mediacongo.net - Actualités - A moins d'un mois des Jeux, le variant Omicron se rapproche de Pékin



Retour Santé

A moins d'un mois des Jeux, le variant Omicron se rapproche de Pékin

A moins d'un mois des Jeux, le variant Omicron se rapproche de Pékin 2022-01-13
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2022_actu/01-janv/10-16/chine_jeux_olympiques_covid_variant_omicron_22.jpg -

A trois semaines de l'ouverture des Jeux olympiques d'hiver de Pékin, des cas de Covid-19 liés au variant Omicron ont été détectés dans la ville de Tianjin, à 150 km de Pékin. Des mesures drastiques ont été adoptées pour maintenir la politique chinoise du "zéro Covid".

CHINE : Le variant Omicron se rapproche de Pékin à moins d'un mois des JO

Omicron donne des sueurs froides aux autorités chinoises. Les premiers cas du variant sont apparus ce week-end dans la cité portuaire de Tianjin, à 150 kilomètres au sud de Pékin, une proximité avec la capitale de mauvais augure à moins d’un mois de l’ouverture des Jeux olympiques.

Les 14 millions d’habitants de l'agglomération de Tianjin vont devoir être testés en moins de 24 heures. De nombreux quartiers ont été bouclés et les habitants ont été priés de ne pas quitter la ville, dans la droite ligne de la politique "zéro cas" instaurée par la Chine.

La bulle hermétique dans laquelle seront confinées les différentes délégations a été mise en place la semaine dernière. Impossible d’en sortir sans une quarantaine de 21 jours ou un départ du territoire chinois.

Plusieurs provinces autour de la capitale connaissent actuellement une résurgence du variant Delta. Xi’An et les 13 millions d’habitants de son agglomération restent ainsi totalement confinés depuis trois semaines, tandis qu'ailleurs, les mesures de contrôle ont été renforcées.

FRANCE : Une manifestation anti-pass vaccinal dégénère à Saint Pierre et Miquelon

En France, une manifestation anti-pass vaccinal a dégénéré dimanche sur l'île française de Saint Pierre et Miquelon, collectivité d'outre-mer (ex-Département d'outre-mer) située près des côtes québecoises. Stéphane Claireaux, un député du parti La République en marche d'Emmanuel Macron, a été violemment pris à partie devant son domicile. Sorti sur le porche de sa maison pour discuter avec les manifestants, il a été la cible, notamment, de jets d'algues de mer, dans une scène filmée et diffusée sur les réseaux sociaux.

"J'ai évité à 5 centimètres près un galet. Cela ressemblait à une lapidation", a témoigné l'élu sur la chaîne France info. Cet épisode a été condamné par de nombreux responsables de la majorité présidentielle, mais n'a, pour l'heure, pas fait beaucoup réagir les partis d'opposition. Après les propos du président français sur sa stratégie consistant à "emmerder les non-vaccinés", le mouvement de contestation a repris de la vigueur, avec samedi dernier un nombre de manifestants d’une ampleur inédite depuis plusieurs mois.

Marine Le Pen (Rassemblement national, ex-FN) vendredi, puis Valérie Pécresse samedi (Les Républicains) ont tour à tour accusé l'actuel président d'être un "pompier-pyromane".

Le ministre français de la Santé Olivier Véran a pour sa part déclaré lundi que le variant Delta semblait refluer en France à la faveur probable, selon lui, des mesures instaurées pour tenter de limiter la propagation du Covid-19, et du phénomène de compétition avec le variant Omicron. "Je reste prudent (...) mais ce serait une nouvelle rassurante pour nos services de réanimation d'ici 10 à 15 jours", a-t-il ajouté.

Assouplissement du protocole sanitaire dans les écoles

Le Premier ministre Jean Castex a annoncé lundi un assouplissement du protocole à l'école malgré la propagation galopante de l'épidémie de Covid, en indiquant que trois autotests suffiront désormais pour les élèves qui seraient cas contact.

Auparavant, chaque élève identifié comme cas contact en milieu scolaire devait se soumettre immédiatement à un test PCR ou antigénique, avec comme effet depuis une semaine d'engorger pharmacies et laboratoires, suivi de deux autotests. Le Premier ministre a également annoncé qu'une seule attestation sur l'honneur, certifiant que le premier autotest est négatif, suffirait pour un retour en cours.

ALLEMAGNE : Le chancelier Olaf Scholz défend l'obligation vaccinale


Olaf Scholz, Chancelier allemand

Le chancelier Olaf Scholz a fermement défendu vendredi son projet d'instaurer l'obligation vaccinale contre le Covid-19 en Allemagne même si l'adoption de la mesure a pris du retard dans un climat déjà surchauffé par les restrictions existantes.

Initialement prévu la semaine prochaine, le premier débat au Bundestag sur ce sujet délicat n'aura finalement lieu que fin janvier, la proposition de loi parlementaire se faisant toujours attendre.

ROYAUME-UNI : Groupes hospitaliers privés en renfort

Le service public de santé britannique, le NHS, a annoncé lundi de nouveaux contrats d'externalisation pour permettre aux hôpitaux publics de se décharger sur des structures privées du trop-plein de patients généré par la vague Omicron.

Le NHS pourra envoyer certains patients vers des infrastructures gérées par des groupes hospitaliers privés, notamment pour "des opérations liées à certains types de cancer ou d'autres soins" qui ne sont habituellement pas délégués à ces établissements.

Cet accord, qui doit durer trois mois, s'ajoute aux efforts du NHS pour augmenter ses propres capacités dans les hôpitaux publics: des hôpitaux de campagne, des gymnases ou des centres éducatifs contribuent à créer jusqu'à "4000 lits en cas d'envolée massive" des hospitalisations liées au Covid-19.

BELGIQUE : Plusieurs milliers de manifestants à Bruxelles

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté dimanche à Bruxelles contre le pass sanitaire et les restrictions liées à la pandémie de Covid-19. Les contestataires - 5000 selon la police - ont défilé de la gare de Bruxelles Nord jusqu'au quartier européen, à l'appel du mouvement "Ensemble pour la liberté", rassemblant plusieurs associations.

Des manifestations contre le certificat sanitaire, exigé pour accéder aux restaurants et aux événements culturels notamment, ont lieu régulièrement depuis plusieurs semaines dans la capitale belge, occasionnant des heurts avec la police. Le ministre belge de la Santé Frank Vandenbroucke s'est prononcé dimanche sur la chaîne de télévision RTL pour l'organisation d'un débat au Parlement fédéral "aussi vite que possible" sur l'obligation vaccinale ou l'instauration d'un pass vaccinal, comme en France.

La Belgique enregistre actuellement une moyenne de 16'000 nouveaux cas par jour, un chiffre proche de son record. Les décès sont en revanche en baisse à 20 par jour environ, contre 50 début décembre et près de 300 lors de la première vague en avril 2020.

ITALIE : Transports publics, restaurants et lieux de loisirs interdits aux non vaccinés

Selon de nouvelles mesures entrées en vigueur lundi, les personnes non-vaccinées contre le Covid-19 ne peuvent se rendre au restaurant, au cinéma, à la piscine ou dans les clubs de sport ni prendre les transports publics, alors que les écoles ont rouvert.

Seules les personnes récemment remises du Covid-19 sont exemptées de cette obligation qui représente un nouveau renforcement des restrictions imposées aux non-vaccinés face à l'augmentation des infections, y compris chez les enfants.

Depuis ce lundi également, les masques FFP2 sont désormais obligatoires dans les théâtres, cinémas, stades de sport et tous les transports publics.

Dérogation pour les insulaires

Le gouvernement italien a décidé dimanche d'accorder une dérogation aux habitants des petites îles italiennes. Ils seront dans certains cas exemptés du pass vaccinal, qui est obligatoire depuis ce lundi pour accéder aux transports publics, ce qui risquait de les placer "en exil forcé".

Dans une lettre adressée au chef du gouvernement Mario Draghi, le président de l'Association des communes des petites îles Francesco Del Deo avait exprimé son inquiétude à propos de cette mesure. Les "transports maritimes et aériens (...) représentent la seule liaison possible" pour les habitants de ces îles avec la terre ferme "et interdire l'accès à ces moyens de transport" à ceux dépourvus du pass vaccinal "signifie condamner à un exil forcé les résidents qui, pour diverses raisons, n'ont pas été vaccinés", avait-il affirmé.

