozo sala bien te. Ekoti te, esopi yo.

Non 5
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
SHAKA | 2ZKD172 - posté le 30.01.2021 à 08:29

TATY pour ta gouverne j'étais comme vous pour Félix demande tout ceux qui ont été sur ce forum après les élections mais il m'a déçu ,moi suis pas mulubas avec un soutien inconditionnel suis républicain je soutiens au mérite si les soutient des Tshilombo avait aussi le comportement républicain personne ne pouvait s'en prendre à Tshilombo mais ce l'arrogance et le triomphalisme malsain qui revulsent les autres

Non 13
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
avatar
Taty | JUCJQ3P - posté le 30.01.2021 à 07:15

@shaka et @mampuya savoir garder silence quand on a rien a dire c'est un art, pourquoi vous exposer votre nudite malefique ici? Son Excellence Felix-Antoine Tshisekedi peut etre votre adversaire et pas votre ennemi. Acceptez la defaite et faites l'opposition republicaine et non point une opposition sorcellerique. Soyez reflechis jeunes gens

Non 4
Oui 12
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
anaonyme | 92D3XD4 - posté le 30.01.2021 à 06:34

La variante du coronavirus qui a émergé en Afrique du Sud inquiète les autorités sanitaires du monde entier. L’OMS a déclaré qu’elle était à l’origine d’un nombre record d’infections dans DE PLUS EN PLUS DE PAYS AFRICAINS « Selon le directeur régional de l’OMS l’Afrique, le Dr Matshidiso Moeti IL YA DANGER GRAVE du fait ce VARIANT VIRUS circule dans d’autres pays d’Afrique et qu’il n’est PAS DU TOUT DETECTE , COMME AU COOPELAND.DJALELO PLUS DE BLOCAGE VIVE LA RUEE SUR LES MIETTES DE RESERVES DE CHANGE DJALELO MULOPWEEEE WA DJITUUNGNA MUTWASHIEEE

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
PROGRES | BLAWNKA - posté le 30.01.2021 à 00:55

Pourquoi les gens voient bleu ce qui est rouge ? Ils sont daltonien ou quoi ??? Des députés parlant au nom du peuple, ne voulant rien savoir du Pourquoi de l'échec du gouvernement !!! C'est choquant, refuser le débat... Même pas faire semblant !!! Des honorables !!! Je plaint ceux qui applaudissent ce stratagème. Ata semblant ! RIEN !!!!!!

Non 0
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 30.01.2021 à 00:16

Un premier ministre fidèle à la coalition à un supposé 1er ministre dédier à Tshilombo. Faisons attention aux nuances.

Non 0
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
SHAKA | 2ZKD172 - posté le 30.01.2021 à 00:03

Tshilombo travaillent maintenant qu'avec des meilleurs amis, attention quand meme Thomas Sankara avait été trahis par son meilleurs ami Compaoré, Mzee trahis par son garde du corps, INDIRA Gahndi aussi en Inde

Non 27
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 29.01.2021 à 23:38

Bref Tshilombo passe d'un poulailler conscient ,à un autre inconscient .

Non 0
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 29.01.2021 à 23:35

Bref Tshilombo passe d'un poulaille' conscient ,à un autre inconscient .

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : RDC-Vatican : Sama Lukonde et Pietro Parolin engagés pour le bien-être de Congolais
AUTOUR DU SUJET

« Nous n'irons pas aux élections sans le porte-parole de l'Opposition » (FCC)

Politique ..,

Annuler la destitution de Zoé Kabila : Cour constitutionnelle, le FCC se contredit ?

Politique ..,

Qui contrôle finalement le bateau FCC ?

Politique ..,

FCC : la survie n’est que dans l’Opposition !

Politique ..,