mediacongo.net - Publireportage - Judith Kahozi : la valeur n’attend point le nombre des années



Retour PUBLIREPORTAGE : Stratégies

Judith Kahozi : la valeur n’attend point le nombre des années

Judith Kahozi : la valeur n’attend point le nombre des années 2007-03-16
Stratégies
Judith Fatuma Kahozi, 23 ans est tenancière, d'une maison de couture dans l'un des quartiers tranquilles de Kinshasa, le quartier Nganda. Calme et un peu timide, Judith a fait ses études secondaires et universitaires à l'Institut des Arts et Métiers (ISAM) à Kinshasa. " Devenir mannequin, était vraiment mon rêve d'enfance, je me suis orientée vers la mode, grâce aux conseils de mes parents " nous confie t-elle.


Des débuts discrets mais prometteurs

En 2000, Judith décroche son diplôme d'Etat. Elle n'est alors âgée que de 16 ans. Comme cadeau pour son exploit, ses parents lui offrent une maison de couture. " Une maison de couture! c'était une surprise de taille. Mes parents étaient très satisfaits de mes résultats scolaires" nous déclare Judith toujours aussi émue.

L'adolescente heureuse et ravie met la main à la pâte ! Les choses ne vont pas s'avérer faciles, la jeune fille éprouve des difficultés dans la gestion de son " business ". En 2002, Judith s'inscrit à l'université, elle doit alors allier les études à la vie professionnelle. Elle confie la charge quotidienne de sa petite entreprise à un maître tailleur, en assurant elle-même la gestion et le contrôle de ses activités.


En 2005, elle décroche son diplôme de graduat en coupe-couture. Elle peut maintenant se consacrer entièrement à son activité professionnelle. Elle engage ainsi deux personnes pour l'aider " J'entretiens de bonnes relations avec mon personnel et je suis satisfaite du travail accompli ".

Le quotidien

Judith se lève tôt le matin, et à 8h00, elle ouvre son atelier et confie les tâches de la journée à ses employés. Elle retourne un moment à la maison pour quelques tâches ménagères. " Je suis la seule grande fille à la maison, mes parents m'en confie la gestion " nous révèle-t-elle. A 17h30, l'atelier est fermé, et elle peut enfin se reposer après une journée marathon.
Sa maison de couture, composée d'un atelier et d'une mercerie, compte 19 machines industrielles et 5 machines électriques. Elle ouverte du lundi au samedi.


La clientèle

" Au lancement de mon entreprise, ce sont les voisins du quartier qui venaient passer des commandes " nous dit-elle. Comme dit-on " petit poisson deviendra grand… " en y associant la leçon du " laboureur et ses enfants ". Judith reçoit la commande de la Fondation Nonda Shabani (une asbl qui occupe les jeunes kinois pendant les grandes vacances) elle coût pour elle (association) des uniformes et de pantalons.
Convaincue de la qualité du travail de Judith, la société " Business Aviation ", lui confie la confection des uniformes de ses hôtesses.

Pour passer commande, les clients proposent un modèle, Judith apprécie, elle cherche à comprendre le besoin de son client, elle conseille, propose un tarif, négocie, réalise et livre la marchandise. Judith espère conquérir par ses modèles le marché de grandes entreprises.


Projets d'avenir

La question de savoir si Judith, pense au mariage " Oui, je vais me marier pour bientôt, mais je ne laisserai pas tombé mon business. Fonder un foyer est un projet ". Son fiancé la soutient dans ses projets, il passe par moments lui donner un coup de pouce dans son boulot. Elle ne veut pas laisser tomber tout ce qu'elle a bâti en 7 années de dur labeur. " Je désire créer ma propre ligne, made in Congo, organiser des défilés de mode " déclare-t-elle.

Sensible à la conjoncture du pays, Judith aimerait plus tard se lancer dans œuvres caritatives, estimant que ceux qui souffrent, ont besoin de son aide.
Un petit conseil aux jeunes : étudier et travailler, le secret de la réussite.
" A Kin, beaucoup de jeunes rêvent encore, et restent bien souvent dans des théories! Ils doivent se plutôt se mettre au travail ".

Judith est certainement un exemple à suivre. Elle veut surtout que son parcours inspire les jeunes filles et surtout qu'elles n'h "sir pas à saisir le taureau par les cornes et à ne pas négliger le précieux soutien, même moral, de ses proches. Judith invite donc les jeunes congolais à lui emboîter le pas.

Pour contacter Judith, veuillez écrire à lynekahozi@hotmail.com

Quelques réalisations de Judith


Judith à l'oeuvre


une employée

 
 

 


right
ARTICLE SUIVANT : Franck Kalume: encourager la culture de la curiosité intellectuelle et l’excellence.
left
ARTICLE Précédent : Hugues Ngbanda : la détermination est le secret de la réussite