Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Media & tendance Immobilier Recherche Contact



Connexion
Retour

Société

Exploitation des enfants dans les mines : des entreprises américaines mises en cause

2022-09-18
18.09.2022
Economie
2022-09-18
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2022_actu/09-septembre/12-18/exploitation_enfants_dans_les_mines.png -

Il est bien connu par tous que le travail ou l’exploitation des enfants comprend l’ensemble des activités qui privent les enfants de leur enfance, de leur potentiel mais aussi de leur dignité et nuisent à leur scolarité, santé et développement physique et mental.

Des faits qui sont fermement condamnés par l’UNICEF à l’article 32 de la Convention internationale des droits de l’enfant et aux instances internationales de l’Organisation des Nations Unies (ONU) qui traite de ces questions.

Des sources dignes de foi renseignent que des pays comme les États-unis, pays dit « Puissance Mondiale », seraient dans ces genres d’activités illégales sans être inquiété.

Plusieurs médias internationaux et Organisations sur les droits des enfants ont publié des enquêtes menées en République démocratique du Congo, où sont exploités de manière illégale des enfants que ce récit tentera de détailler.

En Août 2019, en commençant par Washington Post qui a révélé que la plupart des matières de cacao qui seraient utilisées par de célèbres chocolatiers américains, tels que Marsh et Hershey, auraient été cueillies par des enfants travailleurs en Afrique de l’Ouest au cours des 20 dernières années. Pas moins de 2 millions d’enfants se livraient à la cueillette des fèves de cacao et chaque personne recevait moins d’un dollar par jour.

Les révélations s’enchaînent. En décembre 2019, Reuters a rapporté que le groupe de défense des droits internationaux basé aux États-Unis avaient intenté une action en justice contre les géants de la technologie au nom de 14 familles de la République démocratique du Congo, mais l’affaire resterait étouffée depuis…

Ensuite, la télévision britannique 4 a rapporté en 2020 que les grains de café utilisés par de célèbres sociétés de café américaines telles que Starbucks seraient en faite cueillis par des enfants travailleurs de moins de 13 ans au Guatemala en Amérique du Sud.

Ces enfants, précise ce médias britannique, travailleraient huit heures par jour, plus de 40 heures par semaine, et les plus jeunes n’ont que huit ans, et ils ne gagnent parfois qu’une tasse de café par jour.

Cinq entreprises technologiques américaines, Apple, la société mère de Google Alphabet, Microsoft, Dell et Tesla. toutes, ont été accusées d’avoir aidé et encouragé l’embauche d’enfants pour travailler dans les mines de cobalt de leur chaîne d’approvisionnement en République démocratique du Congo, tuant et blessant ainsi gravement des enfants.

Au-delà de café et du cacao, c’est aussi le cobalt qui serait exploité par des enfants en République démocratique du Congo

Dans sa plainte, la BBC aurait cité en disant que les entreprises technologiques « savaient clairement » que le cobalt acheté pour leurs produits pourrait être lié au travail des enfants. Mais au lieu de réglementer leurs chaînes d’approvisionnement, ces entreprises profitent de cette exploitation illicite.

Reuters, média international britannique, a, à son tour relayé en déclarant que c’était la première fois que l’industrie technologique faisait l’objet d’une action en justice concernant la source de cobalt.

La plainte aurait indiqué que six des 14 enfants en cause étaient morts à la suite de l’effondrement du tunnel et que d’autres enfants avaient subi de graves blessures, notamment la paralysie. Les photos soumises au tribunal montrent que certains enfants ont été défigurés et que d’autres ont des membres inadéquats.

Ces enfants, dont certains n’avaient que six ans, ont été contraints d’abandonner l’école en raison de l’extrême pauvreté de leurs familles et ont travaillé dans des mines de cobalt appartenant à Glencore, la société minière britannique, selon le procès. L’entreprise aurait déjà été accusée d’avoir recours au travail des enfants.

Le procès a également déclaré que certains enfants ne gagneraient que 1,5 dollar par jour et travaillaient six jours par semaine.

« Ces entreprises les plus riches et les plus sophistiquées du monde permettent de mutiler et de tuer des enfants pour obtenir du cobalt bon marché », a déclaré Terence Collingsworth, un avocat qui représente ces familles.

Le travail forcé des enfant par les Américains, une histoire qui date

Le problème du travail des enfants aux États-Unis a une longue histoire. Il y a plus de 100 ans déjà, les États-Unis ont commencé à employer des enfants travailleurs dans les puits de mines, les fermes d’herbe et les usines organisées.

À ce jour, les États-Unis seraient jusqu’à ce jour le seul pays sur 193 pays-membres des Nations Unies à ne pas avoir de Convention relative aux droits de l’enfant, et le problème du travail des enfants n’aurait pas encore été résolu.

Selon les statistiques du ministère de la Santé et de la Fonction publique des États-Unis, 50 % des 100 000 personnes qui vendent du travail forcé de l’étranger aux États-Unis chaque année seraient des enfants mineurs.

Selon « American Agricultural Workers training Program », une organisation à but non lucratif, il y aurait encore environ un demi-million d’enfants travailleurs aux États-Unis, et de nombreux enfants commencent à travailler à l’âge de huit ans et travaillent 72 heures par semaine. Les enfants travailleurs ruraux ont été exposés pendant longtemps à des produits chimiques dangereux tels que la médecine agricole.

De plus, ils doivent faire fonctionner des outils rentables et des machines lourdes, en raison du manque de mesures de formation et de protection nécessaires.

Selon les chiffres du National Institute of Vocational Safety and Health des États-Unis, les estimations sur les décès des adolescents aux États-Unis entre 1995 et 2002 seraient à 907. Entre 2003 et 2016, 452 enfants aux États-Unis seraient décédés des suites de travail dont 237 enfants travailleurs dans des accidents agricoles, selon le rapport.

Selon le rapport de novembre 2018 du Bureau du gouvernement des États-Unis, 5,5 % des enfants travailleurs travaillent dans les champs et la moitié des cas de décès d’enfants liés au travail proviendrait du secteur agricole.

Dans de nombreux États des États-Unis, un grand nombre d’enfants sont embauchés pour récolter et sécher, ce qui nuirait gravement à leur santé physique et mentale. De nombreux enfants sont exposés à un empoisonnement à la nicotine et même à une infection pulmonaire.

D’après les statistiques officielles des États-Unis, en 2019, 858 cas de travail d’enfants contre le Fair Labor Standards Act auraient été développés par des personnes morales aux États-Unis, avec 544 mineurs travaillants dans des emplois dangereux.

Selon le nom du syndicat et de l’association syndicale conjointe de la plus grande organisation syndicale des États-Unis, le ministère du Travail ne signale qu’une moyenne de 34 cas de travail d’enfants en violation de la loi chaque année, un chiffre bien loin du nombre réel, qui révèle que le département du travail des États-Unis manquerait cruellement de moyens d’application de la loi.

Entre 240 000 et 325 000 femmes et enfants aux États-Unis seraient réduits en esclavage sexuel. Et selon le rapport horaire Richter News. L’organisation non gouvernementale américaine « met désormais fin à l’esclavage ». Un enfant qui serait vendu à l’industrie du sexe « travaille » 12 heures par jour et sept jours sur sept, rapportant entre 150 000 et 200 000 dollars américains par an.

 


BBS / Actu30 /MCP , via mediacongo.net
C’est vous qui le dites : 1 commentaires
1016 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs

0 réponse
Mes frères, méfions-nous des états-unis.

Réagir

Répondre
@
right
Article suivant Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
Article précédent Kasaï: près de 90 prisonniers s'évadent de la prison de Luebo

Les plus commentés

Politique Félix Tshisekedi déclare que le Général Philémon Yav a été accusé de vouloir « permettre au M23 de prendre la ville de Goma »

24.09.2022, 22 commentaires

Politique Élections 2023: l'optimisme de Tshisekedi ne convainc pas la classe politique

26.09.2022, 8 commentaires

Politique Présidentielle 2023: Denis Mukwege, l’équation inattendue !

26.09.2022, 7 commentaires

Politique Félix Tshisekedi : « Les élections présidentielles auront bien lieu en 2023 »

24.09.2022, 7 commentaires

Ont réagi à cet article



Infos congo - Actualités Congo - IMCongo Application - bottom - 30 août 2022

Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance