mediacongo.net - Publireportage - Coopération Franco-Congolaise : l’Est de Kinshasa desservie en eau potable



Retour PUBLIREPORTAGE : Initiatives

Coopération Franco-Congolaise : l’Est de Kinshasa desservie en eau potable

Coopération Franco-Congolaise : l’Est de Kinshasa desservie en eau potable 2012-06-22
Initiatives

L’eau c’est la vie. Dans l’Est de Kinshasa, environ 31 000 personnes ont désormais accès à l’eau potable au quartier Mikonga I & II dans la commune de la Nsele. Une desserte rendue possible grâce à l’inauguration, le mardi 19 juin 2012, du réseau d’eau potable de Mikonga du Programme pilote de réhabilitation et développement des systèmes d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement, PILAEP. Ce programme dont le chiffre s’élève à 486.962 US $, a été financé par l’Agence Française de Développement, AFD, et exécuté par la Coopération technique Belge, CTB. Présents à cette cérémonie, l’Ambassadeur de France en RD Congo, le Bourgmestre de la commune de la Nsele,  des représentants du gouvernement et l’Administrateur Délégué d’Action pour le Développement d’Infrastructures en Milieu Rural, ADIR. A tour de rôle, ils ont  présidé la cérémonie.

Côte à côte, ces personnalités ont visité le site après avoir rompu le ruban et béni la terre des ancêtres. Une réalisation qui  soulage les habitants de Mikonga, pour la plupart débrouillardise, du coût d’approvisionnement en eau des sources et rivières (500 FC soit 0.50$/25 litres) pour un besoin journalier estimé a 100 litres et des corvées matinales. Grace à la proximité des bornes fontaines installées après chaque 20 maisons de chaque avenue de ce quartier et alimentées depuis le château d’eau, les habitants n’auront plus à parcourir 5 km tous les matins et pourront ainsi accéder à moindre coût à l’eau potable (50 FC soit 0.054$/20 litres). La construction de ce réseau d’eau potable vise aussi  à améliorer les conditions sanitaires de cette population que le manque d’eau potable a rendue très vulnérable aux épidémies et autres maladies d’origine hydriques. Les derniers cas en date sont l’épidémie de choléra et la fièvre typhoïde. « Par manque d’eau potable, nos enfants sont souvent malades de fièvre typhoïde, des vers intestinaux, de coliques et de vomissement », se plaint une habitante du quartier. 

En vue de lutter efficacement contre les maladies d’origine hydriques, le projet attend aussi  construire des installations sanitaires (latrines, douches, fosse a placenta) dans les endroits publics (écoles, centres de soins, marches). Les populations concernées bénéficieront également d’une initiation et d’une sensibilisation à l’hygiène.

Une gestion communautaire du réseau d’eau potable

Ce réseau sera géré pour la permanence de l’eau par un comité des usagers, regroupes au sein d’une ASBL. Cette structure communautaire dispose de trois organes, à savoir : l’assemblée générale, le conseil d’administration et l’unité de gestion. Le projet prévoit aussi l’accompagnement et l’appui à cette association durant les six premiers mois.

 

La cérémonie en images

 




(d g à d) l'Ambassadeur de la France en RDC, Mme la Secrétaire général au Plan,
le Bourgmestre de la commune de la Nsele, le Ministre Provincial d'Energies et des Mines.

 

 

 

  

  

 

 

 

 

 


right
ARTICLE SUIVANT : IC Coaching days par Ileka Consulting
left
ARTICLE Précédent : SJS : Il n’ y a pas de petites violences…