Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Medias & tendances Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - Premier-BET - 01 juillet
mediacongo
Retour

Politique

Contestations électorales : ne brûlons pas la « maison commune » !

2019-02-07
07.02.2019
2019-02-07
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2019_actu/02-fevrier/04-10/fayulu-adresse-sur-contestation-resultats-presidentielle.jpeg -

Des millions de Congolaises et Congolais de sang, témoins des douleurs d’enfantement de notre démocratie depuis le 24 avril 1990, ont ressenti une immense joie le 30 décembre 2018 car, pour la troisième fois après 2006 et 2011, notre peuple était appelé à exercer son droit de « vie ou de mort politique » sur les futurs animateurs de ses institutions. Ils étaient tout heureux de voir s’éloigner à jamais de notre espace politique le spectre des « candidatures endossées par le Comité central du MPR (Mouvement populaire de la révolution) » et des « élections par acclamations ».

Malheureusement, leur joie d’avoir assisté, de leurs propres yeux, à la passation civilisée du pouvoir entre un Président de la République sortant, et son successeur entrant, tous deux élus par le souverain primaire, commence à avoir un goût amer. Et pour cause ?

Ils sont déçus par l’attitude des leaders de Lamuka, la coalition ayant soutenu la candidature de Martin Fayulu à l’élection présidentielle. Tout en reconnaissant à ce candidat malheureux le droit d’avoir contesté la « vérité des urnes » par une requête introduite en bonne et due forme à la Cour constitutionnelle, on lui reproche cependant d’avoir commencé par rejeter les règles du jeu – non à la machine à voter, non à l’organisation des élections par une Ceni aux ordres de la Majorité présidentielle, non à un fichier électoral pollué – avant de souscrire, en catastrophe, à la participation aux élections avec la machine à voter, avec une Ceni pilotée par Corneille Nangaa et plus de dix millions d’électeurs fantômes.

Les leaders de Lamuka savaient pourtant ce qui les attendait après avoir accepté les règles du jeu, à savoir que la compilation et la proclamation des résultats provisoires seraient faites par la Commission électorale nationale indépendante et les résultats définitifs proclamés par la Cour constitutionnelle, deux institutions entièrement contrôlées par l’ancienne Majorité au pouvoir.

« Lamuka » et « Cach » même objectif

On rappelle qu’avant d’en arriver aux élections, la grande crainte des millions de Congolaises et Congolais résidant au pays et à l’étranger était le tripatouillage des résultats en vue de faire triompher le dauphin de Joseph Kabila à la présidentielle, nous avons cité Emmanuel Ramazani Shadary. D’où la multiplication d’appels à l’unité de l’Opposition et son rassemblement autour d’un « candidat commun » ainsi qu’à la surveillance étroite des opérations de vote et de compilation des résultats.

C’est du reste en vue de maximiser les chances des candidats de l’Opposition qu’avait germé l’idée de la mise en place d’une méga plateforme électorale, dont la concrétisation s’était soldée par un cuisant échec en novembre 2018 à Genève. Car, après la signature de l’acte de naissance de « Lamuka » par Moïse Katumbi, Jean-Pierre Bemba, Adolphe Muzito, Freddy Matungulu, Martin Fayulu, Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe, les deux derniers cités avaient été contraints, sous la pression de leurs « bases », mais aussi après s’être rendus compte, selon eux, avoir été roulés dans la farine, de renier leurs signatures. D’où leur décision de créer une plateforme électorale parallèle, dénommée « Cach » (Cap pour le Changement).

L’on peut noter, à l’analyse, que « Lamuka » et « Cach » visaient en fait le même objectif : la victoire de l’opposition contre leur adversaire commun, à savoir Ramazani Shadary, le candidat de la Majorité. Logiquement, les leaders de l’Opposition, toutes tendances confondues, devraient se réjouir d’avoir atteint leur objectif commun, qui était le changement de gouvernance au sommet de l’Etat, avec un des leurs au pouvoir, nous avons cité Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Quelle est la mission de ce dernier ? Rappelons, de manière ramassée, quelques éléments essentiels de la campagne électorale de Lamuka et Cach : restaurer l’Etat de droit, éradiquer les antivaleurs (corruption, concussion, détournements des deniers publics), lutter contre la pauvreté, sauvegarder l’unité nationale en réconciliant les filles et fils de ce pays avec eux-mêmes, libérer les prisonniers politiques et d’opinions, libéraliser les activités politiques, mettre fin au pillage des ressources naturelles et à l’évasion des recettes administratives, fiscales, douanières, domaniales et autres, réhabiliter et moderniser les infrastructures de base, créer des emplois…

Bref, c’était de rompre avec le système de prédation et des injustices sociales pour bâtir un pays plus beau qu’avant. Mais si tel est le programme commun de gouvernement envisagé par l’Opposition, Lamuka ne devrait pas trop s’agiter de l’avènement de Félix Tshisekedi au pouvoir, un membre à part entière de cette famille politique.

Qu’on laisse travailler le nouveau Chef de l’Etat pour le juger, plus tard, sur pièces, de manière à savoir s’il est resté fidèle à l’idéal du changement ou s’il n’est qu’une pâle copie du « kabilisme ».

S’il est acquis que la RDC s’est résolument engagée dans la voie de la démocratie, Martin Fayulu et ses compagnons de lutte au sein de Lamuka devraient continuer à caresser l’espoir d’accéder au pouvoir dans 5 ans ou dix ans, voire au-delà, par des voies démocratiques. Par conséquent, on ne peut que s’inquiéter des appels à la haine tribale et à la désobéissance civile échappés des gosiers de certains leaders et partisans de cette coalition politique, lors du meeting du samedi 02 févier 2019 à la Place Sainte Thérèse, dans la commune de N’Djili.

On comprend la frustration que ressent Martin Fayulu face à ce qu’il considère comme un holdup électoral signé par la Ceni et la Cour constitutionnelle. Mais on ne partage pas son intention clairement affichée de rendre le pays ingouvernable, en divisant ses filles et fils en camps antagonistes.

Qu’on se souvienne des dégâts directs et collatéraux de l’épuration ethnique déclenchée contre les originaires du Grand Kasaï en 1992, sous la direction de Gabriel Kyungu, avec la bénédiction du Maréchal Mobutu, foncièrement opposé à l’avènement d’Etienne Tshisekedi à la Primature et à l’exécution des Résolutions de la Conférence nationale souveraine (CNS).

Morts, maisons brûlées ou confisquées, petites et moyennes entreprises fermées ou sabotées, licenciements sans préavis de la Gécamines, refoulement en masses par trains, véhicules ou à pieds : tel était le décor apocalyptique d’une chasse à l’homme d’une autre époque. Croyant s’être débarrassés des « bilulu », les Katangais ont constaté que le départ des Kasaïens avait précipité l’asphyxie économique de leur province. Bien que des faits aussi graves soient restés impunis, ce feuilleton douloureux mérite d’être exhumé pour permettre à ceux qui versent aujourd’hui dans des propos xénophobes d’en tirer les leçons qui s’imposent.

Ne brûlons pas la « maison commune car si la RDC est effacée de la carte géographique de notre planète, que dirions-nous aux pères de l’indépendance s’ils nous interpellaient au sujet d’un tel gâchis ? Quelle réponse donnerions-nous à Kasa-Vubu, Lumumba, Mobutu et Mzee Laurent Désiré Kabila face à notre « bêtise commune » ?

D’où Martin Fayulu et ses alliés de Lamuka devraient faire preuve d’un minimum de retenue car, de même qu’il y a une vie après la présidence de la République, il y a également une vie après une défaite à la présidentielle.


Le Phare / MCP, via mediacongo.net
C’est vous qui le dites : 18 commentaires
8543 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


kabila rwandais en R @U8EOL8N   Message  - Publié le 08.02.2019 à 18:33
Il n'y a pas eu élection mais une nomination par kabila kabira Attendons la suite

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
SHAKA @RBEPVWD   Message  - Publié le 08.02.2019 à 10:35
LAMUKA et l"UDPS pouvait écarter le PPRD du pouvoir en s’alliant au parlement mais lamuka est doués pour les injures et les coups bas au lieu de négocier avec FELIX ,c'est pourquoi je dis FAYULU n'est pas maître de son destin il reçoit les ordres ou il ne pas intelligent comme politique si non il allait accepter la main tendue de FELIX est constitué une majorité au parlement

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
SHAKA @RBEPVWD   Message  - Publié le 08.02.2019 à 10:31
Pourquoi CACH et l'UDPS ne mettent pas le FCC en minorité a l'assemblée ? c'est ça la faute de FAYULU et son amateurisme, au lieu de répéter en boucle FELIX nommer ou dénoncer FCC et UDPS, les partis de CACH et UDPS pouvez gouverner ensemble et laisser le FCC dans l'opposition mais l'amertume de FAYULU et si fort qu'il perds la raison lui et FELIX pouvais diriger le pays d'autant plus que lui FAYULU n'as aucun élu,LAMUKA et FCC n'était que des plate forme électorale pour la présidentielle,maintenant chaque parti est libre : UDPS,MLC,et d'autres partis pouvez constituées une majorité parlementaires mais chez LAMUKA on préfère les injures et la bassesse

