mediacongo.net - Publireportage - Contre la violence au Congo : Avec S.A.F.E.R. les canadiens et canadiennes lèvent leurs voix

Retour PUBLIREPORTAGE : Initiatives

Contre la violence au Congo : Avec S.A.F.E.R. les canadiens et canadiennes lèvent leurs voix

Contre la violence au Congo : Avec S.A.F.E.R. les canadiens et canadiennes lèvent leurs voix 2006-09-30
Initiatives

Il est dit que la violence au Congo constitue la première Guerre Mondiale de l'Afrique, avec environ 5 millions des congolais sont morts à cause de la violence et de l'absence d'un système de santé efficace. Et pour les jeunes filles ou les femmes congolaises en général, le conflit porte un nom :l' horreur. Les femmes sont utilisées comme un outil de guerre, de chantage et de diffamation. Pour conséquence, elles subissent les viols brutaux, peu importe leur âge. Nombreuses d'entre-elles ont lancé le cri de détresse aux gens de bonne volonté à travers le monde pour assistance.
Y -a-t-il des gens qui les écoutent? Les atrocités qu'elles continuent à subir jusqu'aujourd'hui leur font croire que personne ne semble être à leur secours.

Cependant, plusieurs personnes de bonne volonté à travers le monde notamment, un grand nombre de canadiens et canadiennes, le silence à ces crimes n'est plus une option.

Initiative canadienne

Un petit groupe, commencé vers la fin de l'an 2004, s'est décidé de léver sa voix en vue de soutenir ces femmes violées par des actions concrètes. Pour cette raison, S.A.F.E.R.-Student Aid For the Elimination of Rape/Etudiants Contre le Viol-travaille avec l'hôpital Panzi à Bukavu, dans la province du Sud-Kivu ,en République Démocratique du Congo où le docteur Denis Mukwege traite les femmes victimes de viols, malgré le climat d'insécurité et d'instabilité politique. Il a développé son expertise ainsi que sa clinique grâce à des fonds européens.

Depuis l'origine du groupe, formé par des étudiants et professionels en collaboration avec quelques membres de la communauté congolaise de Toronto, S.A.F.E.R. a développé des liaisons avec des organisations clés. L'Ambassade du Canada à Kinshasa a accordé un don au groupe d'une valeur de $5,000 CAD, pour l'achat de matériels médicaux de première nécéssité dont l'hôpital Panzi a besoin impérativement. Nous citons notamment, les outils de chirurgie, comme pinces, des fils de sutures, des aiguilles épidurales et un moniteur oxymètre, ont été déjà envoyés à l'hôpital Panzi par le canal de l'Ambassade à la fin du mois de mars 2006.

En plus, Droit et Démocratie, fondé à Montréal, est devenu un lien important pour informer les canadiens et canadiennes à travers le pays de tout ce qui se passe au Congo. En collaboration avec Droit et Démocratie, l'année passée, S.A.F.E.R. a effectué la levée des fonds dont la valeur était de $3000 CAD; fonds qui ont permis à l'achat de presque deux milles fils de sutures spécialisés pour la chirurgie gynécologique. A la fin de juin, les fils de sutures sont arrivés à l'hôpital Panzi grâce à l'Ambassade du Canada à Kinshasa.

L'hôpital Panzi

L'hôpital Panzi était construit par un ONG Suédois (PMU Interlife), grâce à des dons accordés au ONG par The Swedish International Development Agency (SIDA) et The European Commission Humanitarian Office (ECHO). Il est ouvert depuis 1999, et l'année dernière, plus de trois milles femmes blessées par la violence sexuelle ont été traitées. Malheureusement, on ne sait pas si le don de L'ECHO, représentant une partie substantielle du budget de fonctionnement de l'hôpital, sera renouvelée cette année.

Le dévouement de l'hôpital Panzi à la santé des femmes étend son aspect médical à l'aspect social. Pour cela, il est un outil considérable pour accélérer le changement culturel requis dans l'isolement des femmes violées, aussi bien pour arrêter le cycle de la violence sexuelle en RDC. Avec l'assistance des ONGs européens, les femmes qui arrivent à l'hôpital Panzi apprennent des habilités manuelles, comme la couture, pour assurer leur indépendance économique.

Un jour, Dr. Mukwege souhaite qu'un grand Centre Pour Les Femmes soit établi à l'hôpital. Le centre aurait pour but de créer des services de réhabilitation, de rééducation et de réintégration sociale des femmes congolaises traumatisées par les viols sexuels et par la suite qui ont perdu leur confiance en elles. Une fois établie, le centre aura besoin de professionnels qualifiés pour accomplir ces services: notamment des conseillers médicaux, des psychologues,des travailleurs sociaux, etc.

Un mouvement global

Pendant que les fils de sutures envoyés par S.A.F.E.R. ont été acheminés vers le Congo, une autre campagne contre la violence des femmes au Congo grandit rapidement. Une nouvelle initiative pour la levée de fonds avait commencé à Toronto: C'est la vente des disques de frisbee. Cent disques ont été déjà vendus, et en même temps, un autre lot de cent était commandé par des gens en Allemande. L'explosion du soutien pour la campagne en allemande était une grande surprise. Maintenant quelques gens en Italie ont exprimé leur intérêt aussi. Le succès européen du soutien accordé à la campagne indique que la cause que nous défendons devient une affaire globale.

A venir

Et aussi au Canada, l'intérêt pour l'hôpital Panzi s'accommode avec quelques hôpitaux Ontariens qui voudraient bien offrir une collection d'équipements médicaux encore en bon état et qui ne sont plus utilisés ici. Pour l'hôpital Panzi, qui se maintient grâce à des fonds étrangers et le volontariat des organisations locales, chaque équipement médical collectionné serait le bienvenu.

Un contact récent avec un ONG Norvégien, le CRN (Christian Relief Network), a commencé une autre collaboration pour faciliter les efforts du S.A.F.E.R. Le CRN est en train de construire un ajout à l'hôpital Panzi qui peut accommoder un surplus de cent patients. Avec leur assistance, il sera possible de fréter quelques équipements les importants.

S.A.F.E.R. continue de faire la campagne et la levée de fonds pour atteindre ses quatre objectifs principaux : 1) Augmenter la capacité chirurgicale de l'hôpital Panzi; 2) Documenter les données statistiques sur l'origine de la violence sexuelle dans la Province du Sud -Kivu; 3) Attirer l'attention de la communauté internationale sur la guerre et la violence faite aux femmes en République Démocratique du Congo; 4) Arrêter le silence.
Vous êtes invités à contacter S.A.F.E.R. ou de participer à ses événements prochains. Un film sur l'hôpital Panzi et les efforts jusque là consentis par le groupe seront exposés bientôt au public.

Le groupe S.A.F.E.R., prend soins des autres.

Pour tout contact :

Cathy Nangini
Brad MacIntosh
Simon Lunkebila-Mayeto
Mike Tambwe-Lubemba
S.A.F.E.R.
www.medicalreform.ca/congo
congo@medicalreform.ca



Le groupe SAFER ( De gauche à droite):
Brad MacIntosh, Simon Lunkebila-Mayeto, Cathy Nangini, Mike Tambwe-Lubemba.



Premier envoi des sutures à l'hôpital Panzi (Juin, 2006).


Directeur Dr. Mukwege (gauche), Gilles Aubert de l'Ambassade du Canada à Kinshasa (droite),
et personnel de l'hôpital avec une boite de fil de sutures envoyée par S.A.F.E.R. à la fin du mois de juin, 2006.


Les femmes qui arrivent à l'hôpital Panzi apprendent des habilités manuelles,
comme la couture, pour assurer leur indépendance économique.


L'achat d'un disque va supporter l'hôpital Panzi.



right
ARTICLE SUIVANT : L’USAID finance un projet de 40 millions $ pour améliorer la qualité de l’enseignement à l’école primaire en RDC
left
ARTICLE Précédent : Radio communautaire Bangu : un média porteur de solutions