mediacongo.net - Publireportage - Tintin au Congo : l’album qui continue de faire parler de lui plus de 50 ans après sa parution 


Retour PUBLIREPORTAGE : Interviews

Tintin au Congo : l’album qui continue de faire parler de lui plus de 50 ans après sa parution

Tintin au Congo : l’album qui continue de faire parler de lui plus de 50 ans après sa parution 2010-01-02
Interviews
Voilà plusieurs décennies que la polémique autour de l'album très controversé d'Hergé a surgi en Belgique. Depuis lors, elle a voyagé, passant du Congo aux Etats-Unis en faisant des haltes en Angleterre et en France. Partout où elle va, la polémique laisse des traces. Tangibles et indélébiles. Aujourd'hui, suite à la plainte déposée par Bienvenu Mbutu en 2007, la polémique se retrouve à nouveau en Belgique, là où tout a commencé. Motifs invoqués par l'étudiant congolais: la BD est raciste et porte gravement atteinte à une communauté. Le 9 décembre dernier, lors d'une audie b nce au Palais de Justice de Bruxelles, les avocats du plaignant ont sollicité l'accès au dossier judiciaire, ce que le juge d'instruction refusait. La décision sera rendue le 23 décembre prochain. Mais suite à la " lenteur de l'instruction ", les défenseurs de Bienvenu Mbutu envisagent d'intenter dans les jours prochains une action en cessation devant le tribunal de commerce de Bruxelles visant l'interdiction de la diffusion de l'album. A propos de ces accusations récurrentes, Hergé avait déjà reconnu les stéréotypes simplistes parsemant son œuvre: " Pour le Congo tout comme pour Tintin au pays des Soviets, il se fait que j'étais nourri des préjugés du milieu bourgeois dans lequel je vivais…C'était en 1930. Je ne connaissais de ce pays que ce que les gens en racontaient à l'époque : " Les nègres sont de grands enfants…Heureusement pour eux que nous sommes là ! Etc. " Et je les ai dessinés, ces Africains, d'après ces critères-là, dans le pur esprit paternaliste qui était celui de l'époque en Belgique ". On peut comprendre l'auteur…mais de là à excuser ?

Ainsi, plus de 50 ans après, la polémique continue de diviser. Pour les uns, Tintin au Congo est le reflet d'une époque révolue, celle ou l'Occident se donnait une mission sacrée de civilisation. De ce fait, l'auteur nullement raciste n'aurait fait que retranscrire les préjugés et stéréotypes de son temps. Pour les autres, ce raisonnement ne tiendrait pas la route " Nous ne faisons pas de l'Histoire mais bien du droit " clament-ils avec fougue. Parmi ces militants, se trouve Kalamba Nsapo, originaire de la RDC et éminent docteur en Sciences théologiques de l'Université Catholique de Louvain (Belgique). Pour cet auteur d'une dizaine d'ouvrages et de plusieurs articles de revues embrassant des domaines variés, l'aventure Tintin au Congo doit être retirée du commerce. Et pour mediacongo.net, Kalamba Nsapo accepte d'expliquer ses positions.

mediacongo.net : Qu'est-ce qui vous pousse à participer à cette énième polémique sur l'album Tintin au Congo ?
Kalamba Nsapo : La condamnation de cet album en Angleterre par la Commission britannique pour l'égalité des races en 2007, la plainte déposée par un étudiant congolais au Palais de Justice de Bruxelles et la décision d'une bibliothèque municipale de Brooklyn de classer la BD parmi les ouvrages " offensant " au même titre que " Mein Kampf " d'Hitler ou encore " Tropique du Capricorne " d'Henri Miller sont autant de faits d'actualité qui me poussent à m'impliquer davantage dans le débat.

mediacongo.net : En 1969, Revue Zaïre écrivait : " Si certaines images caricaturales du peuple congolais données par Tintin au Congo font sourire les Blancs, elles font rire franchement les Congolais, parce que les Congolais y trouvent matière à se moquer de l'Homme blanc qui les voyait comme cela ". Pensez-vous que les lecteurs avertis peuvent prendre la BD au second degré ?
Kalamba Nsapo : On ne rit pas face à la mémoire d'un peuple castré, traumatisé par de nombreuses années d'esclavage et de colonisation. On ne rigole pas face à la Shoah. On ne se moque pas de la caricature de Mahomet. Il faut être sérieux. Par ailleurs, qu'est-ce qui a changé ? En profondeur, on assiste à la réédition du processus d'annihilation du nègre qui porte aujourd'hui d'autres noms : programmes d'ajustements structurels, ONG, Aide à l'Afrique, crise alimentaire, etc.

mediacongo.net : Interdire le livre reviendrait peut-être à cacher l'histoire sous le tapis ce qui n'est certainement pas la solution idéale. Ne serait-ce pas plus pertinent de le classer dans les livres d'Histoire ou même d'y ajouter une préface (situant le contexte par exemple) ?
Kalamba Nsapo : Pour ma part, une préface ou un avertissement ne signifie rien. Pour répondre au besoin de la recherche historique, il paraît indiqué de suggérer une édition critique de Tintin au Congo sous la direction des historiens et d'autres scientifiques africains compétents et sérieux qu'on ne surprend pas entrain de trahir la cause de leur peuple dans le but de remplir les poches ou de résoudre des problèmes alimentaires. Ce qu'il faut réclamer, en définitive, c'est le retrait d'une littérature raciste du commerce. Vous savez, ce n'est pas dans les archives qu'on trouve Tintin au Congo, mais dans la vie de tous les jours, dans les librairies et les kiosques, dans les bibliothèques communales et autres. A l'heure où le Congo a du mal à se relever de ses chutes multiformes, cette bande dessinée est donc susceptible de marquer aujourd'hui l'imaginaire de personnes (jeunes ou adultes) qui en font la lecture.

mediacongo.net : Et si toutes ces controverses au sujet de cet album produisaient l'effet inverse et avantageaient les gestionnaires d'Hergé au travers la société Molinsart ( augmentation des ventes, coup de publicité, etc.) ?
Kalamba Nsapo : Dans tous les sens, je ne sais pas si les gestionnaires de Tintin au Congo ont eu le malheur de faire de mauvaises affaires. Je ne suis pas sûr. Quoi qu'il en soit, il appartient au Congolais d'exercer son devoir de mémoire, d'assumer ses responsabilités historiques. Tout citoyen du Congo devrait savoir que toute dette est quérable. Il n'y a pas de traitement de faveur. Ainsi, fonctionne la logique occidentale.

mediacongo.net : On vous reproche de ne pas tenir compte du contexte historique. Que répondez-vous à vos détracteurs ?
Kalamba Nsapo : Le contexte historique auquel on fait allusion est un contexte inacceptable. Il n'y a jamais eu un contexte dans le monde qui cautionne l'injure et l'annihilation de l'autre. Jamais un postulat colonial ou néo-colonial n'a été considéré comme étant quelque chose d'acceptable. De quel contexte parle-t-on ? Le contexte du " Tout est permis " ? Permis par qui ? Pourquoi ne peut-on pas soutenir que le nationalisme congolais de l'époque et la résistance manifestée ici et là font aussi partie d'un contexte dont il faut tenir compte ?

mediacongo.net : En suivant cette logique, on devrait alors retirer tous les écrits racistes de la circulation. N'est-ce pas là un combat perdu d'avance ?
Kalamba Nsapo: Dans les pays dits du Nord, on n'en finira pas de lutter contre la corruption dont les formes sont variées. N'est-ce pas ? Tout le monde encourage la lutte contre la fraude et l'injustice. A ce propos, on ne dit pas que c'est trop de zèle inutile et ridicule.
Ceci dit, nous savons qu'il y a d'autres textes racistes sur le marché. Mais le cas de Tintin au Congo est pour nous illustratif de tout ce à quoi on doit s'en prendre dans la mesure où le racisme refait surface. Aucun cas d'inhumanité ne peut être épargné. Mais nous ne savons pas tout faire. Nous devons nous partager les tâches. Qu'on cesse d'empêcher la conscience congolaise de se rebeller contre l'insupportable infligé à un peuple castré et traumatisé par tant d'années de colonisation et de dictature. Qu'on ne profite pas des problèmes alimentaires du Congolais en exil pour handicaper tout un travail de mémoire qui s'impose.

En somme, l'album Tintin au Congo est-il raciste ? Le simple fait de se poser la question c'est peut-être déjà un peu y répondre…Certes, la BD peut-être considérée comme dénigrante car on y trouve indubitablement une caricature de la vision simpliste qu'avait les Occidentaux mais de là, à la catégoriser de raciste, il n'y a qu'un pas, délicat à franchir. Une chose est sûre la polémique au sujet de cette œuvre n'est pas prête de s'estomper...

Contact:
Dr. Sylvain Kalamba Nsapo
E-mail: drkalamba@yahoo.fr


Sylvain Kalamba Nsapo


right
ARTICLE SUIVANT : Joëlle Sambi: « J’écris parce que les actes ne suffisent pas, ils n’ont jamais suffit. J’écris pour la colère, la révolte. Parce qu’avec les mots, on sait dire sa rage, sa tristesse… »
left
ARTICLE Précédent : SEBASTIEN ADAMBU, interview croisée d’un Congolais vivant aux Etats-Unis