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Muluba @TRP8RLK   Message  - Publié le 08.02.2019 à 10:16
S'il y a fraude, c'est Fayulu qui essaie de frauder avec des chiffres qui changent, sans preuve des ses allegations. C'est vraiment irresponsable de vouloir bruler le pays sur base d'une projection basee sur des resultats partiels compiles sur quelques bureaux de vote par la CENCO C'est d'ailleurs pourquoi Fayulu a difficile a avoir le soutien de la communaute internationale malgre la campagne menee par certains medias internationaux. Il n'y a personne qui est convaincu qu'il a rellement gagne les elections Les enjeux sont tellement important avec le potentiel de destabiliser la region pour que cette communaute internationale decide de jeter leur poids derriere Fayulu. Il faut plus que des allegations qui n'ont pas pu etre jugees fondees par la haute cour Le seul issue pour Fayulu est d'abandonner ces allegations et de collaborer avec le pouvoir etabli pour le bien de notre Nation qui aspire au bien etre. A moins qu'il ne soit pas maitre de la situation au vu de l'argent qui a ete mobilise pour le rendre populaire et qu'il soit pousse a faire ce qu'il fait par ceux qui ont donne l'argent.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
DANNY MERLIN MUKEN @61YFO62   Message  - Publié le 08.02.2019 à 10:12
LAMUKA n'a aucun pouvoir sur les autorités actuelles, il se voit en perte de vitesse avec ceux qui l'entourent, il se trouve déjà en erreur et il se demande, en 2023 il serait toujours candidat de lamuka à la présidence? avec le retour de Moïse katumbi et le jp Bemba, qu'il sache que la chance à était une seule fois, il est malheureux depuis son enfance, pour votre billet, même là confiance que le nouveau chef d'Etat avait mis en lui se retirée. donc c'est compliqué pour lui

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
SHAKA @RBEPVWD   Message  - Publié le 08.02.2019 à 09:42
on peut toujours ressasser les élections chez lamuka pourquoi faire ? c'est finie la décision de la cour constitutionnelle est irrévocable,revenir sur les élections en permanence divise juste l'électorat pour l'avenir et cela vas laisser des traces pour les prochaines élections lamuka sèment la haine entre électeurs et provinces,LAMUKA crache sur l'avenir,ils s'est font plaisir aujourd'hui en oubliant que c'est pas les dernières élections

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
SHAKA @RBEPVWD   Message  - Publié le 08.02.2019 à 09:37
FAYULU fait durer son cirque PCQ il sait qu’avec la fin du feuilleton de la présidentielle il retourne dans l'anonymat ce finie son éphémère popularité sur la scène médiatique et politique son parti ECIDE n'ayant aucun élu,sachant qu'on entends le retour sur la scène politique et médiatiques des ses chefs Katumbi et de Bemba

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
muamba @N917ZHZ   Message  - Publié le 08.02.2019 à 09:36
Si Fayulu n'est pas maître de lui-même, Félix non plus n'a aucun levier du pouvoir. Chers internautes,vous avez oublié le combat pour lequel les gens sont morts. Savez-vous que notre pays est sous occupation ? Comment en un laps de temps, vos discours changent ? Regardez bien les faits et gestes de Félix: Kamerhe Dircab, Beya conseiller, garde du corps proche avec la volonté de Kabila. Vous allez dire c'est normal. Quand on a gagné les élections, on a la légitimité qui vous permet d'AGIR et non de compromission. Et pour distraire l'opinion de cette faiblesse, on s'acharne sur le tribalisme, sur la haine alors qu'il n'en est rien. On a critiqué Mobutu, les bangala ne se sont jamais victimisés. Et aujourd'hui quand on ose dénoncer la trichérie, le mensonge, certains de nos frères luba s'acharnent des autres. C'est ça le pouvoir. Il faut savoir accepter les critiques. D'ailleurs ce n'est qu'un début. Moi mon souci est de protéger Félix qui s'est exposé alors que c'est derrière où l'on décide. Si vous n'êtes pas d'accords, je vous fixe RDV de ce qui va se passer dans un mois,deux mois ou un an,trois ans.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Jozardo @LVPFHRX   Message  - Publié le 08.02.2019 à 09:22
Je crois que si Martin FAYULU lisait ça, il pourrait changer

