Recherche
  Home Elections Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Medias & tendances Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - Premier-BET - 05 février 2024
mediacongo
Retour

Monde

Venezuela : l'opposition obtient les signatures nécessaires à un référendum anti-Maduro

2016-06-25
25.06.2016 , Venezuela
2016-06-25
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2016_actu/juin/du_27juin_au_2juillet_2016/venezuela_referendum_file_attente_16_001.jpg Venezuela-

File d'attente au Venezuela pour soutenir le référendum anti-Maduro, le 24 juin 2016.

L'opposition vénézuélienne a annoncé vendredi avoir récolté suffisamment de signatures pour demander un référendum anti-Nicolás Maduro, une étape cruciale pour l'opposition qui veut organiser cette consultation avant 2017.

L'opposition vénézuélienne a annoncé vendredi 24 juin avoir obtenu la validation des signatures nécessaires pour demander la convocation d'un référendum révocatoire contre le président Nicolás Maduro. "La quantité minimale de signatures nécessaire a été clairement dépassée", a déclaré Vicente Bello, coordinateur pour les affaires électorales de la Table de l'unité démocratique (MUD), la coalition de l'opposition vénézuélienne.

La décision dépend désormais du Conseil national électoral (CNE), que l'opposition accuse d'être contrôlé par le camp Maduro. C’est cet organe qui devrait décider d'ici au 26 juillet si le référendum peut être convoqué.

Le 7 juin, le CNE avait déjà validé 1,8 million de signatures en faveur de cette consultation. Mais pendant cinq jours, du 20 au 24 juin, les Vénézueliens ont dû se rendre dans différents centres habilités par le CNE pour faire valider leurs signatures via une vérification de leur identité par empreintes digitales. Un processus complexe. Deux cent mille confirmations de signatures étaient nécessaires pour que l'opposition puisse passer à l’étape suivante. Plus de 400 000 ont été enregistrées

Car la course d'obstacles n'est pas finie : les adversaires de Maduro doivent désormais réunir quelque 4 millions de signatures en trois jours pour qu'il soit définitivement possible de convoquer ledit référendum.

Henrique Capriles, principal dirigeant de l'opposition, a annoncé que "le grand perdant de la journée [était] Nicolas Maduro, que nous allons révoquer cette année". "Mission accomplie, cher Venezuela", a également déclaré l'opposant sur son compte Twitter. "Nous allons maintenant nous préparer pour la prochaine étape", a-t-il dit.

Crise sévère

Le principe d'un référendum reste en outre suspendu à l'issue d'un recours judiciaire déposé par le camp présidentiel, qui demande une annulation pour "fraude" aux signatures.

Maduro, successeur du président Hugo Chavez, le leader de la gauche radicale latino-américaine décédé en 2013, n'a plus que 25 % de soutien populaire, selon un sondage de l'institut Datanalisis. Malgré son impopularité, le président, fort du soutien de l'armée, de la majorité des institutions et d'un noyau dur de chavistes, reste serein. "S'il y a un référendum, nous irons et nous gagnerons, s'il n'y en a pas, la vie politique du pays continuera", a-t-il déclaré jeudi.

Au cours de la semaine, la MUD a accusé le pouvoir de Maduro de tenter de saboter le processus de validation des signatures par des retards, des obstacles logistiques et des menaces voilées de suspension du processus. Les opposants motivent entre autres leur demande de départ de Maduro du pouvoir par la sévère crise économique que connaît le Venezuela.

Le pays, dont l'économie s'est effondrée avec la chute des prix du pétrole, est en ébullition. Pillages et lynchages se font de plus en plus nombreux, les habitants étant las d'une pénurie qui frappe 80 % des aliments, d'une criminalité en hausse et de la pire inflation au monde (180,9 % en 2015). Ces troubles ont fait au moins cinq morts ces dernières semaines.

Pour l'opposition, il est crucial que le référendum ait lieu avant le 10 janvier 2017, car si Maduro est révoqué avant cette date, il y aura des élections anticipées. Si au contraire le référendum se tient après cette date et que Maduro le perd, il pourra désigner son successeur.


France 24
C’est vous qui le dites :
8513 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


right
Article suivant Quelles sont les conséquences du Brexit pour l’Afrique?
left
Article précédent Brexit: Neuf choses que l'UE compte faire après la victoire du «leave»

Les plus commentés

Politique Constant Mutamba recommande des poursuites judiciaires contre les Congolais qui prennent des armes pour accéder au pouvoir

03.03.2024, 18 commentaires

Société Assainissement public de Kinshasa : à Antalya, Félix Tshisekedi séduit par les assurances d'un Groupe d'experts turcs en construction

03.03.2024, 14 commentaires

Politique Agression rwandaise : Lamuka réitère ses vœux de dialoguer avec Félix Tshisekedi sans "compromission"

02.03.2024, 12 commentaires

Politique L’ECC recommande au Président Tshisekedi d’organiser un dialogue en vue de résoudre les questions de paix, de sécurité et de la gouvernance

03.03.2024, 12 commentaires


Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance