mediacongo.net - Actualités - L’herbe à pic, le remède miracle contre le Covid-19 viendrait-il de Guadeloupe ?



Retour Santé

L’herbe à pic, le remède miracle contre le Covid-19 viendrait-il de Guadeloupe ?

L’herbe à pic, le remède miracle contre le Covid-19 viendrait-il de Guadeloupe ? 2021-03-01
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2021_actu/01-mars/01-07/herbe_a_pic_21_01214.jpg -

A ce jour, il n’y a pas de données scientifiques prouvant qu’un médicament pourrait être tiré de cette plante et qu’il serait efficace sur l’homme contre le Sars-Cov-2. Les nombreuses étapes avant d’en arriver là - en particulier des essais cliniques - n’ont pas été franchies.

Ses promoteurs la vantent comme un remède contre le Covid et nombre d’Antillais se sont rués pour en acheter. Pourtant, l’herbe à pic, plante endémique des Antilles, est loin d’avoir fait la preuve d’une efficacité contre la maladie.

Voilà près de 10 jours, un laboratoire de l’île, Phytobokaz, et son co-fondateur, Henry Joseph, pharmacien, ont affirmé avoir  prouvé l’efficacité d’une plante endémique sur l’immunité innée face aux virus émergents à ARN  ​(comme le Sars-CoV-2, à l’origine du Covid) : l’herbe à pic, ou en créole « zeb à pik ».

De son nom scientifique « neurolaena lobata »​, la plante aux petites fleurs jaunes -déjà vantée localement par la médecine traditionnelle- est l’ingrédient d’un produit du laboratoire Phytobokaz, le Virapic, qui selon son fabricant  renforce le système de défense naturelle du corps .

Fortes d’articles dans la presse antillaise et guyanaise, mais aussi nationale, d’exagérations et de raccourcis hâtifs sur les réseaux sociaux et dans les médias locaux (« découverte mondiale », « remède » contre le Covid…), les affirmations du labo et d’Henry Joseph, docteur en pharmacognosie (étude des médicaments d’origine animale et végétale), ont entraîné une ruée sur les flacons de Virapic aux Antilles.

Nombre de publications surfent aussi sur l’idée d’un mépris de la métropole pour cette  découverte  guadeloupéenne, ou sur la thématique en vogue de remèdes naturels et bon marché volontairement ignorés par les gouvernants, au profit de l’industrie pharmaceutique.

Une théorie relayée par l’ex-numéro 2 du FN Florian Philippot (Les Patriotes), qui parle sur sa page Facebook de  magnifique traitement contre le coronavirus  ​dont il se demande si  on lui mettra des bâtons dans les roues .

Parfois ce sont les politiques locaux qui fustigent un  mépris ​, comme la sénatrice guadeloupéenne Victoire Jasmin (PS), qui écrit dans un tweet que  si cette plante est méconnue en France c’est à cause d’un refus de l’État de valoriser notre pharmacopée, nos plantes, nos traditions, malgré les nombreux travaux réalisés .

De multiples étapes manquantes
Pourtant à ce jour, il n’y a pas de données scientifiques prouvant qu’un médicament pourrait être tiré de cette plante et qu’il serait efficace sur l’homme contre le Sars-Cov-2. Les nombreuses étapes avant d’en arriver là -en particulier des essais cliniques- n’ont pas été franchies.

Dans le détail, Phytobokaz affirme  avoir montré qu’un extrait d’herbe à pic […] est capable d’inhiber la voie de biosynthèse  d’une enzyme appelée dihydroorotate dehydrogénase (DHODH), voie indispensable et obligatoire pour la réplication des virus à ARN.

Les recherches du laboratoire, en partie réalisées par le chercheur Damien Bissessar dans des locaux du CNRS, ont fait  l’objet d’un dépôt de brevet  le 10 février, fait valoir Phytobokaz.

Pour autant, un dépôt de brevet ne présage pas de son obtention et n’est pas un gage de validité scientifique.

Interrogé par l’AFP, le CNRS a indiqué que le chercheur a été accueilli  dans le cadre d’un contrat de prestation de service avec la société Phytobokaz ​. Son travail consistait à  confirmer la présence de certaines molécules contenues dans un extrait de la plante Neurolaena Lobata et évaluer l’activité de ces molécules sur plusieurs enzymes , a détaillé l’institution.

Elle ajoute que  dans ce cadre, il n’a pas été mené de travail de recherche sur des virus ou sur des humains. Les résultats obtenus sont préliminaires et n’ont pas fait l’objet d’une publication scientifique .

Une piste à ne pas exclure
Des molécules peuvent montrer certaines propriétés (sur des virus, des enzymes…) in vitro sans que cela soit reproductible chez l’homme.

 L’usage traditionnel de la plante dans des symptômes de fièvre / grippaux […] n’est pas une démonstration d’activité d’une manière générale, encore moins en cas de Covid-19 , a expliqué à l’AFP Pierre Champy, professeur de pharmacognosie à l’Université Paris Saclay.

On ne peut exclure une piste, mais  dans l’état actuel de ce qui accessible, c’est très, très préliminaire , a abondé Sylvie Michel, de la Faculté de pharmacie de Paris.


Ouest - France / MCP, via mediacongo.net
1276 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Tshuapa: une maladie semblable au choléra fait de nombreuses victimes à Ikela
left
ARTICLE Précédent : Drépanocytose : la jeunesse protestante de Kinshasa encourage le dépistage avant le mariage
AUTOUR DU SUJET

France: un député de Guadeloupe ovationné à l'Assemblée après son intervention sur...

Monde ..,

Guadeloupe : la France assignée en justice pour réparation de l'esclavage

Monde .., Guadeloupe