mediacongo.net - Offre d'emploi - Consultant(e) pour une Évaluation finale du projet : « Feuille de route pour la paix à Minembwe »

Consultant(e) pour une Évaluation finale du projet : « Feuille de route pour la paix à Minembwe »

Appel d’offre

 – Consultant(e) pour une Évaluation finale du projet :
 « Feuille de route pour la paix à Minembwe »

 

Date limite pour candidater : 24 Février 2021

Date de début : 8 Mars 2021

Zone d’intervention : Province du Sud Kivu (Hauts et Moyens plateaux de Fizi, Uvira et Mwenga (Itombwe)) et Kinshasa

A. Présentation d’Interpeace

Interpeace est une organisation internationale de consolidation de la paix créé en 1994 qui soutient des initiatives de consolidation de la paix menées localement dans le monde entier. Interpeace adapte son approche à chaque société et veille à ce que son action soit menée localement. En étroite collaboration avec ses équipes et partenaires locaux, Interpeace développe des programmes de consolidation de la paix et soutient la mise en place de processus de changement qui relient les communautés locales, la société civile, le gouvernement et la communauté internationale. En sa qualité de partenaire stratégique des Nations Unies, Interpeace a son siège à Genève, en Suisse, et possède des bureaux à travers le monde. En République Démocratique du Congo, Interpeace est présent au Nord et au Sud Kivu et en Ituri.
Pour plus d'informations sur Interpeace, veuillez visiter : www.interpeace.org

B. Présentation de la demande de proposition  

D’une durée de 15 mois, le projet « Feuille de route pour la paix à Minembwe » financé par le Foreign, Commonwealth & Development Office (FCDO), anciennement connu sous le nom de Department for International Development (DFID), a débuté en janvier 2020 et prendra fin le 31 mars 2021.

Désormais, une évaluation finale s’avère nécessaire pour mesurer les résultats (changements produits directement par l’action) et les effets, l’efficacité et la qualité du travail réalisé, les approches développées et les leçons apprises lors de la mise en œuvre afin d’arriver à formuler des orientations susceptibles d’améliorer les prochaines interventions d’Interpeace, ainsi que d’autres organisations travaillant sur les mêmes thématiques et/ou dans la même zone d’intervention. Le choix d’une évaluation externe a été privilégié afin de contribuer à assurer l’indépendance, l’impartialité et la crédibilité du processus. Interpeace prévoit que l'évaluation commencera le 8 mars 2021, pour une période de 25 jours ouvrable, dont un minimum de 10 jours pour la collecte de données au Sud Kivu et à Kinshasa. Le rapport final sera dû au plus tard le 23 Avril.

C. Présentation du contexte et du projet

La situation sécuritaire dans les Hauts et Moyens plateaux de Fizi, Uvira et Mwenga (Itombwe) est complexe et volatile, caractérisée par des tensions ethniques et des rébellions cycliques causant des problèmes sécuritaires et humanitaires. La violence est souvent présentée sous la bannière de conflits ethniques entre les Banyamulenge et les autres communautés de la région, notamment les Babembe, Bafuliru, Banyindu, Babuyu, Barundi et Bavira. La situation est également influencée par les dynamiques politiques, tant au provincial, national que régional, ainsi qu’à la compétition pour contrôler les ressources naturelles qui sont à la base des tireurs de ficelles contribuant aux conflits armés dans la région. Au cours du dernier trimestre de 2019 et du premier trimestre de 2020, le conflit s'est aggravé avec de violents affrontements entre les groupes armés et d’autodéfense banyamulenge et une coalition de groupes armés liés à d'autres communautés. Des populations civiles dans les deux camps ont été tuées, de nombreux villages ont été incendiés, des biens ont été détruits, des vaches ont été volées et des récoltes pillées, et des milliers de personnes ont été déplacées, se retrouvant dans des camps de déplacés. Certains ont notamment trouvé refuge au Rwanda et en Ouganda.

Alors que le conflit s'intensifiait, la nécessité de soutenir des efforts pour mettre un terme aux violences et soutenir un processus de médiation a vu naitre le projet Feuille de Route pour la Paix dans les Hauts et Moyens plateaux de Fizi, Uvira et Mwenga (Itombwe). Mis en œuvre sous le leadership du gouvernement, le projet a été mis en œuvre par Interpeace en collaboration avec Action pour le Développement et la Paix Endogènes (ADEPAE), Solidarité des Volontaires pour l'Humanité (SVH), Réseau d'innovation d'organisationnelle (RIO) et Radio La Benevolencija (RLB). ADEPAE, SVH et RIO ont joué des rôles de facilitation, de mobilisation et de renforcement de la cohésion au sein des communautés Banyamulenge, Babembe, Bafuliru, Banyindu, Babuyu, Barundi et Bavira, et RLB a soutenu l’engagement communautaire par le biais de débats radiophoniques et des sketches de sensibilisation autour des processus en question.

L'objectif global du projet est l’amélioration de la situation sécuritaire dans les Hauts et Moyens plateaux de Fizi, Uvira et Mwenga (Itombwe) et le renforcement de la collaboration entre les acteurs locaux, provinciaux et nationaux pour maintenir une situation de non-violence propice à la construction d'une paix durable. Les principaux résultats et sous-résultats escomptés du projet sont :

1. Les principales parties prenantes aux niveaux communautaire, provincial et national s'accordent sur un accord de cessez-le-feu, le maintiennent et en assurent le suivi 

1.1. Les principaux fauteurs de troubles et les acteurs du conflit de Minembwe acceptent de participer aux négociations sur le cessez-le-feu.
1.2. Un mécanisme de surveillance du cessez-le-feu est créé et doté des capacités nécessaires pour mettre en œuvre son mandat d'arbitrage et de médiation.

