Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Medias & tendances Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - Premier-BET - 01 juillet
mediacongo
Retour

Société

Catholiques et protestants plaident pour une profonde réforme électorale

2024-06-18
18.06.2024
2024-06-18
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2024_actu/06-juin/17-23/monseigneur_donatien_nshole_et_le_pasteur_eric_senga.jpg -

Monseigneur Donatien Nshole de la CENCO (à gauche) et le pasteur Éric Senga de l’ECC (à droite) @Photo Montage Ouragan.

Le rapport final de l’observation électorale 2019-2023 par les catholiques et protestants révèle des préoccupations majeures quant à la transparence des processus en RDC. Hormis l’appel à la réforme électorale, les deux confessions religieuses invitent le président de la République et le Parlement à prendre des mesures concrètes pour mettre fin aux pratiques de corruption et garantir le respect des droits démocratiques des Congolais.

L’enquête souligne qu’au cours de quatre derniers cycles électoraux, les résultats ont souvent été contestés, ce qui montre que les acteurs politiques congolais n’ont pas encore mesuré pleinement les conséquences de ce fléau sur le vivre-ensemble et la paix sociale. « Les acteurs politiques congolais n’ont pas encore pris conscience des conséquences des contestations sur le vivre-ensemble et la paix », a expliqué Donatien N’shole, le secrétaire général de l’épiscopat congolais.

Ainsi, pour permettre aux Congolais de renouveler leur pacte républicain afin de consolider la paix et la stabilité du pays, la MOE CENCO-ECC plaide pour la tenue des états généraux sur l’organisation des élections.

Le Parlement appelé à l’œuvre 

La Mission d’observation électorale de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) et de l’Église du Christ au Congo (ECC) appelle les députés à légiférer sur des dispositions contraignantes notamment : « celle relative à la démission des personnes occupant des fonctions incompatibles avec le mandat électif ».

En outre, les deux confessions religieuses ont constaté des pratiques de népotisme où des candidats parviennent à se faire élire à plusieurs postes simultanément, instaurant ainsi des oligarchies familiales. « Son épouse au Sénat, son fils au Parlement (Assemblée nationale) et lui-même au gouvernement », un exemple patent relayé par Mgr N’shole. En vue de contrer ces dérives, le prélat catholique soutient qu’une législation interdisant cette pratique est jugée fondamentale.

S’agissant de la gestion logistique des élections, la MOE CENCO-ECC estime que la CENI ne doit pas être la seule entité responsable du déploiement et de la récupération du matériel électoral. Les deux Églises estiment qu’il est urgent de pénaliser les irrégularités liées aux opérations d’enrôlement et de matériel électoral sensible.

Il est également recommandé que la représentation nationale installe les membres de la Centrale électorale au moins trois ans avant les élections pour assurer une préparation adéquate. De plus, en raison des accusations de tricherie liées à l’utilisation de la machine à voter, le Parlement est invité à consulter les parties prenantes au processus pour décider de son avenir.

 Financement des prochaines élections 

La mission exige deux audits externes du fichier électoral pour permettre à l’Office national d’identification de la population (ONIP) de créer un fichier fiable. De plus, la MOE CENCO-ECC appelle le gouvernement Suminwa à planifier dès maintenant le financement des prochaines élections pour éviter les problèmes rencontrés lors du dernier cycle.

Violations des dispositions légales 

Durant le processus électoral en cours, plusieurs dispositions légales ont été violées par de nombreux intervenants, compromettant ainsi l’intégrité des élections. La MOE CENCO-ECC exhorte le président de la République à exercer pleinement ses attributions conformément à l’article 69 de la Constitution, notamment en veillant au respect de la Constitution et en assurant le fonctionnement régulier des pouvoirs publics et des institutions.

Enfin, un des points les plus alarmants du rapport est le népotisme flagrant observé lors des scrutins de décembre 2023. Plusieurs politiciens ont réussi à placer des membres de leurs familles à des postes électifs variés. Cette pratique menace de transformer la RDC en une nation gouvernée par des oligarchies familiales.

Patrick Mputu
OURAGAN / MCP, via mediacongo.net
C’est vous qui le dites :
1444 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


right
Article suivant Kinshasa : "Ne soyez pas surpris, le nombre de policiers et militaires sera renforcé à tous les points de la capitale" (Général Blaise Kilimbalimba)
left
Article précédent Cycle électoral 2019-2023, la CENI dénonce les mépris par la mission CENCO-ECC des efforts fournis

Les plus commentés

Politique Le M23 en RDC : le Japon préoccupé par « les grandes quantités d’artillerie sophistiquée »

14.07.2024, 16 commentaires

Politique Kabuya indéboulonnable, des aigris chapeaux à plumes confondus

12.07.2024, 9 commentaires

Société Justice : Koffi Olomide invité à la Cour de cassation ce lundi 15 juillet

12.07.2024, 9 commentaires

Afrique Les RDF et UPDF renforcent davantage leur soutien au M23 (Gouvernement de Kinshasa)

13.07.2024, 7 commentaires


Ils nous font confiance