mediacongo.net - Actualités - Kinshasa : le manque d'eau potable expose les femmes et filles aux violences sexuelles



Retour Femme

Kinshasa : le manque d'eau potable expose les femmes et filles aux violences sexuelles

Kinshasa : le manque d'eau potable expose les femmes et filles aux violences sexuelles 2021-04-07
Société
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2021_actu/01-avril/05-11/fontaine_eau_21_02145.jpg -

Les violences sexuelles contre les femmes et filles demeurent un fléau persistant en République démocratique du Congo.

A Kimbanseke, commune dense de l’est de Kinshasa la capitale, la circulation vers certaines heures du soir fait des femmes et filles des victimes potentielles d’agressions sexuelles.

C’est le cas de Chancelvie, agée de 16 ans, habitant le quartier Batumona, abusée sexuellement par un groupe de personnes pendant qu’elle allait chercher de l’eau potable.

« C’était le soir, je suis allée chercher de l’eau car dans notre quartier, il n’y en avait pas. Je me suis retrouvée seule au point d’eau. Brusquement, j’ai vu deux hommes venir vers moi ; avant que je ne réalise ce qui se passait, ils m’ont jeté par terre et ont commencé à me frapper très fort. Par la suite, ils m’ont violé à tour de rôle. Il faisait noir, je criais mais personne ne venait à mon secours. Au bout d’un moment quand ils ont vu que des gens commençaient à arriver, ils ont fui », raconte-t-elle.

Georgine agée de 37 ans, mère de famille, reconnait les risques de viol qu’encourent actuellement les filles qui osent sortir la nuit ou vers 4 heures du matin chercher de l’eau dans son quartier.


« Nous n’avons pas d’eau depuis plusieurs années. Nous nous approvisionnons au site de forage pour avoir de l’eau potable car les eaux de puits ne sont pas de bonne qualité. Le forage est ouvert très tôt matin ou très tard le soir. Mais avec cette insécurité, nous évitons de nous rendre au forage le soir. Nous ne voulons pas prendre des risques ou exposer nos filles. Ce qui n’est pas facile pour nous car nous ne pouvons nous procurer de l’eau que très tôt le matin et surtout éviter de se retrouver seule à cet endroit », explique-t-elle.

Les cas de viol sont légion. Entre janvier et juin 2020, la République démocratique du Congo a enregistré une moyenne de 74 cas de violence sexuelle par jour, une situation qui s'est aggravée suite à la crise sanitaire liée à  la Covid-19, indique un rapport de l’Organisation des Nations unies pour la promotion de la femme (ONU-Femme).

Pour mettre fin à cette insécurité vis-à-vis de jeunes filles causée le plus souvent par des jeunes désœuvrés au niveau des communes, les habitants de ce coin de la capitale invitent les autorités compétentes à renforcer les capacités des bourgmestres des communes. Ils proposent que les autorités municipales fassent office d’officiers de police judiciaire afin de jouer le rôle d’auxiliaire de justice, de faire correctement le suivi des dossiers liés au banditisme urbain et de déférer les responsables devant la justice.
 

Tricya Musansi
congo-press.com (MCP) / mediacongo.net
1300 suivent la conversation
2 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

Salima | TTYVYQL - posté le 08.04.2021 à 00:53

Quel commentaire tien! Un commentaire stipude vraiment.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Antoine | GNF1HEC - posté le 07.04.2021 à 19:39

Nouveau slogan, constituant un alibi pour mobiliser des fonds que ne bénéficient jamais les victimes. Cette histoire de Chancelvie qui se retrouve seule à un point d'eau dans un quartier qui connaît une carence d'eau sonne une supercherie ; seule sa famille dans toute la commune n'avait pas d'eau ? S'il y a des vrais cas, pour lesquels on a des preuves pourquoi pas les remettre à la justice pour des poursuites au lieu de nous crier nuit et jour violences sexuelles ? Ces filles et femmes se prostituent pour trouver de quoi vivre devraient plutôt bénéficier des projets de création d'activités génératrices des fonds qui leur permettront de vivre dignement, voilà la vraie lutte...

Non 30
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : Les femmes en période d'ovulation, des rivales aux yeux des autres femmes ?
left
ARTICLE Précédent : Violences sexuelles en RCA: la RDC va rester «attentive et solidaire»
AUTOUR DU SUJET

Cité du fleuve : le rêve immobilier d’un « Dubaï » tropical qui prend l’eau

Société ..,

Meurtre de Fabrice Mudiadambu: la famille ne sait toujours pas faire son deuil

Société ..,

Dossier Sokimo contre Kibali Gold Mine : la coalition « Tous pour le Congo » indexe le Tribunal...

Société ..,

Kinshasa : Nouvel Élan de Muzito et d’autres organisations politiques et sociales dans la rue...

Provinces ..,