GRÈCE : Les personnes vaccinées depuis plus de 7 mois considérées comme non vaccinées

Au 1er février, les personnes vaccinés contre le Covid-19 depuis plus de 7 mois et qui n'auront pas reçu de dose de rappel ne pourront plus accéder aux lieux réservés aux personnes vaccinées. Actuellement, la Grèce compte plus de 7 millions de personnes vaccinées pour un total de 11 millions d'habitants, et plus de 3,9 millions de personnes ont reçu une dose de rappel.

Le pays déplore un ce moment un pic de 35'000 nouvelles contaminations par jour, de loin son record, un chiffre qui s'est longtemps accompagné d'un nombre de décès élevé (près de 100 par jour début décembre, tout comme en décembre 2020 et avril 2021). Les décès ont baissé depuis à 70 par jour environ.

SUÈDE : Rassemblements publics et privés limités

Confrontée à un rebond des cas de Covid-19, la Suède va instaurer de nouvelles mesures de lutte contre le virus, avec notamment un nombre limité de personnes pour les rassemblements publics et privés, a annoncé le gouvernement lundi.

A compter de mercredi, les bars et les restaurants devront fermer à 23h00 et les rassemblements publics en intérieur seront limités à 500 personnes, avec pass vaccinal obligatoire pour tout rassemblement de plus de 50 personnes. Pour l'heure, le sésame est uniquement demandé pour les événements en intérieur réunissant plus de 500 personnes. En outre, les événements privés seront plafonnés à 20 personnes en intérieur.

AUSTRALIE : Novak Djokovic remporte une manche, mais le match n'est pas fini

Novak Djokovic a remporté une victoire dans son duel contre les autorités australiennes, un juge ayant ordonné sa libération du centre de rétention dans lequel il avait été placé à son arrivée dans le pays. Mais le n°1 mondial, qui veut entrer sans être vacciné contre le Covid-19, risque toujours l'expulsion.

A une semaine du début de l'Open d'Australie, un avocat du gouvernement a en effet prévenu que Canberra pouvait encore décider d'expulser le Serbe, ce qui aurait pour conséquence de lui interdire toute entrée sur le territoire australien pendant trois ans.

La décision du juge Anthony Kelly constitue toutefois un revers sans précédent pour l'Australie, qui a notamment imposé de strictes restrictions aux frontières pour lutter contre la pandémie depuis deux ans. Le jugement prévoit en outre que les frais de justice engagés par le joueur de 34 ans seront aux frais du contribuable australien.

Selon les conclusions du tribunal, le joueur n'a pas eu la possibilité d'opposer ses arguments avant que son visa ne soit invalidé par les autorités. Au lendemain matin de son arrivée, il a été informé du fait qu'il avait jusqu'à 8h30 pour répondre à la possible annulation de son visa. Mais à 7h42, le douanier l'avait déjà annulé. Pour le juge, si les autorités lui avaient laissé le temps, Novak Djokovic "aurait pu consulter d'autres personnes et présenter des arguments pour expliquer pourquoi son visa ne devrait pas être annulé".

Il serait guéri du Covid

"Je ne comprends vraiment pas la raison pour laquelle vous ne me permettez pas d'entrer dans votre pays", avait déclaré Novak Djokovic à un douanier à son arrivée à l'aéroport de Melbourne dans le nuit du 5 au 6 janvier, selon une retranscription de son interrogatoire.

Avant sa libération lundi, Novak Djokovic, raillé par certains sous le surnom de "Novax" en raison de son opposition à la vaccination, était confiné dans l'ancien Park Hotel, un bâtiment de cinq étages qui accueille environ 32 migrants piégés dans le système d'immigration australien, dont certains depuis des années, sans possibilité de sortir ou de s'entraîner. Selon ses avocats, il peut prétendre à une entrée légitime en Australie car il aurait contracté le Covid-19 en décembre dernier.

