Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Medias & tendances Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - Premier-BET - 01 juillet
mediacongo
Retour

Afrique

La CPI abandonne les poursuites contre le vice-président kényan William Ruto

2016-04-06
06.04.2016 , Haye
Société
2016-04-06
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2016_actu/avril/kenya_vp_ruto_cpi_16_001.jpg Haye-

Le vice-président kényan, William Ruto, devant la CPI à La Haye, le 10 septembre 2013.

La Cour pénale internationale a prononcé un non-lieu en faveur du vice-président kényan William Ruto. Ce dernier était poursuivi pour crimes contre l'humanité, pour des faits commis après la réélection contestée du président Mwai Kibaki en 2007.

La Cour pénale internationale (CPI) a mis fin, mardi 5 avril, aux poursuites pour crimes contre l'humanité contre le vice-président kényan William Ruto. Les juges ont conclu à la majorité que le procureur n'avait pas présenté des éléments de preuve suffisants pour continuer le procès, a indiqué la Cour.

La décision, "susceptible d'appel" selon le communiqué de la CPI, concerne aussi le second accusé, le présentateur de radio Joshua Arap Sang. Ce dernier et William Ruto étaient poursuivis pour des meurtres, persécutions et déportations commis durant les violences qui avaient suivi la réélection contestée du président Mwai Kibaki face à Raila Odinga en décembre 2007, faisant plus de 1 300 morts et 600 000 déplacés, selon l'accusation.

Les deux hommes, dont le procès s'était ouvert en septembre 2013, niaient toute responsabilité dans ces violences, les pires de l'histoire post-coloniale du Kenya. Ils avaient demandé fin 2015 l'abandon des poursuites, la défense du premier ayant notamment argué que le dossier présenté par l'accusation ne comportait pas suffisamment de preuves.

Les témoins ont été un des talons d'Achille du dossier de l'accusation. Pas moins de 16 des 42 témoins avaient en effet changé leur témoignage ou refusé de témoigner, citant des menaces, des intimidations ou la peur de représailles.

La CPI avait autorisé l'accusation à utiliser des dépositions de témoins recueillies avant leurs rétractations mais était revenue en arrière en appel en février, ce qui avait été considéré par les observateurs comme un coup très dur pour l'accusation.


France 24
C’est vous qui le dites :
8533 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


right
Article suivant Congo/Brazzaville : des tirs puis des questions à Brazzaville
left
Article précédent Malawi : des drones pour accélérer les tests du VIH

Les plus commentés

Société Judith Suminwa aux membres du gouvernement : « Nous devons bannir l’exposition d’une vie ostentatoire, d’un luxe isolent »

22.07.2024, 8 commentaires

Religion « Désormais aucune association confessionnelle ne peut s’installer dans un rayon de 500 mètres par rapport à une autre », ( Constant Mutamba)

21.07.2024, 7 commentaires

Politique Agression rwandaise : Vital Kamerhe obtient les assurances de l'Union européenne pour le retour de la paix dans l'Est de la RDC

20.07.2024, 5 commentaires

Politique Crise à l’UDPS : Lettre ouverte à Maman Marthe Kasalu Tshisekedi, co-fondatrice et combattante de l’UDPS (Par Kangulu Lobo Daddy, cadre du parti/ Commission Egalité entre Homme et Femme)

20.07.2024, 5 commentaires


Ils nous font confiance