mediacongo.net - Publireportage - Coopération franco-congolaise : la commune de Kimbanseke bénéficie de deux réseaux autonomes d’eau potable



Retour PUBLIREPORTAGE : Initiatives

Coopération franco-congolaise : la commune de Kimbanseke bénéficie de deux réseaux autonomes d’eau potable

Coopération franco-congolaise : la commune de Kimbanseke bénéficie de deux réseaux autonomes d’eau potable 2013-10-12
Initiatives

La commune de Kimbanseke (périphérie-est de Kinshasa) vient de bénéficier de deux réseaux autonomes d’eau potable dans ses quartiers Ngiesi et Kamba Mulumba, grâce à l’inauguration, ce jeudi 10 octobre, de deux sites du Programme pilote de réhabilitation et développement des systèmes d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement, PILAEP. Ce programme financé à hauteur de 500 000 euros par l’Agence française de développement (AFD), pour lequel le gouvernement congolais est maître d’ouvrage, a été exécuté par la Coopération technique belge, CTB (maître d’ouvrage délégué) en partenariat avec l’ONG Action pour le développement des infrastructures en milieu rural, ADIR (maître d’œuvre), qui a réalisé les études et la surveillance des travaux. Etaient présents à cette cérémonie, le gouverneur de la ville de Kinshasa, le ministre des Ressources hydrauliques et Electricité, l’ambassadeur de France en RD Congo, l’administrateur délégué ADIR. A tour de rôle, ils ont présidé la cérémonie, avant de rompre les rubans symboliques.

Dans des quartiers coupés des réalités urbaines que le projet d’adduction d’eau est réalisé. Dans l’ensemble, 38 000 habitants sont desservis. Ce projet qui vient en appui au gouvernement vise l’amélioration des conditions sanitaires des populations. Et pour en garantir le succès, « les populations bénéficient d’une initiation et d’une sensibilisation à l’hygiène pour promouvoir la lutte contre les maladies hydriques. Des installations sanitaires ont été érigées dans les écoles, les marchés et centres des soins », a déclaré l’ambassadeur de France en RDC.

Données techniques des réseaux

Ngiesi : le réseau couvre totalement le quartier qui est d’une superficie de 1,26 km carré et dessert actuellement 20 000 personnes. Le réseau d’eau tire son eau d’un forage de 150 mètres de profondeur et d’un diamètre de 200 mm avec un débit de 30m cube/h soit 30 000l/h. Il dispose d’un réservoir en matériaux composites de 90m cube posé sur une tour en béton de 6m de hauteur.
Le forage est équipé d’une pompe immergée électrique de 6’’ de diamètre. Cette eau est refoulée vers un réservoir surélevé à hauteur manométrique de 152m.
La pompe du réseau reçoit l’énergie nécessaire pour son fonctionnement d’un groupe électrogène insonorisé de 36 KVA. Et la distribution de l’eau potable est assurée par un réseau de canalisation d’une longueur de 3713m qui alimente 11 bornes fontaines à quatre robinets.

Kamba Mulumba
 : le réseau couvre totalement le quartier qui est d’une superficie de 2,64 km carré, dessert 18 000 habitants et est prévu pour desservir le double à l’horizon 2020. Le réseau d’eau tire son eau d’un forage de 150 mètres de profondeur et d’un diamètre de 200 mm avec un débit de 12m cube/h soit 12 000l/h. Il dispose d’un réservoir en matériaux composites de 108m cube posé sur une tour en béton de 6m de hauteur.
Le forage est équipé d’une pompe immergée électrique de 6’’ de diamètre. Cette eau est refoulée vers un réservoir surélevé à hauteur manométrique de 139m
La pompe du réseau reçoit l’énergie nécessaire pour son fonctionnement d’un groupe électrogène insonorisé de 15 KVA. Et la distribution de l’eau potable est assurée par un réseau de canalisation d’une longueur de 6587m qui alimente 20 bornes fontaines à quatre robinets.

Cette réalisation fait partie d’un programme financé à hauteur de 8 000 000 d’euros par l’Agence française de développement. Au moins 14 réseaux ont déjà été réalisés à Kinshasa et dans le Bas-Congo.
Seulement, le projet PILAEP ne compte pas s’arrêter là. « C’est le démarrage d’un vaste chantier, celui du développement et de la modernisation du secteur de l’eau et de l’assainissement en RDC. L’expérience des dernières réalisations dans différents quartiers nous pousse à rallonger le programme. Parce que nous savons que la Regideso ne peut malheureusement pas assurer l’alimentation en eau à l’ensemble de la population de Kinshasa, du Bas-Congo, etc. Nous consacrerons à ce projet 18 000 000 d’euros et des bénéficiaires supplémentaires pourront accéder à un réseau d’eau de proximité », a conclu l’ambassadeur de la France en République démocratique du Congo.

La population, heureuse bénéficiaire de cette réalisation, a remercié les autorités présentes. Car, depuis la nuit des temps, elle n’a jamais vu des personnalités de ce rang dans leur fief. Faudrait le souligner, des quartiers coupe-gorges sans électricité, où la vie s’arrête à 17h. Après cette heure, ce sont les ténèbres qui gagnent le terrain obligeant les habitants du quartier à demeurer chez soi.

A la vue de cette réalité, ici même à Kinshasa, le ministre des Ressources hydrauliques et Electricité a promis que « bientôt l’obscurité ne sera plus qu’un souvenir car il est aussi à sa charge de procéder à l’application en vigueur de la vision chère au chef de l’Etat, la révolution de la modernité ». Cette dernière doit être vécue en dépassant  les limites d’un simple slogan.
Les réseaux seront gérés par l’ASBL Asurep qui comprend au total 122 délégués de rues dont 60 pour le quartier Ngiesi et 62 pour Kamba Mulumba. Ces derniers ont pour mission d’assurer la pérennité de ces ouvrages.


Le réseau d’eau potable de Kamba Mulumba (commune de Kimbanseke)


M. Hallade, ambassadeur de la France en RDC


De gauche à droite : André Kimbuta, gouverneur de la ville de Kinshasa ;
Luc Hallade, ambassadeur de la France en RDC ; Jean-Christophe Maurin, directeur AFD/RDC ;
 Dominique Sowa,administrateur délégué de l'Action pour le développement des
 infrastructures en milieu rural (ADIR)


Aux côtés du gouverneur, le ministre des Ressources hydrauliques et Electricité, Bruno Kapandji


right
ARTICLE SUIVANT : Le bac Kisangani 3 de nouveau opérationnel sur le fleuve Congo au point de passage bac Kisangani
left
ARTICLE Précédent : La fondation Georges Malaika, un socle pour le développement de la femme et de la communauté de Kalebuka