mediacongo.net - Actualités - La RD Congo a tout le potentiel de se construire un destin continental loin de celui qu’elle connaît actuellement (Analyse)



Retour Politique

La RD Congo a tout le potentiel de se construire un destin continental loin de celui qu’elle connaît actuellement (Analyse)

La RD Congo a tout le potentiel de se construire un destin continental loin de celui qu’elle connaît actuellement (Analyse) 2021-03-29
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2021_actu/01-mars/22-28/lumumba_statue_21_0214500.jpg -

Pays au cœur de l’Afrique, la RD Congo a tout le potentiel de se construire un destin continental loin de celui qu’elle connaît actuellement.

Pour la République démocratique du Congo, il est opportun de réfléchir aux linéaments d'une approche de développement économique et social intégré à même de lui permettre de créer la croissance inclusive, résiliente et durable que mérite l'un des pays du monde les plus riches au kilomètre carré. Il ne s'agit pas d'un rêve éveillé mais bien d'une perspective réaliste qui peut faire de ce pays aux neuf frontières une locomotive de co-émergence grâce aux espaces socio-économiques transfrontaliers homogènes qui l'entourent. Pour cela, elle doit sortir de son économie de guerre.

Sortir de son économie de guerre

Une économie de guerre est une universalité de rationalités commerciales, financières, monétaires, politiques et sociologiques interdépendantes et en dynamique, le tout basé sur le contrôle des moyens de la violence. Comme dans toute économie, ses acteurs développent l'expertise qui est nécessaire à la poursuite de leurs objectifs.

En RDC, ce principe a fécondé des rébellions qui se sont alliées avec des investisseurs et des exploitants informels privés pour piller les ressources du pays au grand dam de ses populations. Ainsi, les foyers de rébellion se sont multipliés pour développer et consolider des centres de pouvoir. Ce principe s'est transformé en paradigme pour finir par faire du pays un territoire d'économie de guerre avec ses rationalités, systèmes et structures propres ; une économie avec son secteur public, son secteur privé et sa classe politique, tous définis par leur congruence par rapport à l'économie de guerre. Rien de surprenant alors que de se retrouver entre pouvoirs centraux, pouvoirs provinciaux et rebelles potentiels pour faire la paix en se partageant le pouvoir.

Paix armée et rebellions larvées ont surtout été à la base de la relative stabilité observée dans le pays depuis son indépendance. La neutralisation des capacités de nuisance aussi. Dans tout cela, aucune place n'a été faite pour le développement économique et social des populations. Il faut dire que, humiliées et obsédées par leur survie alimentaire quotidienne, elles n'ont guère été une menace explicite pour l'ordre établi. Tout cela a impacté les institutions du pays.

Stopper le dévoiement de ses institutions…

À l'instar de nombreux pays africains du début des années 1990, la RDC a tenu sa Conférence nationale. Pour rappel, les Conférences nationales souveraines ont été tenues pour contenir la colère de populations appauvries par l'application apathique des « Dix Commandements » du « Consensus de Washington », parmi lesquels les recettes univoques des programmes de stabilisation, d'ajustement structurel et de libéralisation des lointaines institutions de Bretton Woods. Elles ont accouché de décisions visant à démocratiser les champs politiques africains par l'introduction du multipartisme et la construction d'institutions démocratiques.

Parmi les premiers pays à subir les affres du Consensus de Washington depuis 1980, la RDC a connu, sept ans après sa Conférence nationale souveraine, une rébellion armée qui a pu s'emparer du pouvoir central de Kinshasa. D'autres rébellions armées ont suivi, qui se sont soldées par le partage du pouvoir entre groupes armés avec, cependant, une grosse nuance : cela s'est fait au travers des institutions républicaines.

… par des alliances contre nature

Parallélisme des forces, la neutralisation des groupes armés par le partage du pouvoir s'est traduite par le partage du contrôle des institutions républicaines entre adversaires devenus alliés politiques. Pendant très longtemps, les institutions de la RDC se sont ainsi progressivement ligotées, rendant le pays véritablement ingouvernable sur le plan socio-économique. En somme, l'expression contextuelle du « diviser pour régner » et/ou du « coopérer avec ceux qui représentent une menace ».

La RDC s'est ainsi illustrée dans une sorte de juridisme institutionnel qui a contribué à dévoyer ses institutions républicaines qui se disaient démocratiques. Du personnel dévoyé a perverti la rationalité des institutions : justice, parlement, police, armée, éducation, santé, système électoral, finances publiques, etc., l'essentiel étant de contrôler les institutions et de « suivre » des procédures que l'on peut établir ad hoc, même si elles sont issues de lois iniques.

Un chef-d'œuvre de coup d'État structurel quasi permanent par la prise de toutes les composantes de la citadelle républicaine.

Révolution institutionnelle sans nouvelles élections

Cela étant, sur quelles bases contester des lois, des sanctions, ou le résultat d'élections ? C'est ainsi que le génie politique congolais a été mis en œuvre pour prendre, à défaut d'arguments, objecteurs de conscience et autres organisations des droits de l'homme. De quoi susciter des vocations sur le continent. Les Congolais sont ingénieux. Leur classe politique apprend très vite. C'est ainsi que la RDC a aussi inventé un modèle de révolution institutionnelle sans nouvelles élections législatives.

En renversant des majorités au Parlement et au Sénat, « simplement » en faisant que des élus y changent de bord politique. Pour y arriver, il fallait d'abord renverser les loyautés au niveau de l'armée, la police et la justice, ce qu'un chef d'État en exercice bien conseillé pouvait faire. Un contrecoup d'État structurel qui peut durer le temps de nouvelles alliances politiques « catalysées » par le contrôle des moyens de la violence. Et les populations affamées, humiliées, désespérées et énervées dans tout cela ?

S'atteler à construire une nation

Les récentes sanglantes émeutes qui ont eu lieu dans un pays réputé stable comme le Sénégal doivent faire réfléchir les nouveaux dirigeants congolais. Ils doivent construire une nation. Le Sénégal, réputé stable et démocratique, a vu les fondements de sa république menacés par les émeutes du 3 au 8 mars 2021. Des régulateurs sociaux bien installés dans sa culture séculaire du vivre-ensemble sont automatiquement entrés en action pour apaiser la situation. Cette particularité bien sénégalaise aura été salutaire. Après avoir essuyé cette dangereuse alerte, il était juste pour les autorités sénégalaises de montrer qu'elles sont prêtes à répondre aux attentes de leurs populations par des initiatives immédiates.

Cependant, il leur faudra rapidement revenir à l'analyse des déterminants structurels qui sont véritablement à la base des frustrations exposées, afin de faire des propositions de développement économique et social auxquelles leurs populations pouvaient croire. C'est la crédibilité de ces propositions qui motiverait leur adhésion. Pour gagner une paix sociale durable, il faut démontrer aux populations comment bâtir une économie résiliente sur ses forces, y compris dans le cadre de partenariats gagnant-gagnant. Cette analyse vaut aussi pour une RDC qui est beaucoup moins stable que le Sénégal. Pour ce faire, revenons aux fondamentaux de la Nation.

Qu'en est-il ? Une nation se définit par une communauté de destin. On partage une communauté de destin quand on peut en revendiquer une part. C'est ce qui peut faire qu'on se sente concerné par le devenir d'une communauté et être motivé à participer à sa construction. Ceci renvoie à l'inclusion et à l'enrichissement collectif par l'addition des diversités. C'est pourtant ce que beaucoup de politiciens n'arrivent pas à faire, qui fondent leurs attitudes et interventions sur la recherche de situations de rente. Un tel paradigme ne peut mener qu'aux exclusions, injustices, rancœurs, revanches, désordres et déstabilisations, confisquant le devenir d'une nation.