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Changement @XNSO9E6   Message  - Publié le 08.02.2019 à 09:12
La CENI reconnait avoir doté les observateurs de la CENCO 17000 macarons,d'ou provient le 23000 pour que sa fasse 40000 macarons nous ne sommes plus la bas Mr fayulu doit se constituer a une forte opposition car l’intelligence qu'il a ce pas pour diriger le pays mais par contre ce pour faire des TP,Interro et autre à l'université Eu égard ça, il n'est pas obligé de continuer à faire le bruit car le train et déjà parti.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Muluba @TRP8RLK   Message  - Publié le 08.02.2019 à 09:06
S'il y a fraude, c'est Fayulu qui essaie de frauder avec des chiffres qui changent, sans preuve des ses allegations. C'est vraiment irresponsable de vouloir bruler le pays sur base d'une projection basee sur des resultats partiels compiles sur quelques bureaux de vote par la CENCO C'est d'ailleurs pourquoi Fayulu a difficile a avoir le soutien de la communaute internationale malgre la campagne menee par certains medias internationaux. Il n'y a personne qui est convaincu qu'il a rellement gagne les elections Les enjeux sont tellement important avec le potentiel de destabiliser la region pour que cette communaute internationale decide de jeter leur poids derriere Fayulu. Il faut plus que des allegations qui n'ont pas pu etre jugees fondees par la haute cour Le seul issue pour Fayulu est d'abandonner ces allegations et de collaborer avec le pouvoir etabli pour le bien de notre Nation qui aspire au bien etre. A moins qu'il ne soit pas maitre de la situation au vu de l'argent qui a ete mobilise pour le rendre populaire et qu'il soit pousse a faire ce qu'il fait par ceux qui ont donne l'argent.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Onusienne @LK8ZZV9   Message  - Publié le 08.02.2019 à 08:42
une défaite à la présidentielle????

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Debout Congolais @CNA7VGG   Message  - Publié le 08.02.2019 à 08:29
Un TRES bon article, je souhaite que Martin Fayulu et ses partisants le lisent. Il y a une vie APRES une DEFAITE electorale!

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
ARC EN CIEL @YUJJCNO   Message  - Publié le 08.02.2019 à 08:15
MENSONGE SANS VERGOGNE UNE VÉRITABLE ANTI -VALEUR SE PRÉSENTER AVEC DEUX REQUÊTES 11 000 000 DES VOIX ET 8 000 000 DES VOIX VOUS ETES UNE GANGRÈNE PLUS LE SIDA OU SONT VOS PREUVES OU ÉTAIENT VOS TEMOIN SHOLE DE TRISTE MÉMOIRE

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
MARESHALL MOBUTU @247ULRI   Message  - Publié le 08.02.2019 à 08:15
Fayulu n'est plus maitre de lui-meme, il est esclave de ceux qui avaient financé sa campagne. Son comportement actuel, c'est sa façon à lui de les empêcher de demander un compte rendu ou un rapport sur l'utilisation des fonds. Pour preuve, ou sont parti Eve Bazaiba, Kyungu et Matungulu? Mon frère Fayulu, union européenne et fondation carter attendent la liste des dépenses de la campagne. Déjà tout le monde le sait bien que tu n'as payé aucun témoins car tu n'en avais même pas recruté. Ou est parti cet argent! Ba mindele bakolia yo!

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Okolela @V73Q7NS   Message  - Publié le 08.02.2019 à 08:11
FATSHI avec le nouveau Gouvernement qui sera mis en place devront prendre leurs responsabilites, sinon, ces gens de LAMUKA vont ses joues de lui. Et que celui qui se mettra a la marge des lois de la Republiques qu'il soit mis aux arrets FAYULU ou pas FAYULU Ce pays a besoin d'un decollage economique et non assister encore aux pillages, a l'incivisme fical, aux desordres etc

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Passion du Congo @MP3MKSB   Message  - Publié le 08.02.2019 à 07:46
La fraude et la tricherie resteront unn frein au developpement des Nations et à l'installation d'une vraie democratie. Felix Tshilombo va echouer son mamndat à cause de cette haute tricherie de 18%, sachant que Fayulu a ete elu avec plus de 60%. Meme sa conscience ne va p[as l'aider du tout! Voler n'est pas bon dit-on

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Yan @MNUZR4Z   Message  - Publié le 08.02.2019 à 07:32
fraude restera anti valeur

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
right
Article suivant La Nogec en zone de turbulences : deux cadres quittent le navire !
left
Article précédent F. Tshisekedi à Nairobi : « Nous avons toutes les preuves sur notre élection, pour le reste c’est de la manipulation »

Les plus commentés

Société Justice : Constant Mutamba annonce l'ouverture, ce mercredi, d'un procès public contre Corneille Nangaa et ses complices

23.07.2024, 11 commentaires

Société Judith Suminwa aux membres du gouvernement : « Nous devons bannir l’exposition d’une vie ostentatoire, d’un luxe isolent »

22.07.2024, 10 commentaires

Religion « Désormais aucune association confessionnelle ne peut s’installer dans un rayon de 500 mètres par rapport à une autre », ( Constant Mutamba)

21.07.2024, 7 commentaires

Politique Agression rwandaise : Vital Kamerhe obtient les assurances de l'Union européenne pour le retour de la paix dans l'Est de la RDC

20.07.2024, 5 commentaires

Ont commenté cet article



Ils nous font confiance