mediacongo.net - Publireportage - Nick Elebe : son stage à la CPI, a changé sa vision pour le Congo



Retour PUBLIREPORTAGE : Stratégies

Nick Elebe : son stage à la CPI, a changé sa vision pour le Congo

Nick Elebe : son stage à la CPI, a changé sa vision pour le Congo 2008-03-27
Stratégies

C'est une réalité, la RDC, regorge des compétences, des talents et des ambitieux, une génération montante de jeunes, qui se forme et veulent avancer les choses pour construire un Congo nouveau, mediacongo.net rencontré Nick Elebe, fraîchement rentré des Pays-Bas pour un stage de 6 mois à la Cour Pénale Internationale de La Haye.

27 ans, dynamique, Nick vient d'une famille, plutôt aisé. Son père, éminent écrivain congolais, a transmis à ses enfants l'envie d'oser et de devenir intellectuel comme lui. Sa scolarité, plutôt normale, selon le système éducatif congolais, de la maternelle au secondaire. A l'issue des humanités, le jeune homme entre à l'université, il en sort en 2005 avec une licence en Droit International, de l'Université protestante au Congo. Après l'unif, le jeune Nick, cherche à entrer dans la vie active, il commence par suivre une formation d'assistant Manager dans un centre de formation à Kinshasa, de là, il apprend la négociation, le marketing, relations publiques et le management.

Il s'engage ensuite dans les actions communautaires, il est membre de l'ILD (Institut pour la liberté et la Démocratie), comme animateur de projets, il organise et anime le projet sur l'éducation civique à l'école, rencontres avec les écoliers dans quelques écoles de la capitale. Au sein de la même association, il est le promoteur du projet " Votons pour le Congo ", campagne axée sur la nécessité d'un vote utile, une première pour les jeunes de faire entendre leurs voix sur les élections. Suite aux retombées positives de ce projet, Nick se dit satisfait et avance plus loin, en s'associant avec des amis, venus de différents coins de Kinshasa, ils fondent en 2006, " Le Cercle ", une organisation qui a pour objectif de réveiller la conscience des jeunes. Il devient tour à tour consultant juridique pour les émissions télévisées pour la vulgarisation du droit par les médias, stagiaire dans un cabinet d'avocat, au ministère des affaires étrangères, délégué commercial, bref il touche à tout, question d'avoir une expérience professionnelle.

Stage à la Cour Pénale Internationale, une aventure riche en expérience.

Pendant cette période, dure et de sacrifices qu'il passe à Kinshasa pour obtenir ce dont il veut pour sa carrière, Nick , a une autre vision, celle de travailler dans un organisme international. Il tente un peu partout, mais rien ne marche, toujours de promesses ! En fin de compte il postule comme stagiaire à la Cour pénale internationale (La Haye, Pays-Bas), sa motivation pour sa demande en stage est partie de son mémoire (travail de fin d'études pour l'obtention d'une licence en droit) , dans lequel il a décrit la problématique de l'application des peines prévues par le statut de Rome: cas de la RDC. " je voulais avoir une connaissance plus pratique du travail de la Cour Pénale Internationale " déclare-t-il , une façon pour lui de promouvoir et de vulgariser le droit de la CPI dans son pays. Après une étude minutieuse sur son dossier par un jury de la CPI, le jeune Nick sera retenu, il quitte Kinshasa pour la Haye (le siège de la CPI), le 1ier Janvier 2007, début de stage au sein de la section de la participation des victimes et des réparations du Greffe de la Cour pénale internationale a La Haye au Pays-Bas.
Le jeune Nick, retrouve un environnement de travail très calme, à la taille d'une grande institution comme la CPI, ses tâches quotidiennes sur place : recherches et production de diverses études juridiques et scientifiques sur la situation des populations vulnérables en RDC, contribution dans la rédaction des rapports, conception de brochures de sensibilisation sur les droits des victimes devant la CPI, monitoring de la situation sécuritaire et humanitaire à l'Est de la RDC et meetings avec les ONG.
En tout une expérience très riche pour le jeune homme. Pendant son stage, il rencontre d'autres stagiaires, venus de l'autre bout du monde, une amitié solide, un travail d'équipe et une parfaite collaboration, par curiosité, Nick affirme avoir rencontré Thomas Lubanga (chef de guerre congolais, jugé par la CPI).

Nick donne ses impressions, il est reconnaissant aux autorités de la cour, pour l'opportunité de stage. " Ceci m'a permis d'évaluer à sa juste valeur le volume de travail qui attend et celui qui a déjà été accompli " dit-il. Ce stage l'a permis d'évoluer dans un milieu hautement international dans lequel les spécialistes venus du monde entier représentants de plus de soixante-dix nations du monde, travaillent chaque jours avec professionnalisme, zèle et humilité a la lutte contre l'impunité des auteurs des crimes les plus graves que sont le génocide, les crimes contre l'humanité et les crimes de guerre. " Le contact avec ces diverses personnalités et expertises a grandement contribué à me donner une nouvelle approche du travail et constitue sans aucun doute un apport inestimable pour la suite de ma carrière " reconnaît Nick Elebe.
Le 30 juin 2007, son contrat de Stage est à terme, resté au Pays-Bas ? Non, Nick préfère rentrer au Congo, pour nouvelle une aventure, son Congo natal lui manquait, il devait à tout prix y retourner.

Retour à Kinshasa, des projets concrets.

Son retour a été presque, une surprise pour ses amis, qui pensaient qu'il devait rester en Europe pour gagner sa vie. Mais c'est plutôt le contraire qu'ils vivent, leur compagnon regagne la capitale congolaise, avec des projets, pas forcement l'argent. A ce jour, Nick multiplie des contacts avec les entreprises, les cabinets d'avocats, et les universités où il donne des conférences sur son expérience et le droit pénal congolais. Dans les jours qui suivront, il prêtera serment au dans l'un des barreaux de Kinshasa, il compte rejoindre une entreprise et des associations de défenses de droit de l'homme, il est ouvert à toutes collaborations.
Un conseil aux jeunes, " Croire en eux et croire en Dieu, être sérieux dans les études " dit Nick Elebe, en s'adressant à la jeune génération. Pour lui, il ne faut jamais laisser les circonstances de la vie empêcher la réalisation de ses rêves.

L'engagement et la poursuite des ses objectifs sont là d'autres voies pour réussir dans la vie.

Contacts
Pour écrire à Nick : nelebe63@yahoo.fr
Tel : +24381 3711352



 


en compagnie d'autres stagiaires, venus de différents coins du monde


ici avec Luis Moreno Ocampo, le Procureur de la Cour Pénale Internationale

 

 


right
ARTICLE SUIVANT : Cédric Kalonji, la passion d’un blogueur.
left
ARTICLE Précédent : Serge Kayembe : la Culture, moyen de vulgarisation par excellence