Tant que des gens iront en politique, surtout pour assurer leur bien-être personnel, il se trouvera toujours d'autres personnes pour le leur contester, légitimement. C'est pourquoi la construction des nations est difficile en Afrique, les conflits entre les populations frustrées sapant les initiatives pour construire une communauté de destin. Le fait est qu'on ne peut pas bâtir d'équilibre institutionnel durable par la somme algébrique de déséquilibres politiques fondamentaux. Le modèle politique qui a été développé en RDC a banalisé, voire normalisé l'instabilité. Il pourrait entraîner de graves conséquences sur la sécurité des populations et alimenter des instabilités sociales chroniques. Les options de sortie de crise institutionnelle qui sont discutées par beaucoup de commentateurs sont, à court et moyen termes, des scénarios catastrophes pour les populations pauvres de ce riche pays. Le seul résultat en serait la neutralisation de la capacité de nuisance mutuelle entre adversaires politiques. Cela donnerait l'illusion d'une stabilité politique qui diffère le travail du développement, gage de stabilité sociale. C'est ainsi que l'ombre de la misère est toujours dans l'angle mort de la plupart des politiciens. Puisqu'on ne peut pas fuir son ombre, aucun arrangement politique ne devrait prévaloir sur l'urgence d'états généraux du développement. Ils pourraient réunir enfants, amis et alliés du pays autour de la recherche de solutions directes à une croissance inclusive qui fécondent leur communauté de destin.Il est possible de faire sortir la République démocratique du Congo de ses propres pièges politiques pour en faire une locomotive de croissance inclusive pour ses populations et pour l'Afrique.

Installer la RDC sur l'orbite de la co-émergence

Au regard de tous ces éléments, la RDC peut-elle enfin se réveiller pour incarner l'espoir d'une co-émergence africaine bâtie sur les immenses forces du continent ? Ce serait possible si tous les politiciens congolais mettaient leurs bilans économiques et sociaux et leurs projets sur la table. Il convient aujourd'hui, pour tous les enfants, alliés et amis de la RDC, de se réunir autour de la conception et de la mise en œuvre effective de programmes de croissance inclusive pour sortir les populations du pays de la misère à laquelle rien ne les prédispose. C'est cela l'intérêt d'une vraie « Union sacrée pour la Nation ».

Car la RDC a vraiment tout ce qu'il faut pour se développer et être un modèle pour toute l'Afrique. Avec neuf frontières, le pays connaît une diversité culturelle autant qu'une diversité de ressources à même de permettre de construire plusieurs centres de croissance multipolaires dans chacune de ses vingt-six provinces. C'est une question d'expertise et de méthode. Explications.Au départ, il s'agit de construire des chaînes de valeurs sur des lignes de production dormantes et/ou insuffisamment exploitées. Par ligne de production, il faut entendre le potentiel d'exploitation d'une matière première agricole, halieutique, minérale, solaire, atmosphérique, éolienne, créative, culturelle, touristique, etc. Il faut aussi entendre les potentiels de production pour soutenir des infrastructures. Cela est valable pour la fourniture d'électricité par du potentiel hydroélectrique, les cours d'eau pour développer une économie maritime et/ou fluviale, etc.

La question centrale est celle du modèle de transformation de la ressource que constitue une ligne de production. Celle-ci peut devenir une chaîne de valeurs si elle est travaillée de manière à produire des opportunités de création de valeurs ajoutées cascadées en chaînes, au niveau d'un espace économique donné. Elle peut donner naissance à une filière lorsqu'elle offre l'occasion à des acteurs de se constituer en structures consulaires pour l'exploiter. Le développement de chaînes de valeurs, par la transformation de lignes de production potentielles, peut aider à y intégrer des espaces économiques généralement discontinus et caractérisés par un manque de cohésion des structures économiques. Il convient de régler la question de la définition du territoire en termes de sous-espaces économiques homogènes, c'est-à-dire des espaces qui renferment les mêmes potentialités, opportunités, vulnérabilités et défis. On en ferait alors des sous-espaces plans, c'est-à-dire des espaces qui peuvent faire l'objet des mêmes programmes intégrés, avec un degré élevé de cohérence et d'homogénéité décisionnelle. C'est une manière d'organiser la décentralisation de l'initiative, de la programmation et de l'action, pour permettre la participation du plus grand nombre de femmes et d'hommes, au plus grand nombre d'activités économiques et sociales auxquelles elles attachent de la valeur. Cela n'est pas à confondre avec la déconcentration du pouvoir.

