mediacongo.net - Actualités - Riposte à l'épidémie d'Ebola dans l'Equateur : les raisons d'espérer



Retour Santé

Riposte à l'épidémie d'Ebola dans l'Equateur : les raisons d'espérer

Riposte à l'épidémie d'Ebola dans l'Equateur : les raisons d'espérer 2018-05-22
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/05-mai/21-27/ebola1_experts_18_00005.jpg -

Une campagne de vaccination ciblée a débuté hier, lundi 21 mai 2018. Entretemps, deux malades guéris, ont quitté l’hôpital à Bikoro.

Une campagne de vaccination contre la fièvre hémorragique à virus Ebola, a été lancée hier, lundi 21 mai à Mbandaka, capitale provinciale de l’Equateur, dans le Nord-Ouest de la RD Congo. Dans son adresse, le ministre de la santé, Oly Ilunga, cité par Radio Okapi, a insisté notamment sur l’engagement des partenaires, des dirigeants et de la population, à la surveillance épidémiologique. Aussi, a-t-il préconisé une vaccination ciblée qui doit s’opérer à 3 cercles : le personnel soignant, les contacts des malades et les contacts de ces contacts.

A en croire la Radio de la Fondation Hirondelle émettant de Kinshasa, la campagne d’immunisation contre cette maladie mortelle a été lancée par une équipe d’experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), partie de Kinshasa. Mais le tout se passe sous la supervision du Dr Oly Ilunga, ministre congolais de la Santé publique. Lors de cette première journée de la campagne, les infos en notre disposition renseignent que le directeur du Programme élargi de vaccination (PEV) s’est offert en cobaye. M. Guillaume Ngoie Muamba - parce que c’est de lui qu’il s’agit - a été le premier Congolais à recevoir le vaccin contre la fièvre hémorragique à virus Ebola.

Le numéro 1 du PEV, précise-t-on, compte parmi les 73 prestataires visés par cette campagne de vaccination. "C’est pour donner un message de sûreté et d’assurance à toute la population exposée. Je me sens toujours normal après avoir pris ce vaccin. Les effets secondaires peuvent toujours être ressentis après. Ils dépendent d’un corps à un autre, ce n’est pas à craindre", a-t-il affirmé à Radio Okapi.

Optimiste, le représentant de l’OMS, Dr Allarangar Yokoude cité par le média onusien en RD Congo, reste convaincu qu’en ce début de l’épidémie, la vaccination demeure efficace pour briser rapidement la chaîne de contamination. "Si on arrive à vacciner ces cibles déterminées, à savoir le personnel de santé, les contacts des cas confirmés, et les contacts de ces contacts, on a plus de chance de vaincre cette maladie », dit-il.

LES RAISONS D’ESPERER

Supervisée par le ministre congolais de la Santé, la campagne de vaccination contre l’épidémie d’Ebola, lancée hier à Mbandaka s’est déroulée devant l’œil témoin des délégués des partenaires d’appui au secteur de la Santé et des autorités provinciales. Cette première vaccination en RDC a commencé avec les prestataires ayant des contacts avec les malades.

Epidémie mortelle, certes. Ebola n’est pas cependant, une maladie incurable. A preuve, deux personnes qui souffraient de cette fièvre dans la zone de Santé de Bikoro, dans la province de l’Equateur, ont été guéries et sont parties de l’hôpital. La nouvelle, aux allures d’un témoignage encourageant, a été personnellement rapportée par le médecin des médecins congolais, au cours d’une interview dimanche dernier à Radio Okapi. "Ces malades ont été autorisés à regagner leurs domiciles, après avoir subi un traitement curatif encore dans sa phase expérimentale", a précisé le ministre Oly Ilunga, assurant que "toute personne atteinte du virus n’est pas nécessairement condamné à la mort".

Les deux cas de malades guéris de la fièvre hémorragique à virus Ebola, constituent un motif de réconfort moral pour l’ensemble de la population de Bikoro, considéré encore jusqu’ici comme l’épicentre de cette épidémie. D’où, les raisons d’espérer à l’efficacité d’une riposte à la fin de la campagne de vaccination lancée hier lundi. 

Il convient de rappeler qu’au cours de son entretien avec Radio Okapi, le ministre Oly Ilunga a également révélé qu’un nouveau cas de décès à la suite d’Ebola a été enregistré à Bikoro. "Et à ce jour, 49 cas d’Ebola sont surveillés dont 22 confirmés, 21 probables et 6 cas suspects", a-t-il détaillé. Toutefois, au-delà du vaccin, des analystes pensent qu’une campagne de sensibilisation des populations autochtones aux règles élémentaires d’hygiène, reste fortement conseillée. Il s’agit, entre autres, du lavage systématique des mains avec du savon, d’arrêter momentanément la consommation de la viande de cadavres des gibiers et même celle d’un singe supposé abattu dans des conditions régulières.

Laurel Kankole
Forum des As
1354 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Tshuapa: une maladie semblable au choléra fait de nombreuses victimes à Ikela
left
ARTICLE Précédent : Crise cardiaque : habiter à un étage élevé diminue le taux de survie
AUTOUR DU SUJET

Ebola : le gouvernement déclare la fin de l'épidémie qui a sévi au Nord-Kivu

Santé ..,

Ebola : plus que 7 jours avant la fin de l’épidémie au Nord-Kivu

Santé ..,

Equateur : la surveillance de la tuberculose impactée négativement par la Covid-19 et Ebola

Santé ..,

Ebola au Nord-Kivu : “D’ici-là, nous pouvons sortir de l’auberge” (Ministre provincial...

Santé ..,