mediacongo.net - Actualités - Marche de la St-Sylvestre : Le HCDH appelle à « des enquêtes crédibles et indépendantes et des procès pour les responsables de violences »

Retour Politique

Marche de la St-Sylvestre : Le HCDH appelle à « des enquêtes crédibles et indépendantes et des procès pour les responsables de violences »

Marche de la St-Sylvestre : Le HCDH appelle à « des enquêtes crédibles et indépendantes et des procès pour les responsables de violences » 2018-01-08
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/01-janvier/1-5/throssel-liz-un-multimedia-mediacongo-net.jpg -

L'utilisation de gaz lacrymogènes dans des églises est « un développement alarmant qui empiète sur la liberté de religion ou de conviction », a estimé Liz Throssel

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) s'est dit vendredi profondément alarmé par la manière dont les forces de sécurité en République démocratique du Congo (RDC) ont réagi aux récentes manifestations dans la capitale Kinshasa et dans plusieurs autres villes du pays et a encouragé les autorités congolaises à dialoguer avec l'opposition de manière constructive.

« Selon les dernières informations que nous avons recueillies, au moins cinq personnes ont été tuées et 92 blessées. En outre, quelque 180 personnes ont été arrêtées - la plupart ont maintenant été libérées », a déclaré une porte-parole du HCDH, Liz Throssel, lors d'un point de presse à Genève.

« Les forces de sécurité auraient tiré à balles réelles, des balles en caoutchouc et des grenades lacrymogènes, dans certains cas à bout portant. Cependant, nous pensons que les chiffres des victimes des manifestations du 31 décembre pourraient être plus élevés. Nos collègues sur le terrain se sont vu refuser l'accès aux morgues, aux hôpitaux et aux centres de détention. Ils ont été expulsés de ces sites par les forces de défense et de sécurité, et n'ont donc pas été en mesure de mener à bien leur travail de surveillance des droits de l'homme », a-t-elle ajouté.

Les forces de sécurité auraient aussi tiré des gaz lacrymogènes dans des églises, empêché des personnes de participer à des services religieux et volé leurs biens personnels. « C'est un développement alarmant qui empiète sur la liberté de religion ou de conviction », a estimé la porte-parole du HCDH.

Selon elle, « dans un environnement politique toujours tendu, les actions des forces de sécurité suggèrent une intention délibérée de supprimer les droits civils et politiques par le recours à la violence ».

« Nous appelons les autorités à veiller à ce que les forces de sécurité ne recourent pas à une force excessive lorsqu'elles surveillent les manifestations », a dit Mme Throssel. « Le gouvernement devrait veiller à ce que tout le monde, y compris les opposants politiques, les journalistes et les représentants de la société civile, puisse exercer pleinement son droit à la liberté d'association, de réunion pacifique, d'opinion et d'expression ».

Le HCDH estime également qu'il devrait y avoir « des enquêtes crédibles et indépendantes sur le recours présumé à une force excessive, et les responsables de violations des droits de l'homme devraient être traduits en justice ».

L'Accord politique du 31 décembre en RDC a été signé il y a plus d'un an dans le cadre des efforts visant à créer un environnement propice à des élections libres, équitables et crédibles. Selon le HCDH, les mesures de confiance faisant partie de l'Accord « devraient être pleinement mises en œuvre ».

« Nous exhortons encore une fois les autorités à engager un dialogue constructif avec l'opposition et à faire en sorte que le droit de tous les Congolais de participer aux affaires publiques de leur pays soit respecté », a conclu Mme Throssel.


UN News / BBC Afrique / MCN, via mediacongo.net
2672 suivent la conversation
15 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
Musa - 08.01.2018 18:44

Selon le nouveau calendrier électoral entériné début novembre, un scrutin présidentiel doit se tenir le 23 décembre 2018, mais le peuple Congolais exige le depart de Joseph Kabila pour la mise en place d’une transition.

Non 0
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Musa - 08.01.2018 18:35

Le HCDH, depuis le 31 Decembre 2017 il n 'y a plus le gouvernement a la RD Congo et le pouvoir est dans la RUE et le people Congolais ne reconnait plus Joseph Kabila comme PRESIDENT. C'etait Kabila et son gouverment qui avaient envoyes' les militaires et la police des tues' les Congolais aux Eglises le Dimanche 31 Decembre 2017. Joseph Kabila, a triche', vole' les elections en 2006 et en 2011, son MANDAT a expiré depuis le 19 décembre 2016 et la Constitution ne l’autorise pas à se représenter. Selon le nouveau calendrier électoral entériné début novembre, un scrutin présidentiel doit se tenir le 23 décembre 2018, mais le peuple Congolais exige son départ pour la mise en...

Non 0
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Gomes - 08.01.2018 15:01

L'accord du 31 Décembre a été conçu en faveur de Kabila, mais comme est double burric veut en profiter. Alors, Congolais prenez vos machetes, couteaux, pierres, chapelets, bibles metez-vous a jenoux et clamez à votre Dieu. KABILA ET SA MP ONT UN FETICHE LE PLUS MALIN DE CE DERNIER TEMPS. MAIS QU'IL SACHE QUE LE TEMPS EST ARRIVER. ...

Non 0
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Alphonse - 08.01.2018 14:56

Je déplore le comportement de celui s'identifie ici au nom d'INFIRMIER. Il le fait juste pour sapper l'image et l'honneur des infirmiers. Pourquoi se cacher derière le nom d'infirmier? Club des médiocres.

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Salima - 08.01.2018 14:42

C'est la police de proximité qui doit accompagner les manifestants. Celle-ci n'a pas besoin d'exercer une force quelconque, leur seule présence et leur propre discipline devant inspirer les manifestants à se tenir coi. Dès qu'on mêle la police militaire et l'armée dont la présence signifie mort d'hommes alors c'est le commandement y compis le commandant suprêm qui en assume la responsabilité.

Non 0
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
MUGUSHI PIMBU - 08.01.2018 14:29

Madame, il ne faut pas aller sur le dos de la cuillère. Le responsable est connu, c'est KANAMBE et son gouvernement de MEDIOCRE.

Non 0
Oui 9
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
RDC - 08.01.2018 14:10

Nous sommes fatigué avec vos enquêtes entre clubs d'amis...qui ne punissent pas les responsables...

Non 1
Oui 13
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
kawasaki - 08.01.2018 14:03

Joseph, MENDE, MINAKU, KENGO, BOSHAB, RAMAZANI, MAKILA José, Jean Lucien BUSA, Bruno TSHIBALA, devraient dégager à cause de leur médiocrité.

Non 1
Oui 13
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jckmzlo - 08.01.2018 14:03

Nous y voilà,bientôt les échéances vont commencer, préparons-nous en conséquence sinon nous allons décrier à la fraude. Que le civisme électoral commence dans nos bases respectives.

Non 3
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Merdi - 08.01.2018 13:50

il est temps que les médiocres degagent

Non 1
Oui 13
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya - 08.01.2018 13:48

Le congo n'est pas une ile isolée du reste du monde, le calendrier est le meme. Le 31/12/2017 est déjà passé pensons aux élélections de decembre 2018.

Non 3
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Potus - 08.01.2018 12:45

L'heure ou il fallait dialoguer et passer. Kanambe a trouvé à suffisance combien, il était malintentionné. on ne dialogue pas avec des sourds muets. Le peuple Congolais OYE, L'Eglise catholique OYE, Le comité laïc de coordination OYE. Le compte à rebours a commencé depuis le 01 janvier 2018, là, nous sommes en train d'écrire l'histoire. CETTE PARTIE DU COMMENTAIRE A ETE SUPPRIME (INSULTES)

Non 1
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Infirmier - 08.01.2018 12:18

Quel dialogue encore? c'est pour vouloir perturber le calendrier électoral. Laissons-nous, nous préparer aux élections. Le vrai dialogue c'est d'aller aux urnes en Décembre 2018 et que le meilleur gagne.

Non 5
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Alternance_voce - 08.01.2018 11:54

Vous continuer à être préoccupé. Il serait mieux pour vous de vous taire ! Bande de corrompu !!

Non 1
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
VERITE' - 08.01.2018 11:50

Cette ONU est juste une blague. Dialoguer pour trouver quoi ??? Vos 2 membres sont tombe's au kasai, vous etes incapable de condamner les commenditaires. 15 militaires des casques bleues (Tanzaniens) sont tombe' en RDC gratuitement. L'ONU est devenue une organisations des declarations.

Non 1
Oui 12
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa
AUTOUR DU SUJET

Assemblée plénière extraordinaire de la CENCO: « Nous n’abandonnerons jamais notre...

Religion .., Kinshasa

Messe en mémoire des victimes du 21 janvier 2018 : l’émotion ce vendredi à la cathédrale...

Politique .., Kinshasa, RDC

Messe vendredi à la mémoire des "martyrs" des marches réprimées en RDC

Religion ..,

Marche du 21 janvier: des familles assurent avoir dû payer pour la libération de leurs proches

Société ..,