S'appuyer sur des stratégies d'interface

L'un des moyens d'y arriver est de s'appuyer sur des stratégies d'interface qui permettent de définir rapidement des sous-espaces plans dans toute l'étendue du territoire de la RDC. On peut ainsi rapidement venir avec des programmes intégrés accompagnés de projets définis jusqu'au bout. Ces sous-espaces plans vont abriter des grappes intégrées d'activités économiques et sociales. Des interventions combinées et livrées sous forme de « packages » pourront ainsi toucher aux infrastructures, à l'éducation, à la formation, à la création d'entreprises, à la transformation industrielle, à l'industrialisation du secteur informel et à son intégration au secteur formel, aux services d'appui financiers et non-financiers aux entreprises, aux activités sociales, etc. Chaque intervention fera partie d'un système : elle n'aura de sens que par rapport au système. Un tel modèle va avec son système intégré de financement qui est basé sur des partenariats public-privé sur les chaînes de valeurs. Il permet d'utiliser des fonds publics limités pour lever des investissements privés massifs et collectivement dé-risqués.

C'est ainsi que l'on peut envisager de créer et de développer des centres de croissance multipolaires, de les relier entre eux par des chaînes de valeurs. Une telle approche pourrait justifier la création de plateformes logistiques compétitives et bancables, de les relier entre elles par des chaînes logistiques, pour finir par désenclaver des pans entiers du territoire de la RDC. On peut ainsi prendre tous les éléments congruents d'une stratégie intégrée pour les conjuguer et, en même temps, développer des aptitudes par la formation dans l'action. Se faisant, on peut produire des programmes de développement intégré et accéléré dans toutes les provinces de RD Congo et travailler en même temps à les mettre en œuvre pour un impact rapide sur les populations. 

C'est ce menu-là qui devrait être sur la table du dialogue entre les hommes politiques, d'autant plus qu'en l'état actuel, la composition du futur gouvernement se fera vraisemblablement sur des bases politiques et géographiques. En procédant avec les éléments ci-dessus développés, peu importera finalement qui sera au gouvernement. Le plus important sera ce sur quoi ses membres vont travailler. Au sortir de cette démarche, les Congolais ne devraient pas manquer de s'entendre sur l'essentiel et se mettre véritablement en orbite de co-émergence et d'entraîner dans son sillage toute l'Afrique.

 

 


Le Point / MCP, via mediacongo.net
8331 suivent la conversation
17 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

Anonyme k | 1B1WY71 - posté le 02.04.2021 à 00:21

La thèse de l’article à propos du développement,semble cohérent cependant la notion de confiance absolue entre compatriotes qui me paraît être la variable la plus importante pour un développement saint et durable,n’est pas assez mis en avant comme le disait Obama lors de la crise de subprime : l’économie a une part de psychologie qu’aucun spécialiste ne pourrait maîtriser. 2ème point ,faut absolument arrêter de croire aux hommes providentiels par contre croyons à la naissance des institutions forts,totalement indépendantes qui devront durer dans l’espace et le temps car seul ,une institution peut se projeter sur des investissements à long terme qui impacteront sur...

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme k | 1B1WY71 - posté le 02.04.2021 à 00:19

La thèse de l’article à propos du développement,semble cohérent cependant la notion de confiance absolue entre compatriotes qui me paraît être la variable la plus importante pour un développement saint et durable,n’est pas assez mis en avant comme le disait Obama lors de la crise de subprime : l’économie a une part de psychologie qu’aucun spécialiste ne pourrait maîtriser. 2ème point ,faut absolument arrêter de croire aux hommes providentiels par contre croyons à la naissance des institutions forts,totalement indépendantes qui devront durer dans l’espace et le temps car seul ,une institution peut se projeter sur des investissements à long terme qui impacteront sur...

