mediacongo.net - Publireportage - « J’ai un rêve pour mon pays, je pense qu’il peut être un géant pour l’Afrique centrale » LAWRENCE KITOKO LUBULA,



Retour PUBLIREPORTAGE : Stratégies

« J’ai un rêve pour mon pays, je pense qu’il peut être un géant pour l’Afrique centrale » LAWRENCE KITOKO LUBULA,

« J’ai un rêve pour mon pays, je pense qu’il peut être un géant pour l’Afrique centrale » LAWRENCE KITOKO LUBULA, 2012-12-16
Stratégies

Créé en 2009 sous le nom initial de KITUMAYINI (espoir en kiswahili), la Chambre de Commerce Congolaise au Canada (CC-RDC) exerce ses activités sous ce nom depuis 2011. Après 3 ans d’exercice, elle compte désormais en son sein une centaine de membres répartis principalement au Canada et au Congo. Toutefois, dans les faits, peu de gens connaissent son existence. Pourtant, la CC-RDC a déjà organisé plusieurs activités à Montréal telles que : la journée d’intégration de la femme ou encore la promotion d’artistes peintres et sculpteurs congolais. Aujourd’hui, elle peut se targuer d’être la seule institution du genre en Amérique du Nord. Dès lors, qui de mieux placer que son président, Lawrence Kitoko Lubula, pour nous parler de cette organisation sans but lucratif de droit canadien? Retour donc sur le parcours atypique de cet homme marié et père de 3 enfants, né en  RDCongo, arrivé en Belgique à l’âge de 12 ans et parti immigrer au Canada il y a de cela tout juste 4 ans.

Kinésithérapeute de formation et détenteur d’une maitrise en Santé publique de l’Université Catholique de Louvain (UCL), Lawrence Kitoko a, pour ainsi dire, de l’énergie à revendre. Après avoir travaillé plusieurs années en Belgique, tout en y créant 2 associations (l’une destinée à promouvoir la santé au Congo et l’autre, une société de production), il décide d’ajouter une corde supplémentaire à son arc en partant pour le Canada afin d’y entamer un Doctorat en Santé publique. Parallèlement à cela, dans ce nouveau pays d’accueil, il crée une entreprise, le groupe KBR, grâce aux programmes de subventions mis en place par le gouvernement québécois. Fin 2009, il met également en place un groupe de travail dont le but est de faire de la communauté congolaise, une communauté forte au Canada par une intégration socio-économique réussie. C’est à partir des réflexions et conclusions de ce groupe de travail, qu’est née la Chambre de Commerce Congolaise au Canada. Loin d’être son activité principale, Lawrence Kitoko est présentement directeur d’une résidence pour ainés à Montréal.

Les missions de cet organisme

L’objectif principal de la CC-RDC est de promouvoir les échanges commerciaux entre le Congo et le Canada. Pour ce faire, elle dispose d’une série d’outils et d’un large réseau. « Notre objectif à court terme est de faire de la communauté congolaise, une communauté forte au Canada par une approche entrepreneuriale car nous croyons que l’entreprenariat peut être un des leviers de l’intégration socio-économique. A long terme nous voulons contribuer à la reconstruction et au changement du Congo via les expertises de nos membres » explique d’un ton posé le président. Afin d’atteindre les buts qu’elle s’est fixée,  la CC-RDC travaille en collaboration avec d’autres instances comme l’Agence Nationale pour la Promotion des Investissement (ANAPI). De plus, elle est régulièrement en contact avec des entrepreneurs en recherche d’investissements au Congo. Notons aussi que les investisseurs canadiens y sont déjà très actifs notamment dans le secteur minier et énergétique. Une implantation qui, pour Lawrence Kitoko, correspondrait aux programmes de libéralisation du secteur entrepris par la Banque Mondiale qui a défini le secteur extractif comme moteur principal du développement pour de nombreux pays.

« Au niveau de la Chambre, nous encourageons donc les femmes et les hommes à devenir des entrepreneurs car nous croyons en l’entrepreneuriat. Nous nous assurons que nos membres aient la bonne information par rapport aux différents programmes de subventions et d’aides pour entrepreneurs. L’un de nos défis est de vulgariser l’information au sein de notre communauté. Pour ce faire, nous réalisons des activités de réseautages, des colloques et des conférences. Ces activités ont pour but de promouvoir l’éthique des affaires et la pratique de la bonne gouvernance auprès de nos membres » développe de manière pédagogue le président.   

Et demain ?

Quand on demande à Lawrence Kitoko où il se voit dans 5 ans, ce dernier répond les yeux rêveurs qu’il espère jouer un rôle actif sur sa terre d’origine. « J’ai un rêve pour mon pays, je pense qu’il peut être un géant pour l’Afrique centrale. Le Congo subit actuellement une croissance économique positive mais c’est tellement lent qu’on ne le ressent pas encore.  Le pays jouit d’une population très jeune, en 2050 il sera le pays le plus peuplé d’Afrique.  D’ici, les prochaines décennies, le Congo jouera un rôle clé, j’y crois dur comme fer ». Convaincu que le Canada est une terre fertile pour toutes les initiatives valorisant l’intégration socio-économique des individus, il n’oublie toutefois pas son premier pays d’accueil: « La Belgique fut une bonne école pour moi. En 1985, il n’y avait pas beaucoup d’opportunités  pour la communauté noire, c’était difficile de trouver un travail etc. J’ai eu du mal à percer là-bas mais les difficultés que j’y ai eues sont devenues des facilitateurs pour moi ici. Le Canada offre tellement d’opportunités aux nouveaux arrivants » confie l’homme dans un sourire

Ambitieux, courageux et amoureux du Congo, Lawrence Kitoko avoue s’inspirer du parcours des personnages tels que Thomas Sankara, Martin Luther King ou encore Barack Obama.  « Ils ont eu une vision et m’ont prouvé qu’il fallait voir une opportunité dans chaque épreuve ». « Ce qui m’étonne le plus à l’heure actuelle » s’interroge t-il à voix haute ? « Le manque de solidarité qui nous caractérise mais en même temps je suis agréablement surpris car la volonté du Congolais à s’en sortir et à aller de l’avant supplante tout cela. Vous savez la reconstruction du Congo n’est pas la prérogative des politiciens, tout Congolais qui aime son pays a le droit d’apporter sa pierre à l’édifice. Aujourd’hui, c’est au sein de la Chambre de Commerce que je suis occupé à faire ma part » conclue le président.  



Pour plus d’informations :
http://www.chambredecommercerdc.ca

Tél: (001) 5143482305
Email : lawrencekitoko@chambredecommercerdc.ca


right
ARTICLE SUIVANT : IT: Stanislas Matayo, un Congolais gagnant du prix Duke Choice Award 2012
left
ARTICLE Précédent : Séraphin Ngoie Ilunga ou comment jouer dans la cour des grands