mediacongo.net - Actualités - Nord-Kivu : le traumatisme des femmes violées de Minova



Retour Provinces

Nord-Kivu : le traumatisme des femmes violées de Minova

Nord-Kivu : le traumatisme des femmes violées de Minova 2013-12-04
Provinces / Femme
Un peu plus d’un an après les faits, un procès très attendu s'ouvre en République démocratique du Congo : 39 membres des forces armées congolaises sont jugés pour de graves violations des droits de l’homme dont des viols massifs commis en novembre 2012 à Minova, dans l’Est du pays. 190 femmes portent plainte pour viol. La deuxième audience s’ouvre ce mercredi 4 décembre à la cour militaire opérationnelle de Goma. Notre envoyée spéciale est retournée dans le village de Minova, à 50 km au sud de Goma où se sont déroulés les faits.

« Ils étaient deux militaires. Ils ont forcé la porte au moment où on allait se coucher. Ils m’ont ligoté. Ils disaient : "Elle est mineure ? Mais bon, elle est jolie." Et ils m’ont violé devant mon mari. »

Des témoignages comme celui de cette jeune femme de 28 ans, les avocats en ont recueillis 190. A la veille du procès, ils sont revenus à Minova pour préparer ces femmes à témoigner.

Une étape délicate, car les inquiétudes sont nombreuses, comme l’explique Daniel, l’un des avocats de l’association Avocats sans frontières : « Quand elles doivent témoigner contre un colonel - vous savez ce que représente un colonel dans l'armée congolaise - elles savent qu'elles peuvent témoigner aujourd'hui contre lui, et demain le retrouver dehors. Il va se retourner contre elle. Nous sommes là pour les rassurer, pour leur montrer que la justice fait son travail. »

Pression de la communauté internationale

Montrer que la justice peut être rendue. Voilà tout l’enjeu de ce procès qui a mis un an à démarrer, sous pression de la communauté internationale. Il s'agit d'un procès compliqué : l’instruction a eu lieu près de six mois après les faits, et beaucoup de zones d’ombres persistent.

« Je me demande comment 23 soldats arrêtés peuvent piller et violer dans tout Minova... », s'interroge Chance, 17 ans, l’une des victimes. Des questions qui resteront sans réponses. Seulement 39 soldats au total doivent être jugés, pour 1 014 pillages et 190 cas de viols.


843 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Reconstruction des provinces sinistrées de l’Est, un développement à plusieurs vitesses ?
left
ARTICLE Précédent : Après le M23, les Casques bleus vont s'attaquer à d'autres groupes armés