mediacongo.net - Actualités - Coronavirus : l’impréparation des Kinois face à un confinement total avorté



Retour Société

Coronavirus : l’impréparation des Kinois face à un confinement total avorté

Coronavirus : l’impréparation des Kinois face à un confinement total avorté 2020-03-28
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/03-mars/23-29/kinshasa-population-centre-ville-liesse-populaire-dans-les-rues.jpg -

Longues files, circulation grippée et marchés pris d’assaut : les plus de 11 millions d’habitants de la capitale congolaise se préparaient laborieusement, ce vendredi, à plonger dans quatre jours de confinement total alterné, décidé par le gouverneur de la ville, Gentiny Ngobila. Lequel s’est ensuite rétracté en début de soirée.

Visage flétri, tête rasé, Hubert, la cinquantaine, fait la queue derrière une marée de fonctionnaires, près du prestigieux boulevard du 30 Juin, en plein centre-ville, pour retirer son maigre salaire avant d’effectuer les achats pour son ménage. « Hélas, je ne le ferai plus. Le salaire n’a pas encore été versé par l’État. Comment vais-je me confiner avec une femme et sept enfants ? Il vaut mieux mourir du coronavirus que de la faim, c’est triste », déplore-t-il, derrière une septuagénaire venue percevoir son salaire d’enseignante.

 

Flambée du prix des denrées alimentaires

Comme Hubert, de nombreux Kinois étaient massés devant les guichets de banques pour retirer les fonds. Mais trop peu ont été servis, plusieurs banques ayant notamment mis en place un « service minimum » en cette période de pandémie.

D’autres, comme Clarisse, teint clair et cheveux teints, se sont rués vers les marchés pour s’approvisionner en denrées alimentaires. Conséquence : les prix ont considérablement grimpé. « Les commerçants se foutent de nous, ils profitent de cette situation pour exploser leurs chiffres d’affaires sans raison, regrette-t-elle devant une boutique le long de l’avenue Kasavubu, au marché Gambela. Le sac de la farine de maïs est passé de 46 000 Francs congolais à 70 000 FC. C’est qui est étonnant, c’est que même une meurette de haricots ait connu une hausse de prix. »

Dans des supermarchés congolais, de longues files trainaient devant les entrées au mépris des mesures d’hygiène. Gels désinfectants et papier toilette étaient particulièrement recherchés par les clients. Pour les commerçants, la situation est devenue une aubaine. 

« Nous sommes leurs vaches laitières, s’emporte Emery, qui transporte un sac de riz sur un chariot à la sortie d’un supermarché, dans l’est de Kinshasa. Le drame, c’est que l’État tolère cela après nous avoir imposé un confinement sans eau ni électricité. L’État devrait nous alléger la vie en cette période, au lieu de quoi lui et les commerçants nous pillent. »

« Je devais aussi acheter du lait en poudre, des poissons salés et autres, mais ce n’est plus possible, peste Anicet, près du centre-ville. J’ai vidé mes poches, mais je ne suis pas en mesure de me procurer le minimum vital. Que vais-je faire pendant le confinement? La faim va nous tuer plus que le coronavirus. »

Jean-Claude Katende, président de l’ASADHO, une ONG congolaise de défense des droits de l’homme, affirme même que la « décision brutale » de confiner Kinshasa « n’a contribué qu’à exposer les Kinois à la contamination ».

Pour le mouvement citoyen Lutte pour le Changement, la mesure du gouverneur est « irresponsable ». La Lucha critique le caractère brusque de la décision, qui a été prise sans que des mesures d’accompagnement de l’économie n’aient été adoptées. Le mouvement craint que les pillages ne se développent dans cette période.

Marche arrière pour le gouverneur de Kinshasa

Vendredi soir, le gouverneur de Kinshasa Gentiny Ngobila a rectifié le tir, et annoncé par communiqué le report de sa mesure, vivement critiquée. Il justifie ce revirement par la spéculation des prix des biens de première nécessité, et le risque de voir se dérouler dans la capitale « des actes susceptibles de créer l’insécurité ».

Le gouverneur ne prononce pas le mot de « pillage », que disait redouter la Lucha indignée par la mesure de confinement d’une population dont plus de la moitié vit dans la pauvreté. Vendredi dans la matinée, plusieurs sources gouvernementales affirmaient déjà qu’au plus haut niveau de l’exécutif national, cette mesure de confinement total alternée n’avait pas été entérinée.

