mediacongo.net - Actualités - Afrique : Zone de libre-échange continentale : ça commence le 30 mai



Retour Afrique

Afrique : Zone de libre-échange continentale : ça commence le 30 mai

Afrique : Zone de libre-échange continentale : ça commence le 30 mai 2019-05-06
Economie
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2019_actu/05-mai/06-12/ua_zle_1.jpg -

Avec 22 ratifications, l'accord sur la zone de libre-échange continentale peut entrer en vigueur. Et dynamiser, pour de bon, le commerce panafricain.

Le compte à rebours est lancé. Le 30 mai prochain, la zone de libre échange continentale (Zlec) entrera officiellement en vigueur, après les dernières ratifications de la Sierra Leone, de la République arabe sahraouie démocratique. Les deux pays portent ainsi à 22 le nombre de ratifications. Soit le seuil minimum requis par la Commission de l'institution pour le lancement de la Zlec, dont la première phase sera lancée lors du prochain sommet de l'Union africaine (UA), le 7 juillet à Niamey. Un peu plus d'un an après sa signature à Kigali par 44 pays membres, les dirigeants africains concrétisent donc un projet né en 2012. Objectif ? Accélérer l'intégration économique du continent en supprimant les barrières douanières et tarifaires.

Et avec la concrétisation de la zone de libre-échange, l'Afrique s'ouvre sur un marché potentiel de 1,2 milliard de consommateurs, au produit intérieur brut combiné de 2,5 milliards de dollars. Des chiffres qui pourraient faire du continent la plus grande zone de libre-échange dans le monde depuis la création de l'Organisation mondiale du commerce, il y a soixante-dix ans. La réduction des droits de douane intra-africains – l'une des conditions de la Zlec – pourrait également générer des gains de 3,6 milliards de dollars sur le continent grâce à une augmentation de la production et à des biens meilleur marché.

Dynamiser le commerce panafricain

Surtout, la Zlec pourrait accroître le commerce intra-africain de 52,3 % par an, selon la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA). En effet, en matière d'échanges intercontinentaux, l'Afrique a du retard. Si les flux commerciaux intra-européens représentent sur la zone 70 % du total des échanges, en Afrique, ils ne s'élèvent qu'à 16 %. Avec des tarifs moyens de 6,1 %, les entreprises sont d'ailleurs confrontées à des droits de douane plus élevés lorsqu'elles exportent en Afrique plutôt qu'en dehors.

Dans ce contexte, la Zlec représente un vivier d'opportunités. Pour le directeur de la Banque africaine de développement (BAD) Akinwumi Adesina, « une Afrique sans frontières n'est pas seulement un idéal politique ». « Elle pourrait également constituer le fondement d'un marché continental concurrentiel pour accélérer la croissance et rendre le continent plus compétitif dans le commerce mondial et les chaînes de valeur », explique-t-il dans le dernier rapport de l'institution sur les perspectives économiques du continent. Le texte exhorte d'ailleurs les pays africains à « axer leur politique commerciale sur les critères exigés par la Zlec ».

Pour cela, cinq politiques-clés doivent s'appliquer : éliminer tous les tarifs bilatéraux appliqués en Afrique, maintenir les règles d'origine simples, flexibles et transparentes, supprimer toutes les barrières non tarifaires sur les biens et services, mettre en œuvre l'accord sur la facilitation des échanges de l'Organisation mondiale du commerce – cela afin de réduire les délais et les coûts de transaction transfrontaliers liés aux mesures non tarifaires –, et enfin négocier avec les autres pays en développement afin de réduire leurs droits de douane et leurs barrières non tarifaires de 50 %. À la clé, les analystes promettent des gains totaux africains à 4,5 % de son PIB, soit 134 milliards de dollars par an, et une augmentation de 15 % du commerce intra-africain.

Une promesse alléchante, qui n'a pourtant pas convaincu tout le monde. Certains « poids lourds » du continent à l'instar du Nigeria – première économie d'Afrique – n'ont toujours pas ratifié l'accord. Une situation qui entrave l'application de l'accord, en plus des problèmes de sécurité et d'infrastructures auxquels peuvent être confrontés les pays membres.

Marlène Panara
Le Point Afrique / MCP, via mediacongo.net
902 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : RDC: le Burundais Egide Mwéméro bientôt devant la justice militaire?
left
ARTICLE Précédent : Liberia : deux hommes arrêtés pour avoir tué des éléphants
AUTOUR DU SUJET

Adhésion de la RDC à la ZLEC : la libre circulation des personnes et le marché concurrentiel...

Economie ..,

Libre-échange en Afrique: d’énormes difficultés attendent la RDC

Economie ..,

Les ministres des Affaires étrangères de la SADC se consultent sur la Zone de Libre-échange...

Economie ..,