mediacongo.net - Actualités - Massacres au Kasaï : Kinshasa appelé à "enquêter" sur l'implication des autorités

Retour Société

Massacres au Kasaï : Kinshasa appelé à "enquêter" sur l'implication des autorités

Massacres au Kasaï : Kinshasa appelé à "enquêter" sur l'implication des autorités 2018-07-18
Provinces
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/07-juillet/16-22/kamuina_nsapu_miliciens_18_00001.jpg -

Le gouvernement de Kinshasa a été invité mardi 17 juillet 2018 à "enquêter" sur l'implication de certaines autorités congolaises dans le soutien aux milices qui ont ensanglanté la région du Kasaï, au centre de la République démocratique du Congo en 2016-2017, selon un rapport.

Le gouvernement congolais est appelé à "enquêter sur l'implication des autorités provinciales et nationales dans le soutien des milices" dans le conflit qui a fait plus de 3.000 morts entre septembre 2016 et juillet 2017 au Kasaï, écrit le Groupe d'étude sur le Congo (GEC) de l'université de New-York.

Alors que l'insurrection "était extrêmement brutale, la réponse militaire étroite et disproportionnée du gouvernement a aggravé la crise", note GEC dans ce rapport intitulé, "mettre le feu à sa propre maison: la crise au Kasaï, la manipulation du pouvoir coutumier et l'instrumentalisation du désordre".

La région du Kasaï a basculé dans la violence en août 2016 après la mort d'un chef traditionnel, Kamuina Nsapu, tué dans un assaut des forces de sécurités congolaises après s'être ouvertement opposé au pouvoir de Kinshasa.

Une lutte localisée pour le pouvoir coutumier s'est rapidement répandue dans quatre provinces, et a fait plus de 3.000 morts, causé le déplacement de 1,4 million de personnes en l'espace d'une année.

Malgré la complexité de la violence, un thème commun émerge: "la manipulation du conflit par les élites pour se positionner", note GEC.

L'incertitude générée par la bataille pour la succession du président Joseph Kabila a contribué à cette dynamique, selon le rapport. M. Kabila est arrivé en fin de mandat en décembre 2016 et la présidentielle censée élire son successeur est prévue le 23 décembre 2018.

Selon GEC, "le conflit au Kasaï a vu de nombreux politiciens - dont Évariste Boshab, Hubert Mbingho, Maker Mwangu et Alex Kande - manœuvrer pour des positions d'intermédiation entre conflits +locaux+ et pouvoir politique +national+".

M. Boshab était ministre de l'Intérieur lors du déclenchement des violences, tandis que M. Kande occupait le poste du gouverneur du Kasaï central d'où est partie l'insurrection.

Ancien ministre de l'Enseignement primaire, M. Mwangu est originaire de la province voisine du Kasaï comme M. Mbingho, actuel vice-gouverneur de cette entité. Les quatre hommes sont membres de la majorité présidentielle.

"Ces luttes intestines au sein de la coalition au pouvoir illustrent les tentatives de Boshab et de Mwangu pour se positionner comme la figure dominante de la province - l'incontournable sur lequel Kabila, ou tout successeur potentiel, peut compter pour y maintenir son contrôle", estime GEC.

Interrogé par l'AFP, le porte-parole du gouvernement Lambert Mende n'a pas réagi immédiatement à ces propos.


AFP / VOA / MCN
1468 suivent la conversation
8 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

gomes | IQNKUTC - posté le 23.07.2018 à 16:33

Comment le gouvernement peut-il enquêter une situation pareil sachant que son RAIS est le promoteur soit le patron de ces milices? QUi va condammer son patron?

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
spiritualiste | 2R92IA7 - posté le 19.07.2018 à 13:05

Bonjour a tous WHATSAP ,IMO ET APPEL DIRECT +229 64 54 82 05 Pour tous vos problèmes. Amour, Travail, Finance. Retour immédiat de l'être aimé. Mariage. Fidélité. Attire la clientèle, Chance aux examens. Protection et désenvoûtement, Chasse vos ennemis, si votre ami vous quitte, il reviendra derrière vous comme un toutou. Travaux occultes puissants.Problèmes de stérilité chez la femme ainsi que chez l'homme RÉSULTATS RAPIDES. Résultat garantis Déplacement possible travail occulte WHATSAP ,IMO ET APPEL DIRECT +229 64 54 82 05 Disponible aussi sur IMO +229 64 54 82 05 WHATSAP ET APPEL DIRECT +229 64 54 82 05 ...

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mokili | OFDYAKY - posté le 18.07.2018 à 16:58

Le patron des commanditaires des crimes commis aux kasai et partout en RDC est le tanzano rwandais Hyppolite KANAMBE.L'impunité règne dans ce pays car il est encore au pouvoir,une fois dégagé lui et sa bande des médiocres répondront devant les juridictions compétentes sur les massacres perpétrés au Congo sans oublier mbobero qui est un crime indescriptible.

Non 0
Oui 10
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Notre Congo_Rdc | D354S4K - posté le 18.07.2018 à 16:25

Bonne nouvelle, que le travail commence.

Non 0
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
AZARIAS RUBERWA | DQK5DYT - posté le 18.07.2018 à 15:30

Attendez la fin du régime KANABIENNE, tous ces bandits ayant orchestré ces violences dans toutes les provinces de la RDC seront arrêté et traduit devant la justice comme de mouche, qui a oublié que les NAZI sont tjr poursuivi après plus de 50 ans ? rassurez vous que KANABE et ses acolytes seront bien neutralisé et mis aux arrêt, le sang de nos frères et sœurs réclament vengeance au près de Dieu tout puissant, il faut que ces imbéciles de la KABILIE payent le prix de leurs crimes contre le peuple de Dieu.

Non 1
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
VERITE' | MYBMKJD - posté le 18.07.2018 à 12:56

Vous aussi arretez vos betises s.v.p. Tout a deja ete' fait, les preuves sont reunies. Demander un mediocre A enqueter ses propres crimes ???? Vous etes trop moins serieux.

Non 2
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme | KFGCVC1 - posté le 18.07.2018 à 10:14

Appeler ce gouvernement à enquêter alors qu'il en est le premier responsable au vu et au su de tout le monde est une chimère. Que la justice internationale s'en charge afin que toute la lumière soit faite sur cette tragédie humaine.

Non 2
Oui 13
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme | NY5VDP3 - posté le 18.07.2018 à 09:53

Le Soi disant Procureur, voilà un dossier.Nous sommes en attente de votre réaction.

Non 2
Oui 17
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Pose de la première pierre pour la construction d’un amphithéâtre à l’ISSS/CR
AUTOUR DU SUJET

Conseil des Droits de l'homme à Genève: des experts de l'ONU choqués par l'ampleur et la...

Société ..,

Rapport des experts de l'ONU sur les Kasaï : Plaidoyer pro-domo de la Monusco

Société ..,

Tueries au Kasaï : l'ONU accuse les FARDC et la milice Kamwena Nsapu

Société ..,

Kasaï: Zeid Ra’ad Al Hussein présente le rapport des experts internationaux

Société ..,