mediacongo.net - Actualités - Elections : des sénatoriales sur fond d'accusation de corruption 


Retour Politique

Elections : des sénatoriales sur fond d'accusation de corruption

Elections : des sénatoriales sur fond d'accusation de corruption 2019-03-15
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2019_actu/03-mars/11-17/senat_congolais_19_000.jpg -

L'ex-président Joseph Kabila devrait accentuer son emprise sur le Parlement à l'issue des élections au Sénat qui se déroulent vendredi en République démocratique du Congo, où des candidats se sont retirés en dénonçant la corruption des élus locaux, leurs grands électeurs.

Au total 874 candidats se disputent 100 sièges à pourvoir au Sénat. Ils sont élus au suffrage indirect par les députés provinciaux et les chefs coutumiers dans 24 des 26 provinces du pays (les élections ont été reportées au Nord-Kivu et au Mai Ndombe pour des raisons de sécurité).

Ce scrutin au suffrage indirect complète les élections générales du 30 décembre qui ont conduit à la première transmission pacifique du pouvoir en RDC.

Les résultats devraient être annoncés en fin d'après-midi par la Commission électorale.

L'ex-président Kabila, sénateur à vie selon la Constitution, a cédé le pouvoir à l'opposant Félix Tshisekedi mais a conservé la majorité à l'Assemblée nationale, selon les résultats officiels contestés par l'autre candidat de l'opposition Martin Fayulu, qui revendique la victoire.

La coalition politique de Joseph Kabila, le Front commun pour le Congo (FCC) a aussi gardé le contrôle de la majorité des Assemblées provinciales, laissant entrevoir un nouveau succès aux élections sénatoriales de ce vendredi.

Mais le scrutin a été avant même sa tenue entâché d'accusations de corruption par plusieurs candidats qui se sont retirés de la course : ces derniers accusent des députés provinciaux de vendre leur voix plusieurs dizaines de milliers de dollars.

"Ici à Kinshasa, cela va de 20.000 à 30 à 40.000 dollars. Je trouve cela immoral", a déclaré à l'AFP l'actuel ministre de l'Enseignement supérieur et universitaire Steve Mbikayi qui a retiré sa candidature.

"On va avoir ainsi un Sénat illégitime, non-crédible", a poursuivi le ministre qui plaide désormais pour la suppression de la Chambre haute estimant que "le Sénat fait double emploi avec l'Assemblée nationale".

Le procureur général de la République (PGR) avait sollicité samedi le report de l'élection des sénateurs et des gouverneurs de province (prévues le 26 mars) pour enquêter sur les allégations de corruption, ce que la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a refusé.

Lié par un accord politique avec son prédécesseur, le nouveau président Félix Tshisekedi n'a toujours pas désigné de Premier ministre, qui doit être issu de la majorité parlementaire.


VOA / MCP, via mediacongo.net
1358 suivent la conversation
2 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

Un combatant | BE8KI5L - posté le 16.03.2019 à 17:01

L’illégitimité du Sénat que l’UDPS vient de reconnaitre maintenant est un point important dans l’argument de LAMUKA et les Congolais. Elle ne peut être que l’illégitimité du Gouvernement de Président Félix Tshisekedi. Le fait de voir les combattants de l’UDPS manifester leur mécontentement envers les ‘hauts cadres’ de leur parti politique doit nous instruire du début d’une crise constitutionnelle’ qui exige une intervention ponctuelle et diplomatique de la part de nouveau Gouvernement. Autrement, les désobéissances civiles des combattants de l’UDPS pourraient entrainer les ‘soldats du peuple’ de LAMUKA de leur emboiter les pas. Nous risquerons alors...

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa
AUTOUR DU SUJET

« Si on n’organise pas les locales ça ne sera pas pour des raisons techniques mais...

Politique ..,

Haut-Katanga : des policiers venus de Kitona pour sécuriser les élections se disent abandonnés

Provinces ..,

Élections au Malawi : la Commission électorale met en garde contre la diffusion de résultats...

Afrique ..,

Malawi : le chef de l'opposition affirme être en tête de la présidentielle

Afrique ..,