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 30.03.2021 à 21:09

Où est donc passée l’opposition au Congo, pourquoi les messages négatifs n’ont même pas encore atteint les 1000 ?

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Un combatant | BE8KI5L - posté le 29.03.2021 à 18:00

Ma chaine Youtube, ===Boke, l’oeil d’un économiste====, met en lumière nos rigidités structurelles, le dérèglement de l’Etat Congolais, et de l’analphabétisme de nos chefs de l’Etat. Le Nigeria nous démontre nos insuffisances en matière de scolarité, formation technique et connaissance. En 1963, nous avons eu un surplus de $1 milliards par rapport au Nigeria. En 1980-81, l’écart était de $152 M et en 2014, il était de $533M. Nous manquons un plan de rattrapage économique et un programme de transformation structurelle. Abonnez dans…Boke, l’oeil d’un économiste.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 29.03.2021 à 17:53

Il me semble que le sujet est trop compliqué pour beaucoup ; ils veulent quelque chose de simple, formule 1 bébé, avec des noms à attaquer et pointer du doigt ; Mais que n’en soit, ils ont trouvé consolation dans les noms dans les commentaires pour ticket sans même lire l’article. Le seul commentaire que je vois n’est que la copie de ce que nous avons dit il y a une semaine ; Mais en son temps il avait froidement critiqué juste pour contredire les personnes qu’il n’aime pas.

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 29.03.2021 à 03:40

Bravo Le Point! : Un excellent article et très bien écrit ! On n’en trouve pas beaucoup de ce genre positif qui projette le développement, un sujet je présume très difficile pour ces journalistes qui n’exploitent que les faits politiques divers et n’alimentent que les débats mondains.

Non 36
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 29.03.2021 à 03:29

...de développement des pays en voie de développement, créant l’emploi pour les locaux, payant les salaires et répondant à la demande locale.

Non 60
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 29.03.2021 à 03:27

...peut être pesée ou mesurée avec des valeurs statistiques du Produit Intérieur Brut. Le développement est plutôt un processus de changement permettant à un peuple de se prendre en charge, de prendre contrôle de sa destinée et d’atteindre son potentiel maximum. Cela nécessite de donner au peuple les biens, la confiance, les compétences, les et libertés nécessaires pour atteindre ce but. Tout gouvernement qui chercherait à élever les conditions chroniques de ses populations devrait se concentrer sur les conditions qui permettraient aux petites entreprises et la micro-entreprise informelle de village de prospérer. Elle joue un rôle important dans l’effort de...

Non 58
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 29.03.2021 à 03:26

...que les actionnaires nomment. Du coup le Congo peut maintenant attirer des financements extérieurs, et financer d’autres entreprises et programmes rentables. L’épargne des Congolais viendra de leur travail de la terre et autres activités. Pour que le Congo se donc développe, il doit donc compter sur la force de travail de sa population longtemps ignorée et son bien-être. Le développement peut être coordonné par les gouvernements et les agences officielles d’aide à travers l’octroi des institutions, infrastructures, services et supports, mais en fin de compte il est atteint par les populations elles-mêmes. Le développement n’est pas une commodité qui...

Non 73
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 29.03.2021 à 03:24

...aussi souvent élaboré sur ce plateau et qui demande le partage des richesses à travers les parts sociales dans les entreprises de l’Etat entre tous. Ce qui va se passer est que les Congolais récupèrent leur droit et profits aux ressources qui leurs appartiennent, les ressources sont distribuées entre tous, les actionnaires qui sont le peuple suivent de près la gestion de leurs entreprises et décident de leurs gestionnaires dans les assemblées générales et ils dirigent leurs épargnes vers le développement de ces entreprises et la création des nouvelles. Du coup, le Congo vient de créer sa première institution de Stock Exchange basé sur la confiance des gestionnaires...

Non 89
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 29.03.2021 à 03:22

...diviser ces ressources entre les 100 millions d’habitants ou mieux, les 5 millions de familles élargies de 20 que compte le Congo. Logique claire et mathématique n’est-ce pas ? Vous divisez les ressources et vous avez partagé les richesses entre tous et le problème est réglé en un jour en attendant juste la logistique. Il y aura des biens divisibles comme les terres, les fonds, qui mettrons les gens au travail, d’où la pertinence du projet « BU MUNTU » de Families Against poverty International que nous avons partagé ci-haut, et de l’autre côté, il y aura des biens indivisibles comme les minerais et autres. C’est le deuxième élément du projet que nous avons...

Non 102
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 29.03.2021 à 03:21

...nous ignorons trop souvent et passons à coté tous les jours sans payer attention et sans penser organiser: nos biens ; Pourtant là est notre salut dans le peu de temps que nous avons pour soulager la misère de nos populations. Lorsque vous demandez à l’intelligence Artificielle de vous donner la meilleure réponse à la question de savoir que vous faut-il faire lorsque vous avez en face de vous un pays avec toutes les ressources du monde et avec l’une des populations les plus pauvres du monde, et que vous voudriez voir changer pour le meilleur, pas en deux ans, mais en 1 jour, que pensez-vous que la machine va vous répondre ? Elle vous dira que la solution optimale est de...

Non 114
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 29.03.2021 à 03:20

...Le challenge que les pays Africains ont face à un développement rapide comme le souhaite leur populations est le niveau de leurs finances, et le Congo n’est pas une exception. Des efforts énormes sont entrepris pour attirer le financement des programmes de développement, mais ils viennent toujours avec la mesure des caprices des donneurs et nous savons combien la politique est de pied dans ce domaine alors que la pression sociale est grande. Que nous faut-il donc faire au Congo ? Il faut regarder aussi et peut être plus à l’intérieure. Il nous faut combattre sur deux fronts aussi efficace l’un que l’autre : Le financement extérieure d’une part et de l’autre ce que...

Non 134
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Lwabeya Ntumba | LAAJN8T - posté le 29.03.2021 à 03:18

C'est du déjà entendu. C'est un slogan.

Non 1
Oui 65
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 29.03.2021 à 03:18

Bravo le Point, vous venez de dire en bon français je l’avoue avec plaisir, ce que nous n’avons cessé de prôner sur cette plateforme de media Congo a travers le grand projet de « Families Against Poverty International ».

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
SHAKA | 2ZKD172 - posté le 29.03.2021 à 01:56

la solution aujourd'hui pour la RDC et la création d'un état fédérale qui supervise des états indépendants comme les USA, il faut 3 ou 4 petits états proches des peuples ,des gouvernements des états capable de contrôler facilement leurs territoires et organiser leurs états, je sais certains s'accrochent a ce mite de la RDC unie en théorie ou les citoyens sont éloignés les uns des autres

Non 2
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
SHAKA | 2ZKD172 - posté le 29.03.2021 à 01:51

la RDC dans sa forme actuelle ne peut plus sortir du trou surtout avec le concept de la démocratisation, pour commencer la RDC doit devenir une vrais nation homogène ,finir avec les tribus et ethnies, l'immensité du pays fait que le pouvoir central et déconnecté des réalités locale, ce pays avait rater le coche dans les années 60-70 post coloniale quand le pays était très riche avec d'énormes réserves a la banque centrale ,les prix des minerais était au zénith ,les infrastructures, l'outil de production opérationnelle, il n'y a plus rien c'est un pays brut aujourd'hui avec des mentalités destructrices ,une classe politique médiocre, un enseignement à terre, le gout du luxe

Non 4
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Les Banyamulenge disent « non » au M23 et au Rwanda
AUTOUR DU SUJET

PRIMUD 2021 : Comme l’année dernière, zéro trophée pour la Rd-Congo !

Culture ..,

Affaire des cartes visas: et si c'était le moyen utilisé par certaines hautes personnalités...

Economie ..,

Mines: la RD Congo pour des contrats « gagnant-gagnant »

Economie ..,

Les forêts les plus importantes pour la conservation se trouvent en RD Congo

Science & env. ..,