mediacongo.net - Publireportage - Richard Kabala, un DJ venu d‘ailleurs 


Retour PUBLIREPORTAGE : Talents

Richard Kabala, un DJ venu d‘ailleurs

Richard Kabala, un DJ venu d‘ailleurs 2006-02-24
Talents
Un mordu de la musique

D'un air plutôt intello, Richard Kabala est loin de laisser transparaître le personnage passionné de la musique. Intello, il l'est manifestement après ses études primaires et secondaires aux Loupiots à Kintambo (Kinshasa) et l'université plus tard. Elève doué, il décroche à 18 ans son diplôme d'Etat couronné du titre de lauréat de la république en section commerciale pour l'année 1989 avec 78%.
Il va poursuivre ses études en Belgique à l'université Catholique de Louvain (UCL) en Sciences économiques. En 89-90, il est mordu par le virus de la musique. Il s'initie alors au métier de Disc jockey. Il commence à Louvain-la- neuve où il devient vite le premier DJ. Puis il va à Bruxelles où il anime des soirées, aux Pays-Bas également. En 91-93, il travaille dans la célèbre boîte black 'l'écume des nuits' à Louise (Bruxelles), puis il va au " Las Vegas " la boîte de la base militaire américaine 'SHAPE' à Mons. Il est le premier congolais et le seul à avoir été DJ dans cette boîte fréquentée en majorité par de américains. En 1994, Il quitte la Belgique pour le Sénégal pour poursuivre ses études à Dakar. Là plutôt que d'étudier le voilà DJ au " Metropolis " célèbre boîte de Dakar. Retour à Kinshasa en 1995 où il va intégrer l'UNIKIN (Université de Kinshasa). Mais le voici déjà revenu à ses premiers amours. Il est d'abord manager d'un fast food. Mais son patron a une boîte de nuit 'l'imprévu' et il lui demande un coup de main. Richard devient alors DJ de l'imprévu de 97 à 1999.
De là, il se lance dans une nouvelle aventure avec le 'Manhattan' à la Galerie Lafleur avec son complice de toujours Eric Ndala. Ils font un succès fou...les gens quittent le centre ville pour se diriger vers la Gombe mouvement inverse de ce qui se fait d'habitude.

Les études et son extrême passion ne faisant pas bon ménage, il arrête quelques temps les boîtes pour se consacrer aux études. En 2001, il termine une Licence en Sciences politiques et administratives avec distinction à l'UNIKIN.

La radio

Conjointement à sa carrière de DJ, Richard fait aussi de la radio. Il a commencé la radio en 1991 sur les ondes de 'Antipodes' à Louvain-la-neuve avec le désormais célèbre Christian Lusakueno. Ses multiples occupations ne lui ont pas permis de percer. Son émission s'appelle alors ' Funky Funk de Luxe'.
Il reprend la radio en 1999 sur la chaîne RTKM à kinshasa. Toujours le Rn'B et la musique international. En 2001, il va sur Raga FM. Il fait une émission appelée " Black Box " pendant laquelle il fait la pub de ses soirées. Début 2005, il rejoint la grande famille de Top congo avec l'émission 'Top Show' sous le pseudo de DJ Fantôme. Il fait actuellement un tabac tout les dimanches entre 15H00 et 16H00.

Revenons au DJ. Après le 'Manhattan', il a été à l'Atmosphère la célèbre boîte du GHK (Grand Hôtel de Kinshasa) jusqu'en avril 2003. De là, il est rentré à l'imprévu comme manager responsable de la boîte. Pour des raisons de convictions religieuses, le nouveau bailleur n'a pas voulu garder la boîte.
Se retrouvant sans emploi, il décide de lancer sa propre boîte avec un partenaire financier. Très entreprenant, il le trouve, Ce sera monsieur Vital Mula.

Et l'avenir dans tout ça

Richard est fier d'être le premier DJ à avoir fait monter Keisha, la star du zouk congolais, sur scène à l'écume des Nuits à Bruxelles en 1992.Grâce à sa notoriété, il a pu invité plusieurs DJ africains et européens à Kinshasa entre autres DJ John du Kenya, DJ QT(une femme) de Hollande, DJ Mahombi de Stockholm, Sa porte est ouverte aux DJ de passage à Kin comme DJ Macario de Bruxelles, DJ nono de Brazzaville qui sera là le 10 mars à l'occasion d'une grande soirée en préparation qui s'intitule 'Kinshasa Expérience'.
Richard regrette que la carrière de DJ ne l'ait pas " enrichi " à la mesure de son travail, alors que sous d'autres cieux les choses auraient été différentes.
Pour lui, la principale raison est l'instabilité politique. " Quand il y a la paix, les gens ont un pouvoir d'achat et ils dépensent leur argent " nous confie-t-il.

Son rêve est de créer une agence de Publicité, marketing et communication bref une société de services à Kinshasa. Il est encore buté au problème de finances mais reste confiant qu'il y arrivera encore cette année-ci. Voilà son grand challenge.

Richard est père de jumeaux, deux garçons, et il vit avec la mère de ses enfants à Kinshasa. Il n'hésite pas à nous confier que sa vie de couple devient difficile à cause de sa grande popularité. "C'est cela la rançon de la gloire", rajoute t-il.

Pour contacter Richard Kabala, veuillez écrire à richardkabala@yahoo.fr




Chris cross, James & Jean-Paul pour mediacongo.net


right
ARTICLE SUIVANT : Christian YUMBI, la Ressource congolaise en gastronomie
left
ARTICLE Précédent : Didier Mutyebele : El Maestro