mediacongo.net - Publireportage - Mois de la Femme : hommage aux femmes militaires engagées contre les groupes armés dans le triangle de la mort à Beni



Retour PUBLIREPORTAGE : Femme

Mois de la Femme : hommage aux femmes militaires engagées contre les groupes armés dans le triangle de la mort à Beni

Mois de la Femme : hommage aux femmes militaires engagées contre les groupes armés dans le triangle de la mort à Beni 2020-03-11
Stratégies

Elles sont peu nombreuses,les personnes qui s'engagent dans la lutte conte les violences faites aux femmes. Dans la province du Nord-Kivu, les femmes sont victimes de plusieurs cas de viols et autres formes d'atrocités leur imposés par les groupes armés. Certaines femmes ont préféré mener cette lutte en intégrant les forces armées de la RDC. A l'occasion du mois de la femme et plus particulièrement de la journée internationale des droits des femmes, célébrée ce 8 mars, notre reporter s'est intéressé à ces femmes militaires, engagées dans les opérations Sukola 1, dans la région de Beni, où l'armée affronte les rebelles des forces démocratiques alliées (ADF), à qui on attribue les massacres de plusieurs centaines de civils.

Sifa Kitambala est l'une des rares femmes au sein des FARDC à servir dans le triangle de la mort

L’adjudant-chef Sifa Kitambala est l'une des rares femmes qui ont préféré servir l'État congolais dans les forces armées de la RDC. Déployée dans les opérations Sukola 1, visant la traque des rebelles des forces démocratiques alliées(ADF), elle est chef de peloton dans le 2101 ème régiment basé au point kilométrique (PK) 25 sur la route Mbau-Kamango, dans le territoire de Beni. Elle est l'unique femme au sein de ce peloton qui avait ouvert cette route, fermée depuis plusieurs mois suite aux embuscades répétitives des rebelles.

Sifa Kitambala, malgré le fait d’être l'unique femme dans son régiment composé d’hommes, n'a pas peur de la guerre et est convaincue que la mort est partout. Elle encourage ainsi d'autres femmes à intégrer les forces armées congolaises. Tout en prônant la parité, elle émet le vœu de voir les femmes être aussi promues en grades et fonctions au même titre que les hommes au sein des FARDC.

L'autre femme militaire, c'est le sergent Matondo du 2103 ème tégiment, basé au PK 9 sur la même route (Mbau-Kamango).

Sergent Matondo et Adjudant Chef Sifa Kitambala en patrouille de reconnaissance sur la route Mbau-Kamango dans le triangle de la mort en territoire de Beni.

Pour sa part, le Sergent Chouchou Moseka, a intégré les forces armées congolaises il y a 10 ans. Elle était indignée de voir les femmes être chaque jour victimes de violences sexuelles, viols et autres formes d'atrocités, leur imposés par divers groupes armés. Elle a préfèré mener la lutte contre ces violences à travers les forces armées de la RDC. Elle est convaincue que l'armée est la seule institution dans la quelle elle peut travailler car animée par l’envie de servir depuis l'enfance.

Ces femmes ont préféré laisser leurs familles dans différents coins de la RDC pour servir dans l'armée et sont engagées dans les opérations contre les groupes armés qui sévissent dans l'Est de la RDC depuis plus d'une décennie.


MEDIA CONGO PRESS / mediacongo.net
right
ARTICLE SUIVANT : Les femmes en période d'ovulation, des rivales aux yeux des autres femmes ?
left
ARTICLE Précédent : Violences sexuelles en RCA: la RDC va rester «attentive et solidaire»