mediacongo.net - Actualités - Mabi Mulumba : « L’augmentation des réserves de change ne détermine pas une économie en développement »



Retour Politique

Mabi Mulumba : « L’augmentation des réserves de change ne détermine pas une économie en développement »

Mabi Mulumba : « L’augmentation des réserves de change ne détermine pas une économie en développement » 2021-09-22
Economie
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2021_actu/09-septembre/20-26/mabi_mulumba_21_0.jpg -

Mabi Mulumba

L’annonce de la hausse « historique » des réserves internationales à hauteur de 3,3 milliards de dollars américains, faite par le Gouvernement au cours de sa réunion du Conseil des ministres du vendredi 17 septembre, continue à défrayer la chronique. La question qui se pose au sein de l’opinion est celle de savoir quelle est l’incidence de cette augmentation sur le vécu des Congolais. Doit-on dès lors, déduire que cet accroissement des devises est un déterminant d’une économie congolaise en développement? Pour toutes ces questions, Forum des As a contacté le Prof Evariste Mabi Mulumba, économiste de renom et Premier ministre honoraire.

Pour ce scientifique de haute facture, l’augmentation des réserves de change ne signifie pas que l’économie se développe.

« Ce qu’il faut savoir, c’est que le fait que les réserves de change augmentent ne détermine pas qu’on est une économie qui se développe. On commet souvent l’erreur de croire que lorsque les réserves de change augmentent, c’est qu’il y a eu un progrès. Mais lorsque nous recourons au fondamental, à l’heure actuelle, on prend toutes nos provinces, il n’y a que 4 qui peuvent vivre d’elles-mêmes. Les autres vivent de la rétrocession« , précise le professeur Mabi Mulumba.

Il reconnaît, cependant, l’importance des réserves internationales dans la stabilisation du franc congolais, et le paiement du service de la dette publique (capital et intérêt).

Et d’ajouter: « Si les réserves de change ont réellement augmenté, cela signifie que la BCC (Banque centrale du Congo) a maintenant la possibilité de stabiliser la monnaie. Nous sommes dans un système du taux de change flottant ou flexible. Ce qui fait que quand les cours tendent à se déprécier, la BCC vend des devises pour permettre les importations. Donc, les réserves de change servent également à stabiliser la monnaie et, éventuellement, à payer aussi les dettes extérieures à l’échéance. Ce sont des devises que l’on détient à l’excédent, qu’on peut utiliser au moment où les cours baissent ou l’on doit faire face au paiement à l’extérieur. Quand les réserves de change augmentent, cela contribue à la stabilité de la monnaie, à la stabilité du taux de change« , a souligné le professeur Mabi.

BUDGET 2022 IRRÉALISTE

Le professeur Mabi Mulumba s’est par ailleurs appesanti sur la question du projet de budget 2022 déposé le 15 septembre à l’Assemblée nationale. Pour cet ancien Premier ministre, ce budget chiffré à 10 milliards de dollars n’est pas réaliste.

Sans être un prophète de malheur, cet économiste estime que, comme pour les exercices 2020 et 2021, il sera difficile pour le Gouvernement congolais d’atteindre les objectifs qu’il s’est fixés dans cette loi de Finances.

MANQUE D’ÉTUDES DE FAISABILITÉ

« C’est un objectif que l’on s’est fixé. Mais, en voyant comment l’économie fonctionne, il sera difficile que l’on atteigne ce budget. Il faut qu’on donne un élément exceptionnel qui implique qu’on arrive à ce résultat-là. Pour moi, ce budget n’est pas réaliste« , déclare le professeur Mabi Mulumba.

Parmi les raisons avancées, il relève, notamment, le manque d’études de faisabilité préalables des projets qui sont déclinés dans ce budget, la faiblesse du budget d’investissement et la dépendance aux ressources extérieures.

« Dans ce budget, il y a un volet qui concerne les ressources extérieures. Or, pour pouvoir accéder à ces ressources, il faut remplir certaines conditionnalités que nous n’arrivons pas souvent à réaliser en temps opportun« , fait-il remarquer.

MANQUE DE DISCIPLINE BUDGÉTAIRE

A en croire le professeur Mabi Mulumba, pour que le budget fonctionne, il faut qu’il y ait des études de faisabilité pour chaque projet.

« S’il n’y a pas d’études de faisabilité, même si on inscrit le budget, il ne sera pas exécuté. C’est dans l’étude de faisabilité qu’on donne les étapes de réalisation des projets. Il faut donc une étude à la base. Souvent, ce qui arrive c’est que chaque député aimerait que l’on exécute le projet de sa province. Et on réalise qu’à la fin de l’année, les projets ne sont pas exécutés« .

L’ancien Premier ministre Mabi Mulumba a saisi cette occasion pour dénoncer le manque de discipline budgétaire et de gestion saine du budget de l’État qui caractérisent l’élite politique congolaise depuis des années.

« On n’a pas une discipline budgétaire. Nous n’avons pas une gestion budgétaire saine. La chaîne de la dépense n’est pas respectée. Ce qui signifie qu’il n’y a pas adéquation entre le budget voté et le budget exécuté. En 2020, on avait avancé un budget de 11 milliards USD. Mais on n’y est pas parvenu. L’année précédente, le budget n’était que de 4,6 milliards. On ne peut pas passer de 4 à 11 milliards$. C’est ce qui a expliqué qu’au cours de l’année, on a dû recourir à un collectif budgétaire. Pour 2020, on avait voté un budget de 11 milliards USD. Au mois de juin, le ministre des Finances a fait le point sur les recettes collectées et on n’avait collecté que 1.600.000.000 $. Ce qui signifie qu’en extrapolant, à la fin de l’année, on ne dépasserait pas les 4 milliards $« , parie-t-il du haut de son savoir et de son expérience en matière économique. 

Orly-Darel Ngiambukulu
Forum des As / MCP, via mediacongo.net
1643 suivent la conversation
10 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 24.09.2021 à 21:52

(Correction: ...d'atteindre son potentiel maximum...

Non 29
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 24.09.2021 à 21:47

...de leurs activités injecteront bien 50 milliards de dollars le MOIS et 600 milliards l’an dans les banques. A bon entendeur, salut !

Non 45
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 24.09.2021 à 21:46

...théoriquement et pratiquement au taux des pays avancés qui ont atteint leur seuil de croissance ? Il nous faut donc nous ressaisir et avoir un peu de créativité tout simplement ! Un pays qui a la terre et autres ressources dot pouvoir utiliser la force multiplicatrice de sa population pour produire. Le développement est un processus de change qui permet a la population de se prendre en charge et d’atteindre leur potentiel maximum. Il exige le partage des richesses et le développement des compétences, Pensons donc aux fermes de familles, distribuons les terres et encadrons le familles pour produire. 5 millions de familles que compte le Congo recevant $10 000 dollars le moi de...

Non 106
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 24.09.2021 à 21:44

...lors progresser qu’ à petit taux avec l’invention et l’exportation ; Mais pas un pays comme le Congo qui perd des dizaines de milliards de dollars chaque année par le vol et qui si arrêté en un instant pourrait tripler, quadrupler son budget en une année ; un pays encore vert avec des exorbitant ressources inexploitées et une population, un marché interne et une production totalement sous employés ou inexploités ? Dans ces conditions, pourquoi ne pourront nous pas parler d’un budget de $50 milliards pour cette année car nos pas peuvent bien être abruptes ou nous sommes-nous résolus à faire les mêmes choses pour les mêmes résultats ou à progresser...

Non 115
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 24.09.2021 à 21:41

...déverser des médicaments ; l’ attention à la création d’encore plus de valeur sur les matières brutes à obtenir gratuitement ou très moins cher des pays qu’il faut garder faibles souvent avec des distractions politiques etc. Maintenant, revenons au budget : De quoi les gens parlent-ils pour dire que parler de 10 milliards de dollars de budget serait utopique ? Le taux de progression normal de l’économie préconisé par les économistes carrés ne peut l’être que pour les économies avancés qui ont atteints le plein emploi de la plupart de leur facteurs de production , ont bouchés tous les trous par ou peuvent s’échapper les revenues et qui ne pourraient dès...

Non 110
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 24.09.2021 à 21:38

...le seuil de pleine utilisation de ces ressources vis-à-vis déjà de leurs marchés internes que les pays avancés ont déjà pleinement ou presqu’utilisés pour ensuite ne compter que sur le marché extérieur pour espérer accroitre tant soit peu encore plus leurs économies ; D’où les guerres contre l’industrialisation de l’Afrique par exemple pour qu’elle reste un débouché ; les guerres commerciales farouches entre les grands pays, les guerres de déstabilisation de certaines régions et le pillage de leurs ressources pour pousser un peu plus cette croissance avec ce qu’on ne possède pas ; D’où leur attention à de nouvelles maladies pour être premier à...

Non 113
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 24.09.2021 à 21:35

J’espère que l’on a pas fait dire au professeur Mulumba ce qu’il n’a pas dit ou plutôt tronqué son message pour ne nous donner qu’une direction qui sert un certain agenda car je voudrait faire remarquer ici que la raison pour laquelle plusieurs pays en Afrique atteignent des taux de croissance plus élevés que dans plusieurs pays avancés n’est pas parce qu’ils sont plus intelligents que les autres mais parce qu’ils ont encore une grande marge de manœuvre pour le faire avec le plein l’opportunité des ressources encore à leur disposition et ainsi avec un peu de créativité et un moindre effort ils peuvent exponentiellement faire des pas plus grands pour atteindre...

Non 114
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
L'enfant du Pays | NWF8CQ3 - posté le 23.09.2021 à 21:43

Bravo Prof, les faits sont têtus

Non 0
Oui 78
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Le sage | SD3Y66Q - posté le 23.09.2021 à 18:49

Pour UNE fois le prof s'est exprime comme scientifique et non comme un vieux Taliban. Bravo professeur.

Non 0
Oui 111
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : CENI, Etat de siège, gratuité de l’enseignement, RAM, … : l'ECC en « conclave » depuis ce mardi
AUTOUR DU SUJET

Désignation du président de la CENI : Mabi Mulumba demande à l’Assemblée nationale de trancher

Politique ..,

Mabi Mulumba fait le diagnostic de la gouvernance des entreprises du Portefeuille de l’Etat

Economie ..,

Élection sénatoriale au Kasaï-Central : les candidats malheureux exigent l'annulation du scrutin

Provinces ..,

Corruption généralisée aux sénatoriales : 2 candidats jettent également l’éponge au...

Provinces ..,