mediacongo.net - Publireportage - Guerre commerciale. Huawei : les raisons du répit accordé par Washington 


Retour PUBLIREPORTAGE : Monde

Guerre commerciale. Huawei : les raisons du répit accordé par Washington

Guerre commerciale. Huawei : les raisons du répit accordé par Washington 2019-05-24
MC Geek !

Les entreprises américaines vont finalement pouvoir continuer de commercer avec le géant chinois des télécoms pendant quatre-vingt-dix jours supplémentaires, a décidé Washington quelques jours après avoir placé Huawei sur une liste noire.

“Deux pas en avant, un pas en arrière”, ironise le site TechCrunch. Le gouvernement Trump a revu sa stratégie dans le conflit commercial qui l’oppose depuis des mois à Pékin. Après avoir banni la semaine dernière Huawei des exportations américaines, forçant des groupes comme Alphabet (la maison mère de Google) à réduire leurs activités avec le géant chinois des télécoms, Washington autorise finalement la vente de produits américains à Huawei et plusieurs dizaines de ses filiales, pour une durée de trois mois supplémentaires.

Comment expliquer ce revirement ? L’une des raisons pourrait être l’impact de ces sanctions sur l’emploi aux États-Unis, souligne TechCrunch. Selon une nouvelle étude de l’Information Technology and Innovation Foundation, un institut de recherche américain, ces restrictions pourraient coûter jusqu’à 56,3 milliards de dollars et 74 000 emplois à l’économie américaine. De plus, les entreprises de la tech sont foncièrement opposées à toute nouvelle barrière commerciale.

Les terres rares en guise de représailles ?

Le répit accordé à Huawei pourrait aussi être lié à l’éventualité que Pékin, en guise de représailles, restreigne l’accès des sociétés américaines aux terres rares chinoises. La visite, par le président Xi Jinping, d’une usine de transformation de ces métaux très prisés dans l’industrie aéronautique, automobile ou encore technologique a semé le trouble, rapporte l’agence Bloomberg. Près de 80 % des terres rares utilisées aux États-Unis sont en effet importées de Chine, qui en est le premier fournisseur mondial.

Du côté de Huawei, on reste méfiant vis-à-vis des revirements du gouvernement Trump. Le sursis qui est finalement accordé au groupe chinois “ne signifie pas grand-chose”, juge Ren Zhengfei, son fondateur. Huawei se serait en effet préparé aux restrictions imposées par Washington. “Dans leur pratique, ajoute l’entrepreneur, les hommes politiques américains sous-estiment actuellement notre force”.


courrierinternational/MCP, via mediacongo.net
right
ARTICLE SUIVANT : Fifa : sanction alourdie pour Platini et Blatter ?
left
ARTICLE Précédent : En Chine, la reconnaissance faciale devient peu à peu le moyen standard des transactions