mediacongo.net - Actualités - Liban: Affrontements violents entre police et manifestants



Retour Monde

Liban: Affrontements violents entre police et manifestants

Liban: Affrontements violents entre police et manifestants 2020-01-18
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/1-janvier/13-19/liban-manifestants-de-colere.jpg -

Des affrontements violents entre manifestants et forces de l'ordre ont éclaté samedi à Beyrouth, où le mouvement de contestation populaire inédit est entré dans son quatrième mois.

Il s'agit des heurts parmi les plus violents depuis le début de la contestation le 17 octobre dans un pays en pleine crise politique et économique.

Devant l'une des principales entrées du Parlement, au cœur de la capitale Beyrouth, des contestataires s'en sont pris aux membres de la police anti-émeute, stationnés derrière des barricades et des barbelés.

Les manifestants, certains au visage masqué, ont lancé différents projectiles comme des pierres, des poteaux de signalisation et des branches d'arbres. Quelques uns ont tenté de franchir les barbelés.

La police anti-émeute a dispersé la foule au moyen de canons à eau avant de recourir à des tirs de gaz lacrymogène.

Une manifestation était initialement prévue près du Parlement, vers lequel devaient converger plusieurs marches parties depuis différents points de la capitale et de ses environs. Mais la situation a dégénéré avant l'arrivée des groupes.

De part et d'autre de l'artère menant à l'entrée du Parlement, des vitres de panneaux publicitaires ont été brisés.

"Je suis là parce qu'après 90 jours dans la rue, ils continuent de se disputer les parts (du gâteau) au sein du gouvernement sans se soucier" du peuple, a déploré Maya, une manifestante de 23 ans.

"La colère populaire est désormais la solution", a-t-elle martelé.

Dans un communiqué sur Twitter, les forces de sécurité intérieure (FSI) ont déploré des actes "violents" appelant les "manifestants pacifiques à rester à l'écart du site (...) pour leur propre sécurité".

Le mouvement de contestation, qui a entraîné la démission fin octobre du Premier ministre Rafic Hariri, fustige une classe politique accusée de corruption et incompétence, et réclame un gouvernement formé de technocrates et de personnalités indépendantes des partis traditionnels.


i24NEWS / MCP, via mediacongo.net
399 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Fifa : sanction alourdie pour Platini et Blatter ?
left
ARTICLE Précédent : Donald Trump critique l'attribution de l'Oscar du meilleur film au long-métrage sud-coréen "Parasite" et plaide pour un retour à "Autant en emporte le vent"
AUTOUR DU SUJET

Afghanistan : États-Unis et talibans prêts à signer un accord le 29 février

Monde ..,

Kaboul, Washington et les talibans s'accordent sur une réduction des violences

Monde ..,

La main mise des étrangers dans l’économie congolaise paupérise les nationaux

Economie ..,

Liban: l'Etat dénonce des "infiltrés" parmi les manifestants après les violences

Monde ..,