Il faut dire qu’à peine annoncée, cette mesure avait provoqué une levée de boucliers. Certains députés, qu’ils soient de l’opposition ou de la coalition au pouvoir, pointaient le peu de temps de préparation de la population de Kinshasa et l’absurdité du caractère intermittent du confinement.

Du côté de les autorités de la ville, on dément tout rétropédalage. Le porte-parole du gouvernement provincial, Charles Mbuta Muntu, a annoncé la tenue d’une réunion du conseil urbain de sécurité dans les prochaines heures pour décider de l’éventualité d’une nouvelle date du début du confinement. Il promet une meilleure concertation avec l’équipe en charge de la riposte contre le Covid-19 à ce sujet. 

Pour le porte-parole du gouvernorat, rien ne justifie la « flambée exagérée » des prix observés sur les marchés de Kinshasa ces trois derniers jours car, affirme-t-il, « il n’y a pas rupture de stock ». Avec officiellement 58 cas dont cinq décès, et seulement trois cas de guérison, la RDC, qui avait enregistré son premier cas le 10 mars, est devenue le pays le plus touché d’Afrique centrale.


RFI / MCP, via mediacongo.net
2078 suivent la conversation
5 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

Hama | AXLM1XA - posté le 28.03.2020 à 18:51

Cardinal Ambongo: « Ce recul donne l’impression que le pouvoir tâtonne dans la gestion d’une matière aussi délicate que la santé publique de notre peuple en ce contexte de grave épidémie. Cette situation est tout simplement insupportable. Ne jouons pas avec la vie de notre peuple. Car toute vie est sacrée ».

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Meso Mbuaki | 9KYSFK8 - posté le 28.03.2020 à 16:30

Depuis le début nous savons bien que le plus grand challenge à Kinshasa allait être l’équilibre entre l’application du confinement annoncé et l’approvisionnement en denrées alimentaires d’une ville de plus de 11 millions d’habitants. Le rétropédalage des autorités montre qu’il n’ont pris en compte cet aspect des choses. Un confinement total des quartiers résidentiels est envisageable mais paraît impossible pour les quartiers populaires. La gratuité d’eau et de l’électricité peut faire baisser la tension sociale , encore faut-il que leur fournitures soient régulières.

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
respect | AZLR11Q - posté le 28.03.2020 à 15:51

Ngobila après avoir tué des gens à maindombe avc des décisions hors du commun, veut répéter cela à Kinshasa avc décisions non concerté avc l’équipe de riposte de MUYEMBE. Le FCC Veut soulèvement contre FATSHI!! Car ventre affamé n'a point d'oreille. Qu’on distribue des masques gratuit et inonde produit alimentaire, évitons un soulèvement en masse, pillage et hausse de criminalité

Non 1
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 28.03.2020 à 12:22

Mampuya | T6L7OKA - posté le 28.03.2020 à 09:42 (suite) Patron de la FEC qui ajoute Kinshasa peut resister pendant 2 mois. Déjà par ces 2 déclarations les prix grimpent ,alors inutile de s'en prendre au gouverneur, à qui l'on veut faire porter la rèsponsabilité des déclarations et décisions de Tshilombo. Le gouverneur a fait bien de retirer cette mésure. Ainsi il n'aura aucune responsabilité de ce qui va arriver.

Non 1
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 28.03.2020 à 12:20

Mampuya | T6L7OKA - posté le 28.03.2020 à 09:41 La décision du gouverneur dèmontre l'incapacité du gvt.congolais de gérer une crise que lui meme a crée ,alimentée. Partout dans le pays, les prix augmentent. Nous glissons petit à petite vers une crise economico sociale sans precedent. Maintenant ,la dècision du gouverneur soulève une question. Le Congolais doit mourir de la supposé infèction à venire de coronavirus , ou mourir de faim. La réponse du gouverneur aux crtiques et simple,vaut mieux mourir du coronavirus. Sont des choses que nous avons écrites depuis le début. Kinshasa est isolé par volonté de Tshilombo, cdà 14 millions d'individus ne peuvent sortir, le...

Non 1
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Pose de la première pierre pour la construction d’un amphithéâtre à l’ISSS/CR
AUTOUR DU SUJET

La Covid-19 frappe à nouveau l’ambassade des États-Unis

Société ..,

Covid-19: les autorités démentent l'existence de faux malades du Covid-19

Santé ..,

États-Unis : Donald Trump exige des gouverneurs la réouverture immédiate des lieux de culte

Religion ..,

De l’Algérie à l’Arabie saoudite, le Ramadan n’a « jamais été aussi triste »

Religion ..,