Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Media & tendance Immobilier Recherche Contact



Retour

Ouvrages

Plan de Gestion des Déchets Biomédicaux, du Projet Régional de Renforcement des Systèmes de Surveillance des maladies (REDISSE) en Afrique Centrale, Phase IV

2022-01-27
27.01.2022
Ouvrages
2022-01-27

RESUME EXECUTIF

 

Contexte et objectif du projet et du plan de gestion des déchets biomédicaux

L’épidémie de maladie à virus Ebola (MVE) qui a sévi en Afrique de l’Ouest en 2014-2015, les multiples flambées en 2016-2019 et la ressente flambée d’Ebola au Nord-Kivu, en République démocratique du Congo (RDC) ainsi que la pandémie de COVID-19 mettent en lumière tant la menace de maladies à tendance épidémique dans la région Afrique et que l’importance de mettre en place de systèmes solides de surveillance et de riposte en cas de maladie ainsi qu’une collaboration interpays afin de réduire les coûts économiques et les pertes en vies humaines lors des épidémies.

Le Programme de renforcement des systèmes régionaux de surveillance des maladies (REDISSE IV) est multisectoriel et vise à renforcer les capacités nationales et régionales de lutte contre les menaces de maladies au niveau de l’interface homme-animal-environnement, source de la plupart des nouveaux agents pathogènes à tendance épidémique connus.

Pour ce faire, le gouvernement de la République Démocratique du Congo prépare le projet de renforcement des systèmes régionaux de surveillance des maladies en Afrique centrale (REDISSE IV) P167817. Le Ministère de la santé publique assumera la responsabilité générale de la mise en oeuvre du projet. Celui-ci sera géré par le Projet de Développement du Système de Santé (PDSS) et Projet Multisectoriel de Nutrition et de Santé (PMNS), sous la responsabilité du Secrétaire général de la santé. A cet effet, le Ministère de la Santé publique, Hygiène et Prévention travaillera en étroite collaboration avec le Ministère de l’Environnement et Développement Durable, le Ministère de l’Agriculture et le Ministère de Pêche et Elevage. La Banque Mondiale a accepté de fournir des fonds pour le projet.

Le Projet, d’une durée de 5 ans, est organisé autour de quatre composantes telles que décrites ci-dessous :
Composante 1 : Renforcement de la surveillance et de la capacité des laboratoires pour la détection rapide des épidémies (60 millions USD)

Composante 2 : Renforcement des capacités de planification et de gestion des urgences pour une riposte rapide aux épidémies (45 millions USD)

Composante 3 : Développement des capacités des personnels de la santé publique (30 millions USD)

Composante 4 : Renforcement des capacités institutionnelles, gestion de projet, coordination et plaidoyer (15 millions USD)

Les sept (7) provinces ciblées par le projet REDISSE sont les suivantes :
Kasaï Oriental, Kasaï Central, Equateur, Kwilu, Nord Kivu, Tshopo et Tshuapa.

La mise en oeuvre des activités des composantes 1 et 2 pourrait entrainer des impacts environnementaux et sociaux négatifs, particulièrement concernant la gestion des Déchets Biomédicaux (DBM) à cause de l’augmentation des personnes ayant accès au service de santé. C’est pourquoi la construction ou la rénovation des infrastructures sanitaires devra implicitement comprendre, en plus de l’amélioration des services de soins de santé et des actes de soin, un appui à la gestion des déchets issus des soins de santé fournis. Le présent Plan de Gestion des Déchets Biomédicaux est élaboré à cet effet.

Problèmes majeurs identifiés dans la gestion des DBM au niveau des laboratoires et formations sanitaires

Les défaillances notées dans la gestion des déchets biomédicaux posent des préjudices notoires à la santé et à l’environnement. Les contraintes majeures rencontrées sont les suivantes :

  • Insuffisance du tri entre DBM et déchets assimilables aux ordures ménagères ;
  • Déficience du matériel de collecte et des infrastructures de stockage ;
  • Insuffisance des équipements de protection des agents chargés de la gestion des DBM ;
  • Absence d’incinérateur dans la majorité des laboratoires et formations ;
  • Médiocrité des comportements du personnel dans la gestion des DBM ;
  • Suivi non systématique de la gestion des DBM dans les laboratoires et centres de santé ;

De ce fait, au lieu d’assurer sa mission première qui est de permettre au patient de recouvrer sa santé, les structures sanitaires deviennent en même temps une source de pollution et de nuisance. Ainsi, elles perdent du même coup leur vocation de structure de référence en matière de promotion de la santé.

Cliquez ici pour télécharger le document complet - format PDF


UG PDSS – REDISSE IV
right
Article suivant Plan de Mobilisation des Parties Prenantes (PMPP), du Projet d’Urgence en appui à la riposte et la riposte contre la COVID-19 « PUARP COVID 19 »
left
Article précédent Procédures de Gestion de la Main d’oeuvre (PGMO) du Projet REDISSE IV

Les plus commentés

Politique Affaire blocs pétroliers et gaziers, le "NON" poli de Tshisekedi à John Kerry !

06.10.2022, 18 commentaires

Société État major Général des FARDC, Garde républicaine, Renseignements militaires, opérations… la liste complète de tous les généraux nommés par Félix Tshisekedi

04.10.2022, 15 commentaires

Politique Occupation de Bunagana : consternés, les parlementaires congolais boycottent la 145 ème assemblée de l’union interparlementaire qui se tiendra à Kigali

05.10.2022, 11 commentaires

Politique Augustin Kabuya demande au clan Katumbi de quitter l’Union Sacrée « au lieu de tenir des discours comme s’ils ne sont pas dans les institutions »

05.10.2022, 11 commentaires
Infos congo - Actualités Congo - IMCongo Application - bottom - 30 août 2022

Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance