mediacongo.net - Actualités - Kinshasa : la musique congolaise au cœur de la dérive culturelle



Retour Musique

Kinshasa : la musique congolaise au cœur de la dérive culturelle

Kinshasa : la musique congolaise au cœur de la dérive culturelle 2019-06-26
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2019_actu/06-juin/24-30/robinho_mundibu_19_000.jpg -

Robinho Mundibu

Il y a lieu de se poser la question sur la vraie valeur de la musique en République démocratique du Congo. Jadis éducative et conseillère, aujourd’hui résultante de l’imitation des cultures d’ailleurs, l’art d’Orphée au Congo de Lumumba perd de plus en plus sa saveur sur le plan de l’éthique. Les artistes musiciens rd-congolais, du moins la majorité, ne donne plus le sens éducateur dans l’écriture, la gestuelle et même le rythme de leurs chansons dans lesquelles nombreux font l’apologie du sexe. Le dernier cas est celui du jeune artiste Robinho Mundibu, ancien sociétaire de Wenge Musica Maison Mère à travers la chanson « Misu na misu », lancée sur le marché il y a quelques semaines. Un opus dont la diffusion dans les médias vient d’être interdite par la commission nationale de censure des chansons et des spectacles pour atteinte à la pudeur.

Avec des cris faisant clairement appel aux ébats sexuels, Robinio Mundibu est au bord de la dérive. Curieusement, il n’est pas le seul de la meute à s’illustrer dans la croissance d’un environnement culturel empesté et loin des principes de moralité. Ils sont nombreux, en effet, à assassiner l’essentiel même de la musique congolaise, qui a inspiré tout un continent, dans leurs chansons plus qu’éhontées.

Cependant, l’action de la commission nationale de censure face à cette déviation criante vient à point nommé pour certains, en réaction tardive et cosmétique pour d’autres.

La musique, au-delà de la gaité qu’elle puisse procurer, a aussi pour mission d’éduquer la société. D’aucuns ignorent le rôle aussi important qu’aura joué la musique dans la lutte contre l’esclavagisme, la ségrégation raciale et d’autres excès de l’homme blanc contre son « semblable » noir. Avec les multiples problèmes internes et externes que traverse la République démocratique du Congo, ses musiciens trouvent l’occasion de crier sexe haut et fort, dans un contexte immoral.

Interpellation

Pourquoi ne pas suivre les exemples d’Alpha Blondy, Youssou N’dour ou Salif Keita qui, par moment, ont dénoncé par leurs chansons les inégalités au sein des sociétés humaines ?

Cet opus, faut-il le signaler, aura divisé l’opinion congolaise. Si les uns en ont trouvé un moyen de distraction, surtout que Kinshasa manque cruellement de cadres appropriés de détente culturelle… les autres, par contre, ne jurent que sur la rigueur dans la censure de ce genre d’opus qui, selon eux, vient signer l’arrêt de mort de l’identité culturelle congolaise.

Plusieurs parents s’en sont plaint du fait que le dernier tube de Robinio met en danger l’éducation des enfants qui captent et retiennent à longueur de journée les paroles obscènes qui y sont véhiculées.

Il est des responsables mécontents qui vont jusqu’à indexer la commission nationale de censure qui demeure inactive face à ce libertinage criant des artistes musiciens. "C’est l’argent qui fait le bon office au sein de cet organe aussi important de l’Etat. Payer 300 USD à la commission nationale de censure n’exonère pas un musicien de saper les principes sacrosaints liés aux mœurs", a décrié un opérateur culturel.

Toutefois, il revient aussi à la population congolaise, fan des mélodies d’ici et d’ailleurs, de mettre fin à la turpitude qui caractérise son ignorance. Elle doit être en mesure d’opérer le choix de ce qu’elle doit écouter comme chanson. Ce qui sera aussi une manière de rappeler à l’ordre ces musiciens qui par leurs chansons immorales empoisonnent la culture du pays.

Francis Sengeyi
La Prospérité / MCP, via mediacongo.net
3531 suivent la conversation
12 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

SainT | Q8ZXUW9 - posté le 12.07.2019 à 08:12

Certains artistes sont pervers dans las danses, chansons, crises, clips, concerts..sans se soucier du tout, JB, Koffi, Werra, Fabrigas Fally...il fait voir lencontenur avant sa diffusion et non son opposé pour réagir.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
JE SUIS LA NATION | VCMLC7L - posté le 26.06.2019 à 16:59

et celui de 60% comment pouvait-il gagner les élections quand il n'avait pas sensibilisé ces électeurs de l'utilisation de la machine à voter, qui Jadis selon lui était une machine à voler? a MR KALUMBA? même ceux qui ont mis dans la tete de votre candidat qu'il aurait gagner les élections ne croient même plus en lui.

Non 2
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Salima | TTYVYQL - posté le 26.06.2019 à 13:50

QUAND BÂTIMENT VA TOUT VA ! OR BÂTIMENT NE VA POINT. D'OÙ RIEN, Y COMPRIS LA CERVELLE DU COMPOSITEUR MUSICAL, N'IRA

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
JBLK | QB11MIS - posté le 26.06.2019 à 13:26

Voila une flagrance que le PGR doit s'en saisir pour mettre de l'ordre dans ce secteur ou tout est permis au détriment des bonnes mœurs,on ne peut pas chanter n'importe quoi au de la culture vous avez l'obligation morale,spirituelle et intellectuelle d’éduquer la masse.

Non 0
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
L'unité | 5O7OOY8 - posté le 26.06.2019 à 12:39

C'est le sens que l'individu congolais donne à la démocratie

Non 1
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
KALUMBA | TR57OBY - posté le 26.06.2019 à 11:12

Rien ne marche en RDC, c'est la jungle pure et simple. On gagne les elections avec 15%, celui de 60% echoue, ATA VOUS MEME. La corruption est passee de 40 degre' A 96 degre'. L'INCONSCIENCE bas son record. Qui va dire quoi A qui maintenant, meme les juges sont devenus plus toxiques, la justice en RDC n'a pas sa raison d'exister. PAYS DE MERDE avait dit Donald Trump.

Non 8
Oui 11
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Le sage | SD3Y66Q - posté le 26.06.2019 à 10:47

Qui doit être premier à respecter les valeurs morales et éthiques entre un président de la république et un musicien??? Dites-moi qui est le plus tenu au respect des valeurs éthiques afin de servir de modèle à toute la société? C'est certainement le président de la république. Or nous avons au Congo des chefs d'état qui excellent dans l’immoralité et la tricherie. Dans ce contexte que voulez-vous que fassent les musiciens? Demandons d'abord à la figure qui représente la nations entière de remettre sa morale en ordre avant de nous en prendre aux musiciens.

Non 9
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
James Bond | V9EBA8Q - posté le 26.06.2019 à 10:41

Bo buaka ye na cachot ata 10 ans!!

Non 1
Oui 9
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Zemira | 4SRZTHP - posté le 26.06.2019 à 10:35

Il faut rappeler à Félix Tshisekedi que quand il vendait des cartes de l'UDPS pour survivre en Europe, Mobutu avait envoyé en prison pour insanités dans leurs chansons Luambo Makiadi (Hélèna), Koffi Olomidé et Nyoka Longo (Etutana Yango na yango). Au lieu d'aller visiter les malades internés, il vaut mieux commencer par soigner les malades mentaux dangereux pour la société que sont devenus les musiciens congolais. Sans changement de mentalité, en vain le développement…

Non 4
Oui 15
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Davinci | 3FEONGE - posté le 26.06.2019 à 10:28

La censure n'est pas le seul apanage d'une commission. Il y a plusieurs acteurs et niveau de censure: - Individuel/Public (je n'écouterait pas ce genre de musique); - Média (Nous ne diffuseront pas cette chanson); - Lieu récréatif: Bar, terrasse, restaurant... Il ne faut pas rejeter la responsabilité uniquement sur les autorités quand nous-même citoyens congolais nous encourageons ce genre de message. A bon entendeur, salut !

Non 1
Oui 15
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Muravumba | 29KBYHZ - posté le 26.06.2019 à 09:40

Balancez ce Robinho en prison pour dix ans et tout redeviendra normal pour les autres. Nous caressons les bétises au lieu d'en chatier sévèrement les auteurs.

Non 1
Oui 18
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
PAPA WA ROMA 666 | UI11G4O - posté le 26.06.2019 à 09:39

La RDC est un pays des extra terrestre, le gouvernent sont la et ne disent rien à ce sujet, merci bcp pour cet article, car si tout dépendait de moi, soit si j'étais à la place de sylvano kasongo, j'aurai déjà traduit devant la justice tous ces incivique immoraux musiciens qui véhiculent des chansons obscènes au public, mais en RDC la justice n'existe même pas, car les ONG viendront vous faire avalé le droit de ceci cela,OHHH MPR, malgré la dictature, c'est ce fut une époque de la moralité, mais avec la démocratie malle copier, voila ou nous amène cette démocratie.

Non 2
Oui 17
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : Vient de paraître : « Papa Wemba, la voix de la musique congolaise moderne »
left
ARTICLE Précédent : Une photo de la dépouille Marie Misamu fait des victimes à la morgue de la clinique Ngaliema
AUTOUR DU SUJET

Pour une censure sévère dans la musique congolaise

Musique ..,

Fin de la carrière musicale de Lutumba, l’artiste remet sa guitare au Président de la...

Musique ..,

Werrason et JB Mpiana : une nouvelle guerre déclarée ?

Musique ..,

La musique congolaise en perte de vitesse

Musique .., Kinshasa