mediacongo.net - Actualités - Les solutions qui fonctionnent contre la transpiration excessive 


Retour Style et Beauté

Les solutions qui fonctionnent contre la transpiration excessive

Les solutions qui fonctionnent contre la transpiration excessive 2019-04-10
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2019_actu/04-avril/08-14/l-hyperhidrose-ou-la-transpiration-excessive_6166030.jpg -

Nous transpirons tous quotidiennement, mais pour certaines personnes, la sudation excessive -ou hyperhidrose- est un vrai problème. Heureusement, des solutions existent.

Liquide naturel, la sueur est composée d'eau, de minéraux ainsi que de déchets provenant de notre organisme. Pour certains, ce processus physiologique prend une dimension excessive jusqu'à devenir un handicap dans la vie quotidienne. "Il m'est arrivé d'être face à un auditoire dans une salle surchauffée. Je sentais que mon t-shirt était trempé de transpiration. Je n'avais qu'une envie : enlever mon pull. Mais j'ai fait exactement l'inverse. J'ai refermé les boutons pour cacher toutes traces d'humidité. C'était très gênant", se souvient Chloé, 32 ans.

Si le corps produit de la transpiration, c'est d'abord pour assurer sa thermorégulation. "Lorsque la température augmente, le cerveau répond en contractant les glandes sudoripares, qui libèrent de la sueur à la surface de la peau. C'est cette évaporation qui fait baisser la température", explique le Laurence Netter, dermatologue à Paris
Un cercle vicieux

Au total, quatre millions de glandes sudoripares sont réparties à la surface de la peau. Il en existe deux types, qui sont anatomiquement différents. Celles qui assurent la thermorégulation sont les glandes eccrines ; elles produisent une sueur inodore et sont nombreuses sur la paume des mains, la plante des pieds, le front et les aisselles. Les glandes sudoripares apocrines se concentrent quant à elles au niveau des aisselles, des organes génitaux et des mamelons ; elles sont responsables de la sécrétion d'une sueur odorante. "Ces glandes sudoripares n'ont rien à voir avec la température. Elles s'activent sous l'effet des émotions", poursuit le Dr Netter.

Dans le cas de l'hyperhidrose, on observe un fonctionnement excessif de l'hypothalamus, la glande chargée de déclencher la production de la transpiration. Un dérèglement aggravé par l'émotivité comme la honte ou l'anxiété.
Quand le processus naturel devient excessif

Lorsque cette sudation est supérieure aux quantités nécessaires à la thermorégulation, on parle d'hyperhidrose. Un mal qui toucherait environ 4% de la population, selon le Dr Netter et que les patients vivent comme un obstacle à leur vie sociale", souligne le Dr Netter. Ce phénomène, qui touche autant les hommes que les femmes, commence généralement à la puberté et est causé par une hyperactivité des glandes sudoripares, un dérèglement d'origine neurologique.

Une consultation médicale est nécessaire pour s'assurer que l'on souffre véritablement d'hyperhidrose dite "essentielle", c'est-à-dire qui ne soit pas liée à une pathologie. En effet, quelques rares maladies endocriniennes, certains médicaments et le diabète peuvent en effet être responsables d'une augmentation de la transpiration.

Et dans nos sociétés occidentales hygiénistes où la norme imposée n'est plus de ne pas sentir mauvais, mais de sentir bon, la transpiration, directement associée à la saleté, n'a pas bonne presse. La moue de dégoût ou les moqueries face à une aisselle auréolée ne sont pas rares. Le Dr Netter estime que, "30% de la population est gênée par l'expression de sa transpiration". Un complexe qui gonfle le nombre de demandes des patients dans les cabinets de médecine esthétique pour trouver des solutions.
L'utilisation controversée des antitranspirants

Le chlorure d'aluminium présent dans les antitranspirants est généralement le premier remède envisagé pour limiter la transpiration. Si les déodorants se contentent de piéger les odeurs, les antitranspirants comme l'Etiaxyl, l'Hidrosis de Ducray ou le Détranspirant de Vichy agissent en obstruant l'orifice des glandes sudoripares, grâce à la présence de sels d'aluminium.

Les spécialistes recommandent une utilisation un jour sur deux pour ne pas irriter les aisselles, souvent déjà sensibilisées par les épilations répétées. D'autant que ces cosmétiques contiennent parfois de l'alcool. Une utilisation controversée, certaines études récentes établissant un lien entre l'utilisation de sels d'aluminium et l'apparition du cancer du sein.

Des courants électriques dans les mains et les pieds

Traitement local plébiscité par les spécialistes, l'ionophorèse est une réponse efficace. "C'est la meilleure technique pour les mains et les pieds", souligne le Dr Netter. Le traitement est réalisé grâce à un petit appareil qui, à travers des éponges humides, envoie des courants électriques dans les mains ou les pieds, neutralisant les connexions entre les nerfs sudoripares et les glandes sudoripares. Après une séance chez un dermatologue, les patients peuvent l'utiliser chez eux. Prescrit sur ordonnance, le dispositif coûte environ 400 euros. Certaines mutuelles prennent en charge une partie du coût.

"Les séances durent 20 minutes, il faut en faire une par jour pendant environ 12 jours", explique la dermatologue. Une ou deux séances d'entretien par semaine sont ensuite nécessaires pour maintenir le résultat, mais le taux d'amélioration de la sudation des mains et des pieds est d'environ 80%. "Les gens sont très contents, cela marche très bien."
Des injections de botox

Injecté au niveau des aisselles, le botox élimine la transpiration chez 100% des patients. Le médecin réalise de petites injections tous les deux centimètres environ. La procédure est légèrement douloureuse et l'effet dure entre quatre et six mois selon les patients, temps que met le corps pour éliminer le produit naturellement.

A 500 euros minimum la séance, la facture peut rapidement s'alourdir. "C'est la meilleure solution pour un événement ponctuel comme un mariage par exemple, mais à long terme cela coûte cher. Les médecins préfèrent l'éviter sur les mains et les pieds, car l'injection est très douloureuse sur ces zones", insiste le Dr Netter.
Détruire les glandes sudorales des aisselles

Machine venue des Etats-Unis et utilisée par une poignée de dermatologues en France, le Miradry promet une réduction de 80% de la transpiration grâce à l'utilisation de micro-ondes capables de détruire les glandes sudoripares grâce à la chaleur. L'intervention se fait sous anesthésie locale et dure environ une heure.

"Le résultat est immédiat et définitif", relève le Dr Netter. Facturé près de 2000 euros, le traitement ne s'adresse pas qu'aux patients souffrant d'hyperhidrose mais aussi à ceux qui sont gênés par la transpiration en général, ou qui ne veulent plus utiliser de déodorant.

Si le fait de bloquer complètement la transpiration sur une zone du corps peut effrayer, la dermatologue relativise l'impact d'une telle procédure : "Les aisselles ne contiennent que 2% de l'ensemble des glandes sudoripares. En aucun cas supprimer la transpiration sous les bras ne peut jouer sur la thermorégulation." Aucun effet secondaire notoire n'a pour l'heure été rattaché à cette technique récente.

Caroline, 35 ans, s'est laissée tenter par Miradry il y a peu. "Ma transpiration était accentuée par mon émotivité. Je me sentais en situation de vulnérabilité à l'apparition d'auréoles sur mes vêtements. Je me dis que c'est un investissement sur la durée puisque ça dure toute la vie." Un acte à double bénéfice puisque en détruisant les glandes, la machine détruit également les poils de manière définitive.
La sympathectomie, une opération décriée

En cas de transpiration excessive généralisée et avérée par un médecin, l'Oxybutynine, un médicament à prendre par voie orale diminue la contraction des glandes sudoripares. Mais son utilisation peut s'accompagner d'effets secondaires, comme une sécheresse de la bouche ou des tremblements. "On peut l'utiliser ponctuellement en très petites doses", détaille le Dr Netter.

 

 


l'express, MCP, via mediacongo.net
451 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Les cosmétiques pour bébés nocifs pour leur santé
left
ARTICLE Précédent : Les plus belles coupes courtes de 2019