2. Un accord de paix visant à répondre aux dynamiques de conflit à Minembwe est conclu à la suite de processus de médiation et de dialogue inclusifs 

2.1. Des dialogues inter et intracommunautaires inclusifs sont organisés pour éclairer un accord de paix.
2.2. Les communautés sont engagées, sensibilisées et contribuent aux processus de cessez-le- feu et de médiation par le biais de sketches et de débats radiophoniques.

3. Les principales parties prenantes aux niveaux communautaire, provincial et national soutiennent et s'engagent à appliquer une stratégie visant à soutenir l'accord de paix à Minembwe

3.1. Les principaux acteurs du gouvernement et du développement sont réunis pour identifier et convenir ensemble des principaux besoins du Minembwe en matière de politique, de sécurité, de justice, d'aide humanitaire, de développement et de paix.

La théorie du changement du projet est la suivante :

Si les autorités nationales et provinciales mènent un processus de cessez-le-feu qui aboutit à un accord de cessez-le-feu signé par tous les groupes armés ; et si elles mènent un processus de médiation qui rassemble et accroît la compréhension entre les communautés en conflit, et

Si les dirigeants de ces communautés sont capables de renforcer la cohésion intracommunautaire et d'obtenir le soutien de leurs membres à un processus de négociation de paix intercommunautaire,

Alors l'accord de paix qui résultera de ce processus constituera alors un élément essentiel de la construction d'une paix durable,

Parce qu'il reflétera les besoins et les préoccupations et qu'il aura l'adhésion d'un large éventail d'acteurs qui ont un rôle essentiel à jouer dans la prévention de la violence et le soutien à la paix.

D. Justification et objectifs

L’évaluation du projet répond à l’obligation de résultats et d’apprendre. Elle sera utilisée pour comprendre l’impact du projet, les changements observés et les leçons à tirer pour guider toute intervention future dans la région. En étroite collaboration avec toute l’équipe du projet, y compris le chargé de suivi et évaluation, les partenaires du projet (ADEPAE, SVH, RIO et RLB) et les communautés bénéficiaires, le ou la consultant(e) aura à mener une évaluation finale avec les objectifs suivants :

Les résultats de cet exercice bénéficieront non seulement à Interpeace, ses partenaires et le FCDO, mais aussi d’autres organisations, bailleurs et décideurs politiques engagés sur les questions de prévention des conflits et de consolidation de la paix au Sud Kivu et plus généralement en RDC.

E. Calendrier, méthodologie et résultats attendus

La durée prévue de l'évaluation est de 18 jours ouvrable, dont un minimum de 10 jours pour la collecte de données terrain au Sud Kivu. La date de début prévue est le 8 mars, les activités du projet prenant fin le 31 mars 2021. Le calendrier final sera convenu avec le/la consultant(e) sélectionné(e).

Dans le cadre de cette évaluation, le/la consultant(e) va recourir aux différentes méthodes de collectes d’information : examen des documents clés du projet ; observation directe sur le terrain ; interviews avec individus ciblés et/ou des groupes des discussions. Le/la consultant(e) utilisera aussi les données collectées par Interpeace et les partenaires du projet (rapports d’activités, suivi et évaluation, histoire de changement).

Le/la consultant(e) devra présenter, approuver et appliquer un cadre conceptuel d'analyse en cohérence avec l'approche participative et de consolidation de la paix d'Interpeace(1) et de ses partenaires. L'évaluation du projet devra être objective, tandis que l'exercice d'apprentissage et de réflexion doit être un exercice consultatif / participatif.

Le/la consultant(e) effectuera l’évaluation principalement qualitative sur base des résultats du projet. Pour ce faire, il/elle pourra se baser sur les données du projet et les parties constitutives du système de suivi-évaluation (S/E) préexistantes : proposition de projet, budget, cadre logique, tableau de suivi, bases de données, tableaux des analyses de données, listes de présence des activités, rapports de mission, débriefings des consultations et séances de dialogue, etc. pour effectuer un premier niveau d’évaluation.

Afin de compléter et appuyer ces premières conclusions, et en réponse aux questions de l'évaluation, le consultant est invité à utiliser des méthodes participatives et inclusives (davantage qualitatives), par exemple : interviews, discussions de groupes, récolte des incidences (Outcome Harvesting), changements les plus significatifs (Most Significant Change), etc. La méthodologie utilisée devra démontrer une sensibilité au genre, à l’âge, aux conflits et autres aux biais potentiels afin de garantir sa rigueur.

Une attention particulière sera prêtée à la prise en compte des mesures de santé publiques relatives à l’épidémie de COVID-19, et à leur impact sur les méthodes utilisées. Le/la consultant(e) devra présenter dans leur candidature les mesures de contingence et de protection prévues pour garantir la santé des équipes et des personnes impliquées, tout en permettant une participation et inclusivité de qualité.

L’évaluation suivra les étapes suivantes :

La documentation clé du projet sera remise au consultant(e) et inclura, entre autres, les documents du projet, le cadre logique, le plan de suivi et évaluation, les rapports narratifs. Le/la consultant(e) développera un document de méthodologie et les questions pour les interview et groupes de discussion, qui seront validées ensemble avec l’équipe du projet (en se basant sur les questions clés déjà définies dans les critères de l’évaluation), les histoires de changement.

