mediacongo.net - Publireportage - Papyce Shamamba et Serge Nyembwe : « parcours de nos élèves officiers à l’Ecole Royale Militaire belge»



Retour PUBLIREPORTAGE : Stratégies

Papyce Shamamba et Serge Nyembwe : « parcours de nos élèves officiers à l’Ecole Royale Militaire belge»

Papyce Shamamba et Serge Nyembwe : « parcours de nos élèves officiers à l’Ecole Royale Militaire belge» 2008-07-23
Stratégies
Originaires de la RD Congo, Papyce Shamamba et Serge Nyembwe font partie d'un groupe de jeunes congolais arrivés en Belgique il y a un peu plus de 4 ans pour une formation d'officiers. Alors qu'ils étaient étudiants en préparatoire de la faculté polytechnique de l'Université de Kinshasa (UNIKIN), les deux amis décident de passer les tests organisés par la Belgique afin de recruter du personnel militaire à former. Bien qu'alors étudiants en électricité, ils n'ont pas hésité à saisir l'opportunité qui se présentait à eux. En effet, dans le cadre de la transition 2003, le gouvernement congolais avait manifesté son désir de réformer l'armée, et la Belgique a voulu participer à la formation des aspirants militaires. Pour rappel, en septembre 2003, André Flahaut alors ministre belge de la Défense, avait énoncé les souhaits de son ministère à savoir : " Apporter son expertise militaire dans la transition vers une Armée congolaise unifiée ; offrir une formation technique, pré-académique et académique aux cadres congolais ; contribuer à la réouverture des infrastructures locales de formation par le génie militaire congolais en synergie avec les militaires belges ; organiser des échanges et rencontres jusqu'au plus haut niveau ; mener des activités spécifiques tant dans le domaine de la formation que dans celui de l'aide humanitaire ". En août 2003, le Programme de Partenariat Militaire (PPM) belgo-congolais s'est matérialisé, dans un premier temps, par l'octroi de bourses à dix Congolais. Mais, suite aux excellentes prestations dont ces candidats ont fait preuve lors des tests, les responsables belges habilités ont décidé d'accorder dix bourses supplémentaires. Parmi les bénéficiaires de ce deuxième groupe, se trouvent Papyce et Serge qui arrivent sur le sol belge en septembre 2003. Avant d'entamer leurs études à l'Ecole Royale Militaire (ERM - RMA pour Royal Military Academy), Papyce, Serge ainsi que les autres étudiants ont d'abord effectué une année préparatoire à l'ancienne école des cadets basée à Laeken (Division Préparatoire de l'ERM). Il convient de préciser que la formation suivie à l'ERM est une formation de polytechnicien avec bien entendu tout l'aspect militaire.

Ainsi, depuis 2003, dix Congolais en moyenne arrivent chaque année en Belgique dans le cadre du Programme de Partenariat Militaire unissant les deux pays. Aujourd'hui, ils sont au nombre de 48 étudiants dont 3 filles. Pour Papyce et Serge, le but premier de leur formation est d'apprendre un maximum d'éléments afin de retourner servir au mieux leur pays, la RDC. Même si la tâche risque d'être parsemée d'embûches, la volonté dont fait preuve ces aspirants officiers semble être un élément déterminant pour leur réussite. Pour eux, " Participer à la formation d'une nouvelle armée intégrée et restructurée " demeure l'objectif final. Conscients des nombreux problèmes dont souffre l'armée congolaise, notamment les difficultés logistiques, les deux étudiants n'en démordent pas pour autant et entendent bien achever leur cycle académique de 5 ans. Avec des cours tels que " Leadership militaire ", " Histoire ", ou encore " Psychologie ", Papyce et Serge suivent une formation générale qui leur permettra d'assumer leurs futures fonctions. Bien que le cursus académique soit contraignant et que l'environnement à l'ERM stressant, les deux étudiants forment avec tous les autres étudiants congolais en particulier, et africains en général, un groupe cohérent et soudé. Il n'empêche leur motivation première demeure leur pays, car le Congo occupe bel et bien une place prioritaire pour eux. D'ailleurs lorsqu'ils évoquent le pays, c'est toujours avec amour et optimisme " Vu, l'état actuel du pays, tout Congolais se doit de le porter dans son cœur pour essayer tout ensemble de le relever. On veut rentrer au pays pour le servir, pour apporter une pierre à l'édifice. Nous allons y contribuer du mieux que nous pouvons ", confie Papyce.

Toutefois, dans cette immense tâche de reconstruction, tout porte à croire que la coopération militaire belgo-congolaise sera longtemps à l'ordre du jour comme en témoigne le récent accord technique signé par les ministres congolais et belges de la Défense Ghislain Chikez Diemu et Pieter De Crem. Celui-ci stipule, entre autres, l'engagement de la Belgique à assurer une formation de base, dans divers domaines, aux militaires de l'armée nationale congolaise. Le montant de cet arrangement n'a pas été précisé mais lors du précédent gouvernement, le ministère belge de la Défense a consacré plus de 25 millions d'euros au Programme de Partenariat Militaire.

Enfin, chaque année Papyce et Serge retournent sur la terre qui les a vus naître. Un retour aux sources plus que nécessaire pour ces futurs officiers. Une manière de montrer qu'ils ne perdent pas contact avec leur pays et encore moins leur culture. D'ailleurs, dès que l'occasion leur en est donnée, ils n'hésitent pas à valoriser l'image du Congo parce que quoiqu'il en soit ils resteront toujours fidèles à leur patrie. Pour le meilleur et pour le pire.
Le financement de leurs études est à la fois assuré par la Belgique (bourse) et la RDC (solde).

Vu la qualité de cette formation, les autorités congolaises sont appelées à assurer à nos futurs officiers tout le soutien qui relève de leur responsabilité.

 


Serge Nyembwe lors d'un exercice


Exercice de lecture de cartes


Pause après un exercice


Parade du 21 juillet (fête nationale belge) avec d'autres nationalités


Photo de la promotion


Les élèves officiers congolais lors d'un exercice de nuit en hiver dans le bois


Exercice de tirs - hiver drill FNC

 

 


right
ARTICLE SUIVANT : Diego Takizala : l'Aigle d'acier
left
ARTICLE Précédent : Ir Stéphanie Zaze : « A l’ère de la globalisation, je ne pense pas qu’il existe encore du travail propre aux hommes »