mediacongo.net - Actualités - La prostitution est une calamité en RDC, selon Astrid Malenga 


Retour Femme

La prostitution est une calamité en RDC, selon Astrid Malenga

La prostitution est une calamité en RDC, selon Astrid Malenga 2015-10-28
Femme
La prostitution des femmes et filles constitue un problème sérieux en République démocratique du Congo (RDC), un pays post-conflit frappé par une forte crise socioéconomique, a déclaré Mme Astrid Malenga, responsable de l’Ong « Mama Boyambi », au cours d’un entretien mardi 27 octobre avec l’ACP.

Elle a indiqué que les adolescentes, qui gouttent de façon précoce au plaisir de la chair, se retrouvent parfois avec deux ou trois enfants indésirables avec lesquels, il faut composer pour le reste de la vie.

Selon Mme Malenga « la prostitution qui déshumanise la femme n’est apparemment une préoccupation pour personne même pas pour les autorités du ministère en charge de la Femme, Famille et de l'Enfant ». Ces dernières, a-t-elle dit, ne s’intéressent qu’aux activités menées par des organisations féminines dans le cadre de la parité homme et femme et de la lutte contre les violences sexuelles basées sur le genre (VSBG), reléguant la question de la prostitution des femmes notamment des mineures au dernier plan.

Elle a souligné que le combat contre ce fléau est une démarche salutaire pour la restauration de la dignité de la femme en général et de la petite fille en particulier. Tony Kazadi, psychologue dans un centre d’encadrement des jeunes, a expliqué que le cas des mineures qui s’adonnent à la prostitution est souvent lié à la pauvreté familiale, aux mauvais conseils des amis ou encore à des prédispositions individuelles. « Vous trouverez des filles et des femmes aux environs de 20 heures en tenue sexy le long de principales artères et devant les immeubles de certaines entreprises de la commune de la Gombe ainsi que dans quelques coins des communes de la capitale congolaise vendant leurs charmes à vil prix », a-t-il dit.

Il a lancé un appel aux autorités congolaises à agir pour sauver l’honneur de la femme et éviter la propagation de différentes maladies sexuellement transmissibles (MST).

Approchée, Elisabeth Kalenga, une orpheline de 17 ans, a regretté d’avoir embrassé précocement cette profession pour prendre en charge ses deux frères, en raison de leur abandon par les oncles et tantes paternels après le décès de leurs parents. « Je dois sortir et passer des fois des nuits à la belle étoile pour ma survie et celle de mes deux jeunes frères qui, de leur côté, mendient autour et dans des marchés de la ville », a confié Mlle Kalenga.


3903 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Commissaires spéciaux : des ONG déplorent la sous-représentation des femmes
left
ARTICLE Précédent : Selon les derniers chiffres officiels : les femmes assurent 75% de la production alimentaire