mediacongo.net - Actualités - Marche du 15 septembre : Malgré le véto de Ngobila, le tandem Fayulu-Muzito maintient son agenda



Retour Politique

Marche du 15 septembre : Malgré le véto de Ngobila, le tandem Fayulu-Muzito maintient son agenda

Marche du 15 septembre : Malgré le véto de Ngobila, le tandem Fayulu-Muzito maintient son agenda 2021-09-13
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2021_actu/09-septembre/13-19/fayulu_muzito_21_02145.jpg -

Malgré le véto de Ngobila, le tandem Fayulu-Muzito maintient son agenda. A Goma, ECIDé mobilise en dépit de l’état de siège en vigueur.Voici un mercredi 15 septembre, qui s’annonce comme un jour pas très ordinaire sur le calendrier civil en RD Congo. Sa spécificité tient à deux événements. L’un majeur et éminemment institutionnel, à savoir la rentrée parlementaire pour la session ordinaire de septembre. L’autre, considéré comme circonstanciel ou presqu’un «no event», vu du pays officiel. Principalement du principal parti au pouvoir et ses alliés.

Cependant, si la rentrée parlementaire reste un acquis, la marche de la plateforme Lamuka, annoncée depuis plusieurs semaines, reste sujet à controverse. Bien en illustre, la réaction du vendredi 10 septembre du Gouverneur de la ville de Kinshasa qui a interdit cette manifestation dans les rues de la capitale. Sans y aller avec le dos de la cuillère, Gentiny Ngobila a renseigné aux organisateurs de la marche que sa décision  a été motivée par le souci de mettre les manifestants à l’abri de toute contamination massive.

Aussi, le premier des Kinois a-t-il notifié aux responsables de Lamuka que compte tenu des instructions des pouvoirs publics et les restrictions universelles édictées par l’autorité sanitaire mondiale, en l’occurrence l’OMS    (Organisation mondiale de la santé), il ne saurait donc autoriser leur marche annoncée pour ce mercredi 15 septembre sur l’ensemble du pays pour exiger la dépolitisation de la Centrale électorale.

Cependant, malgré l’objection du Gouverneur de la ville de Kinshasa, le tandem Fayulu-Muzito tient mordicus à son agenda et maintient leur manifestation de mercredi. Même son de cloche à Goma, où  la fédération provinciale du parti ECIDé (Engagement pour la citoyenneté et le développement) annonce une descente dans la rue ce mercredi 15 septembre. Au cours d’un point de presse le vendredi dernier, Albert Kuveho, secrétaire exécutif provincial du parti cher à Martin Fayulu, cité par le média en ligne «ouragan.cd», explique que l’objectif de cette grande manif pacifique est de dire NON à toute manœuvre tendant à politiser la CENI avant la tenue de nouvelles élections prévues en 2023.

 «Nous devons éviter de revivre l’histoire des élections truquées. Nous devons obtenir les réformes consensuelles de lois avant l’organisation des élections de 2023. Nous avons déjà écrit au maire de la ville. Voilà pourquoi, nous appelons la population de Goma à participer massivement à à la marche pacifique que nous organisons  ce mercredi 15 septembre. Même si le maire de la ville interdit notre manifestation, nous jouissons cependant, de nos droits constitutionnels. La manifestation publique est reconnue et maintenue», explique Abner Kiveho, cité par la même source.

Le Sg de l’ECIDé ajoute que tout est fin prêt pour l’organisation de cette marche qui a deux points de départ pour les militants et partisans du parti à Goma.  A savoir, le Rond-point «Terminus Mutinga» pour les habitants du Nord de Goma et la station Simba pour ceux de l’Ouest de la capitale provinciale du Nord-Kivu. Tous devront se diriger vers le Bureau provincial de la CENI, lieu de chute de la marche, où sera lu et déposé un mémorandum des manifestants.

Par ailleurs, ce même cadre du parti cher à Martin Fayulu rassure que toutes les dispositions sont prises pour observer et faire respecter les mesures barrières contre la propagation de la maladie à Covid-19. Comme pour dire, les autorités de la ville devraient donc trouver un autre prétexte, au cas où elles se seraient opposées à cette manifestation de rue.

LE DEFI DE L’ENJEU SECURITAIRE?

Ajouter à la marche pacifique de Lamuka qui partira de Tshangu pour chuter au Palais du peuple, la rentrée parlementaire, tout donne à croire que les principales artères de Kinshasa connaitront une ambiance inhabituelle ce mercredi. Il y aura sans doute du monde. L’hypothèse de voir des badauds (infiltrés) aux côtés de véritables manifestants de Lamuka, n’est donc pas à écarter d’emblée.

Dès lors que l’objectif de la manifestation est connu, à savoir la dépolitisation de la CENI, des manifestants prendront sans doute la direction du Palais du peuple, siège du Parlement et point de chute de la manif. Or, l’expérience renseigne justement que dans les mêmes circonstances, soit à chaque rentrée parlementaire, des partis politiques au pouvoir mobilisent leurs militants qui prennent d’assaut le périmètre du Palais du peuple en guise de «soutien» au régime.

D’ores et déjà, des observateurs avisés tirent la sonnette d’alarme. Ils estiment que dans ces conditions, il y a risque que les deux camps antagonistes s’engagent dans un affrontement au cocktail Molotov à Kinshasa, dès lors que la manifestation a été interdite. Car, le fait de voir les partisans de Lamuka dans les rues, risquerait d’être considéré par les partisans du pouvoir, comme un défi à l’autorité urbaine qui dit avoir agi au nom des pouvoirs publics.

Les mêmes craintes sont exprimées pour la ville de Goma, quand on sait que la province du Nord-Kivu est placée sous un régime d’exception depuis le mois de mai dernier. L’administration militaire mise en place dans cette province, sera-t-elle tolérante et laisser les militants de l’ECIDé, plus globalement, les partisans de Lamuka, envahir pacifiquement les rues ? La question taraude plus d’un esprit alerte. Parce qu’il s’agit d’une marche annoncée ou prévue sur l’ensemble du territoire national, ce qui est dit pour Goma, vaut autant pour la ville de Bunia, chef-lieu de la province de l’Ituri, dans le Nord-est de la RD Congo, où l’administration civile a été remplacée par celle des militaires.

Pour toutes ces raisons avancées, d’aucuns estiment que les deux événements de ce mercredi, c’est-à-dire la rentrée parlementaire et la marche pacifique de Lamuka – bien qu’interdite à Kinshasa – charrie un enjeu sécuritaire non négligeable. Rien d’électrochoc ni de subversif en cela. «Gouverner, c’est prévoir ; et ne rien prévoir, c’est courir à sa perte», conseille Emile de Girardin.


Forum des As / MCP, via mediacongo.net
2787 suivent la conversation
14 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 13.09.2021 à 15:58

...morgues. Si le Gouverneur n’ avait pas pris cette décision, nous devrions donc encore nous préparer pour une nouvelle montée des cas, un nouveau confinement et couper assez de bois pour fabriquer plus de cercueils. Voilà ce qui arrive quand des soi-disant « leaders » ne mettent pas la vie des Congolais au centre de leur préoccupations mais poursuivent plutôt la carotte devant eux et les utilisent comme marche pied, puisque au bout de la marche les pneus font l’objet de plus d’attention que les blessés et moins encore la responsabilité de prévenir les infections parmi ses fanatiques, si on les aimaient tant ; C’est du « je t’aime, moi non plus ».

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 13.09.2021 à 15:57

...combien la vie de nos compatriotes leur importe peu devant leurs intérêts personnels. Voilà comment on emmène les enfants d’autrui à s’infecter entre-eux et à infecter ceux qui sont restés à la maison pour une logique d’enfants qui ne tient pas debout, une cause d'opportunisme et du bon timing devant les intérêts matériels. En son temps, nous avions dit que la dernière marche de lamuka aile « dodo » allait être le vecteur de la montée des cas de COVID 19 à Kinshasa ; peu avaient payé attention à cela et personne n’a pu mentionner aujourd’hui le lien possible entre cette marche passée et ces tant de morts que nous venons d’avoir récemment dans nos...

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 13.09.2021 à 15:55

Il serait bien de les laisser marcher pour qu’ils comprennent une fois pour toute que le peuple n’est pas dupe mais cependant il nous faut être plus responsables et compatissant pour protéger nos populations d’une maladie fatale. Sous un état d’urgence sanitaire quelque soit le degré aujourd’hui, certaines restrictions sont d’applications , les droits limités et au-dessus de toute loi. Je ne comprends pas comment Fayulu et Muzito n’ont pas pensé à cela d’eux-mêmes. . Pour les minerais du Congo, ces deux étrangers sauteront bien dans le vide du haut de la colline avec espoir qu'il seront rattrapé en bas; Humm, promesse du diable faites aux avares! Ceci montre...

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Papa Fololo | VNWZBF1 - posté le 13.09.2021 à 13:55

Botika bango to betana na balabala.

Non 1
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Antoine | GNF1HEC - posté le 13.09.2021 à 13:20

Pourquoi faire manquer à ces imbéciles l'occasion de manquer à comprendre leur mort politique? A la place des autorités, je les laisserai profiter de la naïveté de quelques dizaines des jeunes désœuvrés de la Tshangu, leur seul coin où ils peuvent profiter du manque de capacité de réflexion de quelques personnes sans personnalités et de moralité nulle qui courent derrière tout celui qui passe.

Non 1
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mbok'Elengi 10e rue | TSWZGT3 - posté le 13.09.2021 à 12:57

Avant Kabila=Apres Kabila. Kabila et Tshilombo memes methodes.....Tshilombo demande a Willy Mishigi, ONG FATSHI et Mbosso d'organiser aussi des marches le meme jour, kiekiekiekiekiekie.....Tshilombo va vers sa fin catastrophique...et les Luba seront en debandade apres le mbuma....

Non 2
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mbok'Elengi 10e rue | TSWZGT3 - posté le 13.09.2021 à 12:54

Tshilombo a peur de cette marche. Il craint sa fin comme en Tunisie et Egypte. Le peuple est mobilisee et Tshilombo va fini d'ici peu avec sa dictature...il a rempli les prisons plus que Kabila et il se donne la dicture de Luba...mais si la revolution ne reussi pas, nous allons le chasser comme en Guinee ou Mali...ses jours sont a compter. le pays se fond avec sa nomination par Kabila...

Non 2
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Le sérieux | ITYD3Q5 - posté le 13.09.2021 à 12:51

Monsieur NGOBILA doit laisser les gens s'exprimer librement. La marche est une façon de s'exprimer. Nous soutenons Tshisekedi mais nous ne soutenons ce genre d'agissement qui consistent à étouffer l'expression démocratique du peuple ou d'une partie du peuple.

Non 2
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
congo uni | PKLOZ8L - posté le 13.09.2021 à 11:40

Une alternative par example Comme creé une plateform virtuelle pour addresser le probleme

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
congo uni | PKLOZ8L - posté le 13.09.2021 à 11:38

Cette marche amenera rien.cherchons d autres alternatives

Non 4
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Okolela | V73Q7NS - posté le 13.09.2021 à 11:04

Laisser-les marcher...!!!!

Non 0
Oui 9
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Salima | TTYVYQL - posté le 13.09.2021 à 11:00

Si les gens qui étaient 38 ans dans l'opposition (et qui sont arrivés au pouvoir de façon controversée) ne se sont pas démocratisés malgré leur marque déposée de Union pour la DÉMOCRATIE et le progrès sociale, c'est un peu comme s'ils renonçaient sur leur nom de marque. Ça devient de la politique telle que le mot est compris et définie au sein de la tribu au village?

Non 4
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
LE CONGOMANI | HPHMW34 - posté le 13.09.2021 à 10:29

Je me demande pourquoi on interdit la marche de ces DUPONT et DUPOND. C'est leur donner de l'épaisseur pour rien. LAMUKA est un truc foutu, essoufflé, fatigué, désaxé, qui a perdu tout repère. Laissez-les se foutre dans la rue comme ils en ont l'habitude; et à la fin de la journée, ils rentreront chez eux. Ils pensent que leur marche va changer le cours des événements! Mais non. Quelle façon de se tromper! La CENI sera bel et bien dirigée par Dennis Kadima. La CENCO l'a compris et a abandonné sa démarche de chercher à être reçue par Fatshi. Vivement 2023.

Non 11
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Finances publiques: « Le dépassement budgétaire à la présidence n’est pas un acte de détournement » (Jules Alingete)
AUTOUR DU SUJET

Kikwit : Lamuka s'insurge contre l'entérinement des membres de la Ceni et annonce des marches

Provinces ..,

Céni : l’heure est au travail pour rattraper le temps perdu et éviter à tout prix un...

Politique ..,

Vers une coalition FCC-Lamuka ?

Politique ..,

Martin Fayulu considère l'entérinement des membres de la CENI comme " une provocation" et...

Politique ..,