Des visites de terrain sur les sites pour collecter les données, mener des interviews et échanger avec les principales parties prenantes. Le travail sur le terrain se déroulera sur les sites du projet au Sud Kivu. L’équipe du projet fournira des listes des parties prenantes et des bénéficiaires du projet, parmi lesquels le/la consultant(e) peut sélectionner son échantillon pour les interviews et/ou les discussions de groupes. L’équipe du projet peut accompagner le/la consultant(e) pendant l’évaluation.

Les interviews et les discussions de groupes seront organisées avec les staffs Interpeace et les staffs des organisations partenaires impliqués dans le projet et des autres ONG ; les autorités locales, provinciales et nationales impliqués, le bailleur de fonds ; ainsi que les participants aux activités : membres des communautés, leaders des communautés, les autorités locales, les forces de sécurités et les membres des groupes armés.

L’analyse des résultats : Le cadre logique défini au début du projet servira de référence à la collecte des données. Toutes les données récoltées devront faire partie d’une analyse compréhensive.

Restitution : juste après la fin de la collecte et avant de remettre le rapport final, l’évaluateur facilitera une réunion de restitution avec l’équipe du projet (Interpeace et ses partenaires) pour présenter ses premières conclusions et recommandations, et permettre l’enrichissement de ses observations par une discussion avec l’équipe du projet.

Un rapport provisoire contenant les analyses et les résultats de l’évaluation conformément aux TDR sera partagé avec les membres de l’équipe du projet pour commentaires.

Un rapport final sera produit qui prend en compte les observations et commentaires d’Interpeace.

La matrice suivante présente les résultats attendus des évaluations. Les échéances sont indicatives. 

Étapes

Livrable

Parties responsables

Échéance

Processus de planification initiale

Contrat d'évaluation signé

Interpeace

Au plus tard une semaine après la sélection du / de la consultant (e)

Partage des documents pertinents

Interpeace

Au plus tard une semaine après la sélection du consultant (e)

Rapport initial comprenant une méthodologie actualisée, des questions d'orientation, des outils d'évaluation et un plan de travail d'évaluation

Consultant(e)

Au plus tard une semaine après la signature du contrat d'évaluation

Rapport initial approuvé, méthodologie finale, outils d'évaluation et plan de travail.

Identification et facilitation des contacts entre les évaluateurs et les points focaux d'Interpeace et des organisations partenaires.

Interpeace et ses partenaires

Au plus tard une semaine après la présentation du rapport initial

Travail de terrain

Facilitation des déplacements vers le terrain (Sud Kivu, Kinshasa) et des participants vers les lieux d’évaluation.
Fourniture d'un soutien logistique et de sécurité, y compris l'organisation de réunions avec les parties prenantes selon les besoins du consultant (e)

Interpeace et partenaires

Dans la semaine suivant la présentation du rapport initial et pendant le travail sur le terrain

Entretiens avec les parties prenantes et discussions de groupe : y compris avec les employés d'Interpeace, le personnel des partenaires, les membres de la communauté, les chefs traditionnels, les autorités locales, les autorités nationales, les forces sécuritaires (police, FARDC, etc.), les organisations de la société civile, Les ONGI

Consultant(e) sélectionnée avec le soutien logistique et sécuritaire d'Interpeace et de ses partenaires

A conclure dans les 15 jours suivant l'arrivée sur le terrain

Rapport d'avancement et présentation à mi-parcours Un rapport préliminaire et une présentation sont attendus pour la direction d'Interpeace et des partenaires et le personnel concerné à la fin de la phase de travail sur le terrain. Le rapport ne doit pas dépasser 10 pages et doit résumer l'état d'avancement de l'évaluation, en soulignant les changements apportés au calendrier d'évaluation et en fournissant des conclusions provisoires.

Consultant(e)

A la fin du travail de terrain.

Rapport

Projet de rapport d'évaluation. Voir ci-dessous pour les questions d'évaluation indicatives et la structure de rapport prévue.

Consultant(e)

Dans les 15 jours suivant la fin du travail sur le terrain

Rapport final d'évaluation tenant compte des commentaires sur le projet de rapport. Voir ci- dessous pour les questions d'évaluation indicatives et la structure de rapport prévue.

Consultant(e)

Dans les 5 jours suivant la fin du travail sur le terrain

Réponse de la direction du projet.

Interpeace et ses partenaires

Dans la semaine suivant la présentation du rapport final

F. Questions clés de l'évaluation

Questions clés de l'évaluation, listées à titre indicatif et non-exhaustif :

Pertinence :

 
Efficacité :

Efficience :

Durabilité :

Impact :

Cohérence :

Questions transversales :

G. Rapports et retour d'information

Le/La consultant (e) organisera une (ou plusieurs) réunion(s) de restitution pour le bureau d'Interpeace. Ce sera l'occasion de faire un compte rendu de l'évaluation et d'échanger des points de vue sur les conclusions et recommandations préliminaires. Le rapport d'évaluation comprendra un texte principal de 30 pages maximum avec des conclusions et des recommandations. Le rapport devra être structuré de la manière suivante :

* Pertinence
* Efficacité
* Efficacité
* Durabilité
* Impact
* Cohérence
* Questions transversales

Annexes :

H. Qualifications

Le consultant (e) devra avoir au minimum les compétences et l'expérience suivantes :

I. Instructions pour la préparation et soumission des propositions

Interpeace invite les fournisseurs de services qualifiés à soumettre une offre pour fournir les services décrits dans les termes de référence ci-joints, et qui font partie intégrante de la présente demande de proposition (DP).

