mediacongo.net - Publireportage - Celtel a organisé une conférence débat sur le régime fiscal congolais



Retour PUBLIREPORTAGE : Echos des entreprises

Celtel a organisé une conférence débat sur le régime fiscal congolais

Celtel a organisé une conférence débat sur le régime fiscal congolais 2007-04-13
Echos des entreprises
Ce jeudi 12 avril au salon Virunga de l'Hôtel Memling à Kinshasa, Celtel Congo (RDC) en partenariat avec la FEC (Fédération des Entreprises du Congo) a organisé une conférence- débat sur la fiscalité au Congo et plus précisément sur le régime fiscal congolais applicable aux sociétés de télécommunications.

Régime fiscal : possibilités d'adaptation à l'évolution technologique tel a été le thème de la conférence-débat. Ministres, vice-Ministres, cadres d'entreprises, presse et autres personnalités ont répondu et assistés massivement à cet événement.

" Le gouvernement de la République a décidé d'ouvrir un chantier important, celui de la reconstruction du pays, lequel nécessite la mobilisation de toutes les énergies, de toutes les ressources et de toutes les finances. Nous sommes aujourd'hui en partenariat avec le secteur privé, afin que ce partenariat produise toutes les synergies capables de nous donner les ressources pour conduire à bien le programme de reconstruction du gouvernement, à savoir les 5 chantiers dressés par le Président de la République. " a déclaré Olivier Kamitatu, Ministre du Plan, lors de l'ouverture officielle de la journée de réflexion.

" L'objectif de Celtel pour cette journée est de participer à la reconstruction nationale, mais aussi de rendre la vie en mieux aux populations locales " a souligné Michel Elamè, Directeur Général de Celtel Congo (RDC) lors de son mot de circonstance.


Prenant la parole, Bob Tumba, Président de Millicom RDC a fait un aperçu sur la fiscalité congolaise, caractérisée, selon lui, par 3 traits négatifs : l'absence d'une ligne d'orientation claire, une dérive de fait vers une fiscalité répressive, policière, au rendement médiocre, et une permanente inadéquation par rapport aux exigences de modernité et de croissance économique.
Pendant son intervention, Bob Tumba a insisté sur le fait que la RDC était pionnière en téléphonie cellulaire (avec Télécel) en Afrique, avant même l'Europe. C'est seulement en 2002 que l'Etat congolais a libéralisé le secteur et aujourd'hui au Congo, il existe deux régulateurs, le Ptt et l'Arptc (Autorité de régulation des télécommunications au Congo).
Il a fini son intervention en rappelant que la fiscalité sera un outil de développement pour le pays, si l'Autorité congolaise arrive à assainir le cadre légal et la volonté d'adoption de textes.

Patrick Umba, Corporate Affairs Director de Celtel RDC a orienté son exposé sur la concurrence des opérateurs sur le marché des télécommunications en RDC. Cinq opérateurs cellulaires (Cct, Tigo, Supercell (à l'est du pays), Vodacom, Celtel), un opérateur fixe public (Ocpt) et privé (Congo Korea Telecom), plus de 5 millions d'abonnés (environ 10% de la population) et plus ½ milliard de USD en chiffre d'affaires.
Patrick Umba après avoir brossé l'état de lieu de la concurrence sur le marché de télécoms au Congo a invité l'Etat congolais de garantir aux opérateurs l'établissement d'une concurrence loyale par des mesures incitatives, tous les opérateurs doivent opter pour une compétition saine sur le marché.

L'autre intervenant de la matinée, le Professeur, Président de l'association des fiscalistes du Congo a insisté sur l'allégeance fiscale en RDC, qui est celle de la territorialité réelle qui soumet les résidents congolais au payement de l'impôt, survolant les concepts et principes sur la fiscalité, l'auteur a fait un trait sur la parafiscalité, qui sous-entend taxe, redevance et autres obligations qui ne relèvent pas de l'impôt.

3 éléments clefs ont fait l'essentiel de son exposé :
- L'allègement fiscal et parafiscal.
- La réduction du taux professionnel sur le bénéfice à 30 %.
- Appliquer l'amortissement dégressif (une méthode permettant de constater une dépréciation plus forte au cours des premières années de la durée de vie du bien. C'est une incitation fiscale à l'investissement) aux opérateurs télécommunications, qui aura comme conséquence l'allègement fiscal, parce que les opérateurs doivent renouveler leurs équipements qui après un temps donné ne sont plus fonctionnels à 100%.


Les PTT par le canal de Monsieur Epantalo, ont rassuré aux opérateurs de télécommunications présents à ces assises que l'Etat congolais n'a pas l'intention des les écraser, au contraire, il a besoin de l'expertise des privés pour un partenariat solide, en vue de fournir un service de téléphonie de qualité à tous les congolais. Une commission a été créée dans ce ministère pour étudier les opportunités de Technologies de l'Information et de la Communication.

Après les différentes interventions, les invités ont réagi et les échanges ont été bénéfiques.

En images


de gauche à droite, Bob Tumba Président Millicom RDC, Olivier Kamitatu Ministre du Plan, Michel Elamè D.-G. de Celtel RDC

Michel Elamè D.-G. de Celtel RDC
 
Monsieur Epantalo des PTT

Le mot d'ouverture de la conférence par le ministre du plan, Olivier Kamitatu
 
Vue de l'assistance
     

Réaction de Chantal Kanyimbo
   

Vue de l'assistance

 


right
ARTICLE SUIVANT : Yambi 2007 : Le centre Wallonie Bruxelles de Kinshasa annonce les activités culturelles du mois de mai
left
ARTICLE Précédent : Celtel, Entreprise Citoyenne