mediacongo.net - Actualités - Finances : contraste entre la hausse des réserves de change et le social de la population



Retour Economie

Finances : contraste entre la hausse des réserves de change et le social de la population

Finances : contraste entre la hausse des réserves de change et le social de la population 2021-10-20
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2021_actu/03-octobre/18-24/bcc_siege_20_2154021.jpg -

Le gouvernement congolais, appelé " gouvernement des warriors ", ne cesse de vanter la hausse des réserves de change. Ce dossier soulève une très vive polémique dans les milieux des analystes économiques, qui sont en train de remarquer un contraste entre cette hausse et le degré de pauvreté des congolais. D'où la réaction de certains d'entre eux, Gaston Mutamba, Alain Bolodjwa et Mike Gardy Diana... sur le fait : " existe-il un lien entre la hausse de réserves de change et le social ?

Apport des appuis extérieurs

S'il est vrai que la Banque centrale du Congo a informé l'opinion sur l'augmentation des réserves de change qui sont passées à 3.356,76 milliards $ usd le 17 septembre 2021 contre 708,89 millions $ usd en décembre 2020, l’ancien Prémier ministre Augustin Matata Mponyo a expliqué que, avant d'établir cette corrélation, il serait important d'examiner l'origine de cette augmentation. Pour le cas de la RDC, en septembre 2021, il s'agit d'appuis extérieurs, non un effort interne, donc très difficile d'établir une corrélation dans ces circonstances.

Plaidoyer pour un taux élevé d'exportation

Alain Bolodjwa

Pour sa part, Alain Bolodjwa, président de la Nouvelle classe politique congolaise (NCPC) et initiateur du parti politique LeBat (Levons-nous et Bâtissons), précise que l'idéal c'est d'avoir un taux très élevé d'exportations que d'importations. " La situation idéale reste celle de la constitution des réserves de change lorsqu'il y a embellie économique. Dans ce cas, les exportations sont loin supérieures aux importations. Dans ce contexte, déjà, les effets positifs de l'économie réelle, seront ressentis dans la population et ainsi, les superflues de la masse monétaire, constituerait une bonne réserve ", a laissé entendre Alain Bolodjwa.

L'initiateur du parti LeBat ajoute : "Appui extérieur à la balance de paiement apparaît comme un feu de pailles. Elle n'aura que des effets éphémères qui, au fil du temps, créeront des effets boumerang sur l'économie ".

Mike Gardy Diana

Mike Gardy Diana, expert en communication stratégique, marketing politique et journalisme,  conditionne l'impact sur le social au cas où cette hausse des réserves de change va jusqu'aux excédentaires. "(...) La Banque centrale devrait nous communiquer également ses assignations, afin de dégager dans cette hausse, s'il y a excédents ou non. En cas d'excédents, on peut les injecter dans le circuit économique,  ce qui pourrait avoir un impact social (...)", poursuit poursuit cet expert en communication stratégique.

Gaston Mutamba Lukusa

De son côté, Gaston Mutamba Lukusa, Gérant chez Africa Global Consulting, une firme spécialisée en études, conseils et contacts d'affaires, renseigne que, quelques soient les cas, la hausse de réserves de changes a toujours un impact sur la société, ce qui est confortable au vu des objectifs du gouvernement.

Cette allocation de DTS (Droits de tirage spéciaux) dit-il, va booster la croissance économique d'autant les recettes budgétaires connaissent un accroissement et que les cours des matières premières exportées connaissent une embellie.


Par ailleurs enchaine-t-il, les grands travaux attendus d'ici l'année prochaine, pourront contribuer à la réduction du chômage. C'est le cas de la construction du port de Banana, du pont route/rail entre Kinshasa et Brazzaville, de l'aéroport international de Kinshasa, des infrastructures pour accroître l'offre énergétique, des usines d'eau, des routes etc. " Tout compte fait, l'année 2022 pourrait se traduire par un démarrage économique et social d'autant que le pays a su résister à la crise provoquée par le coronavirus", Extrait de la tribune de Gaston Mutamba.

Impact des réserves de change face à la résilience

Du côté de la Banque centrale du Congo (BCC), on ne cesse d'affirmer que, les réserves de change soutiennent la résilience économique dans un pays, dans la mesure où elles permettent d'assurer la riposte en cas de chocs contre la monnaie nationale, en vue de préserver la stabilité de celle-ci. Il est donc impérieux que ces réserves soient suffisamment élevées et couvrent, au minimum, 3 mois.

Il faut souligner que, dans l'une de ses différentes tribunes, l'ancien Premier ministre Augustin Matata Ponyo avait soutenu que " (...) les réserves de change ont effectivement atteint un niveau exceptionnel depuis plusieurs décennies. Toutefois, ce niveau est loin de refléter la vitalité et la résilience de l'économie nationale comme on l'aurait imaginé. Les bons indicateurs économiques tant vantés, masquent très mal l'état d'une économie fragile fortement perfusée par les institutions financières internationales et régionales. En effet, sans perfusion financière extérieure de trois dernières années, la RDC aurait eu de réserves de change en dessous de zéro à fin septembre, et la politique de change serait totalement inopérante ".

Mais la véritable problématique renchérit un observateur attentif qui a parlé sous le couvert de l'anonymat, c'est le fait que, malgré ces réserves de change qui ne font que prendre l'ascenseur, la situation des travailleurs est restée précaire (181.000 FC)/90.5 us pour un Agent de Bureau de 1ere classe, Licencié ou Gradué). Il ajoute les arriérés de salaire à travers la République, notamment ceux des députés provinciaux. Comme pour confirmer le contraste qui existe entre la hausse des réserves de change tant vantée et la précarité des vies des citoyens congolais.

José Wakadila
congo-press.com (MCP) / mediacongo.net
1720 suivent la conversation
2 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

Salima | TTYVYQL - posté le 21.10.2021 à 09:20

Nigeria, réserves d'échange 34 milliards 800 millions de dollars (mars 2021). Afrique du Sud 43 milliards de dollars 100 millions de dollars (mars 2021). RDC 3 milliards 36 millions de dollars (septembre 2021) et ici, la moitié 1 milliards 500 millions de dollars c'est un montant plébiscité seulement par le FMI. Un travail gargantuesque à faire par ce pauvre pays avec des apprentis autorités qui souffrent d'un surmenage dû à une ruée de soient disant experts qui accourent de tous les coins douteux du monde pour expérimenter en fait leurs méthodes et dû fait, en réalité, se clamer experts.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Congo mon unique pays | 2RG113N - posté le 21.10.2021 à 00:04

Aucunes informations nouvelles, aucun projet nouveau. Du déjà entendu. Quand les chiffres sont manipulés, aucune amélioration du social ne va s'en suivre. Les signes extérieurs de la richesse sant visibles, sauf chez les bakongo, or le pays est dirigé par le tatu.allez y conclure vous mêmes. Kiekiekie

Non 1
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : RDC-Ouganda: appel à cesser l'activité pétrolière autour du parc des Virunga
left
ARTICLE Précédent : Budgets 2017-2019 : la gestion des finances publiques reste marquée par la corruption et la mauvaise gouvernance (Odep)
AUTOUR DU SUJET

Le taux d’inflation s’est situé à 4,071% à la fin de la deuxième semaine de novembre 2021

Economie ..,

Le franc congolais connaît une dépréciation de 1,31% (BCC)

Economie ..,

La question relative à l’évolution de la conjoncture économique a été abordée au cours du...

Economie ..,

Évolution de la conjoncture économique : la croissance économique s'établit à 5,3% à fin 2021

Economie ..,