Le soumissionnaire supportera tous les coûts liés à la préparation et à la soumission de sa proposition, et Interpeace ne sera pas responsable de ces coûts, qu'ils soient directs ou indirects, quel que soit le déroulement ou le résultat de l'appel d'offres, ni si l'appel d'offres est annulé, modifié ou reporté pour quelque raison que ce soit. Cela inclut, mais n'est pas limité à, tous les coûts encourus pour les clarifications de la pré-proposition, les présentations orales, les visites sur site, et les réunions et négociations ultérieures. 

Toutes les offres doivent être préparées en français et comprendre les documents suivants : Proposition technique, offre financière et CV mis à jour :

1. Proposition technique (maximum 3 pages)

2. Offre financière (maximum 1 page)

Votre offre financière séparée doit contenir une offre globale dans une seule monnaie (USD). L'offre financière doit couvrir tous les services à fournir conformément aux termes de référence et indiquer le nombre de jours prévus pour l’ensemble de la consultance. Le prix doit être "tout compris" et ne pas dépasser le seuil de 20 000 USD. Le coût de la préparation d'une offre et de la négociation d'un contrat, y compris tout déplacement lié, n'est pas remboursable et ne peut être inclus comme coût direct de la mission.

3. Un CV mis à jour.

Une fois présélectionnés, les candidats devront soumettre des échantillons de travail en français, des références et une méthodologie d'évaluation préliminaire.

Toutes les offres pour fournir les services décrits dans le présent appel d'offres doivent être soumises par courrier électronique à recruitment@interpeace.org avant le 24 février (minuit, heure de Bukavu).

Merci d’inclure dans l’objet de l’e-mail de candidature « Evaluation du projet Feuille de route pour la paix à Minembwe » pour être pris en compte.

En raison du grand nombre de candidatures, Interpeace ne pourra répondre qu’aux seul(e)s candidat(e)s présélectionnés. Nous vous remercions pour votre compréhension.

La participation à cet appel d'offre implique l'acceptation des conditions générales fournies.

Interpeace apprécie la diversité de son personnel et vise à atteindre une plus grande parité entre les sexes à tous les niveaux de son travail. Nous acceptons les candidatures des femmes et des hommes, y compris celles des personnes vivant avec un handicap.

---------------------------------------

(1) https://www.interpeace.org/what-we-do/our-peacebuilding-principles/

Sud Kivu et Kinshasa
https://www.mediacongo.net/pics/mediacongo.png
2021-04-17



Retour à la liste Offre d'emploi
Publiée le 18/02/2021
AVIS AUX CANDIDATS mediacongo.net et ses partenaires attirent l’attention des candidats qu’aucun frais n’est exigé pour le dépôt des candidatures, ni pour une autre raison (interview ou formation). Veuillez NE PAS ENVOYER DE L’ARGENT sous quelque forme que ce soit (cash, virement , transfert Westen Union, mobile money,…) et directement nous le signaler.

Consultant(e) pour une Évaluation finale du projet : « Feuille de route pour la paix à Minembwe »

Lieu

Sud Kivu et Kinshasa ()

Description

Le poste

Appel d’offre

 – Consultant(e) pour une Évaluation finale du projet :
 « Feuille de route pour la paix à Minembwe »

 

Date limite pour candidater : 24 Février 2021

Date de début : 8 Mars 2021

Zone d’intervention : Province du Sud Kivu (Hauts et Moyens plateaux de Fizi, Uvira et Mwenga (Itombwe)) et Kinshasa

A. Présentation d’Interpeace

Interpeace est une organisation internationale de consolidation de la paix créé en 1994 qui soutient des initiatives de consolidation de la paix menées localement dans le monde entier. Interpeace adapte son approche à chaque société et veille à ce que son action soit menée localement. En étroite collaboration avec ses équipes et partenaires locaux, Interpeace développe des programmes de consolidation de la paix et soutient la mise en place de processus de changement qui relient les communautés locales, la société civile, le gouvernement et la communauté internationale. En sa qualité de partenaire stratégique des Nations Unies, Interpeace a son siège à Genève, en Suisse, et possède des bureaux à travers le monde. En République Démocratique du Congo, Interpeace est présent au Nord et au Sud Kivu et en Ituri.
Pour plus d'informations sur Interpeace, veuillez visiter : www.interpeace.org

B. Présentation de la demande de proposition  

D’une durée de 15 mois, le projet « Feuille de route pour la paix à Minembwe » financé par le Foreign, Commonwealth & Development Office (FCDO), anciennement connu sous le nom de Department for International Development (DFID), a débuté en janvier 2020 et prendra fin le 31 mars 2021.

Désormais, une évaluation finale s’avère nécessaire pour mesurer les résultats (changements produits directement par l’action) et les effets, l’efficacité et la qualité du travail réalisé, les approches développées et les leçons apprises lors de la mise en œuvre afin d’arriver à formuler des orientations susceptibles d’améliorer les prochaines interventions d’Interpeace, ainsi que d’autres organisations travaillant sur les mêmes thématiques et/ou dans la même zone d’intervention. Le choix d’une évaluation externe a été privilégié afin de contribuer à assurer l’indépendance, l’impartialité et la crédibilité du processus. Interpeace prévoit que l'évaluation commencera le 8 mars 2021, pour une période de 25 jours ouvrable, dont un minimum de 10 jours pour la collecte de données au Sud Kivu et à Kinshasa. Le rapport final sera dû au plus tard le 23 Avril.

C. Présentation du contexte et du projet

La situation sécuritaire dans les Hauts et Moyens plateaux de Fizi, Uvira et Mwenga (Itombwe) est complexe et volatile, caractérisée par des tensions ethniques et des rébellions cycliques causant des problèmes sécuritaires et humanitaires. La violence est souvent présentée sous la bannière de conflits ethniques entre les Banyamulenge et les autres communautés de la région, notamment les Babembe, Bafuliru, Banyindu, Babuyu, Barundi et Bavira. La situation est également influencée par les dynamiques politiques, tant au provincial, national que régional, ainsi qu’à la compétition pour contrôler les ressources naturelles qui sont à la base des tireurs de ficelles contribuant aux conflits armés dans la région. Au cours du dernier trimestre de 2019 et du premier trimestre de 2020, le conflit s'est aggravé avec de violents affrontements entre les groupes armés et d’autodéfense banyamulenge et une coalition de groupes armés liés à d'autres communautés. Des populations civiles dans les deux camps ont été tuées, de nombreux villages ont été incendiés, des biens ont été détruits, des vaches ont été volées et des récoltes pillées, et des milliers de personnes ont été déplacées, se retrouvant dans des camps de déplacés. Certains ont notamment trouvé refuge au Rwanda et en Ouganda.

Alors que le conflit s'intensifiait, la nécessité de soutenir des efforts pour mettre un terme aux violences et soutenir un processus de médiation a vu naitre le projet Feuille de Route pour la Paix dans les Hauts et Moyens plateaux de Fizi, Uvira et Mwenga (Itombwe). Mis en œuvre sous le leadership du gouvernement, le projet a été mis en œuvre par Interpeace en collaboration avec Action pour le Développement et la Paix Endogènes (ADEPAE), Solidarité des Volontaires pour l'Humanité (SVH), Réseau d'innovation d'organisationnelle (RIO) et Radio La Benevolencija (RLB). ADEPAE, SVH et RIO ont joué des rôles de facilitation, de mobilisation et de renforcement de la cohésion au sein des communautés Banyamulenge, Babembe, Bafuliru, Banyindu, Babuyu, Barundi et Bavira, et RLB a soutenu l’engagement communautaire par le biais de débats radiophoniques et des sketches de sensibilisation autour des processus en question.

L'objectif global du projet est l’amélioration de la situation sécuritaire dans les Hauts et Moyens plateaux de Fizi, Uvira et Mwenga (Itombwe) et le renforcement de la collaboration entre les acteurs locaux, provinciaux et nationaux pour maintenir une situation de non-violence propice à la construction d'une paix durable. Les principaux résultats et sous-résultats escomptés du projet sont :

1. Les principales parties prenantes aux niveaux communautaire, provincial et national s'accordent sur un accord de cessez-le-feu, le maintiennent et en assurent le suivi 

1.1. Les principaux fauteurs de troubles et les acteurs du conflit de Minembwe acceptent de participer aux négociations sur le cessez-le-feu.
1.2. Un mécanisme de surveillance du cessez-le-feu est créé et doté des capacités nécessaires pour mettre en œuvre son mandat d'arbitrage et de médiation.

2. Un accord de paix visant à répondre aux dynamiques de conflit à Minembwe est conclu à la suite de processus de médiation et de dialogue inclusifs 

2.1. Des dialogues inter et intracommunautaires inclusifs sont organisés pour éclairer un accord de paix.
2.2. Les communautés sont engagées, sensibilisées et contribuent aux processus de cessez-le- feu et de médiation par le biais de sketches et de débats radiophoniques.

3. Les principales parties prenantes aux niveaux communautaire, provincial et national soutiennent et s'engagent à appliquer une stratégie visant à soutenir l'accord de paix à Minembwe

3.1. Les principaux acteurs du gouvernement et du développement sont réunis pour identifier et convenir ensemble des principaux besoins du Minembwe en matière de politique, de sécurité, de justice, d'aide humanitaire, de développement et de paix.

La théorie du changement du projet est la suivante :

Si les autorités nationales et provinciales mènent un processus de cessez-le-feu qui aboutit à un accord de cessez-le-feu signé par tous les groupes armés ; et si elles mènent un processus de médiation qui rassemble et accroît la compréhension entre les communautés en conflit, et

Si les dirigeants de ces communautés sont capables de renforcer la cohésion intracommunautaire et d'obtenir le soutien de leurs membres à un processus de négociation de paix intercommunautaire,

Alors l'accord de paix qui résultera de ce processus constituera alors un élément essentiel de la construction d'une paix durable,

Parce qu'il reflétera les besoins et les préoccupations et qu'il aura l'adhésion d'un large éventail d'acteurs qui ont un rôle essentiel à jouer dans la prévention de la violence et le soutien à la paix.

D. Justification et objectifs

L’évaluation du projet répond à l’obligation de résultats et d’apprendre. Elle sera utilisée pour comprendre l’impact du projet, les changements observés et les leçons à tirer pour guider toute intervention future dans la région. En étroite collaboration avec toute l’équipe du projet, y compris le chargé de suivi et évaluation, les partenaires du projet (ADEPAE, SVH, RIO et RLB) et les communautés bénéficiaires, le ou la consultant(e) aura à mener une évaluation finale avec les objectifs suivants :

  • Apprécier les résultats et les effets atteints par le projet, en se référant au cadre logique du projet (indicateurs et résultats attendus) ;
  • Apprécier l’efficacité de l’approche méthodologique utilisée par le projet, nos activités et nos méthodes par rapport aux résultats attendus ;
  • Évaluer le niveau de participation des partenaires et des bénéficiaires dans la réalisation du projet ;
  • Évaluer l'efficience, l'efficacité de la mise en œuvre et la qualité de la gestion du projet ;
  • Sur base des points ci-haut, formuler des recommandations concrètes et spécifiques pouvant guider les prochaines interventions d’Interpeace.