JAPON : Les bases américaines soupçonnées de contaminer la population

Les restrictions sanitaires concernant les forces américaines au Japon ont été encore renforcées, ont annoncé dimanche Washington et Tokyo, alors que nombre de responsables nippons font un lien entre les bases américaines et la recrudescence de la pandémie dans l'archipel.

Le personnel des bases américaines est cantonné sur ses sites à compter de lundi pour deux semaines, les sorties hors bases étant limitées aux "activités essentielles", selon un communiqué commun des forces américaines au Japon (USFJ) et du gouvernement nippon.

Le Japon observe depuis quelques jours une nouvelle vague de Covid liée au variant Omicron. Tombé à une centaine de cas quotidiens seulement début décembre (avec un décès par jour environ), les contaminations ont dépassé les 3000 par jour début janvier.

INDE : Lancement de la vaccination de rappel

L'Inde a lancé la vaccination de rappel contre le Covid-19 à destination des seniors et des soignants, au moment où l'épidémie connaît une fulgurante recrudescence imputée au variant Omicron. Le personnel de santé a commencé à administrer une troisième dose de vaccin aux personnes âgées, à celles présentant des comorbidités ainsi qu'aux soignants en première ligne.

Le chiffres des nouvelles contaminations se rapproche à grande vitesse de la barre des 200'000 par jour, soit six fois plus que la semaine dernière. Les décès, qui tournent autour de 300 par jour, n'ont pas encore augmenté. Au plus fort de la pandémie, en mai dernier, l'Inde avait enregistré près de 400'000 nouvelles contaminations et 4700 décès par jour en moyenne. Personne dans le pays n'a oublié les scènes traumatisantes dans les hôpitaux débordés de malades à l'agonie, en manque d'oxygène, les crématoriums et les cimetières peinant à répondre à l'afflux de dépouilles.

L'Inde semble toutefois mieux préparée aujourd'hui à résister à Omicron qu'elle ne l'était au printemps dernier, lorsque le variant Delta avait emporté plus de 200'000 personnes en quelques semaines. Depuis, près de 1,5 milliard de doses de vaccin ont été administrées et presque deux tiers du 1,3 milliard d'habitants ont déjà reçu deux doses, selon les données gouvernementales.

OUGANDA : Réouverture des écoles après près de 2 ans de fermeture

Quelque 15 millions de jeunes Ougandais ont repris lundi le chemin de l'école, avec la réouverture des établissements scolaires fermés depuis presque deux ans en raison de l'épidémie de Covid-19. Le ministre ougandais de l'Education John Muyingo a indiqué que tous les élèves reprendraient les cours une classe au-dessus du niveau où ils avaient arrêté en mars 2020, lorsque la pandémie de Covid avait déferlé sur le monde entier.

"Des protocoles très stricts ont été mis en place dans toutes les écoles du pays pour assurer un retour en classe des enfants en toute sécurité", a indiqué le ministre. Une attention particulière sera portée aux écoles privées pour s'assurer qu'elle ne réclament pas des droits d'inscription supérieurs à ceux pratiqués avant la fermeture, a-t-il ajouté.

De nombreuses organisations de défense des droits des enfants ont dénoncé cette fermeture des écoles durant 83 semaines, la plus longue jamais observée dans le monde. "Cela ne doit plus jamais se produire. Nous devons garder les écoles ouvertes pour tous les enfants, partout dans le monde", a affirmé sur Twitter l'Unicef, l'agence des Nations unies pour l'enfance.


RTS / MCP, via mediacongo.net
8424 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Tshuapa: une maladie semblable au choléra fait de nombreuses victimes à Ikela
left
ARTICLE Précédent : Ebola à Mbandaka : un mois après, 5 cas (tous décédés) et 1.073 personnes vaccinées
AUTOUR DU SUJET

Pfizer s'engage à vendre 23 vaccins et médicaments à prix coûtant aux pays les plus pauvres

Santé ..,

Covid-19 : 5ème vague en vue, les gestes barrières et la vaccination vivement recommandés (Dr....

Santé ..,

Covid-19 : l'OMS met en garde contre une résurgence de la pandémie

Santé ..,

Lubumbashi : environ 84 personnes vaccinées contre la Covid-19

Provinces ..,