mediacongo.net - Publireportage - Francis E. Jacquerye : Le design pur et parfait



Retour PUBLIREPORTAGE : Stratégies

Francis E. Jacquerye : Le design pur et parfait

Francis E. Jacquerye : Le design pur et parfait 2005-12-21
Stratégies
mediacongo.net vous fait découvrir un prodige : Francis Ebua Jacquerye . Jeune congolais dont les talents de designer ne sont plus à démonter. Francis vient d'atteindre un point culminant de sa carrière en dessinant la montre "Wenge", pour le compte du couturier Valentino. " Wenge " prend toute son inspiration dans les matières et l'Art de l'Afrique.

Francis est né à Lubumbashi le 9 novembre 1974. Son père travaillait comme médecin à l'hôpital Sendwe. Sa mère, une artiste congolaise licenciée en Histoire, s'occupait des enfants. Il fit ses études de la première primaire jusqu'à la cinquième à l'école belge de Lubumbashi.

Dès son plus jeune âge, Francis est attiré par le dessin. Il découvre l'une des multiples facettes de l'Art africain à travers les statues et masques que son père collectionnait ou les tableaux d'artistes nationaux dont sa mère avait fait l'acquisition. Il réalise ses premier modèles réduits en carton vers 8 ans et ses parents l'initient au sport et à la musique en l'inscrivant à des leçons de judo et de piano.

Francis mène jusque là une enfance paisible et joyeuse lorsqu'en 1984, son père commence à avoir de sérieux problèmes de santé. Ce dernier doit s'absenter longtemps en Belgique. Un an après, la famille quitte Lubumbashi pour s'installer à Bruxelles. Pour l'enfant c'est une expérience traumatisante: à dix ans, il laisse au Congo mes meilleurs amis d'école et une partie de lui-même.

En Belgique, une sœur du père inscrit les enfants à l'institut Saint-Boniface de Bruxelles. Le 5 février 1986, son père Léopold décède à l'hôpital Saint-Pierre de Bruxelles. Trois camarades de classe viennent assister aux funérailles, ce qui touche énormément l'adolescent. En plus du déracinement de sa terre natale, il dois alors affronter le deuil du père. Francis devient un garçon timide et réservé. A l'école, il perd la motivation, si bien que ses enseignants en viennent à douter de ses capacités et il doit doubler la première rénové.

Sa mère l'inscrit au collège Saint-Paul de Godinne, dans le Sud de la Belgique. C'est un pensionnat jésuite pour garçons où chaque étudiant est encouragé à développer ses propres méthodes d'étude. La première année, suite à une évaluation de routine, un psychologue externe lui déconseille d'être ambitieux pour ses études. L'école dispose d'une excellente infrastructure sportive, et l'élève reçoit ainsi ses brevets de natation et de sauvetage. L'école organise également des excursions sportives et culturelles, et il assiste avec grand plaisir à des représentations de théâtre classique et moderne.

Sa mère s'organise avec le peu de moyens dont elle dispose pour faire découvrir aux quatre enfants les grandes villes d'Europe, et leur fait visiter les plus prestigieuses galeries d'Art à Londres et Paris. Lorsqu'il termine ses rhétoriques en littérature et en histoire, sa mère l'envoie passer un an à Vancouver au Canada, où le jeune homme perfectionne son anglais en séjournant avec une famille d'accueil. Il est inscrit à la dernière année de la High School, où il se passionne pour le journalisme estudiantin et la photographie en noir et blanc. Il joue avec l'équipe scolaire de volley-ball, chante dans la chorale de l'école et reçoit son brevet de premiers soins. A 19 ans, Francis dessine des montres-bracelets pendant son temps libre, qu'il cherche à exécuter avec le plus de réalisme possible.

De retour en Belgique, le jeune homme s'inscrit à l'Institut Supérieur des Beaux-Arts de Liège. Parallèlement, il fréquente des cours du soir en croquis et en dessin assisté par ordinateur. L'étudiant termine sa licence en Design avec la mention du jury. Deux années durant, il travaille également l'Été dans un supermarché près de chez lui. Il séjourne ensuite au Royaume-Uni, où parallèlement à sa recherche de maîtrise, il s'initie au graphisme pour Internet. En octobre 1999, il conclut brillement sa maîtrise en Design à l'université du Kent. Le psychologue qui ne croyait pas en ses capacités s'était sans doute trompé.

Lorsque Francis revient en Belgique, il a l'honneur de travailler comme interprète pour son église et les connaissance qu'il a acquis en dessin assisté par ordinateur l'aident à trouver un travail auprès de l'architecte Alvar Lypszic, qui fabrique du mobilier sur mesure. Amateur de montres, Francis rencontre à Paris et en Suisse un groupe de collectionneurs, qui créera le premier et le plus grand forum francophone d'amateurs de montres de prestige sur Internet.

Le 29 octobre 2000, Francis arrive à Milan, où il compte effectuer un stage dans un studio de Design comme volontaire. Après deux mois, le responsable lui propose d'être rénuméré pour son travail. Francis laisse petit à petit de coté la création de mobilier pour peaufiner ses connaissances du graphisme pour Internet. Dans ses heures libres, il visite la plupart des galeries d'Art de Milan, et développe un projet de montre pour un concours de design au Japon, qui remportera à sa grande surprise le premier prix de la catégorie. Entre-temps, il décroche un emploi chez un des principaux sous-traitants de Microsoft pour le développement de sites Internet. Toujours en autodidacte, Francis s'initie ainsi à la programmation.

En 2002 le pasteur de son église à Milan, un ex-instructeur marines, le fait participer à une expédition en cordée sur le Mont Rose, à 4554 mètres d'altitude, dans la chaîne des Alpes. L'expédition s'avère être l'une des épreuves de caractère les plus importantes dans sa vie.

Parlant désormais couramment l'italien, Francis élabore un projet de montre-bracelet innovant et part prospecter en Suisse, mais c'est finalement une filiale du bijoutier italien Bvlgari qui le contactera pour développer son projet. À 28 ans, il est responsable d'un dépôt de brevet et il devient concepteur pour Sector Group S.p.A., la première société horlogère italienne de bas de gamme. Décidément, le psychologue c'était vraiment trompé.

En 2004, Francis réalise les sites du premier festival italien de court-métrage évangélique et du deuxième festival de musique évangélique d'auteur en Italie. L'un des projets dont il est le plus fier est la montre "Wenge", dessinée pour le couturier Valentino, qui prend toute son inspiration dans les matières et l'Art de l'Afrique.

En 2005, Francis est invité à l'enregistrement de la dernière saison du talk-show Christian Coffee, diffusé sur la radio évangélique CRC, basée en Lombardie. Il s'inscrit à la jeune branche italienne de Europartners, une association d'hommes d'affaires évangéliques, et participe comme moniteur au camp Interaction pour adolescents, organisé par l'IFES.

Francis est actuellement en train d'étudier le roumain, langue latine fort proche de l'italien. Cette année, il réalisera le site italien de la musique évangélique et le site des Europartners italiens. Dans l'avenir, il souhaiterait effectuer une recherche sur l'inspiration que le Design contemporain puise dans l'Art africain les dérivés de ce dernier.

CONTACT

Site web de Francis : http://www.fejack.net

Pour écire à Francis, veuillez envoyer un mail à : contact@fejack.net

PARCOURS EN IMAGES












   









     

 


right
ARTICLE SUIVANT : Noëlla Coursaris, la nouvelle panthère noire de la mode
left
ARTICLE Précédent : Diego Takizala : l'Aigle d'acier