mediacongo.net - Actualités - Lubumbashi : quand le droit à la santé des orphelins du Sida est bafoué



Retour Société

Lubumbashi : quand le droit à la santé des orphelins du Sida est bafoué

Lubumbashi : quand le droit à la santé des orphelins du Sida est bafoué 2021-06-16
Provinces
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2021_actu/06-juin/14-20/Lubumbashi-droit-sante-%20des-orphelins.jpg -

À Lubumbashi,ils sont 1136 enfants orphelins du VIH Sida dont  976 sont eux-mêmes porteurs du virus se butent à plusieurs problèmes dont la prise en charge des maladies opportunistes dont ils souffrent souvent. À part les antirétroviraux qu’ils reçoivent régulièrement, les autres maladies ne sont pas prises en compte. Leur droit à la santé est bafoué.

À  18 ans  Annie*  (le nom a été changé), est orpheline de père et de mère, tous décédés du VIH Sida depuis qu’elle avait 12 ans.  Elle-même est une personne vivante avec le VIH Sida ou PVVIH. Elle fait face à une situation difficile, elle a subi une opération qui s’est mal passée. À l’heure actuelle sa plaie s’est rouverte et les matières fécales sont évacués par le ventre.  Aucune structure sanitaire ne la prend pas en charge, seule une femme travaillant au programme national multisectorielle de lutte contre le VIH SIDA la prend en charge avec ses propres moyens. « Je viens rencontrer Docteur Micky Ilunga  pour qu’elle m’aide avec un peu d’argent pour que j’achète des médicaments que l’on m’a prescrites   pour soigner ma plaie ». Explique Annie*. Étant elle-même incapable d’assurer ses soins médicaux.

La prise en charge sanitaire de ces enfants vulnérables est un DROIT

Cet  exemple illustre combien il est difficile pour les PVVIH et orphelins de surcroît d’avoir accès aux soins. Si  ces enfants ont accès aux antirétroviraux, il n’en demeure pas que les autres pathologies et notamment les maladies opportunistes  sont difficilement prises en charge par l’État congolais. Numéro 18 -012  modifiant et complétant la loi 08/011 du 14 juillet 2008  portant protection des droits des personnes  vivant avec le VIH /SIDA dans son article 11 dispose : « l’État assure gratuitement l’accès aux soins de prévention, aux traitements et à la prise en charge des personnes vivant avec le VIH/SIDA dans les établissements sanitaires publics et privés intégrés dans la stratégie de soins de santé primaires.  A cet effet, il met en place et organise les structures nécessaires à la prévention, à la prise en charge et à l’accompagnement psychologique, social, économique et juridique des personnes vivant avec le VIH/SIDA ainsi que des personnes affectées. »

Les soins de santé primaires sont donc un droit pour ces enfants vulnérables. Les instruments juridiques nationaux et internationaux dont la constitution en son article 47  établit la santé comme étant un droit. Le Pacte Internationales droits économiques, sociaux et culturelles PIDESC en sigle  dispose également à son article 12 dispose : « Les États Parties au présent Pacte reconnaissent le droit qu’à toute personne de jouir du meilleur état de santé physique et mentale qu’elle soit capable d’atteindre. » mais malheureusement, ceci n’est pas le cas pour les enfants PVVIH et orphelins qui vivent à Lubumbashi.

Les moyens manquent, les orphelins PVVIH livré à eux-mêmes

Docteur Micky  Ilunga ,  coordonnatrice du programme multisectorielle de lutte contre le VIH Sida exprime son désarroi face  aux difficultés que cette structure a pour prendre charge sur le plan sanitaire ces enfants : « Ce n’est pas facile d’autant plus que les moyens sont limités. Pour le moment il n’y a que l’Unicef qui nous finance, mais pour avoir des activités parraines, les fonds doivent venir de l’État,  si ns pouvons avoir le fond  pour lutter contre le VIH Sida  l’idéal ». Ces enfants sont doublement vulnérables, faute d’une bonne prise en charge certains perdent la vie a confié la coordonnatrice de PNMLS

John  Zenon  chargé d’études et planification Division  des affaires Sociale à Lubumbashi il explique également que les fonds pour assurer la prise en charge de ces enfants manquent. : « Leur prise en charge pose problème à ces jours. Les infants infectés, ils sont pris en charge  avec les moyens de bord. »  Il explique qu’on leur donne  une attestation d’indigence. Mais même avec cette attestation, il est toujours difficile qu’ils soient pris en charge par une structure privée. « Les structures publiques ou Étatiques sont souvent à court des produits médicaux », déplore John Zenon. Et d’ajouter : « les subsides ne viennent pas il n’y a plus rien. »

Ainsi un grand nombre de ces enfants ne compte que sur eux-mêmes ou sur leurs familles d’accueils. « Certains sont obligés de quémander  ou d’emprunter d’autres voies comme la prostitution. » se désole Docteur Micky.  D’où le cri de cœur de John, chef de division des affaires sociales « si le gouvernement peu nous venir pour arriver à prendre en charge les vulnérables »


La Guardia Magazine / MCP, via mediacongo.net
431 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Pose de la première pierre pour la construction d’un amphithéâtre à l’ISSS/CR