mediacongo.net - Actualités - RDC/Unesco : vers un duel permanent sur le Parc des Virunga ? (Analyse)



Retour Science & env.

RDC/Unesco : vers un duel permanent sur le Parc des Virunga ? (Analyse)

RDC/Unesco : vers un duel permanent sur le Parc des Virunga ? (Analyse) 2015-06-19
Science & env.
Les déclarations d'un membre du gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) faites la semaine dernière contre l'exploitation de pétrole dans le parc des Virunga continuent de faire le tour de la presse internationale, suscitant, par le fait même, une polémique concernant le partenariat entre la RDC et l'UNESCO ainsi que les sociétés pétrolières opérationnelles dans la zone.

"La RDC ne fait pas d'exploitation de pétrole dans un parc naturel", a souligné, le 10 juin, le ministre congolais de l' Environnement et du Développement durable, Bienvenu Liyota, après que le gouvernement eut été fortement critiqué d'avoir signé des contrats avec une société pétrolière étrangère, aujourd'hui au centre des débats.

L'exploitation du pétrole au coeur du parc des Virunga n'est pas dans les plans du gouvernement de la RDC. En tout cas, si l'on en croit Bienvenu Liyota, qui s'est confié à la presse.

Au mois de mars, Kinshasa affirmait avoir des discussions avec l'UNESCO afin de déclassifier une partie du parc des Virunga et permettre ainsi l'exploitation de l'or noir.

"Ce sont des choses alléguées, le gouvernement de la RDC n'a jamais entamé de négociations, ni de discussions. Ce sont des pistes évoquées par ceux qui veulent soutenir le projet d' exploitation", a soutenu M. Liyota, précisant que le gouvernement congolais ne peut pas accepter que les gens utilisent la corruption pour essayer d'arracher des contrats.

La corruption ? De nombreux observateurs y croient et, si elle était confirmée, serait la plus grande accusation contre les autorités congolaises. Dans un communiqué publié le 10 juin, l'ONG Global Witness accuse en effet Soco International, société d'extraction pétrolière et de courtage dont le siège est à Londres, d'avoir payé un officier de l'armée congolaise, impliqué dans une campagne d'intimidation brutale destinée à réduire au silence les opposants au projet.

Selon Global Witness, la compagnie britannique aurait versé plus de 37.000 euros (42.250 USD) en moins de deux semaines, en mai et avril 2014, à un officier de l'armée congolaise, le major Burimba Feruzi.

Des documents dévoilés par l'ONG montrent au moins quatre chèques totalisant 13.700 euros (15.600 USD) et un reçu écrit à la main d'un paiement de 23.460 euros (26.650 USD).

"Ces documents démontrent que malgré les nombreux démentis de Soco, la compagnie a payé des dizaines de milliers de dollars à un officier de l'armée accusé de corruption et d'intimidation envers ceux qui ont essayé de stopper l'exploration de pétrole dans l'un des trésors naturels de l'Afrique. Ces paiements ne sont peut-être que la pointe de l'iceberg", a déclaré Nathaniel Dyer, directeur de Global Witness en RDC.

Des allégations prises très au sérieux par le ministre Liyota qui souhaite l'ouverture d'une enquête. "Le gouvernement congolais ne peut pas accepter que les gens utilisent la corruption pour essayer d'arracher des contrats dans notre pays", tranche-t-il.

Corruption ou non, nul ne peut l'affirmer avec exactitude, à ce stade. Cependant, l'État congolais a attribué en 2010 à plusieurs sociétés pétrolières, dont le groupe français Total et l' entreprise britannique Soco, des permis d'exploration sur des concessions à cheval sur de larges portions du parc.

A l'issue d'une intense mobilisation internationale et locale, l'État congolais a suspendu ces permis et Total s'est engagé à ne pas entrer dans le périmètre du parc. Plus lente à convaincre, Soco a fini par s'engager en juin 2014 à n'entreprendre ou commander aucune activité d'exploration ou de forage à l'intérieur du parc national des Virunga, à moins que l'UNESCO et l'État congolais ne conviennent que de telles activités ne sont pas incompatibles avec le statut du patrimoine mondial.

A l'UNESCO, pourtant, c'est la fermeté totale. Interrogé par la presse le 12 juin, le représentant de l'UNESCO en RDC, Abdourahamane Diallo, a déclaré qu'il n'y avait pas de négociations entre son institution et Kinshasa sur ces questions, mais plutôt des discussions et des échanges.

Depuis que l'on soupçonne la présence de pétrole sous la plus vieille réserve naturelle d'Afrique, l'UNESCO a fait savoir à plusieurs reprises que l'exploration et l'exploitation pétrolières étaient incompatibles avec le règlement du Comité du patrimoine mondial. A ce jour, il n'y a eu aucune demande formelle de la part des autorités congolaises de déclassifier une partie du parc, a précisé M. Diallo, indiquant que vis-à-vis de Kinshasa, "l'UNESCO était dans un dialogue d'information et de sensibilisation des décideurs politiques congolais sur les implications du classement des Virunga au patrimoine mondial".

Kinshasa, par contre, chercherait "à arracher un permis de l'UNESCO". C'est le moins qu'on puisse dire à travers les propos du chef du gouvernement.

"Les autorités ont des contacts avec l'UNESCO afin de voir comment trouver les voies (..) et les différentes possibilités qui nous permettront d'exploiter le pétrole", a déclaré à la presse, le 12 juin, le Premier ministre congolais, Augustin Matata Ponyo.

En réponse à une question sur l'exploitation pétrolière, M. Matata a précisé que "le gouvernement cherchait une possibilité d' exploiter judicieusement le parc afin de tirer profit [de ses] ressources pour que les populations qui y vivent puissent en profiter". Un point de vue divergent avec le ministre de l' Environnement et du développement durable ?

Au-delà des discordes internes, l'on tendrait vers un duel entre l'institution onusienne et le gouvernement de la RDC.

Créé en 1925 sous la colonisation belge, le parc des Virunga abrite plusieurs espèces animales menacées et offre une diversité de paysages exceptionnelle. Il figure depuis 1994 sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité en péril. En 1979, le parc est consacré patrimoine mondial pour son exceptionnelle biodiversité. 


1108 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT :
left
ARTICLE Précédent : Sensibilisation de la population de Butembo sur la protection du Parc des Virunga