mediacongo.net - Actualités - Test Samsung Galaxy S21 FE : un smartphone qui a tout ce qu'il faut où il faut



Retour MC Geek !

Test Samsung Galaxy S21 FE : un smartphone qui a tout ce qu'il faut où il faut

Test Samsung Galaxy S21 FE : un smartphone qui a tout ce qu'il faut où il faut 2022-01-15
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2022_actu/01-janv/10-16/samasung_22_02145.jpg -

Ah, on l'aura attendu le Galaxy S21 FE. Sorti par surprise la semaine dernière , le petit frère du Samsung Galaxy S20 FE a pris quelques mois de retard par rapport au calendrier initial. La faute, on s'en doute, à une pandémie qui n'en finit pas et à une indisponibilité globale des composants nécessaires à la fabrication du smartphone .

  • Un smartphone plus léger mais résistant
  • Écran magnifique et lumineux
  • Convient pour tous les usages…
  • Une grosse journée d'autonomie
  • Des photos plutôt convaincantes
  • La disparition du port micro SD
  • Haut-parleurs un peu décevants…
  • Pas de fréquence de rafraîchissement variable
  • Throttling des performances important

Test réalisé sur un smartphone prêté par le constructeur.

Toujours est-il que la lumière est apparue au bout du tunnel, et que nous nous amusons avec le Samsung Galaxy S21 FE depuis maintenant quelques jours. Alors est-ce toujours un smartphone milieu de gamme recommandable ? Ou est-ce que la concurrence, plus féroce que jamais sur ce segment de marché, aura finalement eu raison de l'ogre Samsung ? Réponse dans notre test.

Samsung Galaxy S21 FE : la fiche technique

Avant de plonger dans les specs du Galaxy nouveau, il nous faut préciser que Samsung a fait le choix de ne pas renouveler la déclinaison 4G, moins chère, de son smartphone milieu de gamme. On se retrouve donc avec un appareil certes mieux loti côté performances et connectivité, mais dans la tranche haute des tarifs pour ce segment.

Dans les faits, le Galaxy S21 FE ne bouleverse pas la formule introduite l'an dernier avec son aîné. Design mis à part, on reprend scrupuleusement la même fiche technique, tout en modernisant certains aspects. Le SoC, évidemment, se met à niveau avec un Snapdragon 888 ultra performant.

Mais notons également une petite déception préalable : le Galaxy S21 FE n'autorise plus l'ajout d'une carte micro SD pour étendre son stockage. Contrairement au S20 FE, on disposera donc de 256 Go au maximum. Une disparition somme toute naturelle pour Samsung, qui avait inauguré ce changement dans ses Galaxy S21 , S21+ et S21 Ultra en début d'année 2021.

Ceci étant dit, on retrouve aussi quelques caractéristiques qui sont encore trop rares sur des smartphones de cet acabit : certification IP68 offrant une belle résistance à l'immersion et aux éclaboussures, et verre Gorilla Glass Victus protégeant l'écran des rayures.

Dans sa (fine) boîte, le S21 FE est livré avec son seul câble USB-C vers USB-C. Charge à vous de dénicher un chargeur compatible.

Design : ni plus ni moins qu'un Galaxy S21

On ne va pas tourner autour du pot. Le Galaxy S21 FE reprend scrupuleusement les lignes du Galaxy S21 « classique ». Deux petites différences permettent toutefois de faire le distinguo : la diagonale de l'écran passe de 6,2 à 6,4 pouces, et le bloc d'appareils photo s'intègre plus naturellement à l'arrière du téléphone. Il forme comme une « bosse », et attire un peu moins l'œil que sur le flagship de Samsung.

Le constructeur a aussi produit de beaux efforts par rapport au Galaxy S20 FE. Si l'on se réfère aux dimensions des deux appareils, le nouveau modèle est moins haut et plus fin. Il est surtout beaucoup plus léger avec 177 grammes sur la balance seulement (c'était 190 grammes pour le S20 FE).

Comme sur la plupart des téléphones du catalogue Samsung, le S21 FE est revêtu à l'arrière de plastique imitant le rendu du verre brossé. Rassurez-vous : c'est très bien fait, et on ne voit, ni ne ressent, pas vraiment de différence.

L'écran du Galaxy S21 FE est entouré de très fines bordures, et poinçonné en son centre pour intégrer le capteur photo avant. Pour le déverrouillage, un capteur d'empreintes digitales a été logé sous l'écran.

