mediacongo.net - Actualités - Covid-19 : l'OMS appelle à rester vigilant malgré l'arrivée des vaccins



Retour Santé

Covid-19 : l'OMS appelle à rester vigilant malgré l'arrivée des vaccins

Covid-19 : l'OMS appelle à rester vigilant malgré l'arrivée des vaccins 2020-12-05
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/12-decembre/1-6/covid_19_vaccin_20.jpg -

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) demande ne pas baisser la garde face à la pandémie de Covid-19, malgré l'optimisme que suscite l'arrivée de vaccins. L'épidémie est en plein rebond notamment aux États-Unis et au Canada.

Il ne faut pas baisser la garde face au Covid-19, rappelle l'Organisation mondiale de la santé ce samedi 5 décembre. Le rebond de la pandémie aux États-Unis et au Canada exige de la vigilance malgré l'optimisme suscité par l'arrivée des premiers vaccins.

"Les vaccins ne signifient pas zéro Covid", a affirmé Michael Ryan, expert de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), en demandant "aux gens de continuer à faire des efforts".

"La vaccination ajoutera un outil majeur, majeur et puissant à la trousse d'outils dont nous disposons. Mais à elle seule, elle ne fera pas le travail", a-t-il prévenu.

Avec l'arrivée des vaccins, "nous commençons à apercevoir la fin de la pandémie", a estimé vendredi le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, tout en prévenant que le virus continue d'exercer une pression énorme sur les hôpitaux.

Rebond après Thanksgiving

Les États-Unis sont confrontés à une flambée de l'épidémie, avec 225 000 nouveaux cas et 2 500 morts recensés en 24 heures vendredi, quelques jours après que de nombreux Américains ont voyagé fin novembre pour les fêtes de Thanksgiving.

De son côté, le Canada voisin a franchi vendredi le seuil des 400 000 cas, à peine plus de deux semaines après avoir atteint les 300 000, marquant une brusque accélération de la pandémie.

Face au danger, le président élu Joe Biden s'attend à une cérémonie d'investiture en janvier largement en ligne pour suivre les "recommandations des experts". "Il est donc hautement improbable que l'on ait un million de gens sur le Mall", la grande avenue du centre de Washington, a averti le démocrate de 77 ans.

Au Royaume-Uni, les autorités sanitaires jugent "probable" une régression importante de la pandémie, "d'ici au printemps" grâce à la vaccination. Mais elles se préparent d'abord à une recrudescence après Noël.

Pays le plus endeuillé en Europe par la pandémie (plus de 60 000 morts), le Royaume-Uni est devenu cette semaine le premier pays occidental à autoriser un vaccin contre le Covid-19 en donnant son feu vert à celui de Pfizer et BioNTech. Les premières doses doivent être injectées la semaine prochaine. Il a été rejoint vendredi par Bahreïn, deuxième pays dans le monde à accorder une telle autorisation.

La pandémie de coronavirus a contaminé plus de 65 millions de personnes et en a tué plus de 1,5 million. L'épidémie progresse notamment en Italie, et l'Amérique latine et les Caraïbes ont enregistré une hausse de 18 % des cas en une semaine.

La logistique de la vaccination se met en place

Un total de 51 candidats-vaccins sont actuellement testés sur des humains, treize étant en dernière phase d'essais, selon l'0MS.

La Belgique, la France et l'Espagne prévoient de lancer des campagnes de vaccinations en janvier en se concentrant d'abord sur les plus vulnérables.

Avec l'arrivée imminente de ces vaccins anti-Covid devant parfois être stockés à des températures glaciales, des entreprises américaines préparent le terrain: le géant américain de la logistique UPS a développé des congélateurs portables permettant de conserver le vaccin entre -20 et -80°C.

Le constructeur automobile Ford a commandé ses propres congélateurs pour proposer des vaccins à ses salariés, tandis que le géant américain de viande Smithfield est prêt à mettre à disposition les chambres froides de ses abattoirs.

Reste à convaincre la population sur fond de méfiance face à l'inoculation de vaccins conçus en un temps record.

Plusieurs personnalités de premier plan ont promis de se faire vacciner en public pour montrer l'exemple, comme Joe Biden, et les anciens président américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton.

En attendant l'arrivée de ces vaccins, les rassemblements pour les fêtes de Noël et du Nouvel An risquent d'accélérer la propagation de l'épidémie, comme la ruée dans les magasins à la sortie du confinement pour effectuer les achats de Noël.


AFP / France 24 / MCP, via mediacongo.net
1099 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Tshuapa: une maladie semblable au choléra fait de nombreuses victimes à Ikela
left
ARTICLE Précédent : USA: le vaccin anti-Covid va devenir obligatoire pour tous les élèves en Californie
AUTOUR DU SUJET

Arabie Saoudite: fin de la distanciation sociale à La Mecque pour les vaccinés contre le...

Monde ..,

Afrique : la pandémie de covid est totalement sous-estimée

Santé ..,

Covid-19 : les Gambiennes réticentes à la vaccination

Afrique ..,

Covid-19: la pandémie fait flamber les cas de dépressions à travers le monde

Santé ..,