mediacongo.net - Publireportage - El Georges, le king du rap chrétien projette « donner une bonne image » de ce style de musique à la jeunesse



Retour PUBLIREPORTAGE : Musique

El Georges, le king du rap chrétien projette « donner une bonne image » de ce style de musique à la jeunesse

El Georges, le king du rap chrétien projette « donner une bonne image » de ce style de musique à la jeunesse 2019-11-04
Talents

De son vrai nom Georges Lusambulu dit El George, a réussi à s’imposer, en moins de 3 ans, dans le rap chrétien en République démocratique du Congo. Le style, plutôt vilipendé à cause de ses racines… El George a, coup sur coup, accumulé plus de 50.000 vues sur Youtube, grâce à son album « Crescendo » sorti en octobre 2018, le seul à son actif, jusque-là. Un chiffre qui semble discutable, néanmoins lorsqu’on connait la voie qu’il a dû arpenter, l’on dira que le parcours n’a pas du tout été aisé.

El Georges figure aussi parmi les nominés du festival african gospel music and media awards (AGMMA), des meilleurs artistes de l’Afrique qui s’est récemment tenu à Londres, au mois de juin 2019. Il s’est illustré aux cotés de Moïse Mbiye, Dena Mwana et Lord Lombo.

Le king du rap gospel se crée davantage de la place dans les cœurs de plusieurs chrétiens. Dans ses textes, El Georges raconte l’histoire d’une jeunesse déterminée à se dépasser, lui-même critiqué à cause de son style de musique. De son passage à Lubumbashi, El George a répondu aux questions de Media Congo Press (MCP). Rencontre

MCP : qui est El Georges ?

El Georges : Je m’appelle El Georges, je suis rappeur, chanteur, auteur et compositeur. Je fais du rap et du rnb gospel.

Vous vous sentez mieux dans le style rap & rnb gospel ?

Je me sens plutôt à l’aise et tranquille dans ma peau ! Avant de s’intéresser à l’origine du rap, les gens devraient en principe s’intéresser à nos propres origines, nous-mêmes en tant que chrétiens. Tout chrétien aujourd’hui est un ancien pécheur, et parmi les chrétiens d’aujourd’hui, on retrouve les anciens sorciers, les anciens occultistes voire les anciens criminels. Alors, si Dieu a été capable de changer les types de personnes que je viens de citer, comment Dieu serait dérangé de changer le rap qui a des origines douteuses… La bible parle de la nouvelle naissance, nous naissons tous de nouveau, donc les origines du rap ne me dérangent pas en tout cas. Dieu a purifié le rap et je m’en sers. Mais pratiquer le rap chrétien dans un pays comme le nôtre n’est pas facile.

Comment organisez-vous vos productions ?

J’ai signé avec un label, bientôt 4 ans. Happy people, c’est la marque. Il est dirigé par Michel Mutahali. C’est un label qui est constitué de trois artistes à l’image de Dena Mwana, Rachel Anyeme que j’ai intégré en 2016.

Quelle est votre histoire dans la musique ?

Converti un peu plus tôt, j’ai eu, à un certain âge de ma vie, la révélation de faire la musique et j’ai intégré une chorale. C’était une façon pour moi de témoigner ma conversion…j’ai eu l’impression d’être rejeté et marginalisé. La seule chose que j’ai gardée en moi c’était la culture hip hop. Mais cet aspect des choses ne m’avait posé aucun problème. Et en 2012, j’ai gagné le prix découverte de nouveaux compositeurs organisé par le pasteur Marcello Tunasi qui est d’ailleurs mon pasteur. C’est à partir de là, que j’avais débuté ma carrière solo et en 2015 j’ai rencontré mon producteur.

Qui est votre modèle dans le rap ?

C’est un peu bizarre ! Depuis tout petit, le rappeur que j’ai plus aimé, c’est Will Smith. J’écoutais sa musique tous les jours… mais lorsque je me suis converti, je me suis rendu compte qu’aux Etats-Unis le rap chrétien avait pourtant évolué, et par la suite j’écoutais des rappeurs chrétiens comme « ambassadeurs ». Et maintenant j’apprécie Will Smith comme acteur, je ne sais plus la dernière fois que je l’ai écouté.

Etes-vous marié ?

Je suis ni marié, ni célibataire, parce que je n’ai pas trouvé ma dulcinée ! Mieux vaut se marier tard et bien se marier, au lieu de se marier jeune et mal se marier.

Vos projets…

Mon premier projet, c’est donner une bonne image du rap chrétien, encadrer les jeunes qui aspirent à faire du rap chrétien, revaloriser le rap et insister sur l’écriture ainsi qu’à organiser des ateliers avec les jeunes rappeurs chrétiens, question de leur transmettre des vraies valeurs.

Channel Shiku Katanga (Correspondant à Lubumbashi)
MEDIA CONGO PRESS / mediacongo.net
right
ARTICLE SUIVANT : Vient de paraître : « Papa Wemba, la voix de la musique congolaise moderne »
left
ARTICLE Précédent : Une photo de la dépouille Marie Misamu fait des victimes à la morgue de la clinique Ngaliema