Comme d'habitude, les boutons du smartphone sont regroupés sur la tranche droite. Le S21 FE propose un son stéréo mais une seule véritable grille de haut-parleurs, sur la tranche inférieure. L'autre sortie, située à l'opposé, est de très petite taille et ne rend pas vraiment justice au son qui est diffusé.

Enfin et ça ne surprendra plus personne : le nouveau smartphone de Samsung est dépourvu de prise jack.

Écran : une dalle lumineuse et réactive
On ne donnera certainement pas de leçons à Samsung quant à la conception de ses écrans. Sans surprise aucune, celui du Galaxy S21 FE est tout bonnement excellent. Petit regret toutefois : il ne propose pas de fréquence de rafraîchissement variable. Ce sera 60, ou 120 Hz, et un point c'est tout.

Cela est dommage à plus d'un titre, en cela que la batterie se retrouvera inutilement éprouvée la plupart du temps, et que la plupart des smartphones concurrents à ce prix proposent au moins une bascule à 60 Hz sur les tâches ne nécessitant pas une fréquence élevée.

Du reste, impossible de ne pas apprécier à leur juste valeur les couleurs très vives proposées par le Galaxy S21 FE. Dans la grande tradition de Samsung, elles sont même un peu agressives, pour qui est habitué à des dalles plus ternes. D'après notre sonde X-Rite iDisplay Pro et notre logiciel de calibration professionnel Calman Ultimate, nous avons relevé une colorimétrie absolument parfaite avec une température de 6502K et une couverture à 100% des gamuts sRGB et DCI-P3. Le delta E, qui calcule la différence entre une couleur affichée à l'écran et sa référence Pantone, est établi à 3,9. Idéalement, il faudrait tomber sur un chiffre inférieur à 3, mais c'est déjà absolument remarquable en sortie d'usine et sans réglage nécessaire.

Enfin, la luminosité de l'écran du S21 FE s'établit à 742 nits pour un contraste dit « infini » de par les propriétés intrinsèques aux dalles OLED.

Audio : un son qui manque de dynamisme

Samsung ne s'est jamais fait connaître pour la grande qualité des haut-parleurs de ses smartphones. Et comme nous l'écrivions plus haut, ce n'est pas l'unique (véritable) grille de haut-parleurs du S21 FE qui changera ça.

Très concrètement, ce nouveau Samsung propose ni plus ni moins qu'un rendu audio similaire aux S21, S21+ et S21 Ultra sortis avant lui. Le volume est suffisant pour s'adapter à toutes les situations d'écoute, mais le spectre audio oublie sans surprise les basses pour se concentrer sur la clarté des voix. En bref : on préférera systématiquement appairer des écouteurs ou un casque sans-fil pour profiter de sa musique dans les meilleures conditions possibles.

Notez que Samsung ne nous a pas fourni de paire d'écouteurs filaires avec notre exemplaire de test. Vous devrez toutefois en retrouver dans la version commerciale du smartphone, puisqu'il s'agit là d'une obligation française.

Performances : rien à envier aux flagships de 2021

8 Go de RAM, Snapdragon 888… on connait presque déjà d'avance les résultats du Galaxy S21 FE sur les différents tests auxquels nous avons l'habitude de soumettre les smartphones.

Pourtant, le Galaxy S21 FE nous offre dans les faits de bien meilleures performances que les S21 et S21+ testés en début d'année. La raison est simple : ce nouveau modèle est équipé d'une puce Snapdragon 888 et pas Exynos 2100. Et la différence (dans les chiffres du moins) se fait vite ressentir.

AnTuTu sanctionne le smartphone de près de 740 000 points, quand Geekbench note une percée à plus de 1000 points sur les tâches monocœur. La puce UFS 3.1 gratifie le smartphone d'excellents débits en écriture (772 mb/s) et en lecture (1499 mb/s), quand PC Mark confirme que l'appareil est paré pour toutes les tâches du quotidien — et plus encore.

Là où ça coince, et c'est une habitude chez Samsung, c'est du côté graphique. Le GPU Adreno 660 du SoC est bien entendu très capable pour afficher les jeux dans un grand niveau de détail, mais la conception thermique du smartphone l'empêche de dissiper correctement la chaleur. En résulte un throttling important des performances. Éprouvé pendant plus de 20 minutes sur 3D Mark, le S21 FE s'en sortait avec un score de 5355 points, mais une stabilité de 64.5% seulement. Pour le dire autrement : plus on joue, plus le téléphone chauffe, et plus il chauffe, moins le GPU est performant.

