mediacongo.net - Publireportage - La Banque d’investissement « BIO » à la rescousse des PME congolaises 


Retour PUBLIREPORTAGE : Echos des entreprises

La Banque d’investissement « BIO » à la rescousse des PME congolaises

La Banque d’investissement « BIO » à la rescousse des PME congolaises 2006-06-08
Echos des entreprises
L'attaché économique et commercial des Régions flamande, Wallonne et Bruxelloise de Belgique en République démocratique du Congo, Monsieur Jérôme Roux, a organisé, le mercredi 7 juin dernier dans la salle Virunga de l'hôtel Memling, une conférence- débat entre la société financière belge " BIO " (Belgium Investments Overseas) et les institutions congolaises de promotion et de financement des investissements, les banquiers, les opérateurs économiques membres de la Fédération des entreprises du Congo (FEC) et de la Confédération des petites et moyennes entreprises du Congo (Copemeco) ainsi que différentes chambres de commerce.

Monsieur Mark Lambrechts, président du Conseil d'administration de BIO, accompagné d'autres collaborateurs de sa banque a présenté la structure de la société. BIO est une société financière belge créée en 2001 sous l'impulsion du ministre belge de la Coopération et au Développement, elle a pour vocation d'investir dans les pays en développement.

BIO crée des passerelles entre les entrepreneurs d'une part, et les investisseurs de l'autre, favorisant ainsi la mise en place d'un secteur privé fort, constituant la base d'un développement et d'un bien-être social durables. Ses actions s'orientent principalement vers quatre secteurs : la santé, l'agriculture, le transport et la construction

Pour financer la création et l'expansion des PME locales, BIO s'appuie sur quatre fonds qui sont :
- le Fonds de Développement, soutient des investissements indirects dans les institutions financières (société de crédit-bail, institutions de microfinance, banques) et dans des fonds d'investissement, sous la forme d'une participation en capital ou d'un prêt ;
- le Fonds d'Etude subventionne des études de faisabilité, utiles pour les entrepreneurs désireux de présenter un projet bancable solide ;
- le Fonds de Soutien aide les PME à cofinancer leurs investissements, grâce à des prêts subordonnés ;
- le Fonds d'Assistance Technique cofinance des programmes de développement de compétence et de formation en faveur des sociétés financées ;

L'enveloppe consacrée par l'état Belge à BIO est de 170 millions d'Euros dont 43 millions sont déjà libérés. Le Fonds d'Etudes, financé par les subsides, octroie pour un maximum de 100.000 euros de financement pour des études de faisabilité alors que le Fonds d'Assistance fournit l'assistance technique, la formation des experts et agents. Les principes fondamentaux de BIO peuvent se résumer ainsi :
- une approche " déliée " càd qu'il n'est pas motivé par le seul bénéfice.
- Un rôle additionnel vis-à-vis des institutions financières locales
- Le financement aux conditions du marché
- L'équilibre entre le rendement et l'impact sur le développement

Quant aux critères d'éligibilité d'un projet, les principaux paramètres sont :
- un faible coût d'analyse de projet
- un impact du projet par rapport à l'environnement
- le nombre d'emplois que le projet va créer
- l'expérience de l'entrepreneur

Actuellement, BIO est entrée dans le capital de Procredit Bank ( via le Fonds de développement). La Procrédit Bank, est une banque de microcrédit nouvellement installée en RDC, et soutient les investissements avec des prêts de 150 $ à 20.000 $ à un taux de 4,8% par mois.
Les investissements directs de BIO concernent des montants à partir de 250. 000 Euros sous les conditions de cofinancement précitées (50/50).
BIO est également opérationnelle dans plusieurs pays africains (36%), sud-américains (24%), asiatiques (19%) et dans plusieurs institutions sous-régionales (21%). Son portefeuille d'investissement en 2005 était de 92 millions d'euros.


PEU DE PROJETS BANCABLES


Au cours des échanges, le président de la FEC, Albert Yuma, a brossé, à l'intention du staff dirigeant de BIO, les quelques contraintes auxquelles sont confrontées les opérateurs économiques, dont les difficultés d'élaborer des projets bancables ou encore le taux élevé des crédits accordés par les banquiers locaux. Il a émis le vœu que BIO, qui projette d'intervenir en RDC, renforce les capacités financières des banques locales et surtout à faire en sorte que ses crédits soient octroyés à des taux d'intérêts faibles. Le professeur Buabua wa Kayembe, directeur général de l'Agence nationale pour la promotion des investissements (ANAPI), a pour sa part planché sur les mécanismes mis en place dans l'agrément des projets. Selon lui, avant que l'ANAPI n'agrée un projet, elle s'assure de la viabilité et de la rentabilité du projet. Pour ce faire, le patron de l'ANAPI a rassuré les dirigeants de BIO de la possibilité de trouver des projets viables et rentables en RDC. Mme Jeannine Mabunda, directrice générale du Fonds de promotion de l'industrie (FPI), a déploré pour sa part le manque de culture de crédit de la part des opérateurs économiques de la RDC. Néanmoins, elle a noté que le taux de recouvrement des projets financés par le FPI est passé de 6% en 2002 à 50% en 2006, alors qu'il se situe en moyenne dans les autres pays africains à 60%. Jeannine Mabunda a précisé que le FPI reste limité dans l'octroi des crédits, étant donné que son budget annuel d'intervention est de 15 millions Usd.
A tout prendre, les besoins en investissement en RDC sont énormes par rapport aux crédits disponibles. L'avènement d'une structure comme BIO est salutaire pour les opérateurs économiques, pour autant que les conditionnalités d'octroi des crédits soient accessibles à la majorité des entrepreneurs. Tout autant les structures de promotion des investissements et les associations patronales comme la FEC se doivent de renforcer la capacité des opérateurs économiques à présenter des projets dans le langage acceptable par les banques.

Il appartient aux entrepreneurs congolais de s'informer sur les quatre fonds qu'offre BIO et de choisir celui qui répond à leurs besoins financiers. BIO a son siège à Bruxelles mais est déjà active au CONGO.

L'attaché économique, M. Jérôme Roux, a dirigé les débats. La rencontre s'est achevée par un cocktail qui a permis aux différents invités d'échanger autour d'un verre.

La rencontre en images


Louis Odilon Allaguillaume(procredit bank) Jérôme Roux,Dimitry Van Raemdonck
(de gauche à droite)


Mark Lambrechts, président du Conseil d'Administration de BIO


Albert Yuma, président de la FEC


Prof. Buabua wa Kayembe, directeur de l'ANAPI
 
Mme Jeannine Mabunda, directrice du FPI

 


right
ARTICLE SUIVANT : Celtel RDC reçoit les personnes avec handicap
left
ARTICLE Précédent : Le président de la FEC visite les installations de Celtel RDC