mediacongo.net - Actualités - Nord-Ubangi : la société civile opposée au transfert des eaux de l'Ubangi vers le lac tchad

Retour Provinces

Nord-Ubangi : la société civile opposée au transfert des eaux de l'Ubangi vers le lac tchad

Nord-Ubangi : la société civile opposée au transfert des eaux de l'Ubangi vers le lac tchad 2018-03-13
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/03-mars/12-18/ubangi-riviere-rdc-rca.jpg Nord-Ubangi-

La rivière Ubangi à la frontière entre la RDC et la RCA. (© Celine Schmitt)

La société civile du Nord-Ubangi s’oppose « fermement » au projet de transfert des eaux de la rivière Ubangi vers le lac Tchad menacé d'assèchement, a indiqué dimanche à Radio Okapi Taylor Taima, le coordonnateur de cette organisation citoyenne.

Une conférence internationale organisée la semaine dernière à Paris a recommandé entre autres l’option de transférer les eaux du fleuve Congo et de la rivière Ubangi pour réapprovisionner le lac Tchad dont l’assèchement s’accentue.

Dans une déclaration à Radio Okapi, M.Taima soutient que la déviation des eaux de l'Ubangi vers le Tchad aura des conséquences néfastes sur les écosystèmes du Nord et Sud-Ubangi et sur la population riveraine qui ne vit que de la pêche et l'agriculture pratiquée le long de ce cours d’eau.

Il plaide pour la préservation de ce patrimoine qui selon lui reste le seul moyen de survie de la population riveraine de l'Ubangi. Il affirme par ailleurs qu’aucune décision ne peut être prise sur la déviation des eaux de la rivière Ubangi sans l'assentiment de la population riveraine.

Les autorités du Nord-Ubangi de leur côté affirment ne pas être saisies officiellement de ce projet. Joint par Radio Okapi, le vice-gouverneur de province a promis de soulever les préoccupations de la société civile une fois qua la province sera officiellement saisie.​

« Diminution du débit du fleuve Congo »

Le professeur Jean de Dieu Minengo, expert sur des questions environnementales, partage également les inquiétudes de la société civile du Nord-Ubangi.

Il pense que la mise en œuvre de ce projet entrainera de conséquences environnementales énormes, notamment la diminution du débit du fleuve Congo.

« L’Ubangi fait partie du bassin du Congo. Et si nous prélevons près de 100 milliards de cubes d’eau au niveau de la rivière Ubangi, sachez que c’est tout l’écosystème du bassin du Congo qui sera en péril. La réduction d’eau va entraîner la réduction du débit du fleuve Congo, de l’évaporation, et donc la réduction des pluies, et c’est l’agriculture qui va en pâtir », analyse l’expert.

Il plaide pour que les réflexions sur ce projet de transfert d’eau de l’Ubangi vers le lac Tchad ne se soucient pas seulement du bassin qui va recevoir de l’eau (en l’occurrence le bassin du lac Tchad) mais aussi du bassin qui va en céder.


Radio Okapi
1051 suivent la conversation
2 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
mushikazi - 14.03.2018 12:08

chers Congolais, il est temps de nous occuper aussi de ces Sénégalais qui veulent à tout pris occasionner le transfères d'eau de la RDC au lac Tchad, ils sont méchants et malins. nous devons les chasser et les tuer si possible. Qu'ils nous laissent tranquille et rentre dans leur pays désertique et pauvre le Sénégal. Ils se trompent ces sénégalais qui jouent aux malin s'ils pensent que les congolais sont distrait. nous disons à haute voie non au Transfer de nos eaux.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
LM - 13.03.2018 10:17

"La troisième ou la quatrième guerre mondiale partira de notre eau douce". Plus malin qu'ils sont, ils risquent par ce canal, d'aspirer également nos richesses halieutiques, comme le font les pilleurs chinois, américains ou occidentaux en emportant chez eux même nos terres et acceptant par cleptomanie de vivre dans les fins fonds de nos villages dépourvus d'électricité, d'eau courate et de toute infrastructure de base, entrain de prospecter nos richesses et faisant semblant de ramasser et se nourrir des chenilles, des champignons de Moringa comme les autochtones. "Que léguerons-nous à nos enfants" ? Qu'ont-ils fait de leur Nil? Notre hospitalité légendaire nous a valu la...

Non 0
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Le Festival Amani se tiendra du 13 au 15 février 2015 à Goma
AUTOUR DU SUJET

Fleuve Congo : pas de transfèrement vers le lac Tchad sans un accord de Kinshasa et Brazzaville

Economie ..,

Transfèrement des eaux de l'Oubangi, machine à voter, absence de la RDC à Genève : Alexis...

Politique ..,

Lac Tchad : y a-t-il un espoir de salut pour ce lac en disparition ?

Afrique ..,

Sauvetage du lac Tchad: le ministre de l'Environnement, Ami Ambatobe, apaise les députés nationaux

Science & env. ..,