Les résultats de cet exercice bénéficieront non seulement à Interpeace, ses partenaires et le FCDO, mais aussi d’autres organisations, bailleurs et décideurs politiques engagés sur les questions de prévention des conflits et de consolidation de la paix au Sud Kivu et plus généralement en RDC.

E. Calendrier, méthodologie et résultats attendus

La durée prévue de l'évaluation est de 18 jours ouvrable, dont un minimum de 10 jours pour la collecte de données terrain au Sud Kivu. La date de début prévue est le 8 mars, les activités du projet prenant fin le 31 mars 2021. Le calendrier final sera convenu avec le/la consultant(e) sélectionné(e).

Dans le cadre de cette évaluation, le/la consultant(e) va recourir aux différentes méthodes de collectes d’information : examen des documents clés du projet ; observation directe sur le terrain ; interviews avec individus ciblés et/ou des groupes des discussions. Le/la consultant(e) utilisera aussi les données collectées par Interpeace et les partenaires du projet (rapports d’activités, suivi et évaluation, histoire de changement).

Le/la consultant(e) devra présenter, approuver et appliquer un cadre conceptuel d'analyse en cohérence avec l'approche participative et de consolidation de la paix d'Interpeace(1) et de ses partenaires. L'évaluation du projet devra être objective, tandis que l'exercice d'apprentissage et de réflexion doit être un exercice consultatif / participatif.

Le/la consultant(e) effectuera l’évaluation principalement qualitative sur base des résultats du projet. Pour ce faire, il/elle pourra se baser sur les données du projet et les parties constitutives du système de suivi-évaluation (S/E) préexistantes : proposition de projet, budget, cadre logique, tableau de suivi, bases de données, tableaux des analyses de données, listes de présence des activités, rapports de mission, débriefings des consultations et séances de dialogue, etc. pour effectuer un premier niveau d’évaluation.

Afin de compléter et appuyer ces premières conclusions, et en réponse aux questions de l'évaluation, le consultant est invité à utiliser des méthodes participatives et inclusives (davantage qualitatives), par exemple : interviews, discussions de groupes, récolte des incidences (Outcome Harvesting), changements les plus significatifs (Most Significant Change), etc. La méthodologie utilisée devra démontrer une sensibilité au genre, à l’âge, aux conflits et autres aux biais potentiels afin de garantir sa rigueur.

Une attention particulière sera prêtée à la prise en compte des mesures de santé publiques relatives à l’épidémie de COVID-19, et à leur impact sur les méthodes utilisées. Le/la consultant(e) devra présenter dans leur candidature les mesures de contingence et de protection prévues pour garantir la santé des équipes et des personnes impliquées, tout en permettant une participation et inclusivité de qualité.

L’évaluation suivra les étapes suivantes :

La documentation clé du projet sera remise au consultant(e) et inclura, entre autres, les documents du projet, le cadre logique, le plan de suivi et évaluation, les rapports narratifs. Le/la consultant(e) développera un document de méthodologie et les questions pour les interview et groupes de discussion, qui seront validées ensemble avec l’équipe du projet (en se basant sur les questions clés déjà définies dans les critères de l’évaluation), les histoires de changement.

Des visites de terrain sur les sites pour collecter les données, mener des interviews et échanger avec les principales parties prenantes. Le travail sur le terrain se déroulera sur les sites du projet au Sud Kivu. L’équipe du projet fournira des listes des parties prenantes et des bénéficiaires du projet, parmi lesquels le/la consultant(e) peut sélectionner son échantillon pour les interviews et/ou les discussions de groupes. L’équipe du projet peut accompagner le/la consultant(e) pendant l’évaluation.

Les interviews et les discussions de groupes seront organisées avec les staffs Interpeace et les staffs des organisations partenaires impliqués dans le projet et des autres ONG ; les autorités locales, provinciales et nationales impliqués, le bailleur de fonds ; ainsi que les participants aux activités : membres des communautés, leaders des communautés, les autorités locales, les forces de sécurités et les membres des groupes armés.

L’analyse des résultats : Le cadre logique défini au début du projet servira de référence à la collecte des données. Toutes les données récoltées devront faire partie d’une analyse compréhensive.

Restitution : juste après la fin de la collecte et avant de remettre le rapport final, l’évaluateur facilitera une réunion de restitution avec l’équipe du projet (Interpeace et ses partenaires) pour présenter ses premières conclusions et recommandations, et permettre l’enrichissement de ses observations par une discussion avec l’équipe du projet.

Un rapport provisoire contenant les analyses et les résultats de l’évaluation conformément aux TDR sera partagé avec les membres de l’équipe du projet pour commentaires.

Un rapport final sera produit qui prend en compte les observations et commentaires d’Interpeace.

La matrice suivante présente les résultats attendus des évaluations. Les échéances sont indicatives. 

Étapes

Livrable

Parties responsables

Échéance

Processus de planification initiale

Contrat d'évaluation signé

Interpeace

Au plus tard une semaine après la sélection du / de la consultant (e)

Partage des documents pertinents

Interpeace

Au plus tard une semaine après la sélection du consultant (e)

Rapport initial comprenant une méthodologie actualisée, des questions d'orientation, des outils d'évaluation et un plan de travail d'évaluation

Consultant(e)

Au plus tard une semaine après la signature du contrat d'évaluation

Rapport initial approuvé, méthodologie finale, outils d'évaluation et plan de travail.

Identification et facilitation des contacts entre les évaluateurs et les points focaux d'Interpeace et des organisations partenaires.

Interpeace et ses partenaires

Au plus tard une semaine après la présentation du rapport initial

Travail de terrain

Facilitation des déplacements vers le terrain (Sud Kivu, Kinshasa) et des participants vers les lieux d’évaluation.
Fourniture d'un soutien logistique et de sécurité, y compris l'organisation de réunions avec les parties prenantes selon les besoins du consultant (e)

Interpeace et partenaires

Dans la semaine suivant la présentation du rapport initial et pendant le travail sur le terrain

Entretiens avec les parties prenantes et discussions de groupe : y compris avec les employés d'Interpeace, le personnel des partenaires, les membres de la communauté, les chefs traditionnels, les autorités locales, les autorités nationales, les forces sécuritaires (police, FARDC, etc.), les organisations de la société civile, Les ONGI

Consultant(e) sélectionnée avec le soutien logistique et sécuritaire d'Interpeace et de ses partenaires

A conclure dans les 15 jours suivant l'arrivée sur le terrain

Rapport d'avancement et présentation à mi-parcours Un rapport préliminaire et une présentation sont attendus pour la direction d'Interpeace et des partenaires et le personnel concerné à la fin de la phase de travail sur le terrain. Le rapport ne doit pas dépasser 10 pages et doit résumer l'état d'avancement de l'évaluation, en soulignant les changements apportés au calendrier d'évaluation et en fournissant des conclusions provisoires.

Consultant(e)

A la fin du travail de terrain.

Rapport

Projet de rapport d'évaluation. Voir ci-dessous pour les questions d'évaluation indicatives et la structure de rapport prévue.

Consultant(e)

Dans les 15 jours suivant la fin du travail sur le terrain

Rapport final d'évaluation tenant compte des commentaires sur le projet de rapport. Voir ci- dessous pour les questions d'évaluation indicatives et la structure de rapport prévue.

Consultant(e)

Dans les 5 jours suivant la fin du travail sur le terrain

Réponse de la direction du projet.

Interpeace et ses partenaires

Dans la semaine suivant la présentation du rapport final

F. Questions clés de l'évaluation

Questions clés de l'évaluation, listées à titre indicatif et non-exhaustif :

Pertinence :

  • Selon les différentes parties impliquées, l’approche du projet était-elle pertinente vis-à-vis du contexte et des dynamiques de conflit dans la zone ?
  • L’équipe du projet a-t-elle utilisé les stratégies les plus appropriées par rapport au contexte ? Notamment : 1. L’engagement (dialogue/plaidoyer) avec les autorités provinciales et nationales ; 2. L’engagement et la sensibilisation des groupes armés ; 3. Les dialogues intra- et intercommunautaires.
  • Y a-t-il eu des risques majeurs qui n’ont pas été pris en considération par l’équipe du projet ?

 
Efficacité :

  • Évaluer ce qui a été réalisé par rapport aux activités et résultats prévus.
  • Vérifier si les activités menées ont contribué à atteindre les résultats voulus.
  • Évaluer l'importance stratégique des réussites du projet.

Efficience :

  • Est-ce que les ressources (budget, personnel, matériels) du projet ont été bien utilisées par rapport aux résultats achevés ?
  • Comment l’équipe a-t-elle fait le suivi de ce projet ?
  • Évaluer les relations de travail de l’équipe du projet avec les partenaires et les autres parties impliquées dans la mise en œuvre.

Durabilité :

  • Quelle est le degré d’acceptation et d’appropriation du projet par les communautés où il est mis en œuvre ?
  • Est-ce que le projet a contribué à des changements durables ?
  • Quelle est la probabilité que les résultats/changements du projet soient durables après l’intervention ?

Impact :

  • Dans quelle mesure le projet a-t-il contribué à l’amélioration de la situation sécuritaire dans les Hauts et Moyens plateaux de Fizi, Uvira et Mwenga (Itombwe) et le renforcement de la collaboration entre les acteurs locaux, provinciaux et nationaux ?
  • Dans quelle mesure le projet a-t-il atteint ses objectifs (voir les objectifs dans la partie introductive) ?
  • Quelle était la théorie du changement du projet, et est-ce que les résultats soutiennent cette théorie ?

Cohérence :

  • Comment ce projet s'inscrit-il dans les objectifs globaux d'Interpeace et de ses partenaires ?
  • Quelle est la cohérence de ce projet avec la programmation globale d'Interpeace en RDC ?
  • Comment le programme s’est-il construit sur et a interagi avec les autres projets menés dans la zone ?
  • Comment Interpeace et ses partenaires travaillent/échangent avec les autres acteurs de peacebuilding et développement au Sud Kivu ?

Questions transversales :

  • Quelle a été l'efficacité des efforts déployés par le projet pour intégrer la dimension du genre et de l’âge dans la stratégie du programme ?
  • Comment le projet peut-il renforcer l'intégration des dimensions genre et jeunesse pour promouvoir la consolidation de la paix et la gouvernance inclusive ?
  • Dans quelle mesure le projet adhère-t-il aux principes du "Do no Harm" et fait-il appel à la sensibilité aux conflits lors de la mise en œuvre et de l'adaptation des stratégies du projet ?

G. Rapports et retour d'information

Le/La consultant (e) organisera une (ou plusieurs) réunion(s) de restitution pour le bureau d'Interpeace. Ce sera l'occasion de faire un compte rendu de l'évaluation et d'échanger des points de vue sur les conclusions et recommandations préliminaires. Le rapport d'évaluation comprendra un texte principal de 30 pages maximum avec des conclusions et des recommandations. Le rapport devra être structuré de la manière suivante :

  • Acronymes
  • Résumé
  • Introduction et bref historique
  • Méthodologie
  • Principales conclusions

* Pertinence
* Efficacité
* Efficacité
* Durabilité
* Impact
* Cohérence
* Questions transversales

  • Évaluation globale
  • Défis
  • Meilleures pratiques et enseignements tirés
  • Recommandations pour l'amélioration

Annexes :

  • Termes de référence
  • Liste des documents évalués
  • Liste des personnes interrogées
  • Matrice d'évaluation
  • Présentation des changements identifiés liés aux résultats du programme et aux marqueurs de progrès

H. Qualifications

Le consultant (e) devra avoir au minimum les compétences et l'expérience suivantes :

  • Diplôme d'études supérieures en planification, en développement, gestion de projet, sciences sociales ou un autre domaine similaire ;
  • Connaissance et expérience d’au moins 3 ans dans le domaine de la gestion et transformation des conflits ;
  • Expérience avérée d’au moins 6 ans dans les évaluations qualitatives de projets de développement et de consolidation de la paix ;
  • Expérience et compétences prouvés dans la rédaction de rapports d’évaluation (un échantillon d’au moins 2 rapports écrits par le/la candidat/e doivent être fourni) ;
  • Excellentes compétences en français tant à l'oral qu'à l'écrit ;
  • Expérience dans la collecte d’études de cas ;
  • Très bonne connaissance des dynamiques de conflits et des réalités politiques, économiques et socio-culturelles du Sud Kivu ;
  • Très bonne connaissance des modalités et d’expériences passée de consolidation de la paix et de dialogue en RDC.

I. Instructions pour la préparation et soumission des propositions

Interpeace invite les fournisseurs de services qualifiés à soumettre une offre pour fournir les services décrits dans les termes de référence ci-joints, et qui font partie intégrante de la présente demande de proposition (DP).

Le soumissionnaire supportera tous les coûts liés à la préparation et à la soumission de sa proposition, et Interpeace ne sera pas responsable de ces coûts, qu'ils soient directs ou indirects, quel que soit le déroulement ou le résultat de l'appel d'offres, ni si l'appel d'offres est annulé, modifié ou reporté pour quelque raison que ce soit. Cela inclut, mais n'est pas limité à, tous les coûts encourus pour les clarifications de la pré-proposition, les présentations orales, les visites sur site, et les réunions et négociations ultérieures. 

Toutes les offres doivent être préparées en français et comprendre les documents suivants : Proposition technique, offre financière et CV mis à jour :

1. Proposition technique (maximum 3 pages)

  • Les termes de référence (TdR) des services demandés par Interpeace figurent ci-dessous. La proposition technique doit comprendre les informations suivantes :
  • Description du prestataire de services et de l’adéquation de ses qualifications à celles décrites dans les TdR.
  • Nombre de projets similaires et achevés avec succès, nombre de projets similaires actuellement en cours.
  • Toute autre information qui facilitera l'évaluation de la fiabilité du prestataire de services et de sa capacité à fournir les services. Il peut s'agir de descriptions des évaluations conduites pour des organisations similaires, et de la description de l'expérience et des connaissances dans le l’évaluation de projets de consolidation de la paix et/ou en RDC.
  • Proposition de méthodologie, d'approche et de plan de mise en œuvre : La proposition doit démontrer la réponse du proposant aux termes de référence, identifier les éléments spécifiques proposés, la manière dont les exigences seront traitées, démontrer comment la méthodologie proposée répond ou dépasse les spécifications.

2. Offre financière (maximum 1 page)

Votre offre financière séparée doit contenir une offre globale dans une seule monnaie (USD). L'offre financière doit couvrir tous les services à fournir conformément aux termes de référence et indiquer le nombre de jours prévus pour l’ensemble de la consultance. Le prix doit être "tout compris" et ne pas dépasser le seuil de 20 000 USD. Le coût de la préparation d'une offre et de la négociation d'un contrat, y compris tout déplacement lié, n'est pas remboursable et ne peut être inclus comme coût direct de la mission.

3. Un CV mis à jour.

Une fois présélectionnés, les candidats devront soumettre des échantillons de travail en français, des références et une méthodologie d'évaluation préliminaire.

Toutes les offres pour fournir les services décrits dans le présent appel d'offres doivent être soumises par courrier électronique à recruitment@interpeace.org avant le 24 février (minuit, heure de Bukavu).

Merci d’inclure dans l’objet de l’e-mail de candidature « Evaluation du projet Feuille de route pour la paix à Minembwe » pour être pris en compte.

En raison du grand nombre de candidatures, Interpeace ne pourra répondre qu’aux seul(e)s candidat(e)s présélectionnés. Nous vous remercions pour votre compréhension.

La participation à cet appel d'offre implique l'acceptation des conditions générales fournies.

Interpeace apprécie la diversité de son personnel et vise à atteindre une plus grande parité entre les sexes à tous les niveaux de son travail. Nous acceptons les candidatures des femmes et des hommes, y compris celles des personnes vivant avec un handicap.

---------------------------------------

(1) https://www.interpeace.org/what-we-do/our-peacebuilding-principles/

Contact

Société :Interpeace

Site Internet :www.interpeace.org

Email :recruitment@interpeace.org

right
EMPLOI SUIVANT : Coordonnateur Laboratoire
left
EMPLOI Précédent : Chargé des infrastructures et des stocks