Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Medias & tendances Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - Premier-BET - 04 juin 2024
mediacongo
Retour

Politique

Le consensus électoral ne s’évalue pas au nombre des partis politiques confisqués par le pouvoir mais plutôt par la libre adhésion du peuple au programme électoral du pays. ( CASE)

2023-09-15
15.09.2023
2023-09-15
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2023_actu1/9-septembre/11-17/denis_kadima_kazadi_et_marius.jpg -

Le consensus électoral ne s’évalue pas au nombre des partis politiques confisqués par le pouvoir, mais plutôt par la libre adhésion du peuple au programme électoral du pays.

 DANS UN CONTEXTE DE MÉFIANCE GÉNÉRALISÉE DE LA POPULATION ENVERS LA CENI, LA COUR CONSTITUTIONNELLE ET LE CONSEIL SUPÉRIEUR DE L’AUDIOVISUEL ET DE LA COMMUNICATION, LES ÉLECTIONS NE SERONT NI CRÉDIBLES NI APAISÉES.

Depuis que le peuple congolais a tiré le constat de la militarité du processus électoral en République Démocratique du Congo, aucune attention n’est accordée à la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) dirigée par Monsieur Denis Kadima Kazadi.
Étant donné que la majorité des leaders des 920 partis politiques répertoriés dans le pays ont déjà vendu leur dignité en acceptant d’accompagner aveuglément le candidat de l’Union Sacrée rien que pour leurs intérêts personnels, la population congolaise leur réserve une surprise inédite.

AUCUNE INCLUSIVITÉ N’EST GARANTIE PAR LE PROCESSUS ÉLECTORAL MADE IN KADIMA

La CASE rappelle aux acteurs politiques et sociaux que l’occupation des réseaux sociaux par des fanatiques politiques de la majorité présidentielle n’est pas à confondre avec l’adhésion de la population à leur cause. Plusieurs leaders politiques engagés derrière le Président de la République se sont déconnectés de leurs bases (Cas de la dernière sortie du Vice-premier ministre, Ministre de l’économie à Bukavu). Les images projetées par la plupart d’entre eux sont à considérer comme des supports de visibilité servant de rapport au bailleur de fonds qui n’est autre que le Président Félix Tshisekedi.

La CASE invite la CENI et l’Union Sacrée à la prudence. Les restrictions faites aux opposants dans leurs actions politiques de terrain sont le signe que le candidat du pouvoir ne pourra pas résister face à la montée de popularité des leaders de l’opposition pour les raisons suivantes :
(i) le processus électoral est bâti sur des principes et des acteurs contestés ;

(ii) les structures de la CENI sont tribalisées et politisées ;

(iii) les opposants sont traqués, terrorisés, arrêtés ou assassinés ;

(iv) les quelques actions posées par le gouvernement sont systématiquement capturées pour servir de didactiques de campagne électorale plutôt que d’être projetées comme ouvrages d’intérêt général au bénéfice de la population. Des militants des partis politiques du pouvoir se permettent même de proclamer lesdites œuvres comme une manne présidentielle, oubliant que le gouvernement a reçu mandat d’améliorer les conditions de vie des mêmes électeurs ;

(v) les manifestations politiques des partis au pouvoir sont constamment monnayées sans parvenir à convaincre la population tandis que celles de l’opposition sont interdites, dédoublées, différées ou étouffées ;

(vi) le pouvoir a arrêté la stratégie d’occuper tous les médias pour donner l’impression de majoritariser ses actions au sein de l’opinion publique. Des sondages d’opinion commandés n’ont pas réussi à faire basculer l’état d’esprit du grand nombre des congolais au point que le vote victorieux en faveur du candidat du pouvoir risque de n’être célébré que par les réseaux sociaux.

(vii) Tous les médias et même les journalistes crédibles sont systématiquement traqués et empêchés de jouer leur rôle. En dehors des arrestations brutales, les professionnels des médias sont surveillés, suivis, dirigés et contraints de violer la déontologie pour ne chanter que la gloire d’un seul individu

920 PARTIS POLITIQUES POUR JUSTIFIER UNE FAUSSE INCLUSIVITÉ DU PROCESSUS ÉLECTORAL

Le gonflement intentionnel du nombre des partis politiques par le Ministre de l’Intérieur issu de l’UDPS (parti présidentiel) est une stratégie de justification formelle d’un certain équilibrage non convainquant dans la participation des forces politiques et sociales au processus électoral. Ce phénomène n’est malheureusement pas parvenu à calmer l’opinion en raisons de :
(i) la majorité présidentielle en RDC n’est pas construite sur base de la conviction politique des acteurs, mais plutôt sous la pression et la corruption de ces derniers ;

(ii) le régime ne s’est focalisé que sur le débauchage des leaders politiques et sociaux sans aucune référence idéologique ;

(iii) le régime donne le sentiment de se convaincre de son incapacité de remporter une élection à la régulière, d’où la prolifération des activistes politiques chargés de veiller coûte que coûte à la tshisekedisation de l’élection présidentielle ;

(vi) tout rejet du candidat de l’Union Sacrée est dorénavant érigé en infraction.

La CASE attire l’attention du Président de la CENI, Monsieur Denis Kadima Kazadi sur la réalité exacte du taux élevé des candidatures. Il ne s’agit pas d’un indicateur de participation équilibrée au processus électoral.

Minimiser toutes les contestations qui brouillent l’atmosphère électorale en République Démocratique du Congo est une maladresse.
Simaro Ngongo et CASE, actuellement à Washington pour une formation sur les affaires internationales et le protocole diplomatique, félicitent enfin Monsieur Denis Kadima Kazadi pour sa franchise au sujet de son parcours d’observateur international des élections. Sa communication à l’émission du journaliste Marius Muhunga a confirmé bel et bien que la CENI actuelle est en crise de leadership et de management par manque d’experts qualifiés en administration des élections.

Simaro Ngongo
case election / MCP , via mediacongo.net
C’est vous qui le dites :
1994 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


right
Article suivant Élection : revoici Radjabho, encore candidat à la présidentielle
left
Article précédent Présidentielle : Le dépôt des candidatures n’est pas à confondre avec la campagne électorale, rappelle la CENI

Les plus commentés

Politique Franck Diongo appelle à une grande mobilisation de la classe politique et sociale pour tourner la page Tshisekedi

18.06.2024, 8 commentaires

Politique Gouvernement Suminwa : Julien Paluku, ministre du Commerce extérieur, annonce sa démission de son mandat parlementaire à l’Assemblée Nationale pour incompatibilité

17.06.2024, 5 commentaires

Politique Selon l'Odep, le salaire d'un député national est évalué à 21.000$ voir 33.000$ y compris les avantages

17.06.2024, 5 commentaires

Politique Le président Tshisekedi prend acte de la démission d’une ministre déléguée

19.06.2024, 5 commentaires


Ils nous font confiance