Et nous sommes très rapidement confrontés aux limites de ce système. Sur notre fidèle Genshin Impact, impossible de lancer le jeu au-delà de la qualité « Moyen » pour espérer jouer à plus de 30 images par seconde. La plupart des flagships de 2021 sont parfaitement capables de lancer le titre de MiHoYo en qualité « Élevé » à plus de 45 ips.

Vous l'aurez compris, le Galaxy S21 FE n'est pas tout à fait le meilleur smartphone pour les joueurs et les joueuses mobiles. Doté d'une excellente puce, il est d'une rapidité sans faille pour tout ce qui concerne les tâches quotidiennes. Il est bien sûr capable de contenter les gamers occasionnels, mais gardez en tête que les jeux 3D très gourmands vous demanderont encore quelques concessions.

Interface : Android 12 et One UI 4.0 font bon ménage

Le Samsung Galaxy S21 FE est le premier smartphone lancé par le constructeur équipé de série d'Android 12 et de One UI 4.0. En vertu des récents engagements de la marque, il sera d'ailleurs mis à jour pendant 5 ans, et recevra 3 mises à niveau majeures d'Android. Faisons toutefois remarquer que notre exemplaire de test n'est doté que des mises à jour de sécurité datées de novembre dernier. Il serait temps de remettre les pendules à l'heure, Samsung !

Mais pour qui a déjà pris en main un smartphone Samsung récent, il n'y a pas grand-chose de nouveau à découvrir. L'interface a été revue par touches quasi imperceptibles, se concentrant sur la refonte de widgets et sur de nouvelles palettes de couleurs. En revanche, on apprécie les efforts qui ont été faits en ce qui concerne les options dédiées à la confidentialité des données.

Android 12 inaugure un contrôle accru des autorisations. Dans un premier temps, à chaque fois qu'une application demandera l'accès à votre position géographique, vous pourrez choisir de lui renvoyer une localisation approximative plutôt qu'exacte. Ensuite, le panneau de confidentialité offre une vue d'ensemble de toutes les applis ayant récemment accédé à vos contacts, votre appareil photo et j'en passe afin de vérifier que tout est en ordre, et qu'aucune n'abuse de votre confiance. Depuis ce menu, libre à vous de révoquer les autorisations, ou d'en accorder de nouvelles.

Et puisqu'on parle de confidentialité, notons que le Galaxy S21 FE est plutôt raisonnable en termes d'applis préinstallées. Si l'on oublie la bonne vingtaine d'applications signées Google et Samsung, on ne trouvera « que » Netflix, Facebook et LinkedIn. Toutes sont désinstallables sans plus de cérémonie, même s'il est toujours impossible de désinstaller proprement les « Facebook services » de son téléphone. Même si l'on ne dispose d'aucune application du groupe.

Du reste, l'interface du smartphone est fonctionnelle, et offre toute la variété d'options qu'on est habitués à retrouver chez Samsung. Y compris l'assistant Bixby, oui. Heureusement, ce dernier peut être désactivé très simplement.

Autonomie : une journée, voire plus

En termes d'endurance, le S21 FE offre une prestation très honnête. Si, comme nous, vous faites le choix de privilégier la fluidité et restez accroché au mode 120 Hz, vous pouvez espérer tirer une journée et demie d'autonomie du téléphone.

Dans le détail, et en tentant de répliquer le même usage que d'habitude par rapport à de précédents tests, nous avons pu tenir 24h de charge pour un temps d'écran d'environ 6h. Le tout réparti entre de la navigation, des réseaux sociaux, du jeu et un peu de vidéo. Encore une fois, gardez en tête que le Français moyen consulte son téléphone un peu plus de 3 heures par jour seulement.

Pour un résultat plus objectif, nous avons fait passer le smartphone au test de batterie de PC Mark. Celui-ci simule l'utilisation du smartphone jusqu'à ce que la batterie passe sous la barre des 20%. En bloquant la luminosité de l'écran à 50%, il aura fallu 7h53 au Galaxy S21 FE pour passer de 100% à 20%.

C'est malgré tout beaucoup (beaucoup) moins que son concurrent le Google Pixel 6 qui, sur le même test, affichait 13h53 minutes.

appelons enfin qu'aucun chargeur n'est fourni avec le S21 FE. Il est néanmoins compatible avec la recharge à 25W. À l'aide d'un bloc secteur 30 W et du câble fourni par Samsung, il aura fallu 1h30 pile pour passer d'un smartphone éteint à 100% d'autonomie. On est donc parfaitement dans la norme de ce qui se fait aujourd'hui. Même si des concurrents comme le Xiaomi 11T Pro peuvent se recharger totalement en 20 minutes seulement.

Photo : la polyvalence avant tout

Comme nous savions à peu près situer les performances du S21 FE avant de le mettre à l'épreuve, on peut faire le même exercice avec la partie photo du téléphone. En effet les trois capteurs au dos du téléphone sont exactement les mêmes que sur le Galaxy S20 FE (qui les empruntait au Galaxy S10 ).

Il s'agit, dans le détail, d'un capteur grand-angle de 12 mégapixels (1/1.76" ; ƒ/1.8 ; 1.8 µm ; OIS), d'un ultra grand-angle 12 mégapixels (1/3.0" ; ƒ/2.2 ; 1.2 µm) et d'un téléobjectif 8 mégapixels (zoom optique 3x ; 1/4.5" ; ƒ/2.4 ; 1.12 µm). À l'avant, c'est un module 32 mégapixels (1/2.76" ; ƒ/2.2 ; 0.8 µm) qui se charge de vous tirer le portrait.

On peut toutefois s'attendre à des résultats légèrement meilleurs par rapport aux smartphones précédents grâce à diverses mises à jour et à l'apport du Snapdragon 888 et de son ISP (image signal processor), qui joue un grand rôle dans le traitement numérique des images.

Grand-angle : des clichés de qualité

Rien ne ressemble plus à une photo signée Samsung qu'une autre photo signée Samsung. On reconnait assez facilement le procédé de traitement du constructeur : des images très contrastées, mais aussi très saturées, pour un « embellissement » maximum.

Mais heureusement, cette tendance s'adosse à un hardware de très bonne facture. De belle taille, le capteur principal fait un travail admirable pour restituer les textures. Toutes les parties de l'image sont très détaillées, et l'exposition est évidemment parfaite grâce à une gestion de la dynamique très intelligente.

Bien sûr, il faut aimer ce style qui donne l'impression d'avoir déjà un filtre activé. Mais c'est aussi ça que l'on va chercher dans un smartphone Samsung.

Ultra grand-angle : toujours des efforts à faire

L'ultrawide est souvent l'enfant pauvre des smartphones. Du moins sur le milieu de gamme ; et cela s'illustre encore aujourd'hui — dans de moindres proportions.

Même s'il offre un champ de vision très généreux de 123°, le module ultra grand-angle n'a pas les épaules suffisamment larges pour proposer des images de haute volée. En journée, ça passe si l'on se limite à observer le centre des photos. Dès que notre œil dévie, on observe les artefacts de compression et une diffraction de l'objectif assez gênante.

Néanmoins, il faut reconnaître que la correction de la distorsion est convaincante, et que la colorimétrie est plutôt raccord avec celle du grand-angle. On note simplement une température un peu plus froide sur ce capteur.

Néanmoins, il faut reconnaître que la correction de la distorsion est convaincante, et que la colorimétrie est plutôt raccord avec celle du grand-angle. On note simplement une température un peu plus froide sur ce capteur.

Téléobjectif : toujours la bonne surprise du trio
Il a beau être le capteur le moins « évolué » des trois, le téléobjectif du Galaxy S21 FE nous offre d'excellents résultats.

Stabilisé, l'objectif offre un grossissement suffisant pour magnifier son sujet. D'autant que le piqué est excellent ! Les détails foisonnent à l'image, même si le traitement pourra encore une fois paraître exagéré.

Cela est vrai si l'on se limite au « zoom » optique 3x (équivalent à une focale de 77 mm environ). Mais Samsung oblige, on peut grimper jusqu'à un zoom numérique 30x. On retrouve avec plaisir l'assistant de cadrage qui vient « figer » le cadre dès qu'on arrête de bouger afin de faciliter la prise de vue.

En revanche, le résultat est assez loin de nous décrocher la mâchoire. La faute à un capteur de faible définition qui rend des pixels très grossiers.

 

Portrait : pour magnifier son quotidien

Le mode portrait du S21 FE est très volontaire pour sublimer à peu près n'importe quel sujet. La mise au point est rapide, et l'application de l'effet de flou instantané — même dans des situations un peu délicates, comme cette fontaine avec énormément de sujets potentiels à l'écran

Le capteur principal étant de bonne qualité, les portraits qu'on en tire le sont également. Le rendu des couleurs est juste, et le traitement raisonnable. En un mot comme en cent : un bon portraitiste.

La caméra avant du Galaxy S21 FE est de très bonne facture. Proposant une grande résolution, elle fonctionne sur deux modes distincts. Le premier réduit la définition du capteur afin d'user du pixel binning et ainsi améliorer l'exposition et le rendu général. Le second capture des images de 32 mégapixels, mais réduit à néant les efforts d'optimisation produits par les algorithmes. La photo est plus terne, moins détaillée. En bref : ne vous posez pas la question, et préférez le premier mode.

Dans tous les cas, il vous sera impossible de sélectionner le second dans le mode portrait. Comme d'habitude chez Samsung, le flou d'arrière-plan est un peu agressif par défaut. On peut le régler à sa convenance afin d'obtenir un rendu plus progressif. Restent néanmoins quelques petits impairs dans le détourage.

En basse lumière, il reste possible de pratiquer le portrait mais, fatalement, avec moins d'aisance qu'en plein jour. Le détourage reste plutôt convaincant, même si le piqué s'effondre et que la montée des ISO dégrade fortement la qualité de l'image.

Nuit : un bon noctambule

Les constructeurs ne relâchent pas leurs efforts pour proposer, chaque année, des smartphones de plus en plus capables en photographie nocturne. Et s'il ne révolutionne certainement pas la pratique, le Galaxy S21 FE offre de belles photos en basse lumière, malgré ses capteurs datés.

En intérieur d'abord, il faut noter que les trois modules s'en sortent avec les honneurs. En mode auto, on remarque toutefois que l'ultra grand-angle peine à bien exposer la scène et à corriger la balance des blancs. On préférera, dans ce cas de figure, mobiliser le mode nuit dédié afin d'obtenir un cliché de bien meilleure qualité.

Le grand-angle est pour sa part impressionnant. Le niveau de détails restitué à l'écran est bluffant pour un capteur de si petite taille. Mention honorable également pour le téléobjectif, qui se montrera néanmoins un peu capricieux pour ce qui est de la mise au point.

En extérieur, vous connaissez la chanson, les choses se gâtent. Si le grand-angle est capable d'offrir de belles images sans pour autant utiliser le mode nuit dédié, il faudra systématiquement passer par là pour obtenir quelque chose de convaincant avec les deux autres.

Dans ce cas de figure, on reste impressionnés de la correction des hautes lumières faites par le téléphone. Même avec un contraste important, on parvient à distinguer toutes les parties de la photo.
 

Vidéo : toujours un cador de la stabilisation

Samsung touche sa bille en vidéo. Le présent Galaxy S21 FE s'illustre donc particulièrement dans le domaine, où il délivre des clips très détaillés, aux couleurs vibrantes et, surtout, à la stabilisation irréprochable.
 
Dommage que seul le grand-angle soit capable de filmer en 4K à 60 images par seconde. Les autres modules sont limités à 30 images par seconde, mais la qualité de leurs films est de toute façon bien moins agréable à l'œil.
 
Toujours présent, le mode « super stabilisation » est toujours de la partie, et permet, moyennant un crop dans l'image et une dégradation sensible du piqué, de donner l'illusion de se promener avec un véritable gimbal. 

 

 

Le Samsung Galaxy S21 FE brille par sa grande polyvalence. C'est simple : il sait tout faire, et le fait bien. Écran, performances, photos, durabilité… tout y est. Certes, le smartphone est vendu un peu plus cher que la concurrence, mais il demande à faire moins de concessions sur des aspects essentiels comme le suivi des mises à jour ou la recharge sans-fil.

Les plus

  • Un smartphone plus léger mais résistant
  • Écran magnifique et lumineux
  • Convient pour tous les usages…
  • Une grosse journée d'autonomie
  • Des photos plutôt convaincantes

Les moins

  • La disparition du port micro SD
  • Haut-parleurs un peu décevants…
  • Pas de fréquence de rafraîchissement variable
  • Throttling des performances important

clubic / MCP, via mediacongo.net
8356 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Le smartphone, un outil d'aide au dépistage du cancer du col de l'utérus
left
ARTICLE Précédent : Meta, la maison mère de Facebook, imagine